MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - SOUND OF CONTACT (06 MAI 2014)
TITRE:

SOUND OF CONTACT (06 MAI 2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK PROGRESSIF



Rencontre avec les membres fondateurs de Sound Of Contact pour une interview évoquant l'avenir et le passé du groupe mais aussi Genesis et Phil Collins...
STRUCK - 27.05.2014 -
5 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Simon Collins : Oh ? Personnellement ou concernant le groupe ? Je vais répondre personnellement, je dirais probablement le fait de savoir comment c’était d’être en tournée avec Genesis…

Matt Dorsey : Et pour Sound of Contact… c’est une bonne question mais finalement une question qu’on n’a pas dû nous poser si souvent vu que je ne trouve pas (Rires) !


"Je suis très reconnaissant d’avoir pu grandir aux côtés de Genesis et c’est une influence certaine bien évidemment sur moi mais également le groupe"



Pas mal de questions tournent donc autour Genesis et Phil Collins plus spécifiquement, pensez-vous que ce lien soit une bonne ou une mauvaise chose pour Sound of Contact sachant que certaines chroniques auraient tendance à vous reprocher ce lien.

Simon : Je n’ai lu que de bonnes chroniques de mon côté. De toutes façons nous n'écrivons pas notre musique en fonction des chroniques et on sait qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. De mon côté, je suis très reconnaissant d’avoir pu grandir aux côtés de Genesis et c’est une influence certaine bien évidemment pour moi mais également pour le groupe.


Vous avez sorti l’incroyable pièce de progressif moderne "Dimensionaut" qui a atteint les sommets des classements 2013 de Music Waves…

Simon : Merci, merci beaucoup !


… aviez-vous conscience que vous étiez en train de composer un album incontournable ?

Matt : Non !



Et quand l’avez-vous réalisé ?

Simon : Selon toi, "Dimensionaut" est un super album…


… Ce n’est pas ton avis ?

Sound of Contact : (Rires) !

Matt : A l’époque, nous commencions juste à écrire de nouvelles chansons pour un album. C’était notre but comme à chaque fois, nous n’avions pas dans l’idée de composer un album qui atteigne le sommet des classements. En revanche, nous sommes ravis de constater que c’est le cas !

Simon : Nous essayons juste de faire du mieux que nous pouvons. Nous n’avions pas de label derrière nous pour nous dire quoi que ce soit…


Malgré tout, cet album est sorti chez Inside Out ?

Simon : Oui mais la signature s’est faite plus tard quand l’album était déjà terminé.


Et vu que les conditions changent, cela pourrait-être un problème dans le cas du deuxième album ?


Simon : Non ! Nous n’avons qu’une licence de distribution avec Inside Out si bien que nous ferons toujours la musique que nous voulons faire. Au contraire, j’estime que la situation actuelle avec Inside Out à nos côtés, c’est un peu la cerise sur le gâteau !


"Dimensionaut" mélange l’aspect pop d’un Phil Collins et progressif moderne qu’on peut entendre sur Porcupine Tree…

Simon : C’est clair ! Nous sommes définitivement à fond dans Porcupine Tree.


… ou le groove d’un Riverside époque "Anno Domini High Definition" sur l’instrumental 'Cosmic Distance Ladder'…

Simon : Je vois ce que tu veux dire. Nous avons d'ailleurs découvert Riverside quand nous avons commencé les discussions avec Inside Out !


...et enfin le concept futuriste progressif d’un Ayreon notamment sur 'Mobius Slip' ?


Simon : J’en ai entendu parler mais je ne connais pas plus que ça !


"Avec Sound of Contact, nous voulions faire voyager les gens dans nos influences mais nous voulions également créer quelque chose d'original"


Acceptez-vous ces comparaisons ?

Simon : Avec Sound of Contact, nous voulions faire voyager les gens dans nos influences mais nous voulions également créer quelque chose d'original. J’adore Nirvana, Alice in Chains… mais c’est plus simple d’entendre et de faire des comparaisons avec des groupes de rock progressif qui nous ont bien évidemment influencés comme Porcupine Tree. Dans le cas du rock progressif, Steven Wilson est un pionnier qui a incorporé un aspect plus dur au genre.


Finalement quel est le public de Sound Of Contact ? Les fans de pop pourraient vous reprocher d'être trop prog et inversement ?


Matt : C'est vrai et pourtant le résultat est que les gens nous écoutent. Ces catégories ne sont pas écrites sur nos visages, notre musique est écrite pour toucher le public. Personnellement, j’aime énormément la pop, j’ai grandi en écoutant The Police par exemple ainsi que les vieux Genesis et Rush… 


Tu as cité The Police, as-tu suivi la carrière de Joe Summer au sein de Fiction Plane ?

Simon : Nous nous sommes beaucoup côtoyés par le passé mais pour être honnête, je ne regarde pas trop ce que les autres font, je vis mes propres expériences. Effectivement, nous avons grandi dans ce milieu mais il a beaucoup changé, l’industrie musicale est totalement différente si bien que cela prend plus de temps pour y arriver. Et pour revenir à l’aspect pop, que ce soit une chanson de 3 minutes 30 ou une chanson de 20 minutes, elle nous vient naturellement. Le seul impératif c'est qu'elle procure des émotions, peu importe sa durée.


Les chiens ne font pas des chats, et on peut comprendre que la texture de ta voix soit très proche de celle de ton père…


Simon : C’est vrai !


"Simon Collins n’essaie pas d’être son père, il n’essaie pas de sonner comme son père, il essaie juste d’être lui-même et si ça sonne ainsi, c’est juste une histoire d’ADN : ils ont les mêmes gènes."


… on peut s’étonner que certains plans de batteries soient typiquement Phil Collins également. Est-ce naturel ou quelque chose que tu travailles pour arriver à ce son ?

Simon : C’est profondément ancré en moi ! Autant que je me souvienne, j’ai grandi en écoutant des concerts de Genesis et des duels de batteries tous les soirs. Et cela a également influencé mes goûts musicaux. J’ai toujours adoré cette sonorité de batterie et je l’ai donc adopté. L’anecdote est que pour mes 6 ans, mon père m’a acheté une batterie customisée très proche des spécificités de la sienne : c’était le cadeau parfait. Je me suis très vite familiarisé et je me suis rapidement senti à mon aise avec cette batterie et le son qui en sortait. Mais je pense que j’ai toujours voulu progresser et avoir un son en expansion : le plus important est de trouver son propre son et de le faire évoluer !

Matt : Si je peux me permettre, je ne veux pas parler au nom de Simon mais je le connais assez bien : il n’essaie pas d’être son père, il n’essaie pas de sonner comme son père, il essaie juste d’être lui-même et si ça sonne ainsi, c’est juste une histoire d’ADN : ils ont les mêmes gènes. Il n’est pas dans une sorte de compétition, il veut juste être Simon Collins et je trouve qu’il fait du bon boulot (Sourire) !


Et pour toi Matt, au regard de toutes ces comparaisons, n’est-ce pas trop dur de voir Sound of Contact résumé en tant que groupe du fils de Phil Collins ?

Matt : Pas du tout ! Pour avoir du succès dans le business musical, tu as besoin non seulement de bonnes chansons mais également de soutiens si bien que nous voir sous cet angle ne nous blesse certainement pas en tant que groupe.


Simon, il semblerait que tu aies eu du mal à trouver ta voie par le passé. Sound Of Contact ne serait finalement pas le début de ta carrière ?

Simon : C’est vrai ! Mais je dirais plutôt que c’est le début d’un nouveau chapitre pour moi. Gamin, j’ai grandi en voulant faire partie d’un groupe. Durant ma carrière solo, j’ai ressenti le besoin d’explorer de nouveaux territoires sonores et des influences différentes. J’ai fait de la musique électronique, je faisais de la programmation musicale, je faisais le DJ… je ne jouais même pas de la batterie sur mon premier album. Pour moi, le rock progressif est la frontière finale que je voulais absolument réaliser avec un groupe, ce que j’ai fait dans ma carrière solo était dirigé vers un autre public !



Quelle est la prochaine étape dans la carrière de Sound Of Contact ? Travaillez-vous déjà sur de nouveaux morceaux ?

Matt : Oui !


Est-ce que ce sera toujours un concept-album ou juste des titres ?

Simon : Nous avons beaucoup d'idées et de matériels et nous ne nous fixons aucune limite ou pression pour sortir un nouveau concept-album. Nous avons des chansons provenant de "Dimensionaut" qui aurait ainsi pu faire l’objet d’un double cd mais elles ne collaient pas au concept. Malgré tout, ce matériel est vraiment bon et nous allons vraisemblablement nous replonger dedans. Nous devrions retrouver de la magie dans ces chansons parce qu’elles ont été enregistrées en une prise à l’occasion de "Dimensionaut". Il faudra également trouver un nouveau clavier qui deviendra un membre permanent du groupe.

Matt : Je me souviens de discussions que nous avons eues avant l’enregistrement de "Dimensionaut" pour savoir si nous devions privilégier une collection de supers chansons ou bien sortir un concept-album. Les deux ont leur charme. Le prochain album peut évoluer vers un concept-album ou non. Nous ne le savons pas encore, seul l’avenir nous le dira !


L’avenir justement. Est-ce que le départ de Dave Kerzner qui a voulu se concentrer sur sa société va changer quelque chose ?

Matt : Bien sûr ! Il est en grande partie responsable de cet album.


Il semblerait que la rencontre avec Dave Kerzner et toi ait été le déclic dans l’orientation musicale de Simon… Si oui, on peut se demander s’il ne va pas manquer quelque chose dans le prochain acte du chapitre Sound Of Contact ?

Simon : Je comprends ! De notre côté, il est important de continuer à évoluer et à grandir. Nous n’essayons pas de répliquer quelque chose et notamment "Dimensionaut", nous essayons d’aller de l'avant. Il nous faut évoluer dans notre écriture et continuer à nous stimuler mutuellement pour repousser nos limites musicales. Dave a coproduit cet album avec moi-même, il a un certain son et c’est encore une fois légitime de dire qu’il a une grande part de responsabilité dans celui de Sound of Contact.


Allez-vous chercher un remplaçant un Dave Kerzner sachant que ce soir, le clavier est tenu par Bill Jenkins d’Enchant ?


Simon : Aujourd’hui, nous sommes concentrés pour jouer "Dimensionaut" sur scène et Bill Jenkins fait un super boulot en reprenant les parties de Dave sur scène.
Nous nous poserons la question de la recherche d’un clavier par la suite.


"Nos références comme la science-fiction, le rock progressif… sont des éléments indissociables de Sound of Contact dont nous ne nous séparerons pas"


Etes-vous conscients que le deuxième album est attendu avec impatience par ceux qui ont encensé "Dimensionaut" ? Avez-vous la pression au moment de réfléchir au deuxième album ?

Simon : Nous sommes vraiment dans une situation excitante qui nous demande plus de motivation, d’inspiration… afin que nous fassions de notre mieux, repoussions les barrières : cela nous encourage également à explorer de nouveaux territoires sonores. Je n’ai jamais fait de la musique en voulant donner suite à quelque chose, chaque album est un travail effectué à un moment spécifique. Le prochain album sera un travail original qui ne sera pas comparable à "Dimensionaut". Malgré tout, nos références comme la science-fiction, le rock progressif… sont des éléments indissociables de Sound of Contact dont nous ne nous séparerons pas. 

Matt : A son niveau, "Dimensionaut" a connu un certain succès : plein de gens adorent cet album et il a permis à Sound of Contact de se constituer un public pour le prochain album : rien que ça, c’est super !


Questions traditionnelles de Music Waves, quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Simon : Hum, je dirais les duels, les duos de batteries avec Luis Conte, Ricky Lawson et mon père quand j’avais 21 ans. C’était une expérience assez incroyable de partager cela : ça serait certainement mon temps fort !

Matt : Pour moi, faire cet album, être dans le studio d’enregistrement et travailler sur "Dimensionaut". Et par extension, la tournée bien entendu.


Vous avez évoqué vos meilleurs souvenirs, au contraire, quel pourrait être le pire ?


Matt : Cette interview (Rires) ! Je plaisante bien sûr…

Simon : J’en ai certaines amusantes en tête mais je dirais probablement quand mon pantalon a pris feu alors que je jouais de la batterie sur scène… C’était un cauchemar !


Que souhaitiez-vous faire enfant ?

Matt : Faire ce que je fais !

Simon : J’ai su ce que je voulais faire quand j’ai eu 10 ans.


Et êtes-vous fiers de ce que vous êtes devenus ?


Simon : Absolument ! C’est une grande fierté et un bel accomplissement. C’est très important de profiter du moment présent avant de penser à faire un nouvel album. Ce n’est pas tous les jours que tu écris un album que les gens apprécient tant. Encore une fois, nous vivons un moment très spécial.


Et concernant la fierté, quel est l’avis de ton père Phil Collins sur "Dimensionaut" ?

Simon : Il adore cet album !



Il n’est pas trop metal pour lui ?

Simon : Non ! Il a tout de suite été connecté en raison du style et certainement, le fait que Genesis ait été une grande influence pour chacun d’entre nous. Je pense qu’en tant que père, il est heureux parce qu’il me voit heureux. J’ai lutté pour arriver à ce stade, j’ai certes eu des coups de projecteurs dans ma carrière solo - mon dernier album a été un super accomplissement - mais je luttais. Aujourd’hui, il me voit apaisé et avoir du succès, c’est la chose la plus importante.


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ou celle à laquelle vous aimeriez répondre ?

Simon : Hum, c’est une bonne question… "Est-ce que je crois qu’il y a d’autres vies dans l’univers ?". Je suis définitivement certain qu’il y en a d’autres.


Et quelles sont les répercussions de ces croyances dans Sound of Contact ?

Simon : J’aime dire que nous voulons inspirer les gens à regarder les choses sous une autre perspective : prendre un moment à regarder les étoiles et profiter du cadeau de la vie. "Dimensionaut" est un album très spirituel, certes, l’histoire est de la science-fiction mais au-delà, c’est une quête de la vérité non pas religieuse mais spirituelle.


Avant de se quitter, un dernier mot aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?


Simon : Je ne connais aucun mot français. Mais je dirais, en conclusion, ce n’est pas parce que tu ne vois pas quelque chose, qu’il n’existe pas !


Merci

Merci beaucoup !



Plus d'informations sur http://www.soundofcontact.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 2672
  • 2673
  • 2677
  • 2678
  • 2679
Haut de page
EN RELATION AVEC SOUND OF CONTACT
DERNIERE CHRONIQUE
SOUND OF CONTACT: Dimensionaut (2013)
4/5

Sous des allures conceptuelles futuristes, "Dimensionaut" s’avère être un magnifique hommage subliminal au rock progressif atmosphérique.
DERNIERE ACTUALITE
Sound of Contact: Dimensionaut
 
AUTRES ARTICLES
AMANDINE BOURGEOIS (14 MAI 2014)
Rencontre avec Amandine Bourgeois pour une interview pleine d'amour, de sincérité et de fraîcheur dans le cadre de la sortie de son troisième album "Au Masculin", véritable tournant dans sa carrière...
SPLEEN ARCANA (AVRIL 2014)
Ma musique s'adresse aux personnes qui souhaitent prendre le temps de se plonger dans un univers, qu'il soit progressif ou pas d'ailleurs...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023