.
.
GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
MAN ON THE ROCKS (2014)
LABEL:
VIRGIN
GENRE:
POP

"25ème album de Mike Oldfield, Man on the Rocks se distingue de ses prédécesseurs en étant le premier album du maestro composé uniquement de chansons pop/rock, sans aucun instrumental."
TONYB - 27.03.2014 - (1) Avis des lecteurs - (3) commentaire(s)
3/5
En ce 6 juillet 2005, après un intense lobbying de dernière minute, Tony Blair et la ville de Londres décrochent l'organisation des Jeux Olympiques d'été pour 2012 au nez à la barbe des français et d'un Jacques Chirac médusés. A ce moment-là, qui imaginait que cette décision aurait comme conséquence la publication 9 ans plus tard du 25è album de Mike Oldfield ? Effet papillon ou non, la présence de celui-ci le 27 juillet 2012 dans le Stade Olympique pour assurer la bande son d'un des plus fameux passages de la grandiose cérémonie d'ouverture orchestrée par Danny Boyle lui a redonné d'un seul coup l'envie de se remettre à la tâche autrement qu'en repassant sur ses vieux enregistrements.

Annoncé comme un album de "hard-rock" (dans le langage oldfieldien, cela signifie un retour à de la musique jouée par de "vrais" instruments), Man on the Rocks se distingue de ses prédécesseurs en étant le premier album du maestro composé uniquement de chansons pop/rock, sans aucun instrumental. Autre particularité, c'est également la première fois que tous les titres sont interprétés par une seule et unique personne. Abandonnant les voix en or des Maggie Reilly, Anita Hegerland et autres Cara Dillon (qui a donc ajouté perfidement Bonnie Tyler ?), Mike Oldfield a confié les clés du camion à un chanteur masculin, Luke Spiller, habitué à fréquenter les rivages du glam-rock, au risque de désorienter quelque peu ses aficionados les plus fidèles. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le jeune homme relève le défi avec brio, sa voix disposant d'une tessiture importante et d'expressions variées, s'adaptant à merveille à chaque composition. Pour le reste, Mike Oldfield a fait appel à quelques vieux requins de studio pour assurer l'accompagnement instrumental "à ses côtés", l'usage des guillemets étant ici de rigueur puisqu'aucun d'entre eux n'a côtoyé le maestro aux Bahamas durant les sessions d'enregistrement.

Avant tout chose, il convient d'aborder les onze chansons de cet album dans un état d'esprit particulier. Peu de temps après sa publication, beaucoup d'avis sont remontés en indiquant que cet album "n'était pas du Mike Oldfield", en raison notamment de l'absence de plages instrumentales de longue durée. Affirmation que je trouve pour ma part erronée, notre homme ayant pris depuis bien longtemps l'habitude de produire des chansons pop/rock à fort potentiel commercial. Et effectivement, point ici d'Ommadawn 2 ou de Tubular Bells 45, ni de complexité particulière dans la construction des chansons. Le schéma couplet/refrain est de rigueur, agrémenté par quelque soli de guitare reconnaissables entre mille, allant de quelques notes simples à près de deux minutes (Castaway).

Schématiquement, on pourrait découper cet album en deux parties distinctes : la première comprend les six premières plages et frise le sans faute. On retrouve des titres évoquant les succès passés de l'artiste, avec en tête de gondole le single (à la video minable soi-dit en passant) Sailing, ou encore l'entraînant Dreaming in the Wind, mais aussi Moonshine et ses doux accents celtiques, faisant penser à un titre de Chris de Burgh, et surtout l'émouvant Castaway, évocation de l'enfance douloureuse de Mike Oldfield. Après cette première moitié d'album, le constat s'avère plutôt réjouissant.
La suite est malheureusement un petit cran en-dessous, manquant d'entrain et proposant des titres parfois lourdingues (Chariots). Le côté mélodique bien présent jusqu'alors décline un peu, pour aboutir notamment à l'interminable Following the Angels, inspiré justement par la cérémonie d'ouverture des JO, dont le refrain déjà peu amène se retrouve répété ad libitum dans des tonalités différentes. I Give Myself Away termine toutefois l'album sur une bonne note avec un peu plus d'emphase, mais sans non plus proposer l'explosion symphonique pourtant suggérée à plusieurs reprises.

Au final, cet album suscitera de nombreux débats, entre partisans et farouches opposants. Intrinsèquement, et en mettant de côté toute comparaison inappropriée avec les œuvres majeures de Mike Oldfield, Man on the Rocks est un album facile d'accès et plaisant, se situant dans la moyenne, supérieur à bien des égards aux quelques ratés parsemant sa discographie, mais bien évidemment loin des références qui ont fait sa renommée. Ce n'est sans doute pas une raison pour bouder le plaisir de retrouver un artiste devenu rare, d'autant que ce retour à la surface semble être le prélude à de nouvelles aventures qui donnent l'eau à la bouche (à l'heure où je termine cette chronique, Mike Oldfield parle de réaliser un prologue à Tubular Bells !).

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
TEMPUS FUGIT, EUREKA, JOHANNES LULEY, BEN CRAVEN, THE HEALING ROAD, GIORGIO C. NERI, FROMUZ, ETERNAL WANDERERS, ROBERT BERIAU, ERIC VALLEY

LISTE DES PISTES:
01. Sailing
02. Moonshine
03. Man On The Rocks
04. Castaway
05. Minutes
06. Dreaming In The Wind
07. Nuclear
08. Chariots
09. Following The Angels
10. Irene
11. I Give Myself Away


FORMATION:
John Robinson: Batterie
Leland Sklar: Basse
Luke Spiller: Chant
Matt Rollings: Piano Et B3
Mike Oldfield: Guitares / Basse / Claviers
Davy Spillane: Invité / Flûtes Irlandaises
Paul Dooley: Invité / Violon


TAGS:
80's, Accessible / FM, Celtique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 12/10/2014 -
0 0
3/5
Voilà un album qui fait plaisir à découvrir après une assez longue jachère de la production oldfieldienne, même si une évidente déception me saute aux oreilles, aussitôt la première écoute effectuée : l’exclusivité vocale accordée à Luke Spiller. Le bonhomme a effectivement une tessiture parfaitement bien exploitée par le maestro, mais sur la totalité de la durée, un peu plus de diversité aurait sensiblement amélioré le relief de l’album. Avec une alternative féminine, notamment, on aurait pu rapprocher (un peu) Man on the Rocks du phénoménal Discovery de 1984, même si le potentiel inventif de ce dernier semble difficilement rééditable, 30 ans plus tard.
Finalement, avec l’édition Deluxe, on retrouve plus rapidement l’esprit Mike Oldfield au moyen du CD instrumental. Cependant le CD vocal ne dévoile pas toute sa force dès la première écoute, malgré son apparente accessibilité. Et comme l’indique la chronique, la première moitié de la galette n’accuse guère de faiblesses. "Sailing" est simple mais percutant, et surtout, savoureux par les accents vocaux disséminés par Spiller, qui infléchissent l’expressivité de l'orientation stylistique.
Je situe le ventre mou de l’album entre "Dreaming in the wind" et "Chariots", malgré la présence du viscéral et torturé "Nuclear", un peu désamorcé par ses voisins immédiats. "Dreaming in the wind" pour sa part nous ramène vers les errances chill-out de la première partie de Light+Shade, il fait un peu figure d’intrus dans ce paysage essentiellement rock.
Personnellement j’applaudis la beauté mélancolique de "Following the Angels", et dans la même lignée, je regrette que la clôture "I give myself away" ne soit pas davantage développée. Ce morceau méritait beaucoup mieux qu’une conclusion de 20 secondes on ne peut plus convenue et expéditive.
Un retour du maestro qui ne devrait pas fracasser les charts, mais qui permet tout de même d’offrir une agréable et rafraîchissante bouffée musicale à ses adeptes. Les exclusifs de Tubular Bells ou d’Amarok, évidemment, n'y trouveront pas leur compte.

Haut de page
(3) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
TONYB - 31/03/2014 13:53:12
0
Cher Philippe, j'ai effectivement lu ta chronique que je trouve pour ma part très sévère mais bon, chacun son avis. Sache toutefois que MusicWaves dispose d'une information toute chaude que nous n'allons pas tarder à révéler et qui devrait vraisemblablement faire remonter ce bon vieux Mike dans ton estime ...
PHILIPPE VALLIN - 28/03/2014 12:23:53
0
Non, désolé, cet album n'est pas digne d'un musicien de la trempe de Mike Oldfield. C'est juste ici un pur produit de commande d'une major pour vendre des disques (auprès de quel public je me le demande), et il n'y a rien d'artistique là dedans. Voilà ce que j'en pense dans le détail : http://www.clairetobscur.com/article-mike-oldfield-man-on-the-rocks-122818574.html
PETER HACKETT - 27/03/2014 15:28:52
0
Même en oubliant que le créateur de cet album fut celui d'Ommadawn ou de Tubular Bells, je suis déçu par ce que propose ici Mike Oldfield. Quelques titres sont certes accrocheurs, dans un style pop teinté de folk, certes les envolées de guitare de Mike ont toujours quelque chose de magique, mais les pistes intéressantes sont minoritaires.
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
3.3/5 (3 avis) 2.4/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
QUANAH PARKER: Quanah ! (2012)
ROCK PROGRESSIF Quanah Parker est un groupe italien apparu en plein revival néo-progressif. Il nous offre enfin aujourd’hui son premier opus, ‘Quanah!’ qui plaira forcément aux nostalgiques des 70's-80's.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MENACE: Impact Velocity (2014)
METAL PROGRESSIF Puissant et personnel, "Impact Velocity" est de ces albums qui s'imposent au fil du temps comme des réussites incontestables et que les fans de Napalm Death tout comme ceux que ce nom pourrait effrayer, seraient bien avisés d'écouter...
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Return-To-Ommadawn
Return To Ommadawn (2017)
5/5
4.8/5
MERCURY / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Art-In-Heaven-Live-In-Berlin
Art In Heaven (Live In Berlin) (2003)
2/5
3/5
WARNER / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020