.
.
GROUPE/AUTEUR:

KING CRIMSON

(ROYAUME UNI)

TITRE:
STARLESS AND BIBLE BLACK (1974)
LABEL:
ISLAND
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Avec "Starless And Bible Black", King Crimson démontre une nouvelle fois ses incroyables qualités d'improvisation, la dextérité de ses interprètes et sa maîtrise des nuances. Un album complexe mais impressionnant."
CORTO1809 - 20.05.2014 - (2) Avis des lecteurs - (2) commentaire(s)
4/5
S'il est un reproche qu'on ne peut faire à King Crimson, c'est de se livrer à la facilité. Après avoir jeté la pierre angulaire du rock progressif avec le très apprécié "In The Court Of The Crimson King", le groupe s'est livré à de nombreuses expériences musicales et variations de style, appliquant à sa discographie cette progression et cette progressivité dont il était l'un des géniteurs. Perdant en chemin nombre de ses auditeurs de la première heure, déçus ou désorientés par l'hermétisme d'improvisations ou d'expérimentations de plus en plus présentes dans leur œuvre.

"Starless And Bible Black" ne réconciliera certainement pas ces derniers avec le groupe. La conception de cet album est des plus originales. Robert Fripp invente le "live in studio", décidant de créer un album studio à partir d'un matériel principalement issu de concerts joués en 1973 et 1974 et interprété sur scène avec l'intention de le retravailler pour le futur album. Les titres sélectionnés font alors l'objet d'un soigneux toilettage, toute trace de manifestations du public étant soigneusement gommée. Certains se voient compléter de parties enregistrées en studio, comme l'ajout de la voix de Wetton sur 'The Mincer' par exemple. Si certains titres ont été composés avant d'être joués ('Fracture'), la plupart sont de pures improvisations ('We'll Let You Know', 'Trio', 'The Mincer', 'Starless And Bible Black'). Enfin, l'album est complété par trois titres enregistrés intégralement en studio, qui ouvrent le bal ('The Great Deceiver', 'Lament' et 'The Night Watch' dont seule l'introduction est live).

A n'en pas douter, ces trois là sont les plus accessibles. Si 'The Great Deceiver' est un titre légèrement grinçant qui évolue de guingois, 'Lament' mélange le miel de sa première partie (la voix de Wetton et les volutes du violon de Cross) à l'acidulé de la seconde où basse, guitare et batterie montrent leur savoir-faire. Quant à 'The Night Watch', il s'agit d'une ballade-berceuse dont King Crimson a le secret, au charme imparable, admirablement chantée mezzo voce par Wetton, où la délicatesse de la mélodie s'allie aux entrées dynamiques de chaque instrument pour s'imbriquer merveilleusement dans un puzzle complexe. Brillant.

L'écoute des autres titres est plus exigeante. 'We'll Let You Know' et 'The Mincer' laissent perplexes, trop courts et impalpables pour laisser une quelconque impression. 'Starless and Bible Black' dispose, lui, du temps nécessaire pour développer une réelle progression. Débutant calmement, le morceau subit une montée crescendo jusqu'à un paroxysme qui retombe lentement dans une fausse quiétude avant de livrer un final où la guitare expire dans une mélodie triste sur roulement rageur de la batterie. Une improvisation construite et qui suit un fil conducteur, empêchant toute lassitude ou agacement pouvant être provoqué par ce genre d'exercice.

L'autre epic, 'Fracture', n'est pas issu d'une improvisation mais est bel et bien une composition authentique. Il est amusant de comparer ce titre au précédent et de voir à quel point la frontière est mince entre morceaux improvisés et composés. 'Trio' en est l'exemple inverse, tant il est difficile de croire que la pureté et le caractère mélodique de ce titre délicat, tournant autour du jeu du violon et de la guitare, sont improvisés.

King Crimson manie comme personne les ruptures de rythmes et les nuances, sa musique s'enflant et se réduisant à un filet sonore avec une aisance admirable. Ici, le plaisir est plus cérébral que viscéral. Si les thèmes mélodiques sont parfois mal définis, voire agaçants, la dextérité des musiciens, l'intelligence des entrées instrumentales, la complexité d'écriture, l'art de la nuance maîtrisée qui apporte toute la sensibilité et la vigueur à cet album forcent l'admiration et captivent l'intérêt du mélomane qui sommeille en chacun.

Plus d'information sur http://www.king-crimson.com



GROUPES PROCHES:
CENTRAL PARK, AREKNAMÉS, IHSAHN, TONY LEVIN, SKY ARCHITECT, THE RED ZEN, AFTER CRYING, SALIM GHAZI SAEEDI, DRUCKFARBEN, MINUTIAN

LISTE DES PISTES:
01. The Great Deceiver (04:02)
02. Lament (04:00)
03. We'll Let You Know (03:46)
04. The Night Watch (04:37)
05. Trio (05:41)
06. The Mincer (04:10)
07. Starless and Bible Black (09:11)
08. Fracture (11:14)


FORMATION:
Bill Bruford: Batterie
David Cross: Claviers / Violon, Alto
John Wetton: Chant / Basse
Robert Fripp: Guitares / Mellotron


TAGS:
70's, Avant-gardiste, Expérimental, Instrumental, Jam, Sombre, Technique, Live
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
ADRIANSTORK - 20/05/2014 -
0 0
4/5
L'album sous-estimé de King Crimson faisant suite à un album très inégal, mais plutôt bien accueilli. King Crimson trouve en la personne de John Wetton, un interprète charismatique à la voix chaleureuse (même si comme le dit Aymeric Leroy, le refrain de la première chanson est repris ''ad nauseam''). The Night watch est l'une des plus belles et historiquement authentique chansons consacrées à la peinture hollandaise et même à la peinture tout court.

L'origine poétique du titre provient du très brillant et éthylique Under milk wood de l'exubérant Dylan Thomas : ''It is spring, moonless night in the small town, starless and bible-black, the cobblestreets silent and the hunched, courters'-and-rabbits' wood limping invisible down to the sloeblack, slow, black, crowblack, fishingboat-bobbing sea. The houses are blind as moles (though moles see fine tonight in the snouting, velvet dingles) or blind as Captain Cat there in the muffled middle by the pump and the town clock, the shops in mourning, the Welfare Hall in widows' weeds. And all the people of the lulled and dumbfound town are sleeping now.''

ALADDIN_SANE - 20/05/2014 -
0 0
4/5
Coincé entre "Larks Tongue In Aspic" et "Red", "Starless And The Bible Black" est souvent quelque peu négligé dans la discographie du groupe. Ce serait une erreur de passer à côté de cet album impressionnant et radical. Vous pouvez aussi prolonger le plaisir avec les lives de "The Great Deceiver" réédités il y a quelques années et qui montrent quel incroyable groupe était King Crimson à cette époque.
Haut de page
(2) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
CORTO1809 - 20/05/2014 21:24:29
0
Pas oublié, c'était volontaire, Wikipédia est fait pour ça.
ADRIANSTORK - 20/05/2014 17:42:20
0
L'album sous-estimé de King Crimson (la preuve Tonyb lui a mis 2). Par contre, tu as oublié d'évoquer l'origine du titre.
Haut de page
EN RELATION AVEC KING CRIMSON
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Gordon Haskell, ex membre de King Crimson
Toutes les actualités sur KING CRIMSON
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
AVATAR: Hail The Apocalypse (2014)
METAL INDUSTRIEL Cette œuvre est d’une qualité et d’un savoir-faire incontestable. Toutefois par son orientation pop, elle risque de ne pas convaincre les amateurs de la première heure...
 
CHRONIQUE SUIVANTE
PSYGNOSIS: Human Be[ing] (2014)
AUTRES EXTREME "Human Be[ing]" est à l'image de l'Être Humain : instable, changeant, imprévisible, doté de facettes à la fois cruelles et belles. Complexe tout autant de complet.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KING CRIMSON
KING-CRIMSON_The-Power-To-Believe
The Power To Believe (2003)
4/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Red
Red (1974)
4/5
4.6/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Larks-Tongue-In-Aspic
Larks' Tongue In Aspic (1973)
5/5
4.7/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Islands
Islands (1972)
4/5
4.6/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Lizard
Lizard (1970)
5/5
4.5/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020