MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - GOTTHARD (24 FEVRIER 2014)
TITRE:

GOTTHARD (24 FEVRIER 2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HARD ROCK



A l'occasion de la sortie du 11e album de Gotthard, Music Waves a rencontré son chanteur -Nic Maeder- pour une interview sans big "Bang" mais où il sera quand même question de Miss Suisse, Steve Lee et ... Robbie Williams.
STRUCK - 13.04.2014 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Nic Maeder : Comment j’ai vécu le fait de rejoindre le groupe juste après la mort de Steve Lee.


Justement tu n’en as pas assez de répondre à des questions concernant Steve Lee et peu importe ce que tu feras dans le futur, ça sera toujours le cas ?


De toute façon et avant même de rejoindre le groupe, j’ai toujours su qu’il fallait m’attendre à ça! Ça ne m’a pas étonné parce que je savais que ça se passerait ainsi et je m’étais préparé à l'affronter. J’avais déjà accepté cette situation avant même d’avoir rejoint le groupe!



"Bang" arrive très rapidement après "Firebirth", sorti en Juin 2012. Vu que le groupe a beaucoup tourné pour promouvoir ce dernier, quand et comment avez-vous pris le temps de composer et écrire ce nouvel album ?

Il ne nous restait qu’un titre de "Firebirth" qu’on n’avait pas eu le temps de finir 'Red On A Sleeve' mais hormis ce titre, on n’avait rien, on a dû tout écrire. On a écrit de Février à Septembre-Octobre puis on a commencé à enregistrer l’album. On a travaillé assez rapidement mais nous avons pris notre temps par rapport à "Firebirth" où nous avons été particulièrement rapide.


"Nous avons plus composé en fonction de ma voix ce qui n’était pas le cas dans le précédent album"



Justement comment s'est déroulée la composition ? Tu es désormais un membre de la famille, c'est quelque chose qu’on ressent lors des prestations live. Je suppose que tu as participé activement à l'écriture de "Bang".  Est-ce que le fait d'être si soudés a contribué à sortir si rapidement un nouveau disque ?

Tout à fait ! C’était déjà le cas sur "Firebirth" où nous avions tout composé ensemble. Mais c’est vrai que cette fois vu que nous nous connaissions mieux. Nous avons plus composé en fonction de ma voix ce qui n’était pas le cas dans le précédent album où c’est plutôt moi qui ai dû m’adapter.


"Bang" est déjà le 11ème disque du groupe depuis sa création. Avec tant de disques et de chansons au compteur, comment l'inspiration vient-elle encore si facilement ? Quel est le secret pour ne pas se répéter et perpétuer un style ?

Généralement, nous sommes trois à écrire -Léo, Freddy et moi- et à ce niveau, on a déjà pas mal d’idées. Quand l'un d’entre nous arrive avec une idée, on la casse pour la reconstruire ensuite (Sourire) ! Et comme on a des goûts musicaux assez différents, les idées proposées sont très différentes les unes des autres : cela donne ce côté riche.


En parlant de style, 'Bang' est pile dans le style classique du groupe avec des titres bien rock, des mid tempos et les ballades classiques… Gotthard est au-delà du hard rock, dans un classique rock mature et élégant qui s'adresse à un public mature… Es-tu d’accord avec cette impression qui grandit au fur et à mesure des années et des disques ?

Tout à fait ! Gotthard a toujours été un groupe qui avait l’habitude de proposer différents styles musicaux dans un même album. Avec ce nouvel album, on a encore plus mis l’accent sur cette particularité en repoussant les limites, les extrêmes. C’est pourquoi je pense que cet album permet de contenter tous les goûts avec des chansons simples et rock’n’roll. 


Si je te dis qu’on peut placer Gotthard dans la même catégorie qu'un Whitesnake ou d'un Bon Jovi pour le côté classieux, cette comparaison te plaît elle ?

Oui et il y en a plein d’autres : on a tous grandi avec des influences différentes…


"Nous sommes partis sur un visuel à la Tarantino parce que ça collait parfaitement avec le clip"



En revanche, la pochette surprend un peu, elle change par son côté rentre dedans et direct évoquant les films de série Z. Y-a-t-il un concept derrière ce visuel ou est-ce juste pour le fun ?

Nous sommes partis sur un visuel à la Tarantino mais c’est surtout parce que ça collait parfaitement avec le clip. Dès lors, on est parti sur l’idée de "Bang", un peu cartoon… On est passé par plusieurs versions avant d’en arriver là mais tu as raison, ce visuel est assez différent du genre de pochettes qu’on a l’habitude de faire !


Mais ne craignez-vous pas d’effrayer votre public avec une pochette qui pourrait presque faire penser à du Mötorhead ?


Non, on n’a pas vraiment eu peur sachant qu’on était bien conscient qu’elle était différente.


Était-ce une volonté de choquer alors ?

Non pas de choquer ! Mais vu que l’album en lui-même est un peu différent - ce n’est pas forcément un album classique pour Gotthard même si il comporte des titres typiques - nous voulions que la pochette marque cela également.


Pourquoi avoir choisi un titre en français 'C'est la vie' ? Quel est le message derrière ce titre très tendre et nostalgique à la fois ? 

C’est un message positif qui est délivré comme c’est souvent le cas dans Gotthard d’ailleurs. Nous avons tous des rêves et nous pouvons tous les réaliser si on s'en donne les moyens. C’est une chanson qui a beaucoup évolué. Au début, ce ne devait être qu’un titre acoustique avec une voix puis il a évolué vers un truc mélodique avec de l’accordéon qui était joué par une guitare au début.


Et il y a cette pièce maîtresse du disque, 'Thank You', orchestral, épique. Ce titre peut évoquer Queen et montre une nouvelle facette du  groupe. Qu'est-ce qui vous a fait écrire une pièce aussi ambitieuse ?


Comme 'C’est la vie', c’est un titre qui a beaucoup évolué. En fait, c’est le premier que nous avons fait après 'Red On A Sleeve' issu de "Firebirth". Et comme 'C’est la vie', il ne devait être qu’à la guitare acoustique, on l’a même enregistré ainsi initialement. Il devait être tout simple et petit à petit il s’est développé avec des chœurs…

Mais bon, il faut savoir qu’il y a une vraie histoire derrière ce titre. A la base, c'était un hommage pour remercier toutes les mamans du monde. On ne remercie jamais assez ses parents pendant qu’ils sont encore là ! C’est parti de là et en même temps, la mère de Léo était malade et est décédée depuis… On peut dire que ce morceau se développait pendant que dans le même temps, l’état de la mère de Léo se dégradait.


N’avez-vous pas eu peur avant de vous lancer dans une telle aventure musicale qui vous ouvre de nouvelles directions ?

On se rend bien compte que c’est la première fois que Gotthard fait un titre de ce genre mais je ne sais pas si on va en refaire un autre. On n’a pas vraiment pensé à ça et réfléchi aux impacts futurs.


Si je dis que ta voix me rappelle Robbie Williams. Est-ce que nous devons arrêter de suite l’interview ou acceptes-tu cette comparaison ?


C’est la deuxième fois qu’on me dit ça (Rires) ! Je n’y avais jamais pensé et je ne l’entendais pas mais comme ça, il va donc peut-être falloir que je l’écoute plus sérieusement encore (Rires) ! Mais ce n’est pas un problème, je prends cette remarque comme un compliment (Sourire) !



Dans le nouveau clip, il est indiqué que Leo Leoni a été membre du jury de Miss Suisse. Peux-tu nous en dire plus ?


Il a été jury de Miss Suisse, il y a très longtemps de ça, bien avant que je ne sois dans le groupe. Léo est resté en contact avec Anita et comme on avait besoin d’une fille pour ce clip, on a fait appel à elle. Tout simplement !


Questions traditionnelles du site, quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?


Je pense que je n’oublierai jamais la première fois où j’ai vu AC/DC. J’étais jeune et ça m’a vraiment marqué même si de là où je les voyais, ils pouvaient tenir dans ma main (Rires) !


Et suivre les pas de tes idoles ?

Je voulais être Angus, je voulais être guitariste. Puis je me suis mis à chanter avec pour but de gagner ma vie en faisant de la musique !


Un guitariste frustré sommeille en toi ?

Non parce que je joue quand même un peu (Rires) !


Vous avez participé au "70.000 tons of metal". Qu’avez-vous retiré de cette expérience à part les bains de soleil ?

(Rires) C’était vraiment cool ! Nous étions tous ensemble, il n’y avait pas d’endroit spécifique réservé aux groupes. Nous étions tous mélangés : c’était vraiment très sympa ! Ca a duré 4 jours mais c’est vrai qu’au bout de ces 4 jours, nous étions contents que ça se termine et de descendre du bateau (Rires) parce que c’était vraiment non-stop !


On a évoqué le meilleur souvenir, au contraire, quel pourrait être le pire ?

Je ne sais pas. Je fais un blocage, je ne m’en rappelle pas : faut croire que je tiens à les oublier (Rires) !


On a commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?


Je ne sais pas non plus. En général, j’ai droit à toutes sortes de questions mais je ne ressors jamais en me disant que j’aurais aimé qu’on me pose telle question.


On a évoqué Steve Lee en début d’interview. Est-ce qu’avec le temps, le fait qu’on te pose moins la question est gratifiant ce qui signifie que tu as réussi le challenge de le remplacer ?

On me pose toujours la question concernant Steve parce que c’est quand même une grande, une immense partie de l’histoire de Gotthard. 


Et penses-tu qu’avec cet album et des titres comme 'Thank You' tu pourras asseoir définitivement ta légitimité en tant que chanteur de Gotthard ?


Tout à fait ! Mais j’ai eu aussi énormément de chance que le public m’accepte d’une façon exceptionnelle. Je ne peux que remercier les fans pour ça.


Noël dernier, vous avez offert des titres live en téléchargement gratuit sur votre site. En contrepartie, vous avez demandé à vos fans de faire un don à une œuvre caritative d’aide aux enfants. D’où vient cet engagement ?

On avait déjà fait cela l’année auparavant : on avait enregistré quelques morceaux pour une radio et le résultat était magique. On s’est dit pourquoi ne pas les sortir.


Un dernier mot aux lecteurs de Music Waves ?

Merci de vous intéresser à nous et on se réjouit des dates françaises…



Des dates sont prévues justement ?

Oui, quatre ou cinq viennent de tomber! On avait fait quelques dates françaises lors de la précédente tournée, on s’était bien amusé, on avait rencontré plein de monde et eu un super feeling avec le public français. On espère remettre ça (Sourire)!


Merci

Merci


Merci à Noise et Nestor pour leur contribution...



Plus d'informations sur http://www.gotthard.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 2294
  • 2295
  • 2296
  • 2297
Haut de page
EN RELATION AVEC GOTTHARD
DERNIERE CHRONIQUE
GOTTHARD: #13 (2020)
3/5

"#13", nouvel opus de Gotthard, est excellent mais seulement à moitié.
DERNIERE ACTUALITE
GOTTHARD: Sortie de '#13' en mars
 
AUTRES ARTICLES
MY NAME IS JANET (31 MARS 2014)
C’est un artiste unique avec lequel Music Waves a eu l’honneur de s’entretenir. Le cerveau de My Name Is Janet nous fait partager son parcours et nous donne quelques clés pour aborder son dernier album "Big Unveiling In The Town Of Dead".
DELAIN (07 MARS 2014)
Music Waves a eu la chance de rencontrer à nouveau Charlotte Wessels pour évoquer le changement de label de Delain, les contradictions humaines évoquées dans ce nouvel album et son engagement de façon générale...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021