MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

THE ANSWER (10 SEPTEMBRE 2013)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK

Pour la sortie de leur nouvel album, Cormac Neeson - le chanteur du groupe - a bien voulu jouer aux jeux des questions/ réponses avec Music Waves…. Normal me direz-vous quand on est le leader d'un groupe prénommé The Answer !
STRUCK - 23.10.2013 - 4 photo(s) - (0) commentaire(s)
Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Cormac Neeson : (Rires) Qu’est-ce que signifie The Answer ? (Rires)


Et nous ne te la poserons pas, la réponse est disponible sur le Net. Avant de parler musique, nous voudrions aborder le visuel créé par Storm Thogerson qui peut avoir différentes interprétations mais notamment un appel à la liberté et la tranquillité comme si Storm savait que c’était son dernier travail…

Hum, peut-être, peut-être. Je connaissais Storm avant même qu’il ne travaille sur le projet : je savais donc ce qu’il avait fait, son mode de travail… Je savais donc qu’il allait écouter la musique encore et encore mais aussi rencontrer et discuter avec chaque membre du groupe afin d’obtenir la moindre information intéressante du projet. Après avoir collecté toutes ces informations, il s'est mis au travail et il en est ressorti 10 concepts tous aussi différents les uns que les autres et tout aussi fous chacun à leur façon. Il nous a demandé quel était le choix des quatre membres du groupe mais également des deux personnes faisant partie de l’équipe de management. Nos choix étaient tous… différents (Sourire) ! Cette anecdote prouve à quel point ce mec était un génie, à quel point il était créatif au-delà même de son nom.

Finalement, nous nous sommes tous mis d’accord pour choisir l’homme à la tête de cage à oiseaux parce que nous avons considéré qu’il résumait le mieux le discours de l’album qui se veut casser les codes.  Storm pourtant malade avait voulu participer au projet et cette pochette est un nouveau superbe témoignage de son incroyable carrière…


Dans cet album, tout a changé ! Nous avons changé à peu près toutes les personnes avec lesquelles nous avions l’habitude de travailler.


Justement, quel effet ça fait de travailler avec une telle légende qui a travaillé pour Pink Floyd, Black Sabbath, Peter Gabriel, Scorpions, Genesis, Muse et Led Zeppelin ?

Storm est un grand artisan de la culture populaire musicale des 25 derrière années par ses pochettes d’albums incontournables. Prenons par exemple, Pink Floyd : quoi que tu penses de ce groupe, la première image qui te vient à l’esprit est ce cochon qui flotte comme un ballon (Rires) (NdStruck : "Animals"). Tu peux décliner ça ensuite à toutes les incroyables pochettes qu’il a fait après cela pour Pink Floyd mais aussi d’autres groupes. Et quand notre label nous a suggéré d’essayer de le convaincre pour faire les notres, nous pensions qu’il n’y avait aucune chance (Sourire) ! Un génie comme lui avait d’autres choses à faire mais l’artiste qu’il était voulait offrir un nouveau témoignage et il semblait être excité par notre musique.


On a évoqué son travail pour Led Zeppelin, n’aviez-vous pas peur d’accentuer la comparaison avec eux en travaillant avec Storm ?

Je pense que la pochette que Storm a créé pour nous va dans le sens inverse parce qu'elle n’est pas le stéréotype de la pochette rock’n’roll mais plutôt progressive. Je pense donc qu'elle nous aide à présenter cet album comme un album contemporain plutôt qu’un hommage au passé.


Musicalement, "Revival" votre précédent album était un incroyable album de hard rock bluesy qui confirmait que The Answer était un grand groupe. Aviez-vous une pression particulière avant de composer ce quatrième album ?

La pression était présente dans tous nos albums. Au début du processus d’enregistrement, il y a ce moment où tu te retrouves dans cette pièce avec les autres membres et tu te demandes ce qui va en sortir… Mais nous avons confiance dans nos capacités de compositeur si bien que tout se passe bien. Malgré tout, nous nous challengeons les uns les autres afin de faire en sorte que ce que nous faisons soit meilleur que ce que nous avons pu faire par le passé. Et pour y arriver, nous procédons à certains changements afin que les choses soient plus « fraîches »… Nous ne voulons pas faire le même album deux fois de suite.


Tu as parlé de changements, quel est le principal changement dans cet album selon toi ?

Dans cet album, tout a changé (Rires) ! Nous avons changé à peu près toutes les personnes avec lesquelles nous avions l’habitude de travailler. Premièrement, au niveau créatif, nous avons co-écrit certaines chansons. Ensuite, nous avons opté pour une approche plus "live" en studio afin que cet album soit le plus rugueux, le plus intense possible. Nous voulions également faire un album plus agressif : par exemple, en comparaison de "Revival" qui était plus une sorte de célébration des bonnes vibrations que pouvait émettre le AC/DC des débuts, nous avons vécu une sorte de frustration et anxiété car nous n’étions plus sûr de notre futur… et plutôt que d’en vouloir à la terre entière, nous avons pensé qu’il serait préférable d’utiliser cette expérience dans notre musique et c’est pourquoi nous avons réussi à faire en sorte que cet album ait une base acérée…


"Revival" montrait également que vous n’étiez pas juste une première partie d’AC/DC mais un groupe à forte personnalité. A cet égard, n’en as-tu pas marre de devoir répondre aux questions relatives à AC/DC justement ?

Je pense que c’était inévitable parce que c’était un chapitre incroyable de notre vie : un an et demi sur la route avec l’un des plus grands groupes de rock du monde. Si nous devions le refaire, nous le referions ! Mais nous sommes confiants et prêts à passer un nouveau cap dans notre carrière avec l’aide de cet album. Quoi qu’il en soit, la comparaison sera toujours inévitable mais ce n’est pas un problème.


Justement cette expérience vous a-t-elle influencé dans la composition de ce nouvel album afin de vous éloigner de cette comparaison ?

Ce n’était pas une décision délibérée mais nous avons essayé de faire un album qui nous permette de créer notre propre "niche", notre propre petit morceau de rock’n’roll moderne… Que ce soit délibéré ou non, nous seuls avons entre nos mains le pouvoir de créer notre propre identité et personnellement, je pense que nous y sommes parvenus. Les deux premiers albums ont permis de voir quelles étaient nos influences, "Revival" était une sorte de césure, "Revival" sonnait comme si nous étions un vieux groupe et j’ai vraiment découvert une maturité dans cet album. Mais nous voulions faire en sorte que ce nouvel album soit différent de "Revival" même si nous voulions garder cette originalité.




On peut retrouver ce cocktail détonnant qui a fait la popularité et la force du groupe à savoir du rock, du hard rock bien sûr mais également une dose de groove et de funk par moment… Quelle est la recette magique pour pouvoir faire une telle musique ?

Nous sommes vraiment conscients du groove que nous avons influé dans cet album. Avant même de commencer, nous avons discuté avec notre producteur sur quel type d’album nous voulions faire et le groove est l’un des premiers éléments qui est apparu dans nos échanges. C’est une question d’approche notamment de notre batteur James Heatley et la section rythmique avec Micky Waters. Chaque titre établit un groove irrésistible qui permet au reste du titre de couler de source. Notre intention était de faire un album de 10 morceaux hard rock ayant chacun son identité mais dans le même temps, nous voulions que l’auditeur puisse s’asseoir et se perdre dans ses rêves en écoutant l’album.


Dans le prolongement, êtes-vous influencés par la musique noire des années 1970 ?


Je pense que nous écoutons tous beaucoup de blues, de la soul, du rock… mais pas seulement des années 1970, nous écoutons aussi des choses actuelles. Nous sommes très ouverts d’esprit, nous donnons la chance à la musique quelle qu’elle soit à partir du moment qu’elle te donne de l’émotion et qu’elle est faite avec passion.


La durée de cet album est parfaite pour le style de musique que vous jouez (40 minutes comme un vinyle finalement) : était-ce une volonté pour aller à l’essentiel ?

Nous voulions que chaque chanson dise ce qu’elle a à dire ! Nous voulions que cet album soit une expérience intense qui est un challenge aussi bien pour nous que pour l’auditeur qui doit également s’impliquer.


Qu’attendez-vous de cet album ?

Je n’en ai aucune idée (Sourire) !


"Nous avons toujours été honnêtes, nous n’avons jamais essayé de peindre une image du groupe qui ne soit pas la réalité, qui ne reflète pas ce que nous sommes, ce genre de conneries que plein de groupes font…"



Vraiment ?

Je sais le but que nous voulons atteindre : jouer dans des stades et être considéré comme un grand groupe pas seulement de rock mais qui soit reconnu de tous les publics.


Et penses-tu que cet album puisse le permettre ?

Je pense qu'il nous donne une seconde chance : oui ! Tout d’abord parce que c'est un bon album et ce n’est pas un hommage à ce qui a été fait avant : c’est vraiment un album de rock moderne ! Et si tout va, le public du monde entier va l’apprécier !


Ce n’est pas la première fois que tu parles d’album de rock moderne qui ne fait pas trop référence aux standards des années 1970. Avez-vous souffert de cette image de groupe hommage ?

Encore une fois, je pense que les comparaisons sont inévitables….


Mais je ne parle pas seulement comparaison… mais que The Answer était considéré comme un groupe faisant un hard rock des années 1970…


Je pense que c’est une description un peu trop générale…


… c’est le jeu des étiquettes que les gens aiment, à commencer par nous autres médias… Mais est-ce que vous vouliez vous détacher de cette étiquette que vous n’aimez pas finalement ?

J’estime que le type de musique que nous faisons a pour objectif que le rock’n’roll soit intéressant aujourd’hui mais pour y arriver, tu ne dois pas oublier d’où vient le rock’n’roll. Nous n’avons jamais tourné le dos aux grands groupes des années 1970 parce que sans eux, nous n'existerions pas. Ce serait idiot et arrogant d’ignorer d’où vient notre musique. Mais dans le même temps pour que le rock’n’roll survive aujourd’hui, il doit être accepté par les fans de musique moderne et c’est ce que nous essayons de faire.


Ca nous ramène à la pochette de "New Horizon" à savoir un homme aux pieds ancrés dans le sol à savoir les racines du rock’n’roll et la tête en forme de cage qui libère des oiseaux vers d’autres horizons à savoir une musique plus moderne donc… En clair, cette pochette peut être également perçue comme l’orientation musicale de The Answer…


Absolument ! Cette image de l’homme à la tête de cage à oiseaux peut être interprété de différentes façons mais j’aime beaucoup celle-ci qui résume parfaitement ce que nous avons essayé de faire dans cet album.


Votre premier album "Rise", le deuxième "Everyday Demon", le troisième "Revival" et enfin "New Horizon". Il semble qu’il y ait un fil rouge dans votre discographie comme si il y avait un lien entre vos vies personnelles et celle du groupe ?

Bien sûr qu’il y en a un. Nous avons toujours été honnêtes, nous n’avons jamais essayé de peindre une image du groupe qui ne soit pas la réalité, qui ne reflète pas ce que nous sommes, ce genre de conneries que plein de groupes font… De la même façon, le contenu des textes reflète ce que nous sommes.

Donc bien sûr qu’il y a un lien et "New Horizon" traite surtout des changements qui ont eu lieu depuis que le groupe s’est créé, l’évolution de nos aspirations… Tu ne peux pas résumer cela en une phrase mais je pense que c’est important de savoir que la musique que nous créons reflète honnêtement ce que nous sommes et d’où nous venons en tant que personnes.


Et justement après, "New Horizon", quelle peut-être la prochaine étape de la vie du groupe et donc le titre ?

J’espère "Too Much Money" (Rires) !


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

C’est une question difficile. Je dirais jouer au Madison Square Garden en première partie d’AC/DC. C’était un séjour de 3 jours à New-York, nous avons joué deux fois au Madison Square Garden avant de jouer au Letterman Show qui est un beau coup pour un groupe de cinq irlandais en provenance de Belfast (Sourire) !


Et avez-vous vu des retombées suite à ce séjour ?

Oui bien sûr mais au-delà de ça, personnellement jouer dans cette salle mythique où ont eu lieu des matchs de boxe, basket-ball … mémorables : ce n’est pas ordinaire (Sourire) !


Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire quel pourrait être le pire ?

Sur la même tournée, nous sommes arrivés trop en retard à un concert à Toronto et il était impossible de nous ouvrir les portes en raison de la présence d’une foule trop importante. Nous avions été refoulés de la frontière canadienne, notre chauffeur de bus avait eu des problèmes de drogue dans les années 1970 et la douane n’a pas voulu nous laisser passer. Nous avons dû retourner à Detroit afin de récupérer un nouveau chauffeur. Malheureusement de retour à la frontière, nous avons eu encore plus de complications… Malgré tout, nous avons réussi à passer la douane et arriver à Toronto, la sécurité d’AC/DC a pris contact avec la police de Toronto pour regarder les vidéos des autoroutes afin de voir où nous étions pour nous faire escorter jusqu’au stade. Mais nous étions trop loin et lorsque nous sommes arrivés assez près, on nous a dit que c’était trop tard.  Après cette expérience, nous nous sommes dis que nous allions être virés de la tournée dès le lendemain, mais Malcom a très bien pris le truc en se moquant de nous et nous avons continué cette tournée avec eux.


Vous avez joué au Raismes Fest l’an dernier et tu es allé chanter dans la fosse, pourquoi ?


C’est quelque chose que je fais depuis quelques années. J’aime me mêler au public. J’aime faire de chaque concert une expérience de vie.


Concernant les concerts, n’est-ce pas trop dur d’alterner des stades et des petites salles ?


J’estime qu’un groupe qui a confiance en lui doit pouvoir jouer sur n’importe quelle scène. J’aime autant jouer dans les petites salles que dans des grands stades parce que c’est plus personnel et intime.


On a commencé cette interview avec la question qu’on t’avait trop souvent posée au contraire quelle est celle que tu voudrais que je te pose ?

(Rires) Tu me peux me parler des prochains concerts de notre tournée française…


Une tournée française est prévue et déjà calée ?


La tournée "New Horizon" commence par une tournée européenne le 9 Novembre à Belfast qui va ensuite traverser la Grande Bretagne et l’Europe donc. En novembre, nous allons jouer à Strasbourg, Lyon et Paris et nous sommes assez impatients de revenir ici. En effet, nous avons joué à Bercy et au Stade de France. Les fans français de rock’n’roll sont complètement fous et ces concerts sont parmi les meilleurs parce que tu sens vraiment le cœur et l’âme du rock dans ce public. Nous espérons juste que nous retrouverons tous ces fans lors de nos prochaines venues (Sourire) !


Enfin, un dernier mot aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?

Je vais le dire en anglais si ça ne te dérange pas (Rires). The Answer apprécie vraiment le soutien qu’on nous a accordé ici en France depuis toutes ces années et jusqu’à aujourd’hui. Nous venons ici depuis de nombreuses années, nous avons de superbes souvenirs et nous sommes impatients d’en avoir pleins d’autres. (En français dans le texte) "Merci beaucoup" !


Merci à toi

(Rires) Ce fut un plaisir !


Merci à Noise pour sa contribution…


Plus d'informations sur http://www.theanswer.ie/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1272
  • 1273
  • 1274
  • 1275
Haut de page
EN RELATION AVEC THE ANSWER
DERNIERE CHRONIQUE
Solas (2016)
On le savait solide, on découvre avec ce "Solas" presque résurrectionnel, ruisselant la vie par tous les pores, que The Answer est devenu (très) grand. Toutes les chroniques sur THE ANSWER
DERNIERE ACTUALITE
THE ANSWER: Solas
SORTIE
Toutes les actualités sur THE ANSWER
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
RAISMES FEST 2013 - 14 SEPTEMBRE 2013
Une chaleureuse 15ème Editon du Festival de Raismes
 
ARTICLE SUIVANT
PAPA ROACH (24 JUIN 2013)
Pour la deuxième fois en trois ans, nous avons rencontré Papa Roach au lendemain de leur prestation au Hellfest. Retour sur leur dernier album et ce qu'ils deviennent...

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020