MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - FIVE FINGER DEATH PUNCH (26 MARS 2014)
TITRE:

FIVE FINGER DEATH PUNCH (26 MARS 2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METALCORE



Quelques mois seulement après leur passage remarqué en première partie d'Avenged Sevenfold, Musicwaves rencontre le plus Heavy des membres des Five Finger Death Punch Chris Kael, calme et serein avant d'en découdre sur scène quelques instants plus tard...
PHILX - 05.06.2014 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

C'est dans une mini salle obscure du Bataclan que Music Waves a rendez-vous avec Chris Kael, qui ne donne généralement - à tort - que très peu d'interviews. Ultra détendu et souriant, celui-ci revient sur le succès du groupe...


Comment te sens-tu, à quelques minutes du début du concert ?


Tu sais quoi ? On a eu la chance de faire un vrai tour dans Paris cette fois-ci, on s'est baladé et on a pris le temps de faire un Meet & Great au Hard Rock Café. C'était très sympa de pouvoir interagir davantage avec nos fans, j'ai super bien mangé ce midi, je suis calme et détendu.


Je parle bien avec ce bassiste survolté et déjanté de Five Finger, là ?

Ouais (rires) ! Je suis un peu comme dans l'œil du cyclone, je me mets en condition juste avant le début du concert... Dès l'intro, le mec sympa qui est en face de toi sort de cette phase tranquille et le méchant Chris Kael, version scène sort de l'ombre. C'est la musique qui me fait ça !


Quelle question t'a-t-on trop souvent posée ?

Celle qui revient souvent serait "Quand est-ce que vous venez jouer à [indiquez votre ville ici]" et ma réponse est toujours : ne me demandez pas, voyez avec mon tourneur ! (Rires) je sais que c'est vraiment difficile comme boulot, il faut connaître la demande, anticiper, etc. Donc attendez nous, c'est une question de temps, mais vous serez impressionnés, c'est sûr ! On a sorti notre deuxième volet de l’album, puis enchaîné sur des tournées démentes, donc où que vous soyez on risque d'y débarquer !


Et on vous a vu il y a seulement quelques mois en première partie d'Avenged Sevenfold au Zénith...

Ouais mec, cette tournée était dingue et super longue ! On a commencé la tournée de cet album avec Mayem, puis Rob Zombie, Amon Amarth, Mastodon, on a eu Machine Head, ça a duré 6 semaines, puis on a accompagné Avenged Sevenfold en Europe. On était attendu de pied ferme depuis trop longtemps. On est très proche d'Avenged on s'est dit que le combo marcherait bien, deux monstres qui remplissent des Zénith ! J'aime beaucoup ce qu'ils font et on a eu beaucoup de chance de rencontrer notre public. Il y a du monde qui nous a découvert en première partie et qui maintenant vient nous voir en tête d'affiche, c'est top.


Suite à ça, et au Meet & Great de tout à l'heure, peux-tu me dire quelle est votre relation avec vos fans français ?

Tu sais, ces fans sont tellement à fond, je crois que c'est la première fois que je vois des gens attendre devant la salle si tôt. On est arrivés vers 8:30 ce matin, et il y avait déjà des gens pour nous, qui attendaient dans le froid ! De voir cette passion nous a vraiment touché et galvanisé toute la journée car on savait qu'on allait se donner pour eux et qu'ils seront à fond aussi. Ça va déchirer ce soir, à Paris !


Le fait de jouer en tête d'affiche vous donne plus de liberté sur la setlist et vous permet de nous donner plus de chansons des deux volets du dernier album. Comparativement à la setlist des précédentes tournées, est-ce que ça a été plus compliqué de choisir les titres de ce soir ?

C'est toujours dur ! Quand tu as 5 albums derrière toi avec tant de singles, on cherche à faire autant plaisir à nos fans des débuts qu'à ceux qui viennent de découvrir notre musique. On combine majoritairement les chansons de nos deux derniers opus, c'est la plus longue setlist qu'on ait eu à faire. C'est pas facile, mais on arrive à arranger les titres, pas seulement sur les albums mais aussi sur scène pour les assembler. Je suis très content de ce qu'on en a fait. Plein de titres bien Heavy, des singles, de quoi faire plaisir aux jolies filles dans la fosse...


Comment expliques-tu le récent engouement pour le groupe, et particulièrement ici en France ? Y a-t-il des chansons qui marchent ici ou inversement ?

Non, je pense que nos chansons sont plutôt universelles et on s'en rend compte seulement maintenant alors qu'on est capable d'apprécier le succès qu'on a en Europe. On a été primé dans plusieurs catégories lors d'awards, c'est très significatif. Notre succès pourrait s'expliquer de tellement de façons, mais je dirais que d'écrire de bonnes chansons est le plus important, des trucs qui parlent aux gens, sur lesquels ils peuvent chanter avec nous. Tout est une question d'énergie.





Le groupe s'impose de plus en plus partout. Penses-tu que le son des deux derniers albums y est particulièrement pour quelque chose ?

Complètement. Si tu écoutes les anciens comme The Way of the Fist, ils t'assommaient, c'était très direct. On a gardé des éléments de ces vieux albums, mais on se focalise beaucoup plus sur les chansons elles-mêmes. Ne faire que des titres Heavy ne te permet pas de toucher tout le monde.


Donc le but est d'étendre le plus possible votre audience ?

Oui mais pas seulement, on bosse sur la qualité des titres. On s'est constamment amélioré dans la compo et on s'est aussi aperçu qu'on était meilleurs tous ensemble. A force, on connaît les forces et faiblesses de chacun, ce qu'on est capable de faire ensemble, c'est tout ce qui compte.


On vous a souvent comparé à la formation de Corey Taylor : Stone Sour, ce rapprochement vous convient-il ?

J'adore ce que fait Corey Taylor. Je le préférais du temps des premiers Slipknot parce que je suis plus dans ce genre musical, mais Corey comme Ivan a une voix très puissante.


Justement les deux sont même plutôt similaires sauf que la musique de Five Finger est de loin plus Heavy et catchy.

Exactement.





Est-ce que son succès très mitigé ne vous aurait finalement pas servi ?

(Mort de rire) je préfère me concentrer sur ce qu'on fait et sur les échanges qu'on a avec nos fans, être très présents sur les réseaux sociaux, aux Meet & Great. Avant tout, nous sommes nous-même des fans ! J'ai toujours été un grand grand amateur de trucs vraiment Heavy, je suis probablement celui qui en écoute le plus comme Man Must Die, Hurst, Misery Index, du Death, donc j'ai conscience de l'aspect Heavy des chansons. L'exercice est de combiner au mieux ces éléments extrêmes à des éléments plus faciles et plus accrocheurs. On est très bons la dessus. Balancer sur scène des titres pour lesquels la fosse va littéralement tout casser, puis l'instant d'après voir les premiers rangs les larmes aux yeux parce que des émotions et souvenirs vont les faire craquer... C'est ça Five Finger Death Punch !


Quel serait ton meilleur souvenir en tant qu'artiste ?

Mec, il y en a tellement... Pour moi, c'est probablement le Rock Im Park en Allemagne. Ça faisait longtemps qu'on attendait d'y revenir, on était sur les dents mais finalement sans trop savoir à quoi s'attendre avec le temps. On s'installe et on lance ‘The Way Of The Fist’. Là, la fosse se sépare et prépare un Wall Of Death. Il y a environ 80,000 personnes au Rock Im Park, t'imagines la taille du Wall Of Death ! C'était massif ! J'en croyais pas mes yeux, c'était la première fois que je voyais autant de gens partir en vrille, et de façon vraiment spontanée. Encore une fois, je suis vraiment du milieu Heavy, j'aime les mouvements de foule, que ça bouge dans la fosse, les contacts.

Il y a aussi et surtout la fois où on a joué Lift Me Up, au Revolver Golden Gods. Je me suis vu jouer et faire les chœurs derrière Dieu lui-même, Rob Halford de Judas Priest. Je me suis vu là, avec mes yeux de gamin de 13 ans, c'était vraiment incroyable. Cette soirée tout entière était incroyable ! Backstage, Phil Anselmo est venu me voir genre : "Ecoute, je déteste faire ça, mec, mais mes gamins sont vraiment fans de vous, tu pourrais me signer ça pour eux ?" Sérieux, quoi ? (rires) Zoltan venait de recevoir une guitare de sa gamme signée, je lui ai filée : "Tiens mec, emporte ça. Ferme ta gueule, y'a pas moyen !" (rires)





Ce sont des gens qui ont compté dans ta carrière et pour toi étant gamin. Tu disais être toujours fan. Qui mets-tu toujours sur un piédestal aujourd'hui ?

Hum... Pas facile... En fait, tu sais quoi ? Je veille surtout à être quelqu'un de bien moi-même. Je suis conscient de l'influence que je peux avoir en tant qu'artiste sur des jeunes, et je cherche à avoir la meilleure attitude possible.


Une sorte de modèle ?

Oui, tout à fait ! C'est super important. Plus jeune, je voulais être instit ou prof, histoire d'être un moyen de véhiculer une bonne image et de faire de ces jeunes des gens positifs. Aujourd'hui, j'essaye de le faire via ma passion première, de façon organique.


On a évoqué tes meilleurs souvenirs, quel serait le pire ?

Tu sais, tant que tu te tiens à faire ce que tu aimes, il ne peut pas y avoir de pire souvenir. Il y eu des bas, comme par exemple le fait de jouer devant 4 personnes dans un bar, sachant que les 4 étaient en fait l'autre groupe qui jouait ce soir-là (rires), c'était vraiment marrant !


Tu dis ça maintenant que tu connais le succès !

Non, je me suis réellement amusé ! C'est dans le processus d'apprentissage ! J'ai adoré quand je l'ai fait, j'adore m'en souvenir, je suis heureux d'être ce que je suis devenu, ça c'est clair, de ne pas avoir à sortir dans la rue voir si la salle se remplit correctement ou pas.


Quel serait le mot de la fin, et peut-être en français ?


(rires) Je ne connais que "Oui, Merci et Bonjour" ! Mais sinon, mon conseil serait de rêver grand et de s'en donner les moyens ! Ne pas rester dans son coin à attendre que ça tombe, personne ne le fera pour toi, alors vas-y et atteint ce que tu cherches.


Merci, et bon concert !

Merci à toi mec, j'espère que tu vas kiffer !




Plus d'informations sur http://www.fivefingerdeathpunch.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 2551
  • 2552
  • 2553
  • 2554
Haut de page
EN RELATION AVEC FIVE FINGER DEATH PUNCH
DERNIERE CHRONIQUE
FIVE FINGER DEATH PUNCH: And Justice For None (2018)
4/5

Présentant un savoir-faire impressionnant, Five Finger Death Punch balance avec "And Justice For None" un disque qui le voit évoluer avec efficacité entre titres rentre-dedans et ballades accrocheuses.
DERNIERE ACTUALITE
FIVE FINGER DEATH PUNCH: Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
JOHN WESLEY (AVRIL 2014)
Nous avons eu la chance d’interviewer John Wesley suite à la sortie de son dernier album solo "Disconnect"
STEEL PANTHER (30 JANVIER 2014)
De passage à Paris, la célèbre formation Glam américaine Steel Panther avait rendez-vous avec Music Waves pour parler de leur dernier opus, "All You Can Eat", sorti le 1er Avril dernier.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021