MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - SUICIDAL TENDENCIES (20 JANVIER 2014)
TITRE:

SUICIDAL TENDENCIES (20 JANVIER 2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

THRASH



A quelques minutes avant son entrée sur scène dans la fosse au milieu des lions, Psycho Miko a dévoilé à MusicWaves sa face émotive...
PHILX - 24.02.2014 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qui t'a trop souvent été posée ?

Woua... Il y en a eu quelques unes, dont certaines compréhensibles... Je crois que la plus cliché serait de me demander si on peut poser avec moi et une canette de Pepsi (cela fait référence à la chanson "Institutionalized", tirée de l'album éponyme où il y fait référence de nombreuses fois, ndlr)! Ça faisait un moment qu'on ne me l'avait plus faite, mais elle a tendance à revenir (rires)...


Ça a pris 13 ans à Suicidal pour sortir ce dernier né "13". Pourquoi un tel délai, l'atteinte de la perfection, la vie en général, ou peut-être juste une pause qui a un peu trop duré ?

De toute évidence c'est un peu de tout ça mélangé. S'il ne s'était rien passé en 13 ans c'est que quelque chose aurait mal tourné ou que je ne m'en serais pas souvenu et je ne me drogue pas donc je ne peux même pas m'en servir comme excuse (rires).

Il y a plus de 10 ans en arrière, on était en pleine routine : Album / Tournée / Repos / Compos, etc. On écrivait beaucoup, on avait besoin d'enregistrer, donc on commençait à se poser pour voir ce qu'il était bon de sortir, et aussi échapper à cette routine pour ne garder que le meilleur. Pour tout te dire, On s'est équipé d'un home studio en 2003. C'était le pied de pouvoir composer autant ! On ne se posait même pas la question si ça sonne Suicidal Tendencies, Infectious Grooves, Psycho Micko... On était à nouveau entre potes à composer des trucs qu'on adorait. Plus tard en 2003 j'ai enchainé les opérations du dos, j'ai dû me mettre au repos quelques temps. Puis on est remontés sur scène mais je me suis à nouveau fait opérer... Je pensais que c'était terminé pour moi mais avant il fallait terminer les enregistrements, j'aime trop ça ! Quelques années plus tard, on avait plus de 200 chansons ! Quand on se retrouvait pour choisir les chansons, ça se finissait dans le studio à en enregistrer de nouvelles ! (Rires)

Il a fallu qu'on se promette, en 2012, de le sortir... Le choix des titres a été dur, on ne savait pas quelle direction lui donner. Mais tu sais, quand on a sorti notre premier album il y a plus de trente ans, les purs fans de Pop disaient que c'était de la merde, et pareil pour les fans de Metal. Aujourd'hui, certains disent que c'est un classique de Punk. Quand on a sorti "Join The Army", ces mêmes mecs disaient que le premier était génial mais que le dernier était nul ! Et ainsi de suite ! Donc on a fait l'album qui nous plaisait, on ne l'a pas fait pour accrocher les fans, on veut que dans 20 ans cet album plaise encore. 





Alors justement 30 ans plus tard, comment vois-tu ta carrière, dans son ensemble ?

Tu vois, c'est marrant parce que beaucoup de gens parlent du bon vieux temps. Moi j'ai des souvenirs totalement différents des leurs. Mon père disait toujours « Réfléchis bien à ce que tu veux et réfléchis à comment tu le fais. » Beaucoup de gens font l'inverse, ils font les choses et y réfléchissent après. Si tu fais un truc qui va avoir des conséquences toute ta vie, tu peux bien passer 5 minutes à y penser (rires) !

Dès le début on faisait ce qu'on voulait, on a sorti notre premier album et dans mon entourage on disait : « Ecoute ce qui passe à la radio, tu pourrais faire ça aussi et être comme eux ! » Mais pourquoi chercher à être comme eux alors que je n'aimais pas ça ?!? Je n'ai vraiment toujours fait que ce qui m'a plu. Mon père disait aussi : « La meilleure façon de trouver l'Enfer est en essayant de rendre tout le monde heureux. » Je ne dis pas qu'il faut penser qu'à sa gueule, mais comment veux-tu t'occuper des autres quand toi-même tu ne vas pas bien ? Si tu ne t'aimes pas, personne ne le fera, tu finis par te détester et tu ne peux plus être la pour personne. On n'a jamais rien fait par hasard et j'ai toujours tout fait consciemment. Je ne crache pas sur le passé, mais je ne suis pas nostalgique.


Tu fais beaucoup référence à ton père...

Oui, mon grand père était un sacré personnage, toujours en train d'aboyer à tout, le contraste avec mon père est saisissant. Un jour je l'ai vu commencer à réellement monter dans les tours, il était vraiment à deux doigts d'exploser de colère, je me disais oh oh, c'est pas bon du tout parce qu'il est balaise (rires) et en fait, soudainement, il a soufflé un grand coup et il a dit : "bon, alors, voilà ce qu'on doit faire..." (Rires), j'hallucinais ! En fait, c'est pas qu'il n'avait pas de caractère, mais il savait gérer. On peut toujours trouver des excuses pour tout ce qui se passe mal, certains adorent ça (là, il imite son grand père pétant un câble, hilare, NDLR). J'ai eu beaucoup de chance d'avoir cet équilibre. Il disait aussi : "Ne te sers pas de ton intelligence pour justifier ta bêtise" !


Ça te met la pression, aujourd'hui, en tant que père, d'apporter autant à tes enfants ?

Si mes gamins sont aussi heureux que... (Il balbutie)... Je vais pleurer d'en parler ! (Il se décompose... se maîtrise... essuie une larme... et nous montre une photo sur son téléphone) regarde mec, ce sont mes deux derniers. Le plus jeune vient tout juste d'avoir 3 ans, ça fait trois jours qu'il est malade et me supplie de rentrer, tous les jours sur Skype. C'est pas facile. 

Pour te répondre, oui, si mes enfants m'aiment autant que j'aime mon père alors je sais que j'aurais fait du bon boulot. On ne se rend pas compte de l'influence qu'on a sur nos enfants. Mon père ne m'a pas appris tout ça parce qu'il avait l'ascendant sur moi (du moins pendant un moment), mais parce qu'il ne voulait pas que je revienne en disant "Hey ! C'était quoi toutes ces conneries ??" (Rires)


Retour à la musique : 13 est probablement le meilleur album depuis « Suicidal For Life », ou « How Will I Laugh ». Vous saviez, en choisissant les chansons que celui-ci serait dans le top de vos productions ?

Non, mais tu sais, il penser que les gens n'achètent plus de CD. Ça rend la procédure beaucoup plus simple ! Quand tu ne markètes pas les choses, c'est un peu comme à nos débuts, il n'y avait pas vraiment de public pour nous, et c'est ce qui simplifie grandement. Tu fais les choses pour toi, qui te plaisent plutôt que d'imaginer ce qui va plaire aux autres. Personne n'allait nous mettre d'objectif de vente ! Ce qui était le plus dur était de choisir ces morceaux, morceaux qui ont en plus été composés à des moments tellement différents les uns des autres, et de rendre le tout cohérent...


Et c'est le cas, c'est plus incisif de manière générale, la basse est encore plus Groovy mais c'est aussi plus Heavy, plus Thrash, Funk, Punk... C'est plus tout ! Les chansons sont également plus longues et font plus abouties qu'avant. C'était un choix dans cette sélection ?

Tu vois, le fait de s'être équipé avec notre propre home studio nous a permis de ne pas enregistrer de façon traditionnelle, en ayant tout composé à l'avance, réfléchi à vouloir sonner comme ci ou comme ça, d'utiliser telle ou telle influence, etc. Ensuite on a voulu faire un album qui ne regarde pas en arrière, mais résolument devant. On veut prouver qu'on s'est énormément amélioré depuis le temps, et qu'on peut faire des choses plus complètes. Ça a du bon de faire simple mais ce serait un peu comme un chef cuisto qui bosserait au McDo ! (Rires) La musique c'est pareil, c'est un art ! Si au bout de trois secondes dans ta chanson les gens commencent à chanter dessus, c'est pas bon, ou alors c'est les 60's avec Beatles quoi ! C'était génial mais c'est fait et refait !





Ton rapport avec les fans français a toujours été particulier, vous avez souvent tourné en France contrairement à beaucoup d'autres groupes, comment expliques-tu ce rapport privilégié ?

C'est marrant parce que la première fois qu'on est venu jouer en France, on a rencontré du monde qui voulait nous faire venir jouer davantage et quand on en a parlé à notre tourneur qui était anglais, il nous a dit : "Mike, si tu joues a Paris c'est seulement parce qu'en remontant en Angleterre, c'est sur ta route. Les grands groupes ne le font pas, ça ne va pas jamais marcher" on était dégouté, c'était franchement pas ce que nous avaient dit les français qu'on avait rencontré ! J'ai quand même voulu au moins essayer d'en faire plus ! En on a fait une super tournée en 95 il me semble où nous avons vraiment fait beaucoup de concerts. Comme les villes étaient rapprochées, on arrivait tôt sur place, et on a pu rencontrer énormément de monde qui attendait déjà devant les salles. C'était des rapports privilégiés avec des gamains et des parents qui nous racontaient qu'ils s'étaient rencontrés à un concert de Suicidal. Pour "13", on voulait faire 13 concerts. Il en a finalement fait une dizaine, ce qui est déjà très bien parce que c sont toujours des moments géniaux.


Quel serait ton meilleur souvenir d'artiste ?

On a fait des concerts monstrueux ces derniers temps, 95.000 personnes sur un festival en Colombie, où on ne voyait même pas les gens tellement les crash barrières étaient loin, 70.000 l'an dernier à Sao Paolo un dimanche a 9h du mat, t'imagines ? Des la première chanson les mecs ont défoncé les barrières pour monter sur scène, c'était énorme ! On a aussi joué à l'épicentre, un festival de Los Angeles, il y a deux ans, et je me souviens de mon fils aine, qui avait 7 ans m'a sorti : "tu sais, papa, j'en ai vu des groupes et je sais pourquoi les gens vous aiment : c'est parce que vous avez du style !" C'est le plus beau compliment qu'on m'ait jamais fait ! (Rires)


Finalement ça tourne toujours autour de la famille, c'est ça le fameux Family Values ?

Tu sais, on a trois familles dans la vie : celle que tu ne choisis pas : tes parents, frères et sœurs et c'est celle sur laquelle il faut travailler dur. Ensuite, tu grandis, tu vas à l'école tu choisis les gens mais tu ne sais pas encore de qui tu veux t'entourer. Au final tu en garderas que quelques uns...  Suicidal c'est ça, c'est ceux que tu as choisi pour les bonnes raisons.





Quel serait ton pire souvenir en tant qu’artiste ?

Tout le monde fait parfois ces rêves où on se retrouve par exemple en sous vêtements à l'école... Moi le mien, c'est d'être à la méga bourre sur scène parce que je retrouve pas mes pompes ! (Rires) tout le monde me crie dessus parce que je devrais être sur scène, mais moi je m'obstine a les retrouver et tout s'enchaîne, je me paume, etc ! C'est horrible !


Quelle serait la question que tu voudrais qu'on te pose ?

(Il réfléchit longuement) en fait, on me pose souvent la question de savoir ce que, jeune, j'aurais pensé en me voyant aujourd'hui. J'aimerais pouvoir y répondre mais j'en sais strictement rien.


De la fierté quand même, non ?

Je pense que je n'aurais surtout pas compris.


Un très grand merci, Mike pour cette interview, et bon concert !

Merci à vous les gars.
 


Plus d'informations sur http://www.suicidaltendencies.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 2173
  • 2174
  • 2175
Haut de page
EN RELATION AVEC SUICIDAL TENDENCIES
DERNIERE CHRONIQUE
SUICIDAL TENDENCIES: Still Cyco Punk After All These Years (2018)
3/5

Mike Muir fait ici un retour sur son passé en solo quand il s'attaquait au punk avec une fougue certaine.
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Bob Heathcote (ex-SUICIDAL TENDENCIES
 
AUTRES ARTICLES
TRUCKFIGHTERS (20 JANVIER 2014)
Josh Homme l'a considéré comme le meilleur groupe qui n'a jamais existé, Music Waves a voulu juger sur pièces en rencontrant les membres de Drummers... Truckfighters !
ADRIAN VANDENBERG (13 JANVIER 2014)
Après près de 15 ans d'absence de la scène musicale, Music Waves a eu le privilège de rencontrer Adrian Vandenberg qui avait plein de choses à dire sur son nouveau projet revigorant Moonkings, la peinture, Whitesnake...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022