MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - KORN (13 AOUT 2013)
TITRE:

KORN (13 AOUT 2013)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

NEO/NU METAL



Au lendemain d'une prestation convaincante au Sonisphere, Music Waves a rencontré le dernier membre "stable" de Korn -James "Munky" Shaffer- pour une interview véritée…
STRUCK - 14.11.2013 -
7 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on t'a trop souvent posée ?

James "Munky" Shaffer : Tout le monde me pose des questions sur le retour de Brian… Ce qu’il faut savoir c’est que c’est à nouveau énormément de bons temps et de plaisir…


"Nous sommes humains et nous essayons de toujours faire mieux que ce que nous avons fait précédemment."


Votre actualité est la sortie de votre onzième album studio "The Paradigm Shift" qui semble suivre les pas de "Remember Who You Are", une sorte de retour aux sources, es-tu d’accord avec ça ?

Je ne le pense pas. Je dirais qu’à la sortie de "Remember Who You Are", ce dernier rappelait d’où nous venions alors que cet album est plus une sorte de réconciliation du groupe qui souhaite aller de l’avant. Les titres de "Remember Who You Are" sont bons mais auraient pu être encore meilleurs. Ceci dit, j’ai toujours pensé ainsi : nous sommes humains et nous essayons de toujours faire mieux que ce que nous avons fait précédemment.

Mais cette fois-ci, avec Brian à nouveau dans le groupe en tant que co-compositeurs, la dynamique a énormément changé. Nous sommes revenus à la vieille façon de composer à savoir tous les cinq réunis dans une pièce. Ceci explique sûrement ce rappel aux vieux titres mais qui sont développés avec de nouvelles sonorités.




Cet album peut rappeler la période "Follow the Leader" -avec ses couplets ambiant doublés d’une voix haut perchée et des refrains catchy avec une voix plus heavy et des hurlements comme sur 'Paranoid and Aroused' ou 'It’s All Wrong'…- couplée à vos nouvelles influences électro/dub… Est-ce que cet album sonne le retour d’un Korn au son puissant ?


Tu as tout à fait raison.

Depuis le retour de Brian, quand nous jouons de la guitare ensemble, tu peux entendre que nous aimons le heavy metal. Mais quand tu t’immerges vraiment dedans, tu te rends compte que c’est très funky. A côté, John apporte des éléments électro et des paroles effrayantes, tourmentées. C’est une combinaison de tous ces éléments. Malgré tout cette alchimie met en avant chaque membre du groupe en tant qu’individualité.

Il faut juste savoir que ceci n’est pas délibéré, c’est juste ce que nous sommes… C’est un processus vraiment naturel.


Tu parles d’alchimie. Concernant ce retour aux sources que certains fans rêvaient et n’espéraient plus… Avec le recul, comment juges-tu vos choix artistiques sur "Untouchables", "Take a Look in the Mirror" ou "See You on the Other Side" ?

En effet, l’alchimie n’a jamais été aussi bonne qu'aujourd’hui. Je pense que nous sommes devenus de meilleurs compositeurs et il y a une maturité dans les chansons comme si nous avions réunis toutes nos influences afin de créer ce que nous adorions sur le moment. C’est une sorte d’évolution naturelle et organique.


Comme tu l’as évoqué dans ta toute première réponse, cet album est surtout marqué par le retour d’un membre de la famille…


… C’est exactement cela, tu as raison…


... en revanche, qu’est-ce que ça te fait de constater que certaines personnes considèrent que ce retour n’a que des raisons commerciales ?


Wahou, je ne connais personne qui pense cela (Rires) mais c’est intéressant !

Il faut savoir que le retour de Brian vient de nulle part. En effet, je peux comprendre que certaines personnes pensent que tout ceci a été parfaitement orchestré alors que son retour s’est fait progressivement.

Tout d’abord, nous étions programmés dans le même festival et nous lui avons juste demandé s’il serait partant pour jouer quelques titres avec nous sur scène. Nous étions enthousiastes de constater que sa réponse était positive. L’expérience de cette soirée a été telle que quelques semaines après, je me suis demandé si il ne fallait pas l’appeler pour lui demander d’écrire des titres avec nous et voir si la magie était toujours présente. La première fois que je lui en ai parlé, il a refusé estimant que c’était trop tôt lourd qu’il fallait non seulement écrire un album mais également assurer tout ce qui allait avec et notamment la tournée qui est extrêmement éprouvante aujourd’hui quand tu as une famille…

Pour toutes ses raisons, nous estimions qu’il fallait avancer petit à petit. Chaque chose en son temps et nous verrions comment les choses évolueraient. Mais le jour où nous sommes entrés en studio pour jouer les titres, il était en feu (Sourire) ! L’alchimie au bout de deux jours était telle que nous étions certains que ça allait marcher ! En effet, le courant de la créativité sortait tout seul et surtout, nous avons pris énormément de plaisir : c’est comme si toutes ses années en dehors du groupe n’avaient jamais existé.

 

Nous sommes comme des frères : nous prenons le meilleur et laissons dernière nous ce qui nous intéresse pas. Ca se passe ainsi entre nous mais je peux comprendre ceux qui pensent que tout ceci était prémédité… C’est aussi une raison pour laquelle nous avons fait un super album et nous avons pris un producteur -Don Gilmore- qui a mis en avant les mélodies. Il voulait que nous explorions un territoire mélodique que nous n’avions pas l’habitude d'explorer. Et pourquoi pas après tout ? Nous avons toujours essayé de repousser et développer la créativité dans tous nos albums et ça, nos fans purs et durs le savent, c’est pourquoi ils nous sont si fidèles : chaque nouvel album de Korn est excitant parce qu’ils ne savent pas à quoi s’attendre.


"Nous avons toujours essayé de repousser et développer la créativité dans tous nos albums et ça, nos fans purs et durs le savent, c’est pourquoi ils nous sont si fidèles."


Pour toutes ces raisons, penses-tu que cet album peut entraîner le retour des fans de la première heure de Korn qui n’attendaient plus rien de vous ?

Je peux comprendre qu’après avoir écrit un album comme "The Path of Totality" - qui a repoussé les limites des gens sur leur définition de ce qu’est un groupe de metal - que de nombreux fans de Korn se disent : "Mais qu’est-ce que c’est que cette merde ?". Mais si tu y regardes bien, ces titres sont vraiment heavy.

Malgré tout, je peux comprendre leur réaction vu que c’est quelque chose de complètement différent à commencer par la sonorité de la batterie programmée. Mais je pense que "The Path of Totality" n’est pas si différent de "Falling Away From Me" sorti en 1999 ou 1998, nous avons juste poussé l’aspect électronique…

Je peux voir à quel point c’est dur pour certains fans purs et durs de Korn d’écouter nos deux premiers albums avec cette putain de colère. Mais continuer dans cette direction, d’un point de vue créatif, pour nous, ça n’a aucun sens. Nous avons fait ça, nous sommes bons dans ce registre, l’intérêt était d’explorer de nouvelles possibilités et associations musicales.


A propos de nouvelles possibilités, 'Never Never' introduit des éléments dub step… Quelle est la part d’influence de Skrillex avec qui vous avez travaillé ?

Il a définitivement eu un impact positif sur nous. Pour moi, travailler avec Sonny (NdStruck : Sonny (John) Moore, plus connu sous le nom de scène Skrillex) a été super positif : le titre 'Get Up !' est mon préféré parce qu’il y a tout, à commencer par le riff heavy. C’est mélodique, il y a de supers mix totalement fous…


Etait-ce important d’incorporer ces éléments à vos sons plus classiques ?


Et bien, nous nous demandions comment nous allions trouver un équilibre entre ces deux mondes d’autant qu’avec le retour de Brian, nous voulions être très heavy.
La plus belle chose concernant cet album est que nous avons l’écrit tous les cinq réunis dans une pièce et nous avons basé nos titres sur les riffs. Les éléments électro se sont ensuite greffés tout autour contrairement au processus avec Sonny où j’ajoutais les guitares par la ensuite.


Head n’était pas encore officiellement de retour à ce moment, quel est son avis sur ces influences électro dans votre musique ?

Head n’était effectivement pas encore officiellement dans le groupe à ce moment-là. Malgré tout, nous lui avons passé certains titres et 'Get Up !' fait partie de ses chansons préférées sur la set-list du live que nous lui avons fait écouter. Il aime également beaucoup le titre 'Coming Undone' que j’ai écrit. Donc nous avons joué ensemble ces titres ensemble.

Il y a plusieurs titres que nous avons faits qu’il n'aime pas vraiment… Donc, je lui laisse choisir les titres qu’il voudrait jouer de ces albums. Nous voulons qu’il se sente à l’aise, nous ne voulons pas lui imposer quelque chose qu’il jouerait en trichant sur scène.


Toujours concernant cette expérience dub step sur "The Path of Totality". Avec le recul, quelle est votre analyse sachant qu’il semblerait que contre attente, cet album a plutôt été bien accueilli aussi bien par les critiques que les fans ?

Honnêtement, j’ai un peu l’impression que ce fut mitigé parce que comme je l’ai dit précédemment, nombreux sont nos fans purs et durs qui sont orientés metal, cet album a dû leur faire mal à la tête. Pourtant, en découvrant ces titres sur scène, ils se sont rendus compte que les chansons sont super heavy. Quand ces titres sont digérés, on s'aperçoit que c’est du Korn que ce soit au niveau des paroles de John (NdStruck : Jonathan Davies, le chanteur) ou du son de ma guitare. Je pense que le son de la basse de "Fieldy" (NdStruck : Reginald "Fieldy" Arvizy) a été un peu perdu dans le mixage parce que c’est compliqué de lutter contre un gros synthétiseur…


Mais sur ce nouvel album "The Paradigm Shift", nous avons été capables de reprendre tous les éléments de Korn : Brian et moi même à la guitare, tu peux entendre la présence de la basse de Phil… C’est le meilleur de nos deux mondes, ça sonne à nouveau comme Korn avec ces nouveaux éléments électroniques.


Un des titres présents sur ce nouvel album s’intitule 'Mass Hysteria', connais-tu le groupe français du même nom ?


Oui…Je les adore. Je connais Yann (NdStruck : guitariste du groupe) que j’ai encore croisé lors de notre dernier festival. Nous les connaissons depuis longtemps : nous avons un ami commun Sébastien Paquet qui travaille pour nous en tant que vidéographiste et documentaliste depuis 10 ans. Il travaillait avec eux et quand nous avons partagé une scène commune à Bercy, il y a 10 ans, il nous a dit qu’il adorerait travailler avec nous et ça s’est fait ainsi : il vit aux Etats-Unis aujourd’hui.


Concernant ce titre 'Mass Hysteria', il comporte toutes les qualités du groupe avec un refrain catchy, la façon de chanter si distinctive de Jonathan Davies, les riffs heavy…

Je pense également la même chose. Ce titre me rappelle un titre tiré d’ "Untouchables", 'No One's There'.


… de façon générale, quel est votre recette pour composer de tels titres typiquement Korn !

Je pense que ça vient de nos personnalités individuelles et de la façon dont elles s’expriment. La façon dont je joue les riffs, la façon dont Brian joue les mélodies, la façon dont John délivre son message à travers son chant…


Cette alchimie dont tu parlais…


Oui mais également, la personnalité qui sort de toi, de ton instrument… Peu importe ce que je joue, ça sonnera comme moi. C’est la même chose pour Brian… Et quand tu réunis tous ces éléments ensemble, ils s’emboîtent parfaitement comme les pièces d’un puzzle.

A la base, tout part des riffs de guitare que nous travaillons ensuite pour le rendre plus ou moins agressif suivant l’humeur du moment. Don Gilmore nous a beaucoup aidé dans ce sens en nous aiguillant, en nous disant que nous avions déjà fait certaines choses que nous lui proposions. De façon paradoxale, je dirais qu’il nous a aidé à avoir un son plus Korn, un son plus frais. Par exemple, sur cet album, il y a un titre qui s’appelle 'Punishment Time', il y a cette sorte de distorsion de notes que nous aimons et qui est typiquement Korn…

Nous avons écris 25 idées de titres pour cet album, nous en avons enregistré 20 et John a posé son chant sur 15 d’entre eux. Tu auras fait le calcul par toi même, il nous reste 5 titres sur lequel il manque le chant de John que nous sommes impatients d’entendre si tout se passe bien.

'Prey For Me', 'Massy Hysteria' dont nous avons parlé, 'Paranoid and Aroused', 'Punishment Time' ou 'Victimized'… Tous ces titres donnent le sentiment que la jeunesse de Jonathan a encore été une grande source d’inspiration… Est-ce un homme brisé ? (Rires)


Est-ce que ces textes sont une manière pour lui d’évacuer et d’une certaine façon qu’écrire pour lui agit comme un traitement cathartique ?


Cet album traite de beaucoup de sujets et choses. Des choses qui se sont réellement passées ou qui se passent encore et d’autres qui ne le sont pas forcément. Il voulait écrire des paroles de chansons de metal dans lesquelles tu vois à quel point il est tourmenté. Mais si tu fais abstraction de cela, les titres parle de nous en tant que groupe et du voyage que nous effectuons ensemble. Mais c’est vrai, certains autres titres et comme la plupart de ses écrits, parle de son enfance, son anxiété…


'Victimized' également semble très personnel…

Tu as tout à fait raison. La plupart de ses textes traitent du combat qu’il mène contre l’anxiété… C’est une façon pour lui de l’expulser sur le papier et passer à autre chose : ça revient à ce que tu disais effectivement afin de ne pas garder ça en lui et finir à l’asile.


Comme tu l’as dit en parlant des deux premiers albums, Korn était le porte-parole d’une génération en colère dans les années 1990. Te sens-tu toujours proche de cette génération qui a grandi avec vous ?

Je pense que la génération de 1990 est composée de personnes dépressives (Rires) ! Je dirais que nous étions une issue pour cette génération X comme on l’appelle avec des groupes comme Alice in Chains… Les années 1980, c’était la fête et les années 1990, c’était une accroche.

Honnêtement, les personnes de 2000 à aujourd’hui semblent plus conscientes de comment elles vivent, de ce qu’elles mangent… Je sais ce que nous sommes, ce que nous sommes en tant que groupe mais je pense que les gens sont conscients que nous avons changé comme eux. Je dirais que ça se voit dans nos chansons, tu sens une maturité dans la composition des chansons de ce nouvel album.


"Nous ne sommes pas autant nourris par la colère qu’à nos débuts. On utilise désormais plus de couleurs pour peindre une toile alors que nous n’utilisions que le noir à nos débuts."


Peut-on dire que vous avez vieilli et avec les années, votre colère et vos aspirations ont changé depuis ?

Oui, je le pense. Je pense que nous ne sommes pas autant nourris par la colère qu’à nos débuts. On utilise désormais plus de couleurs pour peindre une toile alors que nous n’utilisions que le noir à nos débuts (Sourire).




Comment perçois-tu vos débuts avec ce succès arrivé de façon fulgurante ? A cet égard, te souviens-tu de la vidéo "Who Then Now" où on vous voit dans le tour bus en train de jouer à celui qui fera le meilleur jet de salami sur la poitrine des filles à moitié nue ?


Bien sûr que je me souviens de cette vidéo (Sourire), je dirais que nous étions des gamins immatures (Rires) : nous nous amusions au contact de la gloire ! Nous n’étions que des gamins totalement crétins (Rires) !


Question traditionnelle de Music Waves. Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?


Hum… Je dirais quand nous avons joué à Woodstock en 1999 avec la plus grande foule pour laquelle nous avons joué je pense. Je me souviens être vraiment très nerveux, j’ai joué toutes les chansons très rapidement… et je me souviens même du lendemain où les journaux évoquaient ce festival et je me disais que j’y étais et que j’avais passé un super moment.


Au contraire, le pire ?

Le pire ? Oh mon Dieu (Rires)… Hum, nous avons joué avec Metallica, ils étaient assis en face de nous avec le public et nous devions reprendre leur titre 'One' et j’ai totalement raté l’intro. Je voulais me faire écraser par un camion : être en face d’eux et de ce public aussi nombreux a été un de mes pires moments…


On a commencé par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu voudrais que je te pose ?


Oh… Brian est génial

Head (qui venait de terminer son interview) : Wahou !

Munky : Non, c’est vraiment super de l’avoir de nouveaux avec nous en tant que co-compositeur, pour nous aider à composer les chansons, c’est pourquoi cet album va marquer les esprits.


Et toi Head, es-tu content d’être retour malgré ce que j’ai pu entendre...

 

Head : Qui a dit ça ?

Munky : Il plaisante mec (Rires) !

Head : Ce n’est pas si mal même et j’ai touché un gros pactole pour ce retour (Rires). Non aujourd’hui, ma vie est vraiment belle, je vis mes meilleurs moments.


Et vos fans vont très certainement être enchantés par ce nouvel album.

Munky : Je pense comme toi également. Nous sommes des fans de Korn et en tant que tel, nous sommes super fiers de ce nouvel album. L’approche, la façon dont nous avons écris cet album - réunis tous les cinq dans une pièce -, les éléments électroniques ajoutés ensuite… amènent une fraîcheur : c’est le meilleur de nos deux mondes.


Avant de se quitter, un dernier mot aux lecteurs de Music Waves ?

Je ne pourrais pas le faire en français mais si vous avez lu cette interview jusqu’ici (Rires), je voudrais dire merci (Rires) !


Et à bientôt je présume : avez-vous des dates françaises prévues ?

Une tournée conséquente est en train de se préparer avec bien entendu, une tournée européenne…


Merci

Tout le plaisir était pour moi…
Et merci à PhilX et Noise pour leur contribution...



Plus d'informations sur http://modlife.com/korn
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1705
  • 1706
  • 1707
  • 1708
  • 1709
  • 1710
  • 1711
Haut de page
EN RELATION AVEC KORN
DERNIERE CHRONIQUE
KORN: The Nothing (2019)
4/5

Avec un nouvel opus lourd et puissant comme à l'accoutumée, Korn n'a pas pris une ride.
DERNIERE ACTUALITE
KORN: Les détails sur le nouvel album
 
AUTRES ARTICLES
RHAPSODY OF FIRE (06 NOVEMBRE 2013)
Dans le cadre de la sortie du nouvel album de Rhapsody of Fire, le "vrai", Music Waves a rencontré le co-fondateur restant - Alex Staropoli - pour une interview pleine de sens...
INTERVIEW DE STRUCK (MAÎTRE ES INTERVIEWS)
Struck est au sein de Music Waves depuis 7 ans. A ce titre, il a plus de 300 interviews à son actif, et nous lui avons demandé de partager avec nous certains des moments forts de ces moments passés avec Steve Vai, Richard Gotainer ou bien Corbier...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021