GROUPE/AUTEUR:

OZZY OSBOURNE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
NO REST FOR THE WICKED (1988)
LABEL:
EPIC
GENRE:
HEAVY METAL

"En sachant s'entourer et en saisissant les modes et les tendances à l'avance, Ozzy a réussi un joli coup avec cet album opportuniste et intelligent."
NOISE - 26.08.2013 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Malgré une qualité indéniable, The Ultimate Sin a été reçu un peu fraîchement par certains fans. Ceux-ci étaient mécontents de ressentir une américanisation du son d'Ozzy Osbourne, propre et manquant un peu de puissance. Dans l'intervalle Bob Daisley est revenu dans un groupe que Jack E. Lee a quitté pour être remplacé par un inconnu de 20 ans, Zakk Wylde. No Rest For The Wicked, 5ème album d'Ozzy revient donc à un son plus heavy et classique, cela même si quelques influences américaines perdurent. Cet album est aussi un peu moins fort que ses prédécesseurs et apparaît comme un premier pas dans une nouvelle direction pour Ozzy et son nouveau guitariste.

Cela étant, le disque contient de très bons morceaux et le son de Wylde amène un plus indéniable avec des aspects bien heavy, à la fois lourds et techniques, déjà caractéristiques d'un style tranchant. Et d'entrée se placent d'excellents titres. Il y a d'abord "Miracle Man" un morceau heavy au riff énorme et au refrain imparable puis "Devil's Daughter" classique du style d'Ozzy et rehaussé par un riff pachydermique et un solo intense. Wylde apparaît de fait comme le grand vainqueur de ce disque. Ainsi avec "Crazy Babies", plus typé FM, il balance une nouvelle prestation intense qui fait de ce morceau un tube en puissance.

La suite est tantinet plus banale avec des chansons manquant d'originalité et ne se démarquant finalement que grâce au travail de Wylde. Ainsi "Breakin'g All The Rules", "Bloodpath In Paradise" et "Tattooed Dancer" portent-elles clairement sa marque. De même la très classique power ballade "Fire In The Sky" est sauvée par un riff cinglant et l'apport important de la section rythmique. Enfin "Hero" et "Demon Alcohol", assez faibles, finissent l'album de manière assez poussive présentant un heavy générique sans idée forte.

En sachant s'entourer et en saisissant les modes et les tendances à l'avance, Ozzy a réussi un joli coup avec cet album opportuniste et intelligent. Un peu mésestimé, il contient pourtant son lot de bonnes choses et surtout, il annonce une suite radieuse pour un Madman décidément increvable.

Plus d'information sur http://www.ozzy.com/



GROUPES PROCHES:
LORDI, RIPPER, QUIET RIOT, BLACK LABEL SOCIETY, W.A.S.P., BLACK SABBATH, HELLFUELED

LISTE DES PISTES:
01. Miracle Man (03:44)
02. Devil's Daughter (Holy War) (05:15)
03. Crazy Babies (04:15)
04. Breakin' All The Rules (05:15)
05. Bloodbath In Paradise (05:03)
06. Fire In The Sky (06:24)
07. Tattooed Dancer (03:53)
08. Demon Alcohol (04:30)
09. Hero (04:49)


FORMATION:
Bob Daisley: Basse
John Sinclair: Claviers
Ozzy Osbourne: Chant
Randy Castillo: Batterie
Zakk Wylde: Guitares


TAGS:
Guitar-Hero
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC OZZY OSBOURNE
DERNIERE ACTUALITE
OZZY OSBOURNE: Nouveau clip d'Ordinary Man'
Toutes les actualités sur OZZY OSBOURNE
NOTES
3/5 (1 avis) 4/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
OZZY OSBOURNE: Randy Rhoads Tribute (1987)
HEAVY METAL Randy Rhoads n'avait que 25 ans lors de sa disparition mais que ça soit avec Quiet Riot ou ici avec Ozzy Osbourne, il a su montrer en peu de temps quel flamboyant guitariste il était. Ce témoignage live est indispensable pour se souvenir de sa courte carrière.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
SULA BASSANA: Silent Music (2009)
ROCK PROGRESSIF De l'avis même de son géniteur, Silent Music s'avère le disque le plus tranquille, le plus feutré, que celui-ci ait jamais enfanté, ensemble doucereux que composent de lumineuses respirations.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT OZZY OSBOURNE
OZZY-OSBOURNE_Ordinary-Man
Ordinary Man (2020)
4/5
-/5
EPIC / HEAVY METAL
OZZY-OSBOURNE_Scream
Scream (2010)
4/5
-/5
SONY BMG / HEAVY METAL
OZZY-OSBOURNE_Black-Rain
Black Rain (2007)
2/5
-/5
EPIC / HEAVY METAL
OZZY-OSBOURNE_Live-At-Budokan
Live At Budokan (2002)
4/5
-/5
EPIC / HEAVY METAL
OZZY-OSBOURNE_Down-To-Earth
Down To Earth (2001)
3/5
-/5
EPIC / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020