ARTISTE:

YAWNING SONS

(ETATS UNIS)
TITRE:

CEREMONY TO THE SUNSET

(2009)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

POST ROCK

TAGS:
Mélancolique
"Ceremony To The Sunsetune est une oeuvre envoûtante et cristalline, propice à l'introspection, une invitation au voyage, quel qu'il soit."
CHILDERIC THOR (15.08.2013)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Encore une fois, l'étiquette dorée "feat. members of Kyuss, Queens Of The Stone Age, Desert Sessions" ne doit pas vous tromper. Certes Scott Reeder, puisque que c'est (notamment) de lui dont il s'agit, est bien de l'aventure mais il se contente de poser sa voix sur un des titres qui sont en réalité le fruit d'une rencontre, celle de l'américain Gary Arce, guitariste de Yawning Man et des anglais de Sons Of Alpha Centauri.

De cette union, est donc né Yawning Sons (ça ne s'invente pas) qui enfante avec Ceremony To The Sunset son premier bébé, un bébé auquel on peut d'ors et déjà prédire un avenir radieux. En sept respirations à la croisée du post rock, du progressif des années 60 et 70 (le groupe mentionne parmi ses influences le Pink Floyd époque Syd Barrett, Tangerine Dream...) et du stoner psychédélique et enfumé, ce nouveau projet dessine un univers séduisant et déjà personnel.

Cet album est à l'image de son écrin visuel : beau, limpide, pur et avec une certaine mélancolie sourde, une noirceur voilée. Crépusculaire et aérien à la fois donc. Les titres sont longs ; ils prennent leur temps pour se déployer, pour répandre leurs atmosphères, leurs couleurs. Ils ont quelque chose de voyages stratosphériques, planants et insaisissables.

"Ghostship Deadwater", porte d'entrée entêtante idéale, illustre bien le style de Yawning Sons. Une longue exposition, esquissée par les guitares, puis un chant, féminin, celui de Wendy Rae Fowler que les amateurs de la famille Queens Of Stone Age/Mark Lanegan connaissent bien, une voix emplie d'une fébrilité étrange qui survole, flotte dans un espace aux contours évanescents. Mais loin des vocalistes habituellement de mises, elle trempe sa tessiture dans un vrai désespoir. Enfin, le titre meurt comme il a débuté.

Le groupe aime les longs développements, les structures qui se délient lentement. Qu'il affectionne les trames instrumentales ne surprendra donc pas. "Tomahawk Watercress", "Westlands" et le grisant et somptueux "Japanese Garden" sont ainsi des pistes de décollage pour des guitares qui larguent les amarres de la terre, bien qu'elles soient chargées d'une tristesse lumineuse que la section rythmique qui les seconde ancre toutefois dans un sol aride. Enfin, des claviers aux relents psyché teintent le tout d'arrangements hypnotiques discrets mais essentiels. De fait, assurées par trois invités chacun chargé d'un morceau, les lignes vocales sont plus là pour accompagner les instruments que pour les guider et faire corps avec eux. Elles se révèlent pourtant superbes comme sur le fragile "Meadows", presque squelettique et minimaliste et lui aussi révélateur d'une identité qui préfère la suggestion à la démonstration.

Chez Yawning Sons, rien n'est appuyé, tout est très légèrement souligné. Une justesse de touche, une sobriété, à l'instar aussi de "Garden Sessions III". Voilà une oeuvre envoûtante et cristalline, propice à l'introspection, une invitation au voyage, quel qu'il soit.


Plus d'information sur http://depositfiles.com/files/luk6exjdk



GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
01. Ghostship - Deadwater - 08:32
02. Tomahawk Watercress - 06:57
03. Wetlands - 06:40
04. Whales In Tar - 02:48
05. Meadows - 08:09
06. Garden Sessions Iii - 05:21
07. Japanese Garden - 04:47

FORMATION:
Blake Mount: Claviers
Gary Arce: Guitares
marlon King: Guitares
Nick Hannon: Basse
Stevie B: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
SCORPIONS: Unbreakable (2004)
HARD ROCK - Unbreakable apparaît clairement comme l'album de la rédemption pour Scorpions. Malgré quelques petits défauts, cet album se consomme avec un plaisir certain tant Meine et ses compères semblent avoir retrouvé l'envie de jouer ensemble.
THE ROOM: Open Fire (2013)
ROCK PROGRESSIF - 20 ans après Grey Lady Down, The Room nous propose un album sympathique typique du courant néo-progressif des années 90, constitué de morceaux accessibles sans être simplistes
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021