MW / Accueil / Avis / HEAVY METAL
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album RAGE RESURRECTION DAY RAGE
RESURRECTION DAY (2021)
SPV STEAMHAMMER
HEAVY METAL
4/5
AGORN76
05/10/2021
 
15
0 0
Personnellement, je trouve cet opus de très bonne qualité. Rage est un groupe qui n'a ,à mon sens, pas la place et la reconnaissance qu'il mérite car la qualité est très souvent au rendez-vous et ce, malgré une carrière très longue et des sorties très régulières.

L'album s'écoute d'une traite avec enthousiasme et même plaisir. Oui, de plaisir, il est question avec des mélodies souvent imparables et des joutes guitaristiques plutôt inspirées et même jouissives. Parmi les titres cités, comme étant de piètre qualité, on trouve "Man in Chains" au riff enlevé, une intro inquiétante qui nous met dans une ambiance que je trouve fort agréable. Parmi les autres morceaux que j'apprécie particulièrement, se trouvent "Resurrection Day", "The Age Of Reason", "Monetary Gods" ou encore "Black Room", power balade joliment orchestrée.

Le retour à deux guitaristes est donc une bonne nouvelle et permet à Rage de ne pas perdre en inspiration et en joie. Bravo à Peavy pour sa persévérance.

Album DURBIN THE BEAST AWAKENS DURBIN
THE BEAST AWAKENS (2021)
FRONTIERS RECORDS
HEAVY METAL
4/5
THE KNIFE
21/09/2021
 
18
0 0
Bravo ! Alors là Bravo ! Le p'tit gars James Durbin nous a pondu à somptueux album ! Quelle évolution depuis sa participation foireuse à l'album de Quiet Riot sorti en 2017 Road Rage. Quelle révolution, est-ce le même bonhomme qui chantait alors comme un (vilain) petit canard !? Et en plus il l'a fait tout seul comme un grand ce magnifique album The Best Awakens, bien entouré c'est certain, mais c'est un quasi sans faute.
Quelle maturité surprenante à l'écoute de ce brûlot d'où se dégage une énergie débordante et communicative. Déjà à la première écoute les titres trouvent leur place tout seul et les mélodies s'ancrent avec insolence dans l'esprit pour un résultat sans faille.
James Durbin à une voix aiguë mais jamais fatigante qui colle parfaitement à ses chansons Heavy Metal et il sait parfaitement la moduler pour donner du relief à sa musique. Les musiciens qui l'accompagnent sont parfaits dans l'exécution et apportent une plus-value à l'ensemble des titres qui défilent sans se lasser. La production est elle aussi un atout majeur et rentre dedans. Aucun titre à jeter, pour cet album bol d'air qui donne la pêche !
En conclusion une très bonne surprise d'un musicien dont on attendait rien et qui comme Patrick Sébastien a su nous faire le coup du Grand Bluff ... un artiste à suivre assurément.

Album IRON MAIDEN SENJUTSU IRON MAIDEN
SENJUTSU (2021)
WARNER
HEAVY METAL
3/5
THE KNIFE
19/09/2021
 
18
0 0
IROM MAIDEN une histoire qui se répète à l'infini ! Avec cet album (tant) attendu le groupe de NWOBHM, qui n'en fait plus depuis longtemps, nous gâte d'un nouvel effort qui ressemble bien trop au précédent et ce dernier à son prédécesseur même s'il faut bien l'avouer avec Senjutsu la Vierge de Fer montre quelques sursauts bien sentis de son illustre passé, Stratego en tête, Days Of Futur Past, Darkest Hour, plus lent, et bien sur The Time Machine. Certains titres à rallonge ne sont pas en reste non plus (The Parchment et peut-être d'autres après maintes écoutes ... si la magie opère ) mais il ressort inexorablement tout d'abord un sentiment de déjà-vu, déjà entendu.

On finit par se dire que les gars d'Iron Maiden sont les rois du copier-coller (de leurs anciens albums) alors qu'on a envie d'y croire en même temps et de les voir se sortir les doigts du cul pour aller défourailler des décibels heavy metal mélodiques comme à la belle époque. Oui mais voilà le groupe vieillit, ralentit le tempo et se met a faire depuis deux décennies (trop) de titres progressifs (hic !). Dans son approche le single Writing On The Wall semble vouloir se détacher de tout ça et marque une légère originalité bien vue. Les musiciens sont tous impeccables et Bruce, s'il n'a plus sa puissance vocale d'antant, fait plaisir à entendre ainsi que les cavalcades rythmiques du trio de guitaristes qui s'amusent avec de sympathiques solos avec pour soutien la rythmique sans faille de la paire Mcbrain et Harris. Reste que la production est bien trop faiblarde et brouillone, elle desserre trop un groupe de la trempe de Maiden ce qui n'arrange rien à l'affaire. En définitive IRON fait ce qu'il sait faire, ni pire ni mieux, du MAIDEN ! Senjutsu s'il est loin de l'atteindre se rapproche d'un Brave New World...On ne pouvait y croire à la première écoute ! Tout ça étant dit je tiens à tirer mon chapeau à la longévité de ce groupe qui nous accompagne depuis plus de 40 ans et qui continue à nous sortir de bons albums !

Album IRON MAIDEN SENJUTSU IRON MAIDEN
SENJUTSU (2021)
WARNER
HEAVY METAL
2/5
THIBAUTK
07/09/2021
  0 2
Franchement c'est bien mauvais tout ça.

Des titres qui se suivent et qui se ressemblent; des chansons vraiment nulles et indignes de maiden : 'The Writing on the Wall' très classique, peu entraînant, avec un pseudo message politico-écolo et un rectitude qui ferait pâlir AC/DC ; des riffs peu inspirés et repompés dans leur discographie ('Stratego' qui copie 'The Ancient Mariner') ; les même phares mélodiques à la guitare: on monte une tierce (mineure la plupart du temps), puis on la redescend, ou l'inverse ; cette manière de ne jamais jouer modal et de toujours baser les solo sur la gamme majeure et de cacher une pauvreté harmonique (parfois mélodique) sous 20 notes à la seconde (mais 20 notes sur une même cordes) et très peu de variété de jeu; cette prétention à vouloir faire du prog sans en maîtriser les codes ou au moins les bases harmoniques: il ne suffit pas d'étirer un morceau pour en faire du morceau prog; et finalement les morceaux qui sont peu ou prou sur le même tempo.

Merci quand même à Bruce qui est encore et toujours d'une grande classe, c'est lui qui sauve le navire comme sur Dance Of Death ou Fear of The Dark. Nicko fait un superbe bouleau également...

Pour moi il manque un titre phare, un tube qui pourra être joué en live dans dix ans et pas seulement de petites chansonnettes sympathiques et agréable à écouter d'une oreille distraite.

Album IRON MAIDEN SENJUTSU IRON MAIDEN
SENJUTSU (2021)
WARNER
HEAVY METAL
4/5
DARWINWILD
05/09/2021
 
35
0 0
Je ne vous présenterais pas ici le plus grand groupe de heavy metal de tout les temps qui n'est autre qu'Iron Maiden.
Ce groupe a marqué de son empreinte l'histoire du metal avec "the number of the beast" encré dans un heavy pure mais désireux d'évoluer ils amèneront plus de complexités et de richesse dans leur musique en mélangeant de manière plus assumée un heavy old school avec des influences porgressives ce qui se verra sur l'album "powerslave" avec la longue fresque "rime of the ancient mariner" puis avec l'album "seventh son of a seventh son" par exemple.

Dans celui-là l'équilibre entre heavy et prog était très bien respecté avec de longs morceaux épiques couplés à des morceaux plus efficaces plus taillés pour la scène et qui resteront des classiques du groupe en live. Après le départ de Bruce Dickinson parti pour tenter quelque chose en solo ne se retrouvant plus complètement dans la musique de Maiden à cette époque ils continuèrent malgré tout en prenant le décrié Blaze Bayley pour le remplacer. Et c'est à partir de l'album qui lance cette nouvelle période "the x factor" que le style et format actuel de Maiden a commencé à se façonner avec des morceaux s'étirant en longueur et avec pas mal de passages répétitifs; le tout couplé à quelques titres plus classiques et up tempo taillés pour une sortie en single.

Cet album a de quoi décontenancer les fans ayant pleurés le départ de Bruce mais moi au contraire je le trouve génial. Après un deuxième album avec leur nouveau chanteur il fut remplacé après la fin de la tournée et c'est à ce moment-là qu'intervient le grand retour gagnant de Bruce Dickinson ainsi que d'Adrian Smith lui aussi parti quelques années avant.

Sort donc le culte et très réussi "brave new world" qui lance avec brio la nouvelle ère du groupe qui s'ensuivra de deux bons albums jusqu'à ce qu'arrive les deux derniers en date "final frontier" et "theh book of souls" qui pour ma part m'ont littéralement déçu dans l'ensemble excepté deux titres qui sont "the man of sorrows" et "empire of the clouds".

C'est donc rempli de scepticisme que j'attends ce nouvel album annoncé depuis quelques mois qui n'est autre que le fraichement arrivé "senjutsu" avec sa pochette sobre qui n'est pas sans rappelé le Eddie au sabre du Maiden Japan. On reste sur un style épurée avec un fond noir comme l'album précédent avec juste un Eddie en armure de samurai. Au mois de juillet sort le premier titre "the writing on the wall" et là ce fut une surprise de découvrir Maiden sur un titre pas vraiment Maidenesque mais qui après plusieurs écoute se révèle être un morceau vraiment bon avec probablement l'un des plus beau solo d'Adrian Smith sur album de toute sa carrière avec Maiden.

L'intro ambient qui lance le morceau est cool et immersif et dès que la rythmique rentre avec un Nicko McBrain qui joue et sonne à la perfection et un Steve Harris percussif on est pris dedans et on se prend une grosse claque. quelques semaines plus tard sort le single de l'album "stratego" et là on a un truc certes très cool mais assez classique , dans la lignée d'un "the wicker man" par exemple. Pour ce qui est du reste de l'album il fallut attendre le 3 septembre pour pouvoir s'en faire une véritable idée.

Les points forts de l'album sont la production qui est à la fois assez moderne mais sonnant un peu old school ce qui n'est pas du tout pour me déplaire couplé au faite qu'il y a une grande cohérence entre les titres malgré une variété de style, de tempos et d'influences.
On démarre avec "senjutsu" qui est un mid-tempo vachement cool avec une construction un peu pointue, des riffs efficaces, un bon solo et aussi un bon refrain le tout sur une rythmique vraiment cool.

S'en suivent les deux morceaux évoqués précédemment juste avant de trouver le premier morceau long du disque qui n'est autre que "lost in a lost world" premier titre exclusivement signé Steve Harris qui lui n'est pas exempt de défaut; il y a de bons passages mais malheureusement noyés dans trop de longueurs inutiles et de plans répétitifs. C'est ce qui m'avait vraiment le plus gêné sur le précédent album et malheureusement ce n'est pas le seul titre de cet album qui souffrira de ce problème mais on en reparlera plus tard.

Vient ensuite "days of future past" dont je ferai à peut près les mêmes remarques que pour "stratego", un titre simple et efficace complètement taillé pour la scène donc je vais enchainé sur le suivant. Arrive l'un des morceaux les plus faible de l'album qui est "the time machine"; c'est un mid-tempo qui reste un peu trop linéaire et sans passages vraiment marquants mis à part quelques petits passages par-ci par-là.
Après le premier disque on débute le second disque avec "the darkest hour" qui pour moi est le meilleur morceau de l'album, nous ramenant un peu à l'époque de "a matter of life and death" un album que je trouve génial.

Tout dans ce moment est génial du riffing au solo en passant par les ambiances ou encore le refrain. Viennent ensuite les trois fresques de plus de 10 minutes qui clôturent l'album et toutes signées Steve Harris. Le premier "death of the celts" n'est pas sans nous rappeler "the clansman" et ce pour notre plus grand bonheur mais la comparaissant s'arrête quasiment là car même si la rythmique et cool et que dans l'ensemble le morceau est bon il manque ce petit truc qui faisait que "the clansman" était vraiment génial avec son célèbre "freedom!". Je donnerai quand même un bon point pour ce titre qui fait du bien et qui lance fort bien ces trois fresques finales.

Mais l'euphorie n'est que de courte de durée car "the parchment" vient malheureusement plomber l'ambiance et nous ramener dans les mauvais penchant insipides, répétitifs et chiant du précédent album. C'est pas compliqué c'est tout simplement je pense le morceau le plus faible de l'album qui n'a d'intéressent que quelques petits passages solo au milieu et encore. Mais on pardonnera à cet album cet écart puisqu'il finira en beauté avec le magnifique "hell on earth" qui loin des chefs-d'œuvre d'antan est tout de même un morceau magnifique et très bien pour conclure cet album.

On démarre sur une intro acoustique proche de celles de "the x factor" par exemple avant que la cavalerie ne lâche les chiens avec un riff méga cool pour introduire une salve de chant vraiment entrainante et prenante.
Vient ensuite des plans instrumentaux avec solo et divers changements qui amène du contraste et beaucoup de dynamique à ce morceau en plus de rajouter au coté épique que ça procure.

Pour conclure je dirais donc que malgré mon scepticisme de départ je ne repars pas du tout déçu de cet album. Il contient nombre de titre de qualité comme "senjutsu", "the writing on the wall", "the darkest hour" ou "hell on earth" par exemple mais aussi quelques titres plus dispensables voir même de trop comme "the parchment". Je dirais à ceux qui voudraient l'écouter que si vous êtes plutôt fan de la période 80 du groupe, passez votre chemin car cet album vous laissera probablement un peu sur votre faim car manquant de speed et de cavalerie; mais si vos êtes fan aussi du virage musical pris depuis "the x factor" et dans les années 2000 alors allez y les yeux fermés cet album est fait pour vous et ne vous décevra pas.
Malgré tout en décortiquant les titres de l'album on a cette cruelle impression de redite et d'un manque de renouvellement; la sensation qu'ils se doivent d'aller repuiser l'inspiration dans leurs précédents albums pour pouvoir rester créatifs et ne proposent plus vraiment grand chose de nouveau mis à part "the writing on the wall". Certes les morceaux sont cool et plus intéressants que sur les deux derniers albums je pense quand même qu'ils ont fait le tour de la question niveau musique et qu'ils ont probablement tout dit.

On a donc ici une très belle synthèse de ces 25 dernières années qui sonne un peu comme un chant du cygne car après ça quoi faire? ce qui me laisse à penser que "senjutsu" sera peut-être leur dernier album ou pas... affaire à suivre.

Album HELLOWEEN HELLOWEEN. HELLOWEEN
HELLOWEEN. (2021)
NUCLEAR BLAST
HEAVY METAL
5/5
FRANCK
28/06/2021
 
12
0 0
Déjà, commençons par dire ce que cet opus n'est pas afin d'éviter des déceptions. Ce millésime 2021 n'est pas un "Keeper... III". On aurait pu le penser avec le retour du Kiske et Hansen mais non. Bien entendu, le groupe fait quelquefois référence à son glorieux passé, notamment sur "Out Of The Glory" ou encore "Skyfall" mais il a l'intelligence de ne pas occulter les périodes les plus récentes. D'ailleurs, pour vous en convaincre, signalons que Andi Deris signe 5 compositions. Autant que Michaël Weikath (3), Kai Hansen (1) et Markus Grosskopf (1) réunis, les 3 membres qui étaient à l'origine du groupe.

Je sais aussi que certains pensent que HELLOWEEN se résume à Kai Hansen et pense que la carrière d'HELLOWEEN s'est arrêtée après le "Keeper... 1" parce que Hansen ne sera plus le compositeur principal et finira par claquer la porte. Donc, là encore, ce disque n'est pas le Keeper 1, Kai Hansen ne vole pas la vedette aux autres en matière de compositions.

Voyons maintenant ce que ce disque éponyme est. Déjà, c'est un disque très bien produit. La production a intelligemment mélangé modernité mais aussi aspects plus traditionnels avec certains instruments enregistrés en analogique. On est loin de la production numérique de "7 Sinners". Ici, tous les instruments sont mis en valeur, même la basse, et le son est vraiment très bon. Un pur plaisir auditif.

Cet album dégage une vraie sensation d'avoir affaire à un collectif soudé. Andi Deris et Michaël Kiske se partagent le chant sans souci, quelquefois épaulés par Kai Hansen, les trois guitaristes se tirent la bourre en termes de riffs mais aussi de soli. Amateurs de twin guitars, vous aurez de quoi trouver votre bonheur.

Dans une interview, Kai Hansen précisait que n'importe quel membre pouvait apporter des éléments à des titres, même s'il ne l'avait pas composé. Il ne s'est d'ailleurs pas privé d'apporter sa touche ici ou là.
Le disque présente une belle diversité. Bien entendu, on trouve des chansons rapides, comme "Out Of The Glory", "Robot King" ou "Down In The Dumbs", trois compositions signées Weikath, on découvrira la longue composition "Skyfall" dans la droite ligne des compos à tiroirs type "Helloween" ou "Keeper Of The Seven Keys". Mais on trouvera aussi quelques chansons plus hard rock dans l'esprit, comme "Best Time" ou "Indestructible". Cependant, pas de ballade à l'horizon, même si certains passages plus posés de "Angels" peuvent s'en rapprocher par instant.
C'est varié, OK, mais que valent ces morceaux ? A mes yeux, la qualité va de très bonne à excellente. Deux titres me paraissent un peu plus faibles, "Mass Pollution" et "Best Time". Mais ce ne sont pas des nullités pour autant. Et puis il y a toujours la qualité du chant qui tire les chansons vers le haut, notamment lorsque Kiske ouvre la bouche, ou un riff ou bien des soli ébouriffants ou bien encore un break bien trouvé qui viennent vous réveiller.

Je note avec plaisir que Michaël Weikath s'est réveillé et signe 3 titres magistraux. Même certaines compositions d'Andi Deris que je n'affectionne pas particulièrement en tant que compositeur m'ont plu, comme "Fear Of The Fallen".
Inutile de s'attarder sur la qualité exceptionnelle de tous les musiciens. Cela joue vraiment très bien. Que ce soit le chant ou les guitares qui explosent la concurrence actuelle et donnent quelquefois le frisson, comme à la grande époque, mais n'oublions pas la section rythmique qui est digne d'éloges.

Voilà donc un bien bel album qui ne présente aucun défaut majeur, de la production, à la qualité des compositions, la richesse des mélodies, en passant par la dextérité musicale. Un album qui fait quelquefois référence au passé sans pour autant être passéiste et essaye de temps à autre de sortir ici ou là des sentiers battus.

Pour moi, HELLOWEEN est loin devant la concurrence en 2021. Loin devant les autres groupes de Power Metal Mélodique. Mais le disque est-il à la hauteur des deux "Keepers..." ? Seul l'avenir nous le dira. Il se situe largement à la hauteur de "Gambling With The Devil" et de "The Dark Ride", ce qui est déjà beaucoup. Mais, pour l'instant, les amateurs, dont je suis, se contenteront d'apprécier ce disque inespéré.

 
PAGE / 36
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021