ARTISTE:

SHRINE

(BULGARIE)
TITRE:

NIHIL

(2014)
LABEL:

CYCLIC LAW

GENRE:

AUTRES

TAGS:
Electro, Mélancolique
"Constitué de titres éparses, "Nihil" dépasse au final largement le cadre de la compilation pour s'imposer comme un bloc à part entière, Dark Ambient mystique, éthérée et fantomatique à la fois."
CHILDERIC THOR (23.06.2014)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Cette nouvelle offrande - la quatrième longue durée - de Shrine n'en est pas vraiment une, du moins si l'on considère qu'un album doit être plus que la simple addition de morceaux mis bout à bout mais un ensemble unique et cohérent où chaque titre tient une place qui lui est propre. Selon cette définition, "Nihil" n'est pas le véritable successeur de "Somnia", agrégat de diverses pulsations composées et capturées entre 2009 et 2013 que Hristo Gospodinov, l'homme qui se cache derrière ce projet, a décidé de réunir afin de commémorer le dixième anniversaire de celui-ci.

Pourtant, l'oeuvre ne souffre absolument pas de cette élaboration émiettée, conservant même une étonnante unité aussi bien de ton que de trait. Le fait qu'elle ait été enfantée sur une longue période explique qu'elle diffère quelque peu de sa devancière. Bien que toujours aussi évanescente, presque aérienne, la musique du Bulgare se fait ici plus noire, plus glauque également, maillage tourmenté de sonorités crépusculaires et de soundscapes glacés, palette sonore aux teintes désespérées parfaitement illustrée par l'inaugural 'Shadow Puppets'.

Magma industriel sur le frissonnant 'Scrinivm' que hantent des choeurs lointains sonnant comme un écho désincarné, plainte polluée par des effluves bourdonnantes et des cris comme échappés d'un asile ('Hellfire'), l'opus n'en porte pas moins la marque de son auteur, laquelle s'incarne à travers ces nappes liquides qui semblent s'étirer à l'infini en un lent ressac hypnotique.

Du haut de ses plus de dix minutes au compteur, le terminal 'Desintegration' Of An Ego' témoigne de cette signature presque irréelle, froide élévation vers des sphères célestes insaisissables, vers un Absolu que l'on ne peut nommer. Il y a en effet là quelque chose de quasi divin, de religieux, dans cette Grâce épurée, dans ce tapis sonore chargé d'une spiritualité étrange et poétique.

Constitué de titres éparses, "Nihil" dépasse au final largement le cadre de la compilation pour s'imposer comme un bloc à part entière, Dark Ambient mystique, éthérée et fantomatique à la fois. Et d'une sidérante beauté surtout, celle qui sait toucher l'âme derrière le coeur... Encore une fois, Shrine réussit un album d'une très grande maîtrise.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/shrine.project



GROUPES PROCHES:
ARCANA, TREHA SEKTORI


LISTE DES PISTES:
01. Shadow Puppets
02. Scrinivm
03. Carnal Euphoria
04. Hellfire
05. Paradise
06. Nihil
07. Disintegration Of An Ego

FORMATION:
Hristo Gospodinov: Claviers
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DESTITUTION: Beware The Fury Of The Patient Man (2014)
THRASH - Avec Beware The Fury Of The Patient Man, Destitution lance sa carrière de belle manière en mixant bien thrash old school et influences heavy métal.
LOUD LION: Die Though (2014)
HARD ROCK - Oyé oyé braves gens, le Def Leppard des 80's est de retour !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SHRINE
SHRINE_Somnia
Somnia (2012)
4/5
-/5
CYCLIC LAW / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022