ARTISTE:

AYREON

(HOLLANDE)
TITRE:

THE THEORY OF EVERYTHING

(2013)
LABEL:

INSIDEOUT MUSIC

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Celtique, Concept-album, Epique, Symphonique
"Avec des morceaux plus courts qu'à l'accoutumée, "The Theory Of Everything" séduit par son concept extrêmement fouillé et sa musicalité, parfaite synthèse des précédentes productions d'Arjen Lucassen."
ABADDON (22.10.2013)  
5/5
(5) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Construite en un long flash-back, l’histoire de "Theory of Everything" s’étale sur onze années. Celle d’un enfant autiste dont seul un professeur décèlera le génial potentiel, ce qui conduira les parents chez un psychiatre. Après de longues hésitations, celui-ci accepte, sous la pression du père et contre l’avis de la mère, de l’inclure dans un protocole de recherche. Le produit utilisé marche au-delà des espérances et libère l’esprit de l’enfant, qui se révèle un génie, au grand dam du meilleur élève de la classe qui deviendra dès lors son pire ennemi, ainsi que son rival amoureux.

L’éveil du héros sert les intérêts du père, qui recherche depuis des années la Théorie Universelle. Mais les effets secondaires du traitement obligent à le suspendre, et dès lors le prodige mène une vie rangée aux côtés de sa bien-aimée. Il réalise alors qu’il va retomber dans son état initial et passe un marché avec son ennemi, devenu brillant chimiste, qui lui propose de synthétiser la drogue qui lui manque. Cependant le père, obnubilé dans sa recherche ultime, essaie de persuader le mère d’influencer son fils. Outrée que l’on puisse remettre la vie de son enfant en jeu, la mère décide de partir, poussant le père au suicide. Pourtant la même nuit, le fils reçoit la visite de son père (c’est l’élément fantastique de l’histoire), et ensemble ils résolvent les ultimes équations qui leur livrent le secret de la Théorie Universelle. Epuisé par la drogue, le fils s’effondre, emportant avec lui le secret tant recherché. Le professeur et l’amoureuse ne peuvent que constater le décès du génie ...

Le sujet, complexe, et qui n’est pas sans rappeler celui des “Fleurs pour Algernon” de Daniel Keyes, sous-tend de très nombreux sujets psychanalytiques : le besoin de reconnaissance paternelle, la constante protection maternelle, l’ambition (du professeur, du père, du rival) qui passe bien avant l’amour, les oppositions masculin / féminin (les hommes sont ici guidés par l’ambition, les femmes par l’amour et l’acceptation de la différence) ... Il est difficile de ne pas voir ici un rapport étroit avec la vie personnelle d’Arjen Lucassen, passé il y a quelques années par un épisode dépressif, et qui brasse ici ces sujets avec un réel ressenti, extrêmement bien relaté. Car, et ce n’est pas une surprise de sa part, Arjen sait raconter les histoires, et fait étroitement coller les ambiances musicales à son récit.

Musicalement, “The Theory of Everything” apparaît comme une synthèse très aboutie des différents projets de Lucassen. On y retrouvera le côté spatial des albums d’Ayreon, les claviers restant toujours aussi modernes et pertinents, mais aussi des cotés plus métal comme dans les albums de Star One ou encore “The Flight of the Migrator”, l’album le plus métal d’Ayreon, et enfin le ressenti plus psychologique du projet Guit Machine.

L’ensemble - 90 minutes tout de même !- est découpé en quatre parties de longueur égale, composées de morceaux courts (le plus long fait 3’50), ce qui surprend dans la discographie d’Ayreon : exit les développements à rallonge, place une concision nécessaire à la narration. Les transitions sont extrêmement soignées et touchent parfois au génie -  la liaison entre ‘A Reason to Live’ et ‘Potential’, sublime -, et nous retrouvons les recettes qui ont fait le succès des compositions d’Ayreon : un casting vocal éblouissant, avec mention d’honneur à Sara Squadrani et Tommy Karevik, impressionnants de sensibilité ; des guest-stars prestigieux, comme à chaque album : ici Rick Wakeman, Steve Hackett, Jordan Rudess, Troy Donockley et Keith Emerson qui est le seul décevant, se contentant de reprendre pauvrement le début du solo de Moog de 'Blues Variations' (“Pictures at an Exhibition”) ; l’utilisation de claviers modernes, inventifs, sachant contraster avec des riffs d’une mordante agressivité (‘The Lighthouse’, ‘The Breakthrough’) ; l’apport des sonorités celtiques (Uleian Pipes, Irish Bouzouki, flûtes) ; enfin l’impeccable présence aux fûts du fidèle Ed Warby.

Certains pourront toutefois opposer une réserve : la brièveté des morceaux et l’homogénéité du concept font qu’il est difficile d’isoler un titre et de se dire : “tiens, je vais écouter la piste x” ...  Comme tout grand concept-album (on peut penser au “Visitor” d’Arena par exemple), “The Theory of Everything” gagne à s’écouter d’une traite, avec l’aide du livret pour les premières écoutes pour bien saisir toute la richesse du propos. Une fois celui-ci assimilé, l’œuvre apparait comme un des meilleurs concept-albums jamais proposés. Le manque de développements complexes est alors oublié et il n’y a plus qu’à se laisser porter par le récit de ce voyage extraordinaire !


Plus d'information sur http://www.ayreon.com



GROUPES PROCHES:
GUILT MACHINE, PICTORIAL WAND, JUPITER SOCIETY, ZEROGRAVITY, REIGN OF THE ARCHITECT, GATE 6, STREAM OF PASSION, ABYDOS, ARJEN ANTHONY LUCASSEN, AMBEON

LISTE DES PISTES:
01. Prologue: The Blackboard
02. The Theory Of Everything Part 1
03. Patterns
04. The Prodigy's World
05. The Teacher's Discovery
06. Love And Envy
07. Progressive Waves
08. The Gift
09. The Eleventh Dimension
10. Inertia
11. The Theory Of Everything Part 2
12. The Consultation
13. Diagnosis
14. The Argument 1
15. The Rival's Dilemma
16. Surface Tension
17. A Reason To Live
18. Potential
19. Quantum Chaos
20. Dark Medicine
21. Alive!
22. The Prediction
23. Fluctuations
24. Transformation
25. Collision
26. Side Effects
27. Frequency Modulation
28. Magnetism
29. Quid Pro Quo
30. String Theory
31. Fortune?
32. Mirror Of Dreams
33. The Lighthouse
34. The Argument 2
35. The Parting
36. The Visitation
37. The Breakthrough
38. The Note
39. The Uncertainty Principle
40. Dark Energy
41. The Theory Of Everything Part 3
42. The Blackboard (reprise)

FORMATION:
Arjen Lucassen: Guitares / Basse / Claviers / Mandoline
Ben Mathot: Violon
Cristina Scabbia: Chant
Ed Warby: Batterie
Jb: Chant
Jeroen Goossens: Flûtes
John Wetton: Chant
Jordan Rudess: Claviers
Keith Emerson: Claviers
Maaike Peterse: Violoncelle
Marko Hietala:
Michael Mills: Chant / Irish Bouzouki
Rick Wakeman:
Sara Squadrani: Chant
Steve Hackett: Guitares
Tommy Karevik: Chant
Troy Donockley: Uleian Pipes, Flûte Basse
   
(5) AVIS DES LECTEURS    
THIERRY RLT
31/08/2017
43
  0 0  
4/5
Album magnifique. J'ai craqué, j'ai acheté le CD. De plus, l'objet est superbe, le dessin sur la pochette est de toute beauté. Il y a des magnifiques moments de musique. Bravo L. Lucassen. Comment faites-vous pour avoir autant d'idées dans votre cerveau?
PICSO
20/01/2015
208
  0 1  
5/5
Rien à redire... entièrement d'accord avec tout ce qui s'est dit plus haut... cet album surgit comme une renaissance du prog' comme on l'aime avec diverses influences qui ne font pas de tort entre elles.

Ce disque est tout simplement époustouflant de rythme, de mélodies et d'inspiration scénaristique, nul besoin d'image pour comprendre où Arjen veut nous emmener, c'est limpide et ça fait un bien fou aux oreilles...

Merveilleux! Chapeau LES artistes!

PROGZILLA
14/01/2014
120
  0 0  
5/5
La claque !!! Je ne l'attendais plus. Quelque peu déçu par les récents projets d'Arjen (Star one, album solo), je nourrissais finalement peu d'espoir quant à la parution (rapide, si l'on considère le rythme de production du sieur Lucassen) d'un nouvel album ayreonesque. Et là, c'est la bonne surprise, que dis-je le frisson édénique, la moustache qui frise, comme avec le dernier Sylvan... Le retour réussi des légendes. Car, pour moi, cette album est un petit chef d’œuvre. Il vous prend aux tripes dès les premières notes et vous emmène dans un voyage féérique et mélodique ininterrompu, sans temps creux, faibles... Au diable, les refrains, la musique tel un torrent vous emporte dans des paysages, des scènes toutes aussi sublimes les unes que les autres.

Pourquoi vouloir alors revenir en arrière ? et pourquoi dès lors bouder son plaisir. Ha oui, certains parlent de "déja vu", "strange déjà vu"comme dirait DT... Une similitude de façade à mon sens, et c'est là la force de l'album. Arjen nous propose une rupture dans une apparente continuité, une révolution dans la tradition... Oui, à la première écoute, on reconnait la marque du maître qui vous prend la main pour vous emmener dans sa nouvelle cathédrale musicale. Vu du dehors, les gargouilles, la porte majestueuse, les ouvertures, les flèches nous sont familières, mais sitôt les panneaux franchis... Ha, le léonard de vinci nordique a revu toutes les perspectives, les angles choisis défient les lois de la pesanteur, les ouvertures cachaient une immense verrière dont les arêtes vocales démultiplient la rais de lumière. Le travail au niveau des mélodies, des chants est impressionnant, et je comprends pourquoi Arjen propose une version acoustique. Ce que j'adore aussi chez lui, c'est son travail autour de la rythmique, de ces basses qui vous enveloppent, donnent une profondeur, une perspective remarquable aux chants... Enfin, vous l'aurez compris, c'est aussi pour moi un incontournable de l'année, de la décennie.. Un retour aux sources du prog réussi....

Voir les 5 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.3/5 (13 avis)
STAFF:
4.3/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
AYREON : Nouvelle vidéo
DERNIERE INTERVIEW
AYREON (23 FEVRIER 2017)
Music Waves avait de nouveau pris rendez-vous avec Arjen Lucassen pour évoquer le nouvel Ayreon...
 
AUTRES CHRONIQUES
STATE URGE: White Rock Experience (2013)
ROCK ALTERNATIF - Un album gorgé de mélodies sympathiques balayant un spectre allant du hard rock 70's (Deep Purple) au progressif planant (Pink Floyd).
THE BLUE VAN: Would You Change Your Life? (2013)
ROCK - Ces Danois prolifiques nous livrent un album soigné, mais trop proche des canons commerciaux habituels pour rester durablement dans les mémoires
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AYREON
AYREON_Transitus
Transitus (2020)
2/5
3.3/5
MASCOT LABEL GROUP / METAL MELODIQUE
AYREON_The-Source
The Source (2017)
3/5
4.1/5
MASCOT LABEL GROUP / METAL MELODIQUE
AYREON_The-Theater-Equation
The Theater Equation (2016)
3/5
-/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_01011001
01011001 (2008)
4/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
AYREON_The-Human-Equation
The Human Equation (2004)
3/5
4.1/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021