MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

WEDNESDAY 13 (15 NOVEMBRE 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HEAVY METAL

"Si les gens savent que j’existe c’est grâce à Murderdolls et le nier serait idiot ! Je sais d’où je viens et j’en suis fier"
STRUCK - 31.05.2013 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)
Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Quel est mon film d’horreur préféré ? (Rires). Mais ça ne me dérange pas de répondre à la même question, tant que je serais assez intelligent, j’essaierais de trouver de meilleures réponses à chaque fois (Sourire).


[IMAGE1]


Je suppose qu’une autre des questions concerne le groupe qui t’a fait connaître : Murderdolls, tu n’en as pas assez de voir ta carrière résumée à ce groupe ?

Non, je n’ai jamais pris ça comme une mauvaise chose. Si les gens savent que j’existe c’est grâce à Murderdolls et le nier serait idiot ! Je sais d’où je viens et j’en suis fier. Et puis il faut savoir que Wednesday 13 n’est pas si éloigné de Murderdolls sachant que j’ai écrit la majorité des choses. Et tu peux entendre ces similarités quand tu écoutes les deux groupes. Mais encore une fois, je ne suis pas frustré par ça. Du moment que l’on parle de moi, c’est une bonne chose, c’est quand on arrêtera de parler de moi que je dirais que je faisais partie de Murderdolls (Rires) !


Comment te sens-tu à quelques minutes d’entrer sur scène ?

Tu sais, c’est dur à exprimer ! En fait, je conçois la chose différemment d’il y a quelques années : maintenant quand je monte sur scène, mon but est de toucher chaque personne du public même celui du fond qui croise les bras…


Tu veux captiver l’attention de tout le monde…

Exactement ! C’est pourquoi quelques fois, tu peux m’entendre dire : "Hey, toi qu’est-ce que tu fais ?"… C’est ce qui me fait monter sur scène : quand lors d’un concert tout le monde a interagi sauf trois personnes, je me dis : "Merde ! La prochaine fois, je ferais mieux !" (Rires) ! Quoi qu’il en soit, il est très rare que je sois nerveux avant de monter sur scène. Je ressens la force non seulement du public qui chante mes chansons mais aussi son énergie qui est de l'adrénaline !
C’est une sensation bizarre, c’est dur à exprimer mais c’est super et je suis vraiment chanceux d’avoir des fans si dévoués : tu verras par toi même !


Et justement comment expliques-tu cette énergie entre toi et le public en général et en particulier celui de ce soir ?

Et bien, c’est amusant parce que les souvenirs que j’ai du public français est celui d’un public fou ! En fait, je dirais que ce que je fais n’est pas "commercial", ça ne passe pas en radio, encore moins à la télé, ça ne touche qu’une petite armée underground dont je suis le leader… En effet, peu de gens font ce que je fais donc mes fans sont uniques et sont ma source d’inspiration !

C’est vraiment tout bénéfice pour moi, c’est ce que j’ai appris à travers toutes ces années, au début de ma carrière, je sortais juste mes albums, après toutes ces années, je peux dire que ce que je fais dépasse le cadre de Wednesday 13 : je fais ça pour mon public, je ne peux pas être égoïste, je suis obligé de l'inclure dans mon projet ! Si je suis dans le milieu depuis tant d’années, c'est quand même grâce à lui.


Concernant ce concert et cette tournée, quel est son but ? Est-ce une façon de garder le contact avant la sortie de l’album à venir "The Dixie Dead" ou juste pour se faire plaisir ?

Les deux (Rires) ! C’est ce que je fais depuis 11 ans. Jouer de la musique et tourner, c’est mon boulot. Et je suis très rarement chez moi ! Nous avons beaucoup tourné ces derniers temps mais après l’enregistrement de l’album cet été, nous avions prévu de prendre deux/trois mois de congés… mais très vite, je me suis demandé ce que j’allais bien pouvoir faire... Donc nous avons donc bouclé une tournée, sorti un EP…

En fait, tout cela permet de contenter les fans avant de revenir l’an prochain avec un nouvel album. En clair, nous faisons ça pour le fun mais dans ce business, il faut toujours montrer que tu es là sinon les gens t’oublient. Mais si j’ai sorti cet EP, ce n’est pas juste montrer que je suis là. Non, je l’ai sorti c’est que je croyais en lui ! De façon générale, je suis à l’aise avec tout ce que j’ai pu sortir par le passé.


2013 est une année particulière pour Wednesday 13 qui fête ses 10 ans d’existence.

C’est vrai ! En fait, c’est assez fou comme je ressens les choses. L’année prochaine, nous serons en 2013… 2013 / Wednesday 13 : c’est le premier lien. Cela fait 10 ans que j’ai commencé Wednesday 13 mais j’avais commencé à faire de la musique 10 ans avant -en 1993- j’ai sorti mon premier album avec mon groupe Maniac Spider Trash… Et quand je fais le point, 1993/2013, cela fait 20 ans que je navigue dans le même environnement musical. Je dois beaucoup de choses à ce "style" -peu importe comment on l’appelle (Rires)- et je suis assez fier de cela aussi. Pour cette tournée, nous avons quelques dates complètes notamment à Londres, ça montre que ça marche pas mal à travers le monde ce qui rejoint ce que je te disais tout à l’heure à savoir que c’est un succès qui dépasse mon simple nom !
Pour les fans, ma musique est un style de vie ! A tous les concerts, j'en vois couverts de tatouages de moi sur tout le corps... Pas des tatouages de mon nom mais des portraits !


Et tu es fier de ça ?

Ouais ! C’est très honorant et en même temps c'en est gênant ! Mais je le vois tous les soirs et je ne pense pas que beaucoup de groupes peuvent en dire autant… Pourtant, je ne vends pas des millions de disques mais quand je vois toute la dévotion de mes fans, je me rends compte à quel point je suis important pour eux. C’est pourquoi je suis très attentif à leurs réactions…


Et pour ce futur album prévu pour 2013, faut-il s’attendre à quelque chose de particulier ?

Oui ! En 2005, j’ai sorti mon premier album solo ce qui a été un pas en avant dans ma carrière… Après cela, j’ai sorti 3 albums mais tu ne retrouvais pas ce bond en avant que j’avais connu sur le premier. Attention, je ne dis pas qu'ils n'étaient pas bons, c’est juste qu’ils étaient dans la continuité. Avec ce nouvel opus, j’ai l’impression d’avoir fait un pas supplémentaire du point de vue du groupe, du contenu, du son…


Et niveau son justement, va-t-on avoir droit à quelque chose de plus heavy par exemple ?

Comparé aux précédents albums, oui, ça ne fait aucun doute, cet album sera plus heavy ! Mais dans ma discographie, je suis passé du punk à Murderdolls puis ma carrière solo : les gens ont pu entendre des choses heavy, glam rock… J’ai envie de dire que dans cet album, j’ai pris le meilleur de ce que j’ai pu faire dans toute ma carrière. C'est la parfaite représentation de ce que je veux montrer au public !


… Une sorte de best-of original pour les 10 ans !

Tout à fait ! Et je trouve également ça amusant de voir que je vais sortir mon meilleur album en 2013 ! Comme pour plein de gens, cela prend du temps pour se trouver : j’ai toujours eu plein d’idées mais elles n'étaient pas toujours contrôlées… J’étais une sorte de Frankenstein errant dans la rue mais avec "The Dixie Dead", c’est la première fois que j’ai l’impression de contrôler tout ce que je créé et comprendre ce que je fais !


Mais pour en revenir à la date de sortie, n’as-tu pas peur que la fin du monde prévue le 21 Décembre 2012 empêche à ton meilleur album de voir le jour ?

(Rires) Oh tu sais, ce n’est pas la première fin du monde qu’on nous annonce. Mais celle-ci est intéressante parce que je suis personnellement obsédé par l’étrangeté de l’espace, l’univers et quand tu vois tout ce qui se passe à travers le monde…


Mais tu n'y crois pas

Non ! Mais je pense vraiment que notre monde va changer d’une façon inexplicable ! Quand tu vois ces ouragans aux Etats-Unis qui détruisent des villes, ça me rappelle également cet énorme tremblement de terre qui a eu lieu en 2011 à Tokyo alors que nous y étions pour un concert avec les Murderdolls : on n’avait jamais vu ça auparavant ! Notre planète semble devenir folle et ça semble effrayant mais encore une fois, je ne pense pas que la fin du monde va arriver le 21 Décembre, je pense plutôt que dans les prochaines années, nous allons vivre des changements majeurs !


Est-ce que ce futur album sera toujours influencé par les films d’horreur des années 1930 ?

Pour moi, quand j’écoute cet album, il sonne comme une bande son de film ! Cet album a un thème et si tu te plonges dans son écoute en essayant de visualiser les choses, tu as vraiment l’impression de regarder un film !


La façon dont tu sembles avoir composé cet album et la façon dont tu le décris est très cinématographique. N’es-tu pas frustré de ne te cantonner qu’à la partie musicale, n’aimerais-tu pas faire un film basé sur cette bande sonore ?

Oui, c’est la prochaine étape (Sourire) ! J’ai énormément de projets qui viennent du passé, du présent… Le prochain serait de faire mon propre film d’horreur ! Mais ce n’est pas parce que je vais faire ce film, que j’arrête de faire de la musique pour autant… Quand je ferais mon film, je composerais la musique appropriée aux images ! C’est quelque chose qui m’excite énormément !


La distribution du précédent album "Calling All Corpses" était assez confidentielle en France.

Murderdolls est signé par Roadrunner qui est distribué partout dans le monde. Wednesday 13 est signé par un label indépendant donc c’est plus difficile de trouver notre musique mais en faisant un peu d'effort on y arrive. J’aimerais être sous un label qui ferait de Wednesday 13 sa priorité et c’est quelque chose sur lequel je travaille. Je suis en train de reconstruire le groupe et je pense que l’année prochaine, vous entendrez beaucoup plus parler de moi !


Dans ce précédent album "Calling All Corpses", le titre "We All Die" est dédié à ta fille…

Tout à fait !


[IMAGE2]


… Il est évident que tu fais une distinction entre ta vie et ton personnage ; pourquoi avoir mêlé ces deux aspects de ta personnalité dans ce titre ?

Cette chanson en particulier qui est dédié à ma fille est une chanson qui sonne comme un titre typique de Wednesday 13. Si tu l'écoutes et que tu ne sais pas de quoi il s’agit, tu peux t’imaginer que c’est un titre traitant de zombies et d’Apocalypse… Mais pour "We All Die", comme je te l’ai évoqué tout à l’heure, nous étions à Tokyo et nous pensions que nous allions tous mourir. Ce qui est amusant, c’est que tout le monde ne connaît pas la vraie signification de ce titre et plein de gens en ont une vision totalement différente.


Wednesday 13 est ton nom d’artiste mais également le nom du groupe. Le fait que le line-up du groupe ait souvent changé fait que le groupe est considéré comme ton bébé… Vas-tu un jour consolider le line-up pour qu'il devienne un vrai groupe ?

Ce que tu dis a déjà commencé à arriver ! C’est la première fois que j’ai gardé les mêmes personnes qui jouent ensemble depuis des années et ça tu l’entendras dans le prochain album ! J’espère que je ne m’avance pas trop mais je pense vraiment que cet album représente un pas supplémentaire dans ma carrière !


Peut-on dire que Wednesday 13 est en quelque sorte l’héritier du metal horror des années 1970 avec Alice Cooper en chef de file ?

Absolument ! Sans Alice Cooper, je ne serais pas ici ! Il le sait, je lui ai dis personnellement. C’est vraiment flatteur de lire dans des chroniques, d’entendre dans des concerts que je suis mis dans la même catégorie qu’Alice Cooper, Rob Zombie, Marylin Manson… des personnes avec qui j’ai grandi ! Cela fait des années que nous tournons, malgré tout, et comme tu peux le constater, ma loge n’a rien de luxuriante… Ce n’est pas toujours facile, je travaille énormément mais quand je vois que je suis comparé à ces personnes, je me dis que ça en vaut le coup !


Toujours à propos d’Alice Cooper, comment vit-on le fait d’ouvrir pour lui ?

Ca a vraiment été un honneur d’avoir pu faire la première partie de ses concerts : jouer à côté de ton héros du rock’n’roll ! Je n’aurais jamais imaginé pouvoir joué à ses côtés mais le plus fou, c’est que plus tard, nous sommes devenus amis au point de regarder des films en mangeant du pop corn ensemble : c’est sensationnel !


Si tu devais choisir un titre pour faire découvrir Wednesday 13 à quelqu’un qui connaîtrait pas ta musique, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?

Oh, je ne sais pas (Rires) ! Je dirais malgré tout le titre "Bad Thing" avec lequel nous commençons chacun de nos concerts. C’est un titre que j’ai sorti en 2005 et la réaction des gens à travers le monde a été immédiate parce que c’est la chanson ultime : elle est sarcastique, les textes sont drôles… Je pense que cette chanson représente ce que je suis : violent mais drôle, la musique est catchy mais tu ne peux pas croire les paroles… Ca fait un peu penser à un dessin animé de Looney Tunes et plus particulièrement, ces scènes où un piano tombe sur la tête d’un personnage : c’est terrible mais c’est drôle en même temps (Sourire) ! C’est avec ce sens de l’humour très "cartoon" que j’ai grandi… Je n’ai jamais poussé à la violence, tous mes textes traitent d'univers suréaliste, tout n'est qu'amusement… Je ne veux pas que les gens analysent trop mes textes pour en déceler de la violence : la seule chose qui m’intéresse et qui doit ressortir, c’est le fun !


Comme on l’a dit Wednesday 13 fête ses 10 ans en 2013, comment juges-tu ton premier album avec le recul ?

C’est l’album le plus puissant que j’ai pu faire ! Attention, encore une fois, je ne dis pas que les albums entre ce premier album et "The Dixie Dead" n’étaient pas bons, je dis juste que celui-ci était un énorme pas en avant… Mais avec "The Dixie Dead", je peux dire que nous sommes de retour plus forts que jamais et je peux regarder ma discographie passée en me disant que nous avons passé un cap ! Je le ressens ainsi et j’espère que les fans partageront ce sentiment.


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

Hum, c’est difficile mais le premier qui me vient à l’esprit, c’est à l’époque de Murderdolls quand nous avons tourné pendant 2 semaines aux Etats-Unis dans de toutes petites salles de peut-être 200 personnes, ce qui était beaucoup pour moi à l’époque. Puis nous sommes allés directement au Japon pour ouvrir pour Guns’n’Roses devant 30.000 personnes ! C’était un énorme changement ! Je ne dirais pas que c’est mon meilleur souvenir mais le premier souvenir qui me vient à l’esprit : la folie et la vitesse de ce métier !


Et justement devant ce changement, comment te sentais-tu avant d’entrer sur scène ?

J’étais terrifié ! Et j’ai des photos de moi lors de ce concert : c’était une scène gigantesque, donc comme à chaque fois, je suis monté dans un état de folie et au bout de 30 secondes, j’étais totalement essoufflé si bien que tout le reste du set, j’étais en train d’essayer de reprendre mon souffle (Rires) ! C’est une expérience très intéressante et j’ai beaucoup appris !


Tu disais en début d’interview qu’avant de monter sur scène, ton but était d’attirer l’attention de tous les spectateurs, je suppose que ça a dû être compliqué ce soir-là ?

Tu as totalement raison, c’était impossible (Rires) ! Mais ça me rappelle les six semaines de tournée que nous avons faîtes avec Murderdolls qui ouvrait pour Iron Maiden. Je me rappelle que tous les soirs, tout le stade entier nous détestait… Le public n’avait rien à faire de nous ! Les premiers concerts de cette tournée, je vivais cela comme un véritable échec mais au bout d’une semaine, je me suis dis : "Merde ! Je vais monter sur scène et répondre à tout le monde !". A ceux qui nous faisaient des doigts d’honneur, je répondais par un baiser… Ca a été une sorte d’apprentissage de la scène afin de devenir un vrai "frontman".


Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire quel pourrait être le pire ?

Les pires souvenirs sont toujours de petits accidents sur scène mais tu ne peux pas vraiment dire que ce sont des "pires" souvenirs !


Et au même titre que ton expérience en première partie d’Iron Maiden, tu apprends de ces choses…

Oui, je fais en sorte que ces expériences négatives deviennent positives ! C’est comme ta question du début à savoir si j’étais frustré qu’on me parle le plus souvent de ma carrière au sein de Murderdolls : j’ai envie de dire que c’est mieux que de n’avoir rien fait !


On a évoqué la chanson dédiée à ta fille. Concernant le lien entre ta vie professionnelle et privée, comment vis-tu l’éloignement de ta famille et ta fille vu que tu es souvent sur les routes ?

Etre éloigné de sa famille pendant 6 mois c'est très dur. A l'époque des concerts avec les Guns, ma fille était très jeune - elle avait trois ans et elle en a 16 aujourd’hui - et je l'ai mal vécu ! Mais nous sommes très proches l’un de l’autre, elle est très compréhensive et elle nous a accompagné en tournée l’été dernier pour voir exactement ce que je faisais…


Au final, n’est-ce pas plus dur pour toi qui a l’impression d’avoir manqué sa jeunesse ?

Tout à fait, les souvenirs que j’ai d’elles sont des échanges sur ordinateur, des e-mails… Mais je ne regrette rien, je fais quelque chose que j’ai toujours voulu faire, j’ai réalisé mes rêves en cassant certaines choses : j’ai divorcé… C’est les hauts et les bas de la vie ! Mais au final, je suis toujours là à faire de la musique, avoir du plaisir et en donner quand je vois tous ces gamins tous les soirs ! Je n’échangerais ces moments pour rien au monde !


On a commencé par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Hum, la question que j’aimerais que tu me poses (Rires) : "En dehors des films d’horreurs, quel est ton film préféré ?". Les gens ne me posent jamais cette question.


Et alors ?

Un film de 1979, "The Jerk" ("Un vrai schnock") avec Steve Martin. Plein de gens ne savent pas que je suis probablement plus fan de comédie que de films d’horreur. Mais tu retrouves cet équilibre entre l’horreur et la comédie dans mes albums ! Je ne pense pas que ce soit la meilleure question pour Music Waves mais mon film préféré est "The Jerk".


Au contraire, cela montre que celui qui se cache derrière le personnage de Wednesday 13 est plus complexe qu’un simple fan de films d’horreur…

Exactement !


[IMAGE3]


Le mot de la fin aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?

J’aimerais mais ce n’est pas possible (Rires) ! Je voudrais dire à mes fans que je ne les remercierais jamais assez pour toutes ces années de soutient ! Sans vous, je ne pourrais rien faire, je vous remercie pour l’énergie que vous me donnez !


Un grand merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.wednesday13.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 914
  • 915
  • 916
Haut de page
EN RELATION AVEC WEDNESDAY 13
DERNIERE CHRONIQUE
Necrophaze (2019)
Wednesday 13 retrouve une belle forme et signe un disque d'horror rock savoureux et délicieusement effrayant. Toutes les chroniques sur WEDNESDAY 13
DERNIERE ACTUALITE
WEDNESDAY 13: Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur WEDNESDAY 13
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
FOZZY / CHRIS JERICHO (25 AVRIL 2013)
"Nous avons dû travailler deux fois plus qu’un autre groupe juste en raison du fait que les gens considéraient que c’était un album avec Chris Jericho"
 
ARTICLE SUIVANT
FOZZY / CHRIS JERICHO (25 AVRIL 2013)
"Nous avons dû travailler deux fois plus qu’un autre groupe juste en raison du fait que les gens considéraient que c’était un album avec Chris Jericho"

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020