ARTISTE:

THE WORM OUROBOROS

(BIELORUSSIE)
TITRE:

OF THINGS THAT NEVER WERE

(2013)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

/ -
TAGS:
Old School, Psychédélique
"The Worm Ouroboros ressuscite pour notre plus grand bonheur l'âge d'or du rock progressif avec un album fortement influencé par l'école de Canterbury et émaillé de références à King Crimson, Jethro Tull, Van der Graaf Generator ou encore Genesis. Un pur régal."
CORTO1809 (28.11.2013)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Décidemment, la scène biélorusse a bien des choses à dire. Après The Archestra et son très bon album d'art rock, voilà que nous déboulent leurs compatriotes de The Worm Ouroboros, à ne pas confondre avec le groupe américain Worm Ouroboros. Mais là où The Archestra s'aventurait sur les territoires chaotiques d'une musique à la limite de l'expérimental, The Worm Ouroboros revient sur les fondamentaux du rock progressif et nous sort un album qui aurait pu paraître quarante années plus tôt.

N'allez pas y voir là un reproche, bien au contraire. Tous les nostalgiques du rock progressif à l'ancienne (stéréo)typé années 70 ne pourront qu'être comblés par la découverte de ce "Of Things That Never Were". Plus particulièrement les amateurs de rock canterburien, de jazz rock et d'ambiances bucoliques. Car comment ne pas penser à Caravan, Camel et autres Hatfield And The North à l'écoute de ces morceaux largement instrumentaux délivrant une musique déliée et mélodieuse, toute en boucles et circonvolutions, pensant à varier rythmes, instruments, nuances et styles tout en conservant une grande facilité d'écoute ? Les excellents 'Shelieth' et 'Return To The Cold Sea Of Nothing' en sont les deux plus beaux fleurons, avec leurs longs développements aux guitares et à l'orgue accompagnés d'une batterie intelligente, d'une basse groovy et dominés pour le second par un savoureux duo flûte/basson.

La flûte est d'ailleurs l'instrument fil rouge de cet album, le plus souvent virtuosement pastorale mais prenant parfois les accents guerriers d'une interprétation à la Jethro Tull comme sur 'L'impasse Sainte Béregonne', une des quelques surprises réservées par cet album. Car ce titre qui ouvre l'album, s'il reste ancré dans le prog 70, commence par une intro syncopée digne de King Crimson pour se poursuivre par un solo de guitare floydien avant d'en finir par une flûte tullienne.

Autres moments à s'affranchir quelque peu de l'école de Canterbury, le brin de folie psychédélique du final de 'The Pear-Shaped Man', l'art rock sophistiqué de 'Pirates in Pingaree' où l'envolée de flûte nous rappelle au bon souvenir du génialissime David Jackson, ou les dernières minutes de 'Soleil Noir' avec ce the sun murmuré à la façon de Pink Floyd avant que le chanteur ne lance dans un cri une guitare psychédélique et une musique lourde et inquiétante à la VDGG. Un beau mélange de classiques bien intégrés. 'The Curfew' reste le titre le plus déroutant, mixant mélodies hypnotiques et hallucinées et onomatopées gutturales semblables au chant tribal d'un shaman invoquant ses dieux.

Enfin, les titres les plus courts ('Ladybird on a Moebius Strip', 'Dawn Angel', 'The Magi'), rencontres fortuites des arpèges d'une guitare acoustique et des volutes d'une flûte, sont autant de petites respirations impressionnistes, reposantes et pastel.

"Of Things That Never Were" n'invente rien. Mais quel bonheur de se replonger ainsi dans l'âge d'or du rock progressif avec un tel brio. Qu'il s'agisse de la veine créative, de la qualité de l'interprétation ou de la clarté de la production, The Worm Ouroboros fait un quasi sans faute qu'il convient de saluer comme il se doit.


Plus d'information sur http://production.altrock.it/





LISTE DES PISTES:
01. L'impasse Sainte Bérégonne (04:26)
02. Shelieth (08:28)
03. Ladybird On A Moebius Strip (01:47)
04. The Pear-shaped Man (05:16)
05. Dawn Angel (02:03)
06. Pirates In Pingaree (07:43)
07. The Magi (01:43)
08. Soleil Noir (06:10)
09. The Curfew (07:42)
10. Return To The Cold Sea Of Nothing (09:50)
11. Hope (02:22)

FORMATION:
Alexey Zapolsky: Basse
Eugene Zarkhin: Batterie
Sergey Gvozdyukevich: Chant / Guitares / Basse / Claviers / Flûte
Vladimir Sobolevsky: Guitares
Vitaly Appow: Invité / Bois
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BLACK SPIDERS: This Savage Land (2013)
STONER - Un excellent album de Stoner Rock accessible, qui fera le bonheur des fans d'AC/DC et de Motorhead
BADGE: If I Could Love I'd Love This (2013)
BLUES - Un Blues Rock teinté de Metal qui se cherche encore mais révèle déjà quelques bons moments.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021