ARTISTE:

MINOR GIANT

(HOLLANDE)
TITRE:

ON THE ROAD

(2014)
LABEL:

F2

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo, Symphonique
"Minor Giant joue un néo-prog symphonique extrêmement chatoyant et fluide malheureusement un peu plombé par un chant mal assuré."
CORTO1809 (20.08.2014)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Si l'on s'en réfère à Corneille, "aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années". Il faut croire que Rindert Lammers a fait sienne cette maxime puisque c'est à 16 ans que ce jeune pianiste hollandais compose ses premières œuvres en 2010 et réunit l'année suivante autour de lui les musiciens qui constitueront Minor Giant.

"On The Road", premier album du groupe, contient six titres dont la moitié ont une durée dépassant les dix minutes. Evidemment, les sens de tout amateur de prog qui se respecte sont immédiatement en éveil. Si longueur ne signifie pas systématiquement progressif, il est indubitable qu'il s'agit toutefois d'un indice à prendre sérieusement en compte. Et Minor Giant ne nous déçoit pas. Dès les premières secondes du titre éponyme, le clavier virevoltant qui succède aux pépiements d'oiseaux et murmures d'eau nous fait entrer de plain-pied dans l'univers familier d'un néo-prog symphonique très ressemblant à ce que fait Neal Morse en solo ou avec Transatlantic. De la vivacité, des mouvements amples et majestueux, un sens de la mélodie évident, ce premier contact a tout pour plaire.

Ces qualités se retrouvent sur tout l'album, ou presque. Il faudrait être difficile pour ne pas apprécier cette musique déliée dont la fluidité semble d'une évidente facilité. Ajoutons à cela que le groupe à l'intelligence de ménager à l'auditeur des plages de répit confinant parfois à l'atmosphérique et qu'aux passages symphoniques succèdent des moments plus intimistes. Si les claviers numériques, synthétiques et acoustiques dominent (le groupe joue avec deux claviéristes), la guitare n'est pas en reste et interprète quelques solos bien sympathiques.

Alors, album de l'année ? Malheureusement non, car "On The Road" présente quelques menus défauts. Tout d'abord, si la musique est très agréable, elle ressemble beaucoup au style de Neal Morse, un peu trop parfois, l'album adoptant même la structure de ceux de l'artiste américain avec des grandes suites tourbillonnantes en début et fin d'album, une conclusion emphatique, certains diront pompeuse, et un titre lent et romantique au centre. Et puisque j'en parle, "Lead Me Home" qui tient ce rôle, et qui est soi-dit en passant le titre le plus faible de l'album, englué dans sa mièvrerie, m'amène au second défaut, plus gênant : le chant. Irritant de médiocrité, il manque sensiblement de  dynamisme, d'assurance et parfois de justesse. L'interprétation bien plate de Jordi Repkes n'est pas à l'unisson de la qualité de jeu des musiciens, lui-même étant bien plus à l'aise avec sa guitare.

Les passages instrumentaux étant bien plus nombreux que ceux chantés permettent à "On The Road" de demeurer un bon album et d'autres moins pointilleux que moi sur l'interprétation vocale n'en seront peut-être pas importunés. Le groupe devra néanmoins faire quelques efforts dans ce domaine s'il veut poursuivre sa carrière. Ce qui peut passer pour une erreur de jeunesse sur un premier album sera moins pardonnable une seconde fois.


Plus d'information sur https://minorgiant.bandpage.com/





LISTE DES PISTES:
01. On The Road (12:34)
02. Dream With Eyes Wide Open (1. The Door – 2. The Old Road – 3. Upside Down) (10:22)
03. Lead Me Home (03:52)
04. Hand In Hand (06:32)
05. We Are Strangers Here (04:46)
06. The Last Road (15:46)

FORMATION:
Harry den Hartog: Basse
Jordi Repkes: Chant / Guitares
Jos Heijmans: Claviers / Choeurs
Rindert Lammers: Claviers
Roy Post: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (4 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MINOR GIANT: On The Road
 
AUTRES CHRONIQUES
CRUCIFIED BARBARA: In The Red (2014)
HEAVY METAL - "In The Red" reste un léger cran en retrait par rapport à son prédécesseur, la faute à une légère linéarité provoquée par une rage parfois débordante.
BLOOD OF THE SUN: Burning On The Wings Of Desire (2012)
HARD ROCK - S'il n'est certainement pas un chef-d'oeuvre, "Burning On The Wings Of Desire" s'écoute néanmoins avec beaucoup de plaisir grâce au savoir-faire de ses géniteurs et à quelques morceaux de bravoure qui balisent une écoute placée sous le signe d'un rock "purplelien" survitaminé.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021