MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - WALKING PAPERS (13 DECEMBRE 2013)
TITRE:

WALKING PAPERS (13 DECEMBRE 2013)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Cerné par une horde sympathique de fans de l'ex-bassiste des Guns N'Roses, Music Waves a rencontré les leaders de Walking Papers à savoir Jeff Angell et... Duff McKagan...
STRUCK - 19.12.2013 -
6 photo(s) - (2) commentaire(s)

Comment te sens-tu à quelques minutes d’entrer sur scène ?

Duff McKagan : Oh ! Je suis toujours nerveux !


Encore aujourd’hui, après toutes ces années sur la route ?

Duff : Hum, je suis nerveux mais pas au point de tout foirer (Sourire) ! C’est juste que tu ne sais pas à quoi t’attendre, je pense que c’est cette sorte d’excitation que j’appelle nervosité. C’est pourquoi dans tous les groupes dans lesquels j’ai pu jouer, j’ai toujours eu besoin d’une heure seul au calme…

Mais oui, j’adore toujours ça, je suis toujours aussi passionné par ce que je fais : je veux toujours donner le meilleur de moi-même.


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Duff : Hum, une question classique relative à Gun N’Roses et quand allons-nous nous reformer (Sourire) !


Justement, tu n’es pas agacé de voir que ta carrière est résumée à ton passage dans Guns N’Roses
?

Duff : Mon passage dans Gun N’Roses date d’il y a 25 ans… Mais je ne dirais pas que les gens résument ma carrière à cette période. Je pense que si tu prends des risques en musique, si tu essaies de nouvelles choses, tu sais ce qui va arriver…


"Jouer dans Walking Papers était vrai défi, j’ai dû jouer de la basse différemment et musicalement je suis satisfait du résultat comme je ne l’ai jamais été."


A cet égard, peut-on dire que le fil rouge de ta carrière est de prendre des risques ?


Duff : Oui ! Cela m’a permis de continuer à grandir en tant que musicien. J’écoute sans cesse de nouvelles musiques - et j’ai des ados qui écoutent de nouvelles musiques sans arrêt.

Le processus de ma carrière et ma vie est d’essayer de nouvelles choses, de nouvelles musiques… Cela ne veut pas dire pour autant changer de groupes : j’aurais aimé continuer et que les Velvet Revolver ou les guns restent ensemble… Mais ce ne fut pas le cas. Dans ces conditions, j’ai dû prendre des décisions concernant la suite de ma carrière. Et il s'est avéré que j’ai toujours voulu jouer avec Jeff et Barrett, dont acte...


Justement, même si tu dis toujours avoir voulu jouer avec les membres de Walking Papers, ne crains-tu pas que le public se demande si ce groupe n’est qu’un énième projet pour toi et pas un vrai groupe ?

Duff : Oui mais la seule réponse que je peux donner est cette tournée que nous faisons et ce que nous produisons ensemble : c’est quelque chose de vrai !


A ce propos, le son de Walking Papers oscille entre blues, rock, pop et art rock… Une musique calme et toujours accrocheuse, dans un registre différent du hard rock voire punk que tu as l’habitude de jouer ?

Duff : Tu as tout à fait raison et ça grandit ! C’était un vrai défi, j’ai dû jouer de la basse différemment et musicalement, je suis satisfait du résultat comme je ne l’ai jamais été.


Walking Papers sonne comme un groupe qui existe depuis des années… Comment expliques-tu cette alchimie ?

Duff : C’est incroyable et je ne sais pas l’expliquer non plus ! Mais je pense que la musicalité de chaque membre est assez exceptionnelle et unique. De plus, Jeff a une façon de s’approprier une chanson avec sa voix qui nous donne cette impression que nous jouons ensemble depuis très longtemps.


Le principe me rappelle le groupe The Winery Dogs qui comme vous sort son premier album et l’alchimie a été immédiate.

Duff : Je commencerais pas dire que nous sommes pas sur le même label (Sourire) !

Jeff Angell : En revanche, je ne pense pas que nous sonnions comme The Winery Dogs (Rires) !

Duff : Ce n’est pas ce qu’il a voulu dire, il voulait comprendre pourquoi l’alchimie fonctionnait si bien dès le premier album… Je dirais que des fortes personnalités musicales savent comment jouer avec les autres et mettre de côté une partie de leur ego. Tout le monde veut être sur le devant de la scène afin que le public voit son solo mais par exemple, Jeff ne fait pas partie de ces gens-là : il ne tire pas la couverture à lui.


Dans cet album de Walking Papers, on peut entendre les influences de Mad Season, Screaming Trees bien entendu ou encore Pearl Jam sachant que Mike McCready est invité sur quelques titres mais vous apportez quelque chose de plus, cet aspect blues et aussi rock à la Tom Waits. Finalement, quelles sont les influences du groupe  ?

Jeff : Je pense que nous avons su digérer toutes nos influences pour les faire ressortir transformées ainsi. Si tu es honnête, tu n’essaies pas d’imiter, tu essaies de t’approprier les choses afin qu’elles fassent partie de toi. Nous n’essayons pas d’être une copie, nous essayons d’être une évolution de tous les ingrédients que tu as cités.

Tom Waits voulait être Howlin' Wolf tout en gardant les séquences de Chuck Berry… Ce que je veux dire que les gens ont tort lorsqu’ils veulent se couper de leur influences et disant qu’ils n’en ont pas. C’est un mensonge : nous sommes tous influencés par quelqu’un.


"Pour moi, d’un point vu artistique et créatif, un album est un succès au moment où l'on a terminé son enregistrement. Le reste est une question de marketing, de goût ou manque de goût du public… "


Et aviez-vous conscience de ce côté unique de votre son lorsque vous avez composé et enregistré cet album ?

Jeff : Oui ! Tous autant que nous sommes, nous avons joué dans différents groupes depuis longtemps et toutes ces années ont été des années d’apprentissage pour essayer de ne pas être une copie mais également ne pas avoir un ego surdimensionné pensant que tout commence avec cet album. Nous ne sommes pas la torche mais seulement une partie du feu qui brûle dans cette torche.


Finalement, vous mélangez plein d’influences diverses pour un résultat final unique à savoir Walking Papers. Ce premier album est sorti il y a un an : êtes-vous satisfaits des retours et des résultats de ventes ?


Jeff : Un album est un instantané ! Pour moi, d’un point vu artistique et créatif, un album est un succès au moment où l'on a terminé son enregistrement. Le reste est une question de marketing, de goût ou manque de goût du public… c’est la raison pour laquelle, le jugement du succès d’un album se fait avant même sa sortie.


Malheureusement, notre société est dirigée par l’argent et le marketing…

Duff : (Rires)

Jeff : Peu importe le nombre de ventes que tu pourras faire, tu ne seras jamais satisfait (Rires) !


Cependant, l’avenir et un éventuel deuxième album de Walking Papers dépendra aussi de ces ventes…


Jeff : Tu as raison et je pense, j’espère que nous en ferons un autre (il se tourne vers Duff).

Duff : Ouais ! Nous avons eu la chance de faire ce premier album parce que c’est compliqué d’en sortir un avec un nouveau groupe. Dans ces conditions, nous avons eu la chance de faire une assez belle tournée avec le soutien de notre label ce qui est de plus en plus rare… Bref, je pense que nous avons de grandes chances de refaire un album !

Jeff: Oui parce qu’il faut savoir que nous avons enregistré notre album sans être signé…

Duff : … et nous pourrions en faire de même pour le deuxième. Le business de la musique est totalement dévasté : l’an dernier, personne n’a vendu d’album… La solution de repli est le merchandising que tu vends le soir des concerts, ça te permet de faire de l’argent, pas beaucoup mais assez pour continuer…


Duff, tu as joué et joues encore dans plein de groupes et encore aujourd’hui, tu as ton propre groupe Loaded, Velvet Revolver n’est pas officiellement dissout, les rumeurs évoquent une énième reformation de Guns N’Roses…


Duff : … (Il coupe) Ah oui, première nouvelle (Rires)…


… malgré tout cela, peut-on dire que Walking Papers est ta priorité ?

Duff : Oui, tu peux dire ça ! Quand tu te retrouves dans un bus avec un groupe et que tu joues tous les soirs, tu en vient assez facilement à la conclusion que c'est ta priorité !


En clair, la prochaine étape est de continuer à tourner et composer un deuxième album. Pensez-vous que vous aurez une quelconque pression afin de sortir un album aussi bon que ce premier ?

Duff : Je pense que nous avons fait pas mal de concerts ensemble et nous connaissons la musicalité des autres si bien que nous sommes capables de faire quelque chose de bien et je te dirais même que nous avons déjà quelques chansons pour ce deuxième album.

Jeff : Mais je ne pense pas que l’un d’entre nous ressent une pression particulière en pensant à ce deuxième album.

Duff : La seule pression et la plus grosse que nous avons est de donner le meilleur de nous-mêmes.

Jeff : Et si tu commences à vouloir savoir ce que veut le public, tu n’avances pas, pire tu recules… Tu ne dois pas fonctionner ainsi. Notre musique n’est pas un produit, notre musique vient du cœur !


Question traditionnelle de Music Waves, quels sont vos meilleurs souvenirs d’artiste ?


Duff : Wahou pendant toute ma carrière de musicien ? M… ! Je dirais que mon souvenir est d’avoir vu Prince me pointer du doigt et mettre le pouce en l’air à la fin d’une de mes représentations.

Jeff : Je dirais que c’est jouer avec lui (Sourire) ! Je dirais que je suis vraiment satisfait de certaines de nos chansons. La composition de chansons est un exercice sans fin mais c’est mon exercice favori notamment quand une nouvelle chanson que j’ai écrite fait partie intégrante du groupe.

Le fait d’avoir joué quelques concerts avec Alice in Chains en tant que guitariste rythmique : c’était une expérience excitante ! Le fait d’avoir tourné avec eux : j’ai été dans un tour bus ce qui était une première pour moi. Bon, c’est clair que pour lui (il montre Duff), c’est le quotidien (Rires) mais pour moi, c’était quelque chose d’incroyable surtout quand tu viens à jouer pour des mecs que tu respectes…


Vous allez jouer dans la salle du Petit Bain ce soir, n’est-ce pas frustrant de se retrouver à jouer dans une petite salle quand on a connu les stades ?

Duff : Non, au contraire, j’adore jouer dans de tels endroits !


"Les gens ne se rendent pas compte que nous vivons tellement de mauvais moments que nous sommes obligés de les oublier. Si tu ne le fais pas, ce sont autant de raisons pour abandonner."


On a évoqué le meilleur souvenir d’artiste, au contraire, quel pourrait être le pire ?


Duff : J’avais 28 ans et je suis tombé à terre tête la première et je ne pouvais pas me relever…

Jeff : Les gens ne se rendent pas compte que nous vivons tellement de mauvais moments que nous sommes obligés de les oublier. Si tu ne le fais pas, ce sont autant de raisons pour abandonner : que ce soit des trous du cul avec qui tu as joué, des maisons de disques qui ne sortent pas ton disque, ton bus qui tombe en panne…

A ce propos, nous revenions de tourner en Californie, notre bus est tombé en panne sur l’autoroute. Nous devions avoir un concert le soir suivant dans une autre ville, nous les avons appelé afin d’avoir un concert dans une ville plus proche. Nous avons eu une date et avons garé notre bus près de la salle. Mais le lendemain, le bus était hors d’état de pouvoir faire la route si bien que nous avons fait un deuxième concert dans cette même salle. Certaines personnes dans ces conditions, seraient rentrées chez elles mais nous avons tenu bon. Chaque jour est un nouveau défi de ce type. Il ne se passe pas une journée sans que quelque chose n’aille pas et qui pourrait être des motifs d’abandon.

Notre point de vue est que si nous aimons ce que nous faisons, nous devons continuer à le faire.


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais qu’on vous pose ?

Duff : "Quand reviendrez-vous jouer à Paris, nous sommes tellement impatients de vous revoir ?" (Rires). C'est une super question mais malheureusement, je ne connais pas la réponse (Rires) !


Merci…

Duff : (En français) "Merci beaucoup".

Jeff : Merci pour ton temps !


Merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.walking-papers.com
 
(2) COMMENTAIRE(S)  
 
 
NOISE
20/12/2013
  0
Sympa et talentueux ce groupe!
TORPEDO
20/12/2013
  0
Un bon groupe mais dont les compositions ne m'ont pas impressionné plus que cela.
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1941
  • 1942
  • 1943
  • 1944
  • 1945
  • 1946
Haut de page
EN RELATION AVEC WALKING PAPERS
DERNIERE CHRONIQUE
WALKING PAPERS: Wp2 (2018)
4/5

Alternant avec brio l’énergie et la puissance d’un rock sauvage et la mélancolie délicate du blues et des années 70, Walking Papers offre à nouveau un album unique en son genre.
DERNIERE ACTUALITE
WALKING PAPERS : Nouvel album en janvier 2018
 
AUTRES ARTICLES
LA SOURIS DEGLINGUEE
Alors que son prochain album se fait toujours attendre, La Souris Déglinguée lance une collecte de fonds en vue de financer sa promotion ainsi qu'une série de concerts prévue fin 2014 à l’Olympia. Nous avons fait le point avec son chanteur, Taï-Luc.
LEPROUS (08 NOVEMBRE 2013)
A l'écoute de "Coal", Music Waves était prêt à tout pour rencontrer le leader de Leprous même une interview dans des conditions... particulières comme vous le lirez par ailleurs...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021