MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - OCEANS OF SADNESS (LE 06/08/07)
TITRE:

OCEANS OF SADNESS (LE 06/08/07)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

DEATH METAL



Après avoir été ébloui par “Mirror Palace”, il était imperatif pour Music Waves d’en savoir plus sur les responsables de cette tuerie.
STRUCK - 11.09.2007 -
0 photo(s) - (0) commentaire(s)

Et encore une fois c’est Ping Ping qui s’est porté volontaire pour rencontrer le chanteur du groupe Tijs Vanneste qui s’avérera un mec super simple mais super intelligent !

Ping Ping : Salut, je suis Ping Ping l’interviewer star de Music Waves : tu me connais ?
Tijs : Oui, si tu es vraiment la grenouille folle blasphématoire alors tu DOIS vraiment venir directement de l'enfer parce-que je pensais t’avoir tué il y a longtemps déjà!

Ping Ping : Oups…. Peux-tu te présenter toi et mon coup de cœur death progressif de cette année 2007 ?
J'vais essayer de te donner la version courte de notre passé ; de toute façon, notre biographie complète peut aussi être trouvée sur www.oceansofsadness.com.
Tijs : Oceans of Sadness a commencé en 1995 et aujourd'hui, il reste toujours 3 membres originaux... Au total, nous avons connu trois changements de line-up pour des raisons personnelles comme la construction de maisons ou avoir des gosses... Mais nous sommes encore amis…
Nous étions tous des amis d'enfance ainsi quand quelqu'un a appris à jouer de la guitare, l'autre commencé la batterie. Nous sommes très heureux d’avoir réussi à surmonter toutes les circonstances au cours des années. A ce jour, nous jouons ensemble depuis déjà 12 ans, aucune merde et si tu écoutes nos premiers albums, tu entendras immédiatement que c'est le même groupe, bien que nous jouions déjà de la merde… Mais tu entendras déjà que nous cherchions quelque chose, quelque chose que nous cherchons toujours aujourd'hui…

Ping Ping : Quelle est la signification d’Oceans of Sadness : nom qui respire la joie de vivre ?
Tijs : Oui, j'admets que c'est un nom sur-dramatique pour un groupe, mais tu t’attendais à quoi venant de 6 pets de 16 et 17 ans (Rires) ? A l’époque, nous étions fortement sous l'influence de groupes comme le Type O Negative, My Dying Bride, Paradise Lost et beaucoup d'entre d'autres... Je suppose que c’est simplement l’héritage que nous devrons porter jusqu’à notre mort. En réalité, nous sommes 6 buveurs de bière qui prennent le temps de vivre.

Ping Ping : Quel est le but poursuivi par les membres d’Oceans of Sadness ?
Tijs : C'est une cause naïve mais noble que nous poursuivons, au risque de sonner blasé (ce que je n'ai pas l'intention !) ; notre but est de rendre chaque nouveau riff, chaque nouvelle idée, chaque nouvelle chanson ... aussi frais que possible. L'originalité, la structure, le développement et l'énergie sont nos mots-clés.
Nous écrivons nos nouveaux matériels plutôt vite mais nous supprimons aussi des tas de musique, parfois même des chansons entières. Parce que nous pensons que ce n'est pas assez bon ou à cause d'un détail qui continue à nous déranger. Je ne veux pas feindre que nous faisons quelque chose de complètement nouveau car nous ne le faisons pas mais nous essayons vraiment de tirer de bonnes choses de tout ce que nous entendons ; que cela vienne du métal ou d'autres sortes de musique. Et nous secouons tout ça jusqu’à ce que ça sonne comme il devrait.

Ping Ping : Quelle est la signification de l’artwork de “Mirror Palace” ?
Tijs : La signification de l'illustration ? Je suppose l'expression de l'agonie d’une certaine façon.
La pochette représente un reflet déformé dans un miroir brisé d’une tête qui est devenue pierre… ou quelque chose comme ça (Rires)

Ping Ping : Quel est le sujet de "Mirror Palace"?
Tijs : Les textes de l'album décrivent les pensées d’une personne ou de tout le monde en même temps... Je n'aime pas parler de ce que je veux dire avec ces textes parce que je les écris à l’intuition, une sorte d'écriture automatique. Ensuite, je comprends un jour ou l'autre ce que je chante en réalité, mais rien n'est vraiment pensé... Tu peux faire d'eux ce que tu veux comme je le fais !

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/OOS01.jpg[/IMG]

Ping Ping : Je te jure que vous avez réussi à me botter le cul avec votre sacrément bon “Mirror Palace” : un de mes albums préférés de cette année 2007 !
Tijs : Cool ! Je suppose qu’avec cet album, finalement, tout colle parfaitement ensemble aussi bien au niveau du son que des chansons. La seule chose que nous pouvons faire est d’espérer que beaucoup de gens partagent tes pensées (Sourires).
En attendant, nous allons continuer d’essayer de nous améliorer et l'album suivant devrait pouvoir nous ouvrir plus de portes. J'ai ce sentiment que 'le grand' auditoire est prêt à écouter de nouvelles façons de faire du métal, pour quelques groupes originaux à la place de copies. L'idée que tout était mieux avant est une grosse merde à mon avis… C’est juste que rien n’arrive facilement.

Ping Ping : Quelles sont vos influences ?
Tijs : Toutes les sortes de musique. Je suis intéressé par tout, tous les genres de chaque période. J'essaye de découvrir de nouveaux trucs chaque jour. Pour ça, internet est vraiment une bénédiction pour moi. Je passe des heures à chercher sur internet des diamants bruts dans la jungle numérique.
Ce n'est pas que nous voulons jouer du métal et le combiner avec des choses étranges pour arriver à quelque chose comme du « jazz-métal »... Non, nous essayons de prendre des idées à l'arrière-plan d'un genre et les convertir dans le métal. Je suppose que c'est aussi pourquoi les gens ont parfois des difficultés à mettre une étiquette sur notre musique.

Ping Ping : Comment qualifierais-tu ce « patchwork » musical ?
Tijs : Je l'appellerais simplement MÉTAL. Tout le truc avec ces sous-genres est de créer des niches plus petites et la seule chose où cela peut mener est que seule une petite partie de l'audience écoute ta musique.
J'aime l'idée que chacun peut trouver quelque chose dans notre musique... Peut-être c'est de nouveau tout à fait naïf de ma part, mais merde, n’est-il préférable d'être naïf que cynique, non ?

Ping Ping : Tout à fait d’accord… "Mirror Palace" est votre quatrième album : Comment expliques-tu que ce dernier est l’album de la découverte d’Oceans of Sadness ? Les autres étaient-ils inaboutis ?
Tijs : Je suppose que c'est la somme de plusieurs facteurs... Mais je suppose que le problème principal était que nous n'avions tout simplement pas trouvé de deal approprié pour une bonne distribution européenne, à l'extérieur du secteur du Bénélux. Tu ne devines pas à quel point il est difficile d’obtenir un deal avec un label quand tu fais quelque chose de différent de ce qu’ils ont l’habitude d’entendre.
Avec cet album, il semblerait que nous ayons passé un certain cap et soudainement, nous touchons plus de personnes avec notre musique. Je peux seulement espérer que nous pourrons continuer cette évolution car nous travaillons déjà dur sur de nouveaux trucs et nous espérons entrer en studio l'été prochain.



Ping Ping : Quoiiiiii ? Tu veux dire qu’un nouvel album est déjà en préparation ? Quand, quand… Je le veux maintenant… Comment sonnera-t’il ?
Tijs : Oui, actuellement, nous avons environ 5 chansons déjà finies et on a déjà des tas d'idées pour le reste des chansons.
Le son sera un peu différent de celui de « Mirror Palace ». Nous ne nous répéterons jamais… Du moins, j'espère. Si jamais je venais à remarquer que c’était le cas, je pense que ce serait le temps pour un nouveau groupe. Le plan est de continuer à travailler sur ces chansons jusqu’au printemps 2008 et d’entrer en studio autour de l'été prochain.

Ping Ping : Quelle est la contribution de Jens Bogren (Opeth/Katatonia) sur votre musique ?
Tijs : Jens est béni avec une paire d'oreilles d'or, il est très jeune mais bon sang qu’il est doué ! Il n'a pas vraiment été impliqué dans le processus d'écriture des chansons puisque tout était déjà complètement fini au moment où nous lui avons donné mais il a donné à nos chansons le son dont elles avaient besoin.
Avec les précédents albums, nous avons toujours eu des difficultés à trouver le bon mix ou le bon son. C'est le premier album où nous sommes très contents.

Ping Ping : Produira-t’il le prochain ?
Tijs : Oui, Jens fera sa magie sur l'album suivant aussi ! Nous ne savons pas encore si nous pourrons faire les enregistrements et tout au Fascination Street Studio mais ce serait le scénario rêvé.
Nous verrons, nous avons encore du temps et nous ne sentons pas une forte envie de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit sauf à nous-mêmes ; il n'y a donc aucune pression.

Ping Ping : Quelle est la prochaine étape de l’évolution d’Oceans of Sadness ?
Tijs : Nous développons toujours beaucoup notre son avec de nouvelles chansons et nous estimons toujours que nous nous améliorons dans ce que nous voulons faire. Le piège à éviter pour nous est qu’on ne doit pas être TROP emporté par notre enthousiasme comme nous l’avons fait sur notre 3 troisième album « Send In The Clowns » où le résultat était parfois un peu TROP agité (Rires).
L'art de faire la musique est de savoir que faire et à quel moment... Trouver un équilibre dans tout ce chaos et nous le faisons toujours comme nous le pensons... Et franchement, j'espère ne jamais découvrir le secret car que devrions-nous faire après ? Danser pour de l’argent comme un singe ?? Nah… Cela doit rester intéressant sinon il n’y a aucun fun.

Ping Ping : Une des choses qui m’a frappé à l’écoute de "Mirror Palace", c’est ta voix claire très proche de celle de Daniel Gildenlöw : est-ce fait exprès ? Comment vis-tu cette comparaison ?
Tijs : Et bien, pour être vraiment honnête, je -comme le reste du groupe- ne connaissais pas vraiment Pain of Salvation avant que les gens n'aient commencé à parler d'eux dans les chroniques de « Mirror Palace ». J'espère que tu me crois parce que c’est vraiment la vérité.
L’autre vérité est que je dois être honoré par ces compliments parce que nous (du moins Jo et moi) avons écouté tous leurs albums et ils sont incroyables ! Je ne sais pas vraiment où se situe exactement le lien avec notre musique, mais je suis honoré parce qu’ils sont géniaux !

Ping Ping : Je te crois parce que t’es un gars cool… mais c’est la seule raison… Je ne peux pas croire que vous ne connaissiez pas Pain of Salvation LE groupe de prog métal avec Dream Theater !
Tijs : Tu as raison mais tu devrais savoir que nos racines ne sont pas du tout dans la scène progressive (sauf Dream Theater mais juste parce qu'ils sont grands). Nous sommes plutôt un groupe comme Craddle of Filth ou Dimu Borgir ou même In Flames et des trucs comme ça, tu vois ? Dans nos têtes, le prog était plus quelque chose pour les gens « intelligents » intéressés par la technique et qui savent vraiment comment jouer leur truc…
Je pense que la seule raison pourquoi nous sommes nommés progressifs en ce moment est parce que nous faisons du métal extrême mais d’une façon étrange, non ? Je veux dire par là que je trouve que nous avons beaucoup plus en commun avec un groupe de Göteborg comme Dark Tranquillity qu’avec Queensryche, qui a toujours été notre définition du prog (Sourires), non ?
Mais à l’inverse, nous ne ressemblons pas à Dark Tranquillity parce que nous utilisons seulement quelques idées à eux pour faire quelque chose complètement autrement … Nous n'essayons pas délibérément de sembler intelligents ou bien-pensants parce qu’en réalité, nous ne pensons pas autant que ça voire pas du tout. À la fin, nous tous voulons juste jouer du sale rock’n roll.

Ping Ping : Je te laisse quelques lignes pour faire de la promo d’Oceans of Sadness auprès des français mais surtout auprès des promoteurs car je crois savoir par notre pote commun Struck que tu as un message à leur faire passer et notamment pour obtenir une date en France…
Tijs : C'est en réalité la même histoire que convaincre les labels pour sortir de cette merde... Si tu veux voyager décemment, tu dois travailler en collaboration avec des promoteurs de concerts européens convenables... Premièrement, ce n'est pas facile de mettre le pied dans la porte. Deuxièmement, il y a de grandes chances qu’ils répondent qu'ils aiment beaucoup notre musique beaucoup mais qu’ils n'ont pas le moindre indice de comment la vendre ou de faire une combinaison avec un autre groupe sur leur liste...
Pour moi, c'est clair comme de l’eau de roche que nous pourrions tourner avec presque n'importe quel groupe ; il y aura toujours une partie de l'audience qui nous aimera beaucoup, comme il y en aura aussi une partie qui ne nous aimera pas.
Une fois, My Dying Bride a tourné avec Iron Maiden, donc je ne vois pas pourquoi nous tournerions avec personne ?
Non, sérieusement, si des promoteurs français creusent notre truc, j'espère qu'ils prendront contact avec nous parce que la distance n’est pas SI grande. Nous pourrions facilement venir en France sur un week-end ou pour un bon concert.

Ping Ping : Allez les gars trouvez leur un bon deal, quoi ! Je trouve vraiment dommage que les français soient privés d’un tel groupe ! Justement je crois savoir que les hollandais sont tombés amoureux de vous : raconte-nous… Et êtes-vous populaires en Belgique ?
Tijs : En Belgique et la Hollande, nous avons déjà fait un long chemin... Quand nous étions très jeunes, nous avons eu l'occasion de jouer au surpuissant festival de Dynamo Open Air et cela a vraiment pris des proportions énormes. Actuellement, nous faisons beaucoup la promotion de l'album aux Pays-Bas, faisant aussi quelques concerts avec nos amis d'Epica. Et en Belgique, nous jouons aussi fréquemment... Nous devrions nous concentrer sur l'étranger un peu plus, mais comme je l'ai dit, nous sommes vraiment prêts pour cela mais attendons l’occasion de le faire.

Ping Ping : Vous avez participé au Graspop: peux-tu nous raconter tes impressions et celui du public ?
Tijs : Cette année, nous avons fait Graspop pour la 4ème fois déjà et chaque fois c'est l'oeil du taureau, la foule est fantastique, des milliers de gens complètement fous devant la scène. Cette année était la première année où on a interdit la scène ou le « slam » aux gens… Mais nos fans ont fièrement ignorés cette règle (Rires). Nous voulons faire en sorte que l’audience atteigne la même énergie que nous sur scène, si nous y arrivons, nous sommes très heureux.

Ping Ping : Sais-tu que les artistes belges en France sont Annie Cordie et Johnny Halliday ; qu’est-ce que cela signifie pour toi ? Que nous autres français avons des goûts de chiotte et explique de facto pourquoi vous avez trant de mal à trouver un deal pour tourner en France ?
Tijs : Je ne sais pas si ma perception de la France est 100 % correcte mais en Belgique, la France est très populaire pour aller en vacances, la bonne bouffe et… (Rires)
Non sérieusement, en Belgique, nous remarquons que la scène française monte clairement ces jours. Vous avez de supers groupes dans des genres différents, des groupes comme Gojira, Scarve ou Anorexia Nervosa. Récemment, j’ai découvert Hacride et Lyzanxia… donc je suppose que des tas de chose arrivent dans ton pays !
Concernant la question des tournées, comme je l’ai dit, les gens peuvent toujours se mettre en contact avec nous pour faire des concerts autour du globe.

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/OOS02.jpg[/IMG]

Ping Ping : Je vois que tu as de bons goûts et réponses… Je te conseille également des groupes comme Mistaken Element, Klone ou Carnival in Coal (dont le chanteur réside actuellement en Belgique)
Tijs : J’écouterai tous les groupes que tu m’as cité, je suis sans cesse à la recherche de nouveauté !

Ping Ping : Si tu devais aller sur une île déserte et tu n’as droit qu’à 5 albums dans ta valise : quels albums apporterais-tu ?
Tijs : Auch … Question difficile ! J’espère que mes réponses ne troubleront aucun de tes lecteurs…
Je prendrais certainement l’album « Déjà Vu » de Crosby Stills Nash and Young pour les grandes harmonies dans les chants. Je prendrais « Burning Bridges » d’Arch Enemy qui est -je pense- leur meilleur album. J'ai aimé leur chanteur précédent et cet album sonne superbement avec toujours une odeur malsaine partout. Je prendrais n'importe quel album de Stan Getz et commencerait chaque matin avec… Certainement « Undertow » de Tool qui me donnerait de grands plaisirs et pour finir, je prendrais un truc de piano de Beethoven avec moi… Je suppose que cette île déserte pourrait être amusante et intéressante comme l'enfer.. Appelle-moi pour me dire quand nous partons!

Ping Ping : J’y manquerais pas. Mais avant cela, retour à "Mirror Palace" qui est l’exemple type d’album à tiroirs… Prendre le contre-pied de l’auditeur est un style de composition que vous vous imposez ou cela vient tout naturellement ?
Tijs : Tout ce que nous faisons, nous le faisons en suivant notre intuition ou « la magie du moment » ; tu comprends ce que je veux dire ? Je veux dire que quand tu travailles sur une idée, tu dois « sentir » dans quelle direction la chanson devrait aller.
Nous répétons toujours 2 fois par semaine et chaque chanson est le résultat de départ de cela et soudain, tu as une chanson finie. Après cela, c'est seulement une question de polissage de diamant avant de finir en studio.
Quelques fois, nous travaillons pendant quelques semaines sur une chanson, mais cela arrive aussi que nous finissions une structure de base entière lors d’une répétition, tout dépend du moment... Et du niveau d’ébriété peut-être (Rires).
Nous répétons aussi le dimanche après-midi depuis que nous avons seize ans et parfois, quelques uns d’entre nous sont encore ivres en arrivant aux répétitions, venant parfois même directement du bar (Rires). Nous sommes des provinciaux, nous aimons toujours faire la fête !

Ping Ping : Le titre « Cruel Sacrifice » termine sur des intonations « western » d’où vous est venue cette idée ? De Lucky Luke de votre compatriote Morris ?
Tijs : En fait, tout ceci est une blague (Rires) Quand nous travaillions sur la partie finale de cette chanson, la base était ce riff de guitare vraiment lourd combiné avec la frappe rapide de la batterie et soudain, il nous est venu à l’idée que le rythme de cette partie pourrait facilement être utilisé avec du piano de ragtime, qui nous rappelle ces vieux westerns avec des hommes ivres, dansant avec des femmes et un pianiste...
La blague supplémentaire était bien sûr que nous finissons la chanson en faisant l'opposé de l'énonciation bien connue qui dit « ne tirez pas sur le pianiste » ... Comme je l'ai dit, nous ne sommes pas vraiment sérieux !

Ping Ping : Il y a-t’il un message dans l’album et l’artwork de « Mirror Palace » ?
Tijs : Je ne veux pas paraître trop dramatique avec des messages et tout ça... S'il y a un message dans l'album, c’est qu'il y a déjà assez de messagers dans ce monde et qu'il est grand temps que les gens commencent à penser d’eux-mêmes au lieu de suivre toutes les sortes de propagande prétentieuse.
Personnellement, je pense qu'il y a beaucoup trop d'ignorance dans ce monde, beaucoup de personnes choisissent l'option facile et suivent leur berger comme un troupeau de moutons. Même s'il les conduit directement dans une fosse... L'histoire l'a prouvé.
Mais assez de tout ça, je ne veux pas commencer parce qu’une fois commencé, il est très difficile de t’arrêter.

Ping Ping : J’adore tes réponses… J’aime votre musique, ta façon de penser… Tu n’es pas mon frère caché qui aurait pris tous les talents que je n’ai pas ? Enfin, comment ressens-tu le fait d’être interviewé comme une rock star ?
Tijs : Je ne pense pas être une rock star, je suis plutôt un musicien sage qui essaye de travailler aussi durement que possible et prend comme un cadeau l'inspiration qu’on me donne.
Je préférerais être considéré comme quelqu'un qui a traité sa musique comme si c’était de l'or que comme quelqu'un qui pense qu'il fait de l'or lui-même. Par éducation, je suis un artiste et pour moi faire des chansons et peindre sur une toile c’est vraiment la même chose. On devrait penser beaucoup plus au lieu de juste suivre le flux, on voit ce qui arrive et où cela nous mène tous.

Ping Ping : Est-ce qu’être une star du métal aide avec les filles ?
Tijs : J’ai bien peur que je sois la mauvaise personne pour demander ça. Ne t’y méprends pas, j'aime les femmes, mais une fille qui m'adorerait en tant que membre d’un groupe ; ce n'est pas vraiment ma tasse de thé… Les hommes sont des prédateurs donc le défi devrait venir de mon côté … Et en plus, je suis avec la même petite amie depuis déjà plus de 7 ans et crois-moi, une femme c’est tout à fait suffisant (Rires).

Ping Ping : Quelle chanson de votre répertoire qualifierait le mieux la musique d’Oceans of Sadness ?
Tijs : Je pense que toutes le sont. Nous avons l'intention de faire chaque chanson qui bien qu’elles soient différentes soient aussi bonnes. Les albums avec 3 ou 4 bonnes pistes et le reste du remplissage puent.
Pourquoi devrions-nous perdre notre temps à écrire des titres pour remplir alors que nous pourrions l’utiliser à écrire des titres qui tuent ? (Rires)
Je pense que chacun devrait écouter l'album en entier à plusieurs reprises et si tout va bien, il devrait grandir en chacun à chaque écoute.

Ping Ping : Ok… Je change la tournure de ma question ; si tu avais une chanson à choisir pour faire découvrir ton groupe à quelqu’un qui ne le connaît pas : laquelle choisirais-tu ?
Tijs : Ehmm. Vraiment je dirais : « n’écoutes pas qu’une chanson, mec ! ». Tu dois écouter l'album entier. N’écouter qu’une chanson revient à lire un chapitre d’un livre et te faire une opinion rien que sur ça … Non, Non, je sais que de nos jours, les gens ne sont pas très patients ; ils ont tous des désirs immenses et ils veulent les obtenir dès que possible mais tu DOIS t’arrêter et prendre ton temps pour parvenir à connaître cette musique, ce n'est pas du Mc Donalds.

Ping Ping : Pourquoi avoir faite cette reprise d’Alice In Chains ?
Tijs : Alice In Chains est tout simplement un des grands groupes avec lesquels nous avons grandi avec… Avec Faith No More, Soundgarden. Nous sommes des types des années 1990, donc ces groupes sont dans nos bagages. J'espère que nous leur avons fait un bon hommage, du moins c’est ce qui était prévu.

Ping Ping : Personnellement, j’adore cette reprise… Justement avez-vous eu des retours de membres d’Alice In Chains ? Comment avez-vous obtenu le droit de mettre cette chanson sur votre album ?
Tijs : Tous les droits de notre version vont directement à Alice In Chains et franchement, je m’en fous, nous ne voulons pas faire d’argent sur le dos de quelqu'un d'autre. Non, j'ai essayé d'entrer en contact avec eux de différentes façons, mais je n'ai jamais réussi à le faire… Pourtant j'aimerais savoir ce qu'ils pensent de notre hommage !

Ping Ping : D’où vous vient cette idée d’intégrer du piano, du violon dans vos compos les rendant ainsi encore plus incontournables ?
Tijs : Nous avons commencé avec Hans (clavier) et nous finirons avec lui. Nous ne savons pas pourquoi, mais cela importe pas vraiment... Nous aimons voir le clavier comme un instrument égal dans notre musique et non juste là pour remplir des vides dans la musique.
Il est incroyablement doué et invente toujours le truc auquel nous ne nous attendons pas... Notre musique ne serait pas la même sans lui.
Le violon a été fait par un ami appelé Andries Boone qui joue normalement toutes sortes de trucs folk ou country. Il a toujours voulu jouer sur un album de métal donc c'était sa chance (Rires).
Nous sommes ouverts à beaucoup de trucs, pour l'album suivant nous pensons même à l'enregistrement avec un grand orchestre entier et avoir des mariachis. Qui sait ce qui se passera, tout est possible.

Ping Ping : Est-ce les violons de « Them Bones » vous ont-ils été inspiré par Didier Lockwood?
Tijs : Tu devrais demander ça à Jerry Cantrell car le solo de guitare a été basé sur lui... Nous avons joué avec Andries la chanson originale environ 3 fois et lui avons dit d'en faire une version avec l'original en mémoire. Je pense que le résultat final tue ! Tu peux parier ton argent qu'il sera aussi impliqué dans l'album suivant.

Ping Ping : Comment expliques-tu cette image que les français ont des belges si ce n’est que les français sont stupides ?
Tijs : Je ne sais pas vraiment ce que les français pensent de la Belgique... Je ne sais pas vraiment si je me dois même m’en soucier, n'est-ce pas ?
Je ne pense pas vraiment en termes de pays moi-même.... En Belgique, nous avons ce groupe qui joue cette chanson appelée « Cause The World is Mine »... Je suppose que je le crois aussi ?

Ping Ping : Quelle est la question que tu aimerais que je te pose ? Et quelle serait ta réponse ?
Tijs : Pourquoi as-tu choisi de faire du métal plutôt qu’un autre style de musique avec lequel tu aurais touché plus de gens ?
Ma réponse serait parce que le métal est la seule musique qui me donne cette sorte d'adrénaline. Je suis vraiment gelé au repos mais pas quand je joue ma musique ou dans une fosse quelque part. De la même façon que j'aime le jazz pour me refroidir au soleil, j'aime le métal pour faire headbanger ma putain de tête une fois de temps en temps (Rires)

Ping Ping : Même si tu es un belge non francophone : peux-tu dire quelques mots de français ?
Tijs : Je m’appelle Tijs Vanneste et j’ai faim (Rires)


Ping Ping : Ping Ping : Avant de te quitter, je voudrais te remercier pour le temps à répondre à Music Waves. Mais avant cela, mon frère Kiku m’a appris que pour être bien élevé, je devais laisser les derniers mots à l’artiste interviewé… A toi de jouer donc…
Tijs : Et bien … Espérons que cette interview convertira beaucoup d'âmes à notre musique et ainsi être bientôt capables de faire quelques concerts en France… Gardez un oeil sur www.oceansofsadness.com et www.myspace.com/oceansofsadness car des choses continuent à arriver pendant que nous parlons (Rires)… Oh oui, et ne lisez pas TROP internet parce qu’il y a un monde entier qui continue de vivre à l'extérieur aussi pendant que nous parlons (Rires)! A la vôtre et bon été !


Plus d'informations sur http://www.oceansofsadness.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Haut de page
EN RELATION AVEC OCEANS OF SADNESS
DERNIERE CHRONIQUE
OCEANS OF SADNESS: The Arrogance Of Ignorance (2008)
4/5

 
AUTRES ARTICLES
DE JOEL STROETZEL (KILLSWITCH ENGAGE) : TRABENDO LE 05/06/07
Avant de se déchainer au Trabendo, le guitariste de Killswitch Engage a bien voulu répondre aux questions de Music Waves dans son méga-bus !
KAMELOT (MAI 2007)
Pour sa première en solo, Judoka s'est frotté à Thomas Youngblood pour une interview des plus... croustillantes !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021