MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - ASTRAKHAN (03/08/2014)
TITRE:

ASTRAKHAN (03/08/2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK PROGRESSIF



Après la découverte du superbe "Retrospective" nous voulions en savoir plus sur les suédois d'Astrakhan. C'est la compositeur-bassiste Per Schelander qui nous a éclairé.
NUNO777 - 03.10.2014 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Bonjour Per, peux-tu nous présenter le groupe Astrakhan ?

Per Schelander : Astrakhan est né d’une idée entre mon frère et moi. Nous avions une tradition de Noël, nous nous retrouvions tous chez lui et nous écrivions une chanson ensemble. Cela remonte à 1994-1995 quelque chose comme ça. Nous ne pensions pas en termes de style musical ou de direction particulière, nous transcrivions juste une pure joie de créer et d’écrire de la musique. Nous pouvions écrire de la samba, du reggae, du rock…

Après quelques années nous avons commencé à parler d’écrire une musique plus construite car jusque là le processus de création entre nous était très simple et ludique comparé à d’autres moments d’écriture dans lesquels nous avons été impliqués. Ainsi, la décision fut prise d’écrire 10 morceaux pour faire un album. Les chansons se sont écrites rapidement mais il nous a fallu du temps pour trouver un chanteur qui corresponde à l’esprit des morceaux.

Pour couronner le tout nous avons été très occupés tous les deux par d’autres projets et d’autres groupes. A l’automne 2012 nous avons réservé un bon studio et nous avons enregistré la batterie, la basse et les claviers. Le printemps suivant nous rencontrions Alex Lycke et sa voix a résolu tous les problèmes. Les voix ont été enregistrées rapidement dans la foulée et tout le monde était très satisfait du résultat, au point de constituer un groupe.


Quelle est la question que l’on t’a trop souvent posée ?

Pourquoi diable vous êtes vous appelés Astrakhan ?


Ça tombe bien car je voulais savoir la signification d’Astrakhan ?

Nous voulions trouver un terme qui sonnait suédois mais pas imprononçable. Nous avons eu des tonnes d’idées avant que quelqu’un ne sorte « Astrakan » qui est une variété de pomme connue chez nous…Nous trouvions qu’il ferait mieux avec un « h » après le « k ». Le nom du groupe fut donc trouvé et il s’avère que c’est le nom d’une ville de Russie dont nous ignorions l’existence. Mais trop tard pour changer, l’album était déjà sorti…



"Retrospective" représente bien cet album équilibré entre rock des années 70 et rock progressif moderne. Comment en êtes-vous venus à explorer la modernité et la tradition dans un même album ?

Rien n’était planifié quand nous avons écrit les titres. Les chansons existent depuis différentes époques et nous avons essayé de les produire dans des styles et des sonorités variées. Nos yeux et nos oreilles étaient focalisés uniquement sur la qualité du contenu. L’assemblage des chansons fonctionne particulièrement bien avec une approche retro mais elles ont un fond intemporel.

Une fois nous avons joué ces mêmes chansons avec une guitare lap steel ( NDNuno777 : une guitare couchée que l’on joue avec un bottleneck par exemple, utilisée notamment par Jeff Healey ou Steve Howe), un Wurlitzer (NDNuno777 : un piano électrique très utilisé dans les années 70) et une basse fretless et ça sonnait du tonnerre ! Les chansons ne se rapportent pas à des instruments particuliers ou à un son unique, elles s’expriment par elles-mêmes.


Entre la sortie de l’album en 2013 et le début de sa création en 2005 il s’est écoulé 8 ans. Que s’est-il passé entre temps ? Quelles difficultés avez-vous eu à gérer ?

J’ai rejoint Royal Hunt en 2005 en étant très occupé avec eux puis j’ai commencé à jouer avec Pain Of Salvation en 2008. Dans l’intervalle j’ai co-écrit deux albums avec House Of Shakira et tourné avec eux sur quelques dates. Jörgen a été très pris avec MISTH et nous avons eu du mal à trouver le bon chanteur. Ce point est d’ailleurs le plus gros problème selon moi. Durant des années ça a été frustrant d’essayer de nombreux chanteurs, tous très bons, sans jamais tomber sur l’évidence qui collerait parfaitement avec les titres. Quand finalement nous avons trouvé Alex tout s’est éclairé, le rêve devenait enfin réalité.


Tu as composé "Retrospective" avec ton frère Jörgen. Pour les paroles vous avez procédé de manière originale par couches successives, chacun complétant la partie du l’autre et ainsi de suite. As-tu été surpris par la direction que prenaient certains titres pendant ces phases de composition ?

C’est probablement une manière originale de composer mais quand tu connais l’autre et que tu lui fais une totale confiance ce n’est pas si rare. Nous n’avons pas peur de se greffer au travail de chacun car si un élément ne convient pas alors nous passons à autre chose. Tout le monde sait que pour faire une grande œuvre il faut se débarrasser du sentimental (NDNuno777 : référence à l’expression « To kill your darlings » de William Faulkner intraduisible en français !). Mais encore une fois peu le font selon moi. Tu dois croire en ton partenaire s’il te dit que telle chose n’est pas assez bonne. Tu dois ensuite passer à autre chose et recommencer. C’est comme cela que nous procédons pour la composition de la musique et des textes avec Astrakhan.

J’ai souvent remarqué que quand on demande aux membres d’un groupe quels morceaux ils verraient pour former un album les cinq préférés de chacun sont identiques. Nous n’avons pas eu ce problème avec "Retrospective". Nous sommes tous tombés d’accord sur les 10 meilleurs chansons à garder. Pour confirmer nos choix nous avons invité 10 proches et nous leur avons fait écouter les 14 morceaux que nous avions composés. Leur liste était commune à 90%. Une bonne chanson ne se discute pas, ton corps le sait à l’instant même où tu l’entends. Le seul désaccord s’est fait sur une chanson, le « jury » en faisait sa préférée. Je suppose qu’elle apparaitra un jour sur un album…

Quand nous avons abordé les paroles, le procédé habituel a été de se répartir l’écriture de la partie principale. Nous présentions l’ébauche à l’autre et celui-ci commençait à changer une ligne, et ainsi de suite jusqu’à la fin, de sorte que personne ne savait au final qui avait écrit quoi. Nous nous sommes aperçus que nous avions différentes opinions sur le sens des paroles, ce qui est intéressant en soi. Quand Alex débuta les enregistrements de chant nous ne lui avons rien dit, lui laissant se faire sa propre idée sur la signification des paroles. Je me souviens qu’il me confia que les paroles lui plaisaient et raisonnaient particulièrement pour lui mais quand nous discutions une fois le disque réenregistré nous n’avions visiblement pas compris les mêmes choses. Les paroles amènent des images différentes selon les personnes, et c’est ce qui est amusant avec les textes des chants.  




Plusieurs morceaux semblent traiter de politique. Peux-tu nous en dire plus ?

Il n’y a pas vraiment de politique au sein strict, mais il n’y a que KISS pour dire que rien de se qu’ils font n’est orienté politique. Dans un sens tout ce que tu fais dans la vie a un côté politique. Tout ce que l’on fait a un but et est dirigé vers quelque chose ou quelqu’un quoiqu’on en dise. Ce que je veux dire c’est que personne ne pense que les membres de KISS votent à gauche puisqu’ils passent leur vie à vendre un produit et à faire de l’argent.

Notre plus grande inspiration pour la musique et les paroles vient des personnes que nous rencontrons ou bien de fantasmes sur des situations qui auraient pu arriver. Pour moi tout se réduit à un niveau personnel. Tu peux très bien avoir les meilleures théories ou bien les plus justes, la question la plus importante est quelle importance cela a pour l’homme de la rue. C’est là que tu trouves la vérité. Tous les politiciens ont eu leurs arguments pour justifier les guerres mais tu ne les entendras jamais utiliser les mêmes arguments s’ils avaient osé parler à quelqu’un qui venait juste de perdre toute sa famille dans un bombardement.
C’est l’idée derrière le titre ‘Propaganda’, cette propagande est sans effet lorsqu'on rapporte les arguments au niveau de deux personnes par exemple. Nous avons clôturé la titre avec un extrait d’un discours fameux de Martin Luther King qui lui fonctionnerait entre deux personnes. Car ce discours met en valeur tous les hommes en tant qu’égaux qui peuvent discuter de tout puisque chacun a les mêmes besoins fondamentaux.


Quel est le péché original moderne d’après toi ? (en référence au titre ‘Modern Original Sin’)

La peur. Nous avons peur d’être différent même si tout le monde sait que nous le sommes tous les uns des autres. Nous avons peur de tracer notre propre chemin dans la vie, de choisir la bonne trajectoire au risque que quelqu’un puisse trouver que c’est original et peu courant.
Bien que le péché soit associé à la Bible tu peux aussi le rencontrer dans toutes les autres religions. Est-ce que les humains agissent par peur de Dieu ou pour son Amour ? Je dirais principalement par peur de Dieu sinon il y aurait des extrémistes partout pour défendre la paix. Mais ce n’est pas le cas…Je remarque que dans la religion, la société, la politique, peu importe, les groupes agissent pour se communautariser de plus en plus. Et je pense que c’est plus par peur que par amour. C’est la peur de perdre le pouvoir ou la main sur les choses que qu'ils considèrent comme importantes. C’est pour toutes ces raisons que je pense que la peur est notre premier péché et qu’il dirige le monde.


Quelles différences y a t-il entre composer pour Astrakhan et pour House Of Shakira ?

Tout est différent ! Avec Astrakhan nous avons une vision claire et partagée par tous de notre musique, de la technique et de l’approche générale. Ce n’était pas le cas quand j’étais membre de House Of Shakira. Nous avions tous des idées différentes sur le groupe et cela aboutissait parfois à de très bonnes chansons, mais la moitié du temps cela frustrait la plupart des musiciens. Je pense qu’ils sont plus heureux depuis que j’ai quitté le groupe ! Nous sommes toujours en contact et en bons termes et nous nous encourageons tous d’une manière ou d’une autre, et il me semble que les deux groupes sont en ce moment plus dans une attitude liée à l’amour qu’à la peur.


Le métal progressif des années 1990-2000 avec les grandes découvertes (Dream Theater et Pain Of Salvation principalement) a posé de nombreux jalons. Et on observe ces dernières années un retour vers le passé (Pain Of Salvation, Steven Wlson, Opeth, Bigelf…) comme si l’inspiration était plus difficile à trouver. Penses-tu que le métal progressif a atteint certaines de ses limites ?  

Non, je ne pense pas que le métal progressif ait connu son heure de gloire uniquement dans ses années ! J’adore Pain Of Salvation et j’apprécie vraiment certains albums de Dream Theater mais pour moi la chanson et l’expression sont le plus important. Je pense que cela reste positif que les groupes ne se cantonnent pas à l’idée de performance parfaite ou à la recherche du son idéal. Une touche vintage donne plus d’espace à la musique, aux chansons et à l’expression si tu veux mon avis.

Je me suis souvent surpris ces temps-ci à n’écouter que 30 secondes des albums qui sortent. Dès que j’entends de la grosse compression, beaucoup de grosse caisse et de la caisse claire uniquement et que les fréquences basses sont mises en avant ça ne m’intéresse pas. Je dirais qu’il faut faire plus de musique et moins de son et de bidouille à la production.


Quel est le véritable statut de Marcus dans le groupe ? Sera-t-il présent pour le prochain album ?

Marcus n’est pas membre d’Astrakhan mais c’est un choix évident pour le poste de guitariste. Oui, il sera présent sur le prochain album.


Ses parties de guitare sont incroyables (notamment le solo de ‘Higher Ground’). Comment travaillez-vous ensemble ? Est-ce que vous le dirigiez ?

C’est un guitariste incroyable ! Nous arrivons avec la plupart des partitions de guitare écrites mais il reste de la place pour créer. Le premier solo de ‘Higher Ground’ est sa création mais la mélodie de l’outro a été composée par Jörgen. Marcus l’a juste élevée à un nouveau niveau. Tous les riffs et toutes les parties principales étaient écrits mais nous discutions sur quelques points en studio pour trouver les meilleures conditions pour chacun.




Peux-tu nous dire à quoi nous devons nous attendre avec le prochain album ?

La composition est pratiquement achevée mais nous n’avons pas eu encore assez de temps pour tout régler. Je dirais que nous sommes rapides à composer et lent pour achever l’album… Nous avons enregistré trois démos que nous allons commencer à jouer en concert la semaine prochaine (NDNuno777 : nous avons eu la chance de les entendre et c’est effectivement très prometteur). Jusqu’à présent cela ressemble à une continuité naturelle de "Retrospective". La grosse différence est que pour cet album nous savons qui chantera dessus. Cette différence fait que nous allons rendre cet album encore plus puissant.


Quel est selon toi le morceau d’Astrakhan qui représente le mieux le son et l’univers du groupe ?

Je dirais que c’est ‘Extreme Media Makeover’ qui est le plus emblématique de nos morceaux. Il peut paraitre un peu bizarre aux premiers abords mais si tu l’aimes tu aimeras Astrakhan car tout ce que nous aimons s’y trouve. C’est dynamique, mélodique, et la partie instrumentale n’est pas faite pour en mettre plein les oreilles mais surtout pour créer un mouvement complexe de va et vient et de détour.


Quels sont tes pires et meilleurs souvenirs en tant que musicien ?

C’est dur d’en mettre un plus en valeur que d’autres…être malade sur scène est vraiment la pire expérience pour un musicien. Une tournée en Italie que j’ai faite avec House Of Shakira a dépassé toutes les limites. C’était une semaine terrible pour un musicien. Tout partait en vrille dans cette tournée et je ne savais pas où donner de la tête… Organiser une tournée de cette manière est vraiment irrespectueux pour un musicien, ou quiconque même. Cerise sur le gâteau je suis arrivé en Italie avec un rhume (que j’ai soigné rapidement heureusement) et j’ai mangé quelque chose qui n’est pas passé juste avant le concert à Rome qui a mis mon estomac dans un état désastreux… En plus d’être victime d’une mauvaise organisation de tournée nous avons été arrêtés par la police qui pensait que nous transportions de la drogue… bien sûr c’était faux sauf que le conducteur du bus en avait vraiment sur lui et il a pris la poudre d’escampette nous laissant dans l’embarras. Et ce n’était que la première date de la tournée…

Mon meilleur souvenir est plus facile à trouver : c’est la première tournée avec House Of Shakira en ouverture de Royal Hunt. Nous étions jeunes, enthousiastes car nous pensions que ça serait l’unique tournée que nous ne ferions jamais…Nous avons donc profité au maximum durant cette tournée et nous avons joué comme jamais.
Il y a aussi cette tête d’affiche avec Pain Of Salvation au festival Saarang en Inde, un show vraiment cool !


Pour faire écho à la question du début, quelle est la question que tu aimerais que l’on te pose ?

Que voulais-tu faire quand tu étais enfant ?


Pour finir je te propose de répondre à ce questionnaire de Proust un peu remanié à la sauce Music Waves.

-La qualité/vertu que tu préfères ?

L’amour.

-La qualité que tu apprécies le plus chez un musicien ?

La présence et la passion.

-L’endroit favori pour jouer ta musique ?

Devant une foule.

-Ce qui fait le meilleur morceau de musique pour toi ?

Un titre qui cloue sur place !

- Ce qui fait le pire morceau de musique pour toi ?

Un titre qui n’a pas de direction, sans intérêt.

-Ton accord préféré ?

Fmaj7

-Qui aurais-tu aimé être ?

Cette personne n’existe pas.

-Tes compositeurs préférés ?

Phil Lynott, Daniel Gildenlöw, Alison Krauss.

-Tes groupes préférés?

Thin Lizzy, Pain Of Salvation, Led Zeppelin.

-Ton musicien préféré?

Phil Lynott.

-Le don que tu aimerais avoir?

Avoir une belle voix de chanteur.

-Quel est ton état d’esprit en ce moment ?

Bien entouré, belle-de-jour et café.

-Ta devise ?

-Tout est plus complexe que ce qu’il semble être.

Merci Per.

Merci à toi.



Plus d'informations sur http://www.astrakhan.se
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 3048
  • 3049
Haut de page
EN RELATION AVEC ASTRAKHAN
DERNIERE CHRONIQUE
ASTRAKHAN: Adrenaline Kiss (2016)
4/5

"Adrenaline Kiss" est une magnifique confirmation du talent d'Astrakhan qui affirme avec encore plus de réussite sa signature heavy prog vintage.
DERNIERE ACTUALITE
ASTRAKHAN: Adrenaline Kiss
 
AUTRES ARTICLES
MARRE DES "PAPYS DU ROCK" ?
Un éditorial sur le bien-fondé des critiques souvent négatives ou au contraire trop élogieuses accompagnant les artistes ayant acquis une grande notoriété mais arrivés aujourd'hui au seuil du troisième âge
STICKY BOYS (25 SEPTEMBRE 2014)
Un an après la promo de "This Is Rock'n'roll", les trublions Sticky Boys reviennent se confesser sur le Divan de Music Waves avant d'investir celui du Monde, le 10 Octobre...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020