GROUPE/AUTEUR:

BLACK SABBATH

(DEFAULT)

TITRE:
13 (2013)
LABEL:
VERTIGO
GENRE:
HEAVY METAL

"Du Black Sabbath pur jus, originel à défaut d'être original."
PROGRACER - 09.07.2013 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Black Sabbath est un groupe britannique de … Non, on ne présente pas un groupe comme celui-là. Black Sabbath n'est pas un groupe de Heavy Métal, Black Sabbath c'est LE heavy métal, probablement son premier inventeur et Tommy Iommi le premier a avoir créé ce son si particulier en accordant sa guitare un ton plus bas que la normale.

Il y a deux ans, la rumeur s'est répandue comme une traînée de poudre : Black Sabbath se reforme avec le line-up d'origine, la mythique formation avec un Ozzy enfin sobre et un Iommi apaisé. Et puis c'est devenu officiel, 45 ans après leurs début et 35 ans après leur dernière production dans cette configuration, l'album '13' va voir le jour. Malheureusement, Bill Ward ne fait pas partie de l'aventure, un énième différent opposant Iommi à un membre du groupe venant gâcher le tableau, mais l'essentiel n'est pas là. L'essentiel, c'est le riff ! Le sacro-saint Riff avec un grand "R", le riff bien lourd et sombre, celui qui installe un groupe au panthéon du rock, véritable marque de fabrique de Tommy Iommi depuis 4 décennies. Ce bon vieux Tommy connait la recette par cœur et va nous la servir à nouveau, reste à savoir si elle coulera comme de l'hydromel ou si elle sentira juste le réchauffé.

D'entrée, "End Of The Begining" plante le décor : un riff énorme, un tempo lent, le timbre unique d'Ozzy et le son caverneux de la basse ronflante de Geezer Butler. Quelques 8 minutes et un solo enivrant plus tard, le premier verdict tombe : c'est bien du Black Sabbath, pur jus, originel. Original ? Pas sûr ! La recette est dupliquée sur plusieurs titres "Loner", "Age Of Reason" ou "Dear Father" avec toujours le même schéma, a savoir un riff très heavy en mid-tempo sur lequel Ozzy débite ses textes de façon assez monocorde. Aux deux tiers des titres, le tempo s'emballe un peu pour amener un solo transpirant la maîtrise d'un demi siècle de pratique. Mais très vitre une certaine lassitude s'installe par manque de variété et, il faut bien le dire, d'originalité. Si à la première écoute c'est la nostalgie et le plaisir de retrouver ces sonorités qui l'emportent, les morceaux inutilement trop long viennent ternir le tableau. Avec "Zeitgeist", le Sab' nous refait carrément le coup de "Planet Caravan", y compris les percussions et les guitares acoustiques. La voix d'Ozzy s'y fait langoureuse et fort agréable, mais la ficelle est un peu grosse.

Deux morceaux sortent du lot et ré-haussent le niveau de l'album. Le premier, "God Is Dead" est porté par la basse ronflante et omniprésente d'un Geezer Butler s'en donnant à cœur-joie, ses cordes accordées très bas vibrant sur les micros de son instrument. Ozzy y est touchant et les textes incitent à la réflexion. Le morceau décolle après le bridge et le tout est extrêmement cohérent. Quant à "Damaged Soul", c'est son ambiance pesante et inquiétante qui le rend si attractif. Le son y est sale comme sur un vieux blues des seventies et l'harmonica hyper saturé vient encore renforcer cette impression. Iommi y plante deux soli qui tireront quelques frissons aux amateurs de blues-rock seventies, avant un emballage final en forme d'apothéose. Un morceau qui aurait eu sa place sur un album du groupe dans les années 70. Mention spéciale également à "Age Of Reason" qui vous gratifiera encore d'un solo magique et virevoltant du Sieur Iommy et qui aurait eu droit aux mêmes éloges que le précédent si le début ne s'éternisait pas dans des longueurs épuisantes.

Côté production, le son est impeccable, presque trop, et permet de profiter pleinement de chaque partition. Seule la batterie est un peu en retrait. Est-ce que l'absence de Ward, brillamment remplacé sur l'album et la tournée mondiale qui suit par Brad Wilk (Rage Against The Machine), y est pour quelque chose ? Pas sûr puisque cela contribue à l'équilibre de l'ensemble. Il est juste un peu regrettable de ne pas retrouver l'authenticité du son seventies des albums auxquels ce '13' veut tant ressembler, pour s'y croire un peu plus, mais la lourdeur des compos est bien servie par ce son énorme.

Comme il fallait s'y attendre, Black Sabbath est un groupe de sexagénaires qui ne sauraient avoir la même verve créative qu'à leurs débuts. Ozzy ne peut visiblement plus nous gratifier de montées en puissance dans les aiguës et son timbre, si reconnaissable et agréable qu'il soit, reste trop monocorde. '13' a le mérite de faire revivre une légende de la musique de ces 50 dernières années, force d'inspiration d'au moins un tiers des groupes chroniqués dans ces pages. Il a également pour lui des éclairs de génie qui justifient largement l'achat de ce vingtième album studio du groupe anglais. Mais c'est loin d'être un chef-d'œuvre, et les titres mythiques qu'il tente de nous rappeler seront certainement plus attendus par les fans que ceux de cet album lors de la tournée mondiale à laquelle nous ne saurions que trop vous conseiller de vous rendre pour apprécier cette légende du heavy métal.

Plus d'information sur http://www.blacksabbath.com



GROUPES PROCHES:
DIO, BLOODHOOK, MICHAEL VESCERA, FAITH, BLIZARO, KOB, DESTROY SHE SAID, DEAD CHILD, GRAEME, ALBATROS

LISTE DES PISTES:
01. End Of The Beginning - 8:06
02. God Is Dead? - 8:52
03. Loner - 5:00
04. Zeitgeist - 4:38
05. Age Of Reason - 7:01
06. Live Forever - 4:47
07. Damaged Soul - 7:51
08. 08. Dear Father - 7:21


FORMATION:
Brad Vilk: Batterie
Geezer Butler: Basse
Ozzy Osbourne: Chant
Tony Iommi : Guitares


TAGS:
-
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
TOWNSEND LE DEVIN - 13/10/2013 -
0 0
1/5
C'est très mou, très pauvre musicalement. Et c'est le minimum syndical. Mais quelque chose me choque et le groupe baisse beaucoup dans mon estime d'ailleurs. En effet, pourquoi il n'y a pas un mot sur Dio, pas une phrase, pas une chanson dédicacée, pas un RIP dans les crédits ?!? De la part de ce cramé d'Ozzy ça ne m'étonne pas mais les autres... Il n'est même pas noté (cf.livret) dans la Sabbath family !!! Messieurs vous êtes des crétins finis. Effectivement, "The Devil You Know" ! Ça me fout la gerbe.
LYNOTT - 22/07/2013 -
0 1
1/5
Je n'ai absolument pas adhéré.

Les mélodies sont au point mort de chez mort. A vouloir trop se rapprocher des ambiances malsaines et lourdes d'antan, on flirte ici avec la parodie.

Au panier, direct.

METALNATURE - 15/07/2013 -
0 0
4/5
Que pouvait-on attendre d'un nouveau Sabbath, que devait-on attendre? Pour ma part pas grand' chose, et puis la magie opère, la basse est fabuleuse, les soli impressionnants, la voix d'Ozzy n'en fait pas trop, et on rajeunit de 40 ans! Arriver à recréer cet univers aussi parfaitement nécessite quand même un sacré talent : une excellente surprise! (8,5)
VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC BLACK SABBATH
DERNIERE ACTUALITE
BLACK SABBATH : Nouvel extrait du prochain DVD/Blu-ray
Toutes les actualités sur BLACK SABBATH
DERNIER ARTICLE
LES POLÉMIQUES AUTOUR DU HELLFEST, DU METAL ET DU SATANISME
A quelques jours du Hellfest, Music Waves s'est penché sur ce sujet sensible source de débats houleux jusqu'à l'Assemblée Nationale... Premier volet d'un dossier construit autour de l'entretien entre le sociologue Nicolas Walzer et le prêtre Robert Culat. Tous les articles sur BLACK SABBATH
NOTES
2.8/5 (4 avis) 3.3/5 (11 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
SLOE GIN: A Matter Of Time (2013)
AUTRES Une errance musicale vide d’inspiration à laquelle il est bien difficile de s'accrocher.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
OMD: Universal (1996)
POP Universal ne restera pas gravé dans les mémoires souffrant d'un manque d'inspiration certain et de l'absence de moments vraiment forts.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BLACK SABBATH
BLACK-SABBATH_Forbidden
Forbidden (1995)
3/5
2.7/5
EMI / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Cross-Purposes
Cross Purposes (1994)
3/5
3.3/5
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Dehumanizer
Dehumanizer (1992)
4/5
4/5
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Tyr
Tyr (1990)
3/5
3/5
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Headless-Cross
Headless Cross (1989)
4/5
3.7/5
I.R.S. / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020