MW / Accueil / Actualités / LESLIE WEST : Un tribute en mars 2022
.
.
SORTIES LESLIE WEST : UN TRIBUTE EN MARS 2022 TITRE:

LESLIE WEST : UN TRIBUTE EN MARS 2022


TYPE:
SORTIES
GENRE:

ROCK



SHAKA - 16.11.2021 - (0) commentaire(s)
 
Leslie West est décédé le 23 décembre 2020. Provogue / Mascot Label Group annonce la sortie de LEGACY : A TRIBUTE TO LESLIE WEST le 25 mars en hommage au guitariste. Des amis, et beaucoup de ceux qui ont été influencés par Leslie West, ont contribué à cette sortie spéciale.
 
Dee Snider, Slash, Zakk Wylde, Randy and Tal Bachman, Martin Barre, Joe Lynn Turner, Charlie Starr, Elliot Easton, Robby Krieger, George Lynch, Marty Friedman, Steve Morse, Eddie Ojeda, Marc Labelle, Mike Portnoy, Bobby Rondinelli and Rev Jones rendent hommage à Leslie West

L'album sera disponible sous la forme d'un coffret en édition limitée, en LP et CD, en version numérique, ainsi qu'en version LP limitée exclusive à la boutique en ligne, fabriquée avec le numérique. La pré-commande est en ligne ici : https://www.mascotlabelgroup.com/collections/leslie-west

Ecoutez ci-dessous "Blood Of The Sun" par Zakk Wylde.

Track Listing:
Blood of the Sun (feat. Zakk Wylde)
Nantucket Sleighride (To Owen Coffin) (feat. Joe Lynn Turner, Marty Friedman)
Theme for an Imaginary Western (feat. Dee Snider, Mike Portnoy)
For Yasgur's Farm (feat. Joe Lynn Turner, Martin Barre)
Why Dontcha (feat. Steve Morse, Ronnie Romero)
Sittin' On a Rainbow (feat. Elliot Easton, Ronnie Romero)
Never in My Life (feat. Dee Snider, George Lynch)
The Doctor (feat. Robby Krieger, Ronnie Romero)
Silver Paper (feat. Charlie Starr)
Money (Whatcha Gonna Do)/By the River - medley (feat. Randy Bachman & Tal Bachman)
Long Red (feat. Yngwie Malmsteen & Teddy Rondinelli)
Mississippi Queen (feat. Slash, Marc Labelle)



A propos :

Lorsque Leslie West est décédé en décembre 2020, il a laissé derrière lui un héritage impressionnant d'enregistrements épiques que peu de guitaristes rock peuvent égaler. Mais pour West, il n'y avait pas que les grandes chansons (bien qu'il en ait créé des tonnes) ; il y avait aussi son son brillant .

Mais plus qu'un ton paralysant, il avait aussi un toucher que personne ne pouvait battre. Des mélodies cinglantes, pâlissantes et sensuelles jaillissaient du bout de ses doigts - d'un habile coup de poignet, il donnait l'impression qu'un bluesman du Delta avait pris un violon. Ces éléments et bien d'autres ont contribué à faire de West l'un des guitaristes les plus importants, les plus influents et les plus irremplaçables de l'ère du rock.

"Il n'y avait personne sur terre tout à fait comme Leslie", dit la veuve du guitariste, Jenni West. "Dès que vous l'entendiez jouer, vous saviez que c'était lui. Il adorait jouer de la guitare et faire de la musique. Il vivait pour que les gens se sentent bien - c'était sa passion. Il était célèbre pour ses fans dans le monde entier, mais il était adoré par les autres musiciens. Qu'il s'agisse de stars de la country, de rappeurs ou de joueurs de heavy metal, tous aimaient Leslie. Il trouvait cela surprenant, mais je pense qu'il était aussi heureux de savoir à quel point il inspirait d'autres musiciens."

Bob Ringe, le manager de longue date de West, est du même avis : "J'ai travaillé avec quelques-uns des plus grands guitaristes de la planète, et personne ne pouvait rivaliser avec Leslie. Il était tellement unique et spécial - son son, son style, sa puissance et sa chaleur. Tous les guitaristes à qui je parle ont été influencés d'une manière ou d'une autre par lui. Ils ont brisé le moule en le créant, et il l'a emporté avec lui lorsqu'il est décédé. Il était vraiment unique en son genre".

Une étonnante brochette d'admirateurs de Leslie West - qui étaient aussi ses amis et ses pairs - se sont réunis pour rendre hommage à ce musicien novateur sur l'album Legacy, intitulé à juste titre : A Tribute to Leslie West. Produit par Jenni West, Bob Ringe et John Lappen, l'album présente des performances vertigineuses et sincères de Slash, Zakk Wylde, Dee Snider, Bachman & Bachman, Martin Barre, Joe Lynn Turner, Charlie Starr, Elliot Easton, Robbie Krieger, Mike Portnoy, Eddie Ojeda, George Lynch, Marty Friedman, Steve Morse et Yngwie Malmsteen, entre autres. 

À l'origine, l'album devait être une célébration rétrospective de la musique de West, sur laquelle le guitariste lui-même devait interpréter certains de ses morceaux les plus appréciés avec des invités de marque, ainsi qu'une collection de nouveaux morceaux. Deux semaines avant le début de l'enregistrement, le guitariste est décédé. Une fois que Jenni West, Ringe et Lappen ont changé de vitesse et mis en route un album hommage, ils ont découvert que le processus était bien plus facile qu'ils ne l'auraient imaginé : "Nous n'avons pas vraiment eu besoin de contacter beaucoup de gens", dit Jenni. "Ils sont venus à nous. Ce qui est vraiment incroyable, c'est que si Leslie lui-même m'avait murmuré à l'oreille qui il voulait sur ce disque, ce sont les personnes qu'il aurait demandées."

La section rythmique de longue date de West, composée du bassiste Rev Jones et de Bobby Rondinelli, a établi des pistes de base brillantes pour que les artistes invités puissent apporter leurs talents. L'une des deux exceptions est la reprise dramatique de "Theme for an Imaginary Western" (que West a enregistré avec Mountain pour le premier album du groupe en 1970, Climbing !), qui met en vedette le batteur Mike Portnoy et le bassiste légendaire de Quiet Riot/Ozzy Osbourne, Rudy Sarzo. Deux anciens de Twisted Sister - la chanteuse Dee Snider et le guitariste Eddie Ojeda - livrent des performances poignantes sur ce titre grandiose et vaste. 

"Leslie était un héros, un ami, un gars extraordinaire et un dieu de la guitare", dit Snider. "J'ai toujours voulu chanter cette chanson. C'est mon solo de guitare préféré de Leslie West. Elle résonne en moi et me parle à tant de niveaux. Je suis honoré d'avoir eu la chance de le faire sur ce disque."

Incontestablement, la chanson la plus célèbre de West reste "Mississippi Queen", et qui de mieux pour s'attaquer à un tel mastodonte sonore historique que le titan de la guitare de Guns N' Roses, Slash ? Le chanteur Marc LeBelle, actuellement à la tête du groupe Dirty Honey, s'est joint au Rock and Roll Hall of Famer pour une interprétation absolument déchirante et rifftastique. 

L'ancien chanteur de Deep Purple et Rainbow, Joe Lynn Turner, tire son chapeau non seulement à West, mais aussi au défunt co-vocaliste de Mountain, Felix Pappalardi, sur non pas un, mais deux morceaux : Sur une version exceptionnelle de "Nantucket Sleighride", le titre bluesy et progressif du deuxième album de Mountain en 1971, il est rejoint par la star internationale de la guitare Marty Friedman ; et sur une version obsédante du rockeur psychédélique "For Yasgur's Farm" (extrait de Climbing !), il fait équipe avec le guitariste Martin Barre, plus connu pour avoir été longtemps le guitariste principal de Jethro Tull. "C'était un honneur de rendre cet hommage à Leslie", dit Turner, "surtout de chanter 'Yasgur's Farm'. Je n'oublierai jamais avoir vu Mountain au Fillmore East. Felix avait fait le couplet et quand il est arrivé à la section B, Leslie a été frappé par un spot blanc dans son daim. Ça me fait encore froid dans le dos aujourd'hui."

En 1969, West avait quitté son groupe, les Vagrants, pour entamer ce qui devait être une carrière solo, mais son album Mountain s'est avéré être le début officieux du power trio du même nom. Zakk Wylde en a tiré le tour de force "Blood of the Sun" et, comme West lui-même, il est une double menace formidable à la guitare et au chant. 

Plus tard dans sa vie, West s'est lié d'amitié avec Charlie Starr, chanteur et guitariste du groupe Blackberry Smoke. Starr était en admiration devant West, et il a choisi le joyeux morceau "Silver Paper" (extrait de Climbing !) pour se souvenir de son ami disparu. En réponse à la section rythmique musclée de Rev Jones et Bobby Rondinelli, ainsi qu'au jeu de clavier de Mike DiMeo, Starr se concentre sur le centre spirituel joyeux de la chanson et ne le lâche plus. "J'adore 'Silver Paper', qui contient l'un des plans de guitare les plus cool de tous les temps", déclare Starr. "Leslie a joué exactement ce dont la chanson avait besoin ; son timing était impeccable. Il a joué de manière très reculée, et c'était si méchant et si génial - le genre de choses auxquelles on aspire. Je suis très fier de faire partie de ce projet. Que Dieu bénisse Leslie West."


La légende des Doors, Robby Krieger, connaissait également bien West - les deux hommes avaient partagé de nombreux concerts au fil des décennies. "La chose la plus cool chez Leslie était sa façon de jouer du blues - c'était juste très naturel", dit-il. "Lui et Clapton étaient les meilleurs à l'époque. Ils avaient tout simplement le sens du blues. Peut-être que dans leur vie antérieure, ils étaient des bluesmen." Krieger a choisi un morceau profond pour son hommage - le brûleur de grange déchirant "The Doctor", tiré de l'album Why Dontcha de 1972 du supergroupe West, Bruce and Laing (avec Jack Bruce de Cream et Corky Laing de Mountain) - et il brûle spectaculairement sur les lignes de tête vertigineuses et glissantes de la chanson. Le chanteur Ronnie Romero, vétéran de groupes tels que Lords of Black, Rainbow et le Michael Schenker Group, se montre à la hauteur de l'événement en hurlant avec cran et grâce.

Au fil de l'album, d'autres trésors sont révélés : Le célèbre duo père/fils Bachman and Bachman sépare sans problème deux titres de l'album The Leslie West Band de 1976 - "Money" et "By the River" - et les intègre dans un album fougueux et bon enfant. La star de la guitare des Cars, Elliot Easton, est associée au chanteur Ronnie Romero pour une reprise pétillante et fringante de "Sittin' on a Rainbow" (extrait de Climbing !) - le style fluide d'Easton s'accorde parfaitement avec le solo aux accents country de West. Climbing ! est revisité une fois de plus avec "Never in My Life", qui met en vedette une performance répétée de Dee Snider et le travail de guitare de l'ancien leader de Dokken, George Lynch. Et le dieu de la guitare de Dixie Dregs/Deep Purple, Steve Morse (avec un retour de Ronnie Romero) se dirige vers les limites extrêmes, en tirant des pistes qui sont à la fois spatiales et ardentes, sur le titre grinçant de Why Dontcha.

"Leslie pouvait prendre une simple phrase à deux ou trois notes et la vendre avec une détermination sans faille", déclare Morse, qui a partagé de nombreuses scènes avec West. "Qu'est-ce qu'on ne pouvait pas aimer chez lui ? Il savait tout ce qu'il fallait faire. Juste le phrasé des solos, l'engagement et le ton - c'était vraiment génial de se tenir à côté de lui et de vivre ça."

"Long Red" est l'un des morceaux les plus fascinants de la carrière de West. Apparue pour la première fois sur l'album solo du guitariste en 1969, elle a également été un moment fort de l'album Mountain de 1972, Live : The Road Goes Ever On. Au fil des ans, ce groove psychédélique-funk a pris de l'ampleur grâce au nombre impressionnant d'artistes hip-hop - de Kendrick Lamar à Kanye West en passant par Ice-T - qui l'ont samplé sur des tubes à succès (même Mariah Carey l'a utilisé sur son morceau "Money" en 2014). Ici, l'icône internationale de la guitare Yngwie Malmsteen (soutenu par l'excellente section rythmique du batteur Bobby Rondinelli et du bassiste Rev Jones) s'enferme dans les aspects les plus blues de la chanson et y injecte sa propre folie inimitable de shred - et les résultats sont diaboliques. Avec le chanteur Teddy Rondinelli qui joue à fond, c'est un véritable coup de maître. Cet enregistrement spécifique apparaîtra en tant que piste bonus uniquement pour le pressage japonais de la sortie.

Jenni West résume ainsi l'album : "Personne dans ce monde ne m'a jamais fait me sentir aimée autant que Leslie, et je me sens tellement honorée et reconnaissante d'avoir pu lui offrir ce cadeau". Elle rit. "Il disait souvent : "Si ça ne me fait pas gronder les couilles, c'est que ce n'est pas bon". Et je pense qu'il y a des sons qui font gronder les couilles sur ce disque ! Quand vous l'écoutez, vous pouvez même penser que c'est Leslie qui joue - et c'est une bonne chose. Il croyait vraiment à l'adage selon lequel l'imitation est la forme la plus sincère de flatterie.  Même lorsque certains des musiciens apportent leur propre touche à la musique, ils le font d'une manière authentique et respectueuse, et Leslie aurait apprécié cela". 

 
 
Haut de page
EN RELATION AVEC LESLIE WEST
DERNIERE CHRONIQUE
LESLIE WEST
Soundcheck (2015)
4/5
Leslie West signe ici un superbe manifeste de rock digne de ses 50 années de carrière. Et pour ce faire il s'est entouré d'invités tout aussi mythiques.
 
AUTRES ACTUALITES
SORTIES: MAGNUM: Nouvel album en janvier
VIDEOS: HOPES OF FREEDOM : Le titre 'The Ancient and Silent Force' en écoute
 
 

"Découvrez le groove de Rock de Sterpi!"
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022