.
.
GROUPE/AUTEUR:

AISLES

(CHILI)

TITRE:
4.45 AM (2013)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Album schizophrène d'un groupe chilien qui convie à un petit-déjeuner prématuré toutes ses influences musicales. Un album aux thèmes dépressifs qui s'avère paradoxalement une bonne cure euphorisante pour l'auditeur."
ADRIANSTORK - 02.04.2014 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
4.45 A.M est la musique d'un film mystérieux (l'heure à laquelle les forces du vampire faiblissent en prenant conscience de l'arrivée imminente et impromptue du chant du coq ?) et virtuel dont nous n'aurons pour scénario auditif que quelques voix féminines et une parodie d'émission de radio, proche d'After Crying (sur ''Show'').

Les sentiments d'abandon, de faiblesse et de mélancolie règnent sur cet album, sans pour autant que ce dernier puisse être taxé de dépressif comme en témoigne l'instrumental 'Gallarda Yarura' dans lequel une jeune femme, après avoir été sévèrement sermonné par sa mère, se retrouve esseulée et commence à sangloter, tandis que des claquements de mains hispanisants suivie d'une guitare nocturne semblent vouloir lui apporter du réconfort. Prenant des directions inquiétantes (le rythme martial de la batterie), puis plus chaleureuses et planantes (les guitares, le synthétiseur qui joue comme un accordéon), cette deuxième piste est de loin le mont Everest de l'album, révélant l'habileté du groupe à jouer sur une corde raide.

Aucune chanson ne ressemblant à une autre, l'album se révèle un compromis schizoïde entre  instrumentaux et des chansons d'obédience pop, qu'il serait indécent de considérer comme du remplissage. En ce qui concerne la première catégorie, la maîtrise technique et symphonique du groupe convie l'auditeur à des expériences hétéroclites. 'The ship', dans lequel d'assourdissantes vagues s'abîment sur un gréement d'un navire pris dans la tempête, tout comme 'Intermission' font la part belle à l'expérimentation. Ce dernier débute d'ailleurs par une boucle de clavier rappelant le jeu de Peter Bardens sur 'Lady Fantasy' avant d'évoluer vers des sonorités parfois proches du jazz, mélangeant la techno avec Pink Floyd période ''The Wall''  pour se terminer dans un carnage tribal.

Cette pause prépare la voie à la très glacée 'Hero' où un synthétiseur dans la lignée de celui de Mark Kelly lance une première charge, ouvrant le passage à la guitare démentielle de German Vergara qui investit le champ sonore avant que ne s'invitent des mélopées mixtes faisant pencher la balance néo-progressive vers une inclinaison plus atmosphérique.
Hélas, le défaut principal de l'album précédent n'a pas été totalement effacé puisque la formation reste incapable de trouver de véritables conclusions à ses créations, préférant les étirer à l'extrême. On peut retrouver ce grief sur la première piste dans laquelle, après un solo de guitare pouvant rappeler ​Camel, la reprise assurée par la voix n'est pas convaincante.

En ce qui concerne la seconde catégorie, le groupe est capable d'aller puiser dans tous les genres pour renforcer son propos. 'Shallow and daft' par exemple est une ballade sautillante au synthétiseur qui aurait pu connaître un succès dans les années 80 aux côtés des premiers albums de Depeche Mode et de Duran Duran. Le groupe peut aussi se faire très sérieux à l'image de 'Sorrow' dont l'introduction pourra rappeler l'Amérique du Sud et qui se présente comme un monologue tourmenté avec des intonations proches de Steve Hogarth renforcé par des choeurs et une voix féminine donnant une touche de schizophrénie à l'ensemble. A cet égard, la voix de ​Sebastian Vergara révèle une riche palette d'émotion, pouvant passer de l'imitation la plus caustique ('Back my strenght' ressemble au coït forcé par une guitare euphorisante entre Thom Yorke et Matthew Bellamy) à la plainte déchirante (la pavane 'The Sacrifice' renforcée par sa harpe) mais également, et c'est un défaut, capable de tomber dans la fadeur la plus soporifique (la voix semble maladroite et l'anglais peu clair sur 'Melancholia').

4 ans après ''In Sudden Walks'', disque perché à califourchon entre rock progressif, néo prog et rock symphonique,
le groupe chilien ne s'est pas encore affranchi de toutes ses influences mais progresse sur des chemins tortueux qui font la part belle aux instrumentaux. Et surtout, il compte le meilleur instrumental de l'année, 'Gallarda Yarura'.

Plus d'information sur http://changeyourseat.com



GROUPES PROCHES:
YES, MARILLION, CAMEL, KING CRIMSON, GENESIS, RUSH

LISTE DES PISTES:
01. 4:45 Am
02. Gallarda Yarura
03. Shallow and Daft
04. Back My Strength
05. The Sacrifice
06. The Ship
07. Intermission
08. Sorrow
09. Hero
10. Melancholia


FORMATION:
Alejandro Mélandez : Chant / Claviers
Daniel Baird-kerr: Basse
Felipe Candia : Batterie
Germàn Vergara : Chant / Guitares
Rodrigo Sepulveda : Chant / Guitares
Sebastiàn Vergara : Chant / Flûte


TAGS:
70's, Accessible / FM, Dépaysant, Instrumental, Mélancolique, Musique de film, Neo, Planant, Romantique, Sombre, Symphonique, Ballades, Concept-album, Chant aigu, Choeurs
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC AISLES
DERNIERE ACTUALITE
AISLES: Sortie de l'EP "Live From Estudio Del Sur" en juillet
Toutes les actualités sur AISLES
DERNIER ARTICLE
AISLES - CONCERT A LA PENICHE L'ANTIPODE - 26 OCTOBRE 2016
Aisles se produisait pour la première fois en France en tête d'affiche afin de défendre leur dernier album, le fantastique "Hawaii", dont les titres joués étaient l'un des attraits de la soirée. Music Waves ne pouvait pas louper ça. Tous les articles sur AISLES
NOTES
2/5 (1 avis) 3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
AZZIARD: Vesanie (2014)
BLACK METAL S'il n'invente certes rien, Azziard se montre tout du long d'une malsaine efficacité. Les progrès réalisés en quelques années se révèlent impressionnants, transformant ce qui n'était qu'un modeste char en solide machine de guerre.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
HARK: Crystalline (2014)
STONER Né des cendres du groupe gallois Taint, Hark livre ici son premier album. Dans la lignée des pontes du sludge américain Maston, Baroness, mais en plus efficace et homogène,
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AISLES
AISLES_Hawaii
Hawaii (2016)
5/5
3.3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
AISLES_In-Sudden-Walks
In Sudden Walks (2009)
4/5
4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020