GROUPE/AUTEUR:

ELECTRIC WIZARD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
TIME TO DIE (2014)
LABEL:
SPINEFARM RECORDS
GENRE:
HEAVY METAL / DOOM

"L'alliance entre Jus Oborn, Liz Buckingham et Mark Greening ne pouvait déboucher que sur un grand disque. Dont acte."
CHILDERIC THOR - 19.11.2014 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
En dépit d'une aura toujours intacte, nous sommes pourtant nombreux à estimer que Electric Wizard a perdu une bonne part de son âme il y a plus de dix ans maintenant avec le départ de sa section rythmique originelle, composée du bassiste Tim Bagshaw et du batteur Mark Greening. Passant de power-trio à quatuor - et donc à deux guitares - à partir de 2003 et l'embauche de l'ex Sourvein, Liz Buckingham, le groupe a d'abord rassuré avec "We Live", négociant un virage vers une musique moins apocalyptique et plus mélodique. Las, les deux hosties suivantes, "Witchcult Today" et "Black Masses", nous ont finalement donné raison, bons albums vierges toutefois de cette force obscure qui habitaient les Anglais lorsqu'ils étaient trois.

C'est pourquoi le retour, malheureusement éphémère, de Mark Greening, confère à ce nouvel opus des allures de messie, de Graal attendu depuis 2002 et le définitif "Let Us Prey". Car, en bossant sur "Time To Die" pendant près d'un an avec Jus Oborn, le batteur n'a pas seulement (r)apporté son jeu animal et reconnaissable entre mille (nous y reviendrons) mais surtout cette espèce de sève méphitique (le dictionnaire est ton meilleur ami) qui a tant manqué à Electric Wizard depuis une décennie. C'est peut-être donner au batteur une importance exagérée, le résultat est pourtant là, dans cette huitième offrande fantasmée depuis longtemps, qui lui doit beaucoup. Osons-le dire, "Time To Die" est ce que le groupe a livré de plus excitant depuis "We Live" dont il est pourtant, par sa noirceur, le contre-poin.

L'oeuvre n'évite cependant pas certains écueils, trop longue (plus d'une heure quand même) et tournant un peu en rond lors d'une seconde partie roborative et ce en dépit du grandiose instrumental qui achève l'écoute sur les mêmes notes qui l'ont ouvertes 65 minutes plus tôt, piste baignant dans cette ambiance gothique de films d'horreur de série B dont les Anglais sont friands.

Mais il y a cette première moitié gigantesque qui efface d'un coup une décade trop sage à notre goût où Electric Wizard, conscient de son style, s'est égaré, en panne d'inspiration. Oui, il y a cette première partie démentielle qui matérialise tous les fantasmes que nous nourrissions dès l'annonce du retour de Greening dans le giron maternel. Avec ses roulements de toms jouissifs combinés à la voix inimitable de Jus Oborn et aux lignes de guitare telluriques usinées par ce dernier et sa belle, 'Incense For The Damned', du haut de ses dix minutes au jus, met ainsi tout le monde d'accord, synthèse (presque) parfaite entre le vieux Electric Wizard et le récent. L'enchaînement avec le titre éponyme procure des frissons, morceaux par ailleurs drapé dans un linceul de claviers hantés. Et que dire aussi de 'I am Nothing', lente procession aux ambiances pesantes.

Dommage qu'après 'Funeral Of Your Mind', étonnamment accrocheur, le reste de l'album n'apporte donc plus grand chose quand bien même 'We Love The Dead' ou 'Saturn Dethroned' surclassent aisément la concurrence. A nouveau (presque) réduit au couple Oborn/Buckingham, il sera intéressant de voir comment évoluera Electric Wizard dans les années à venir...

Plus d'information sur https://www.youtube.com/user/electricfuckinwizard



GROUPES PROCHES:
BLACK SABBATH

LISTE DES PISTES:
01. Incense for the Damned - 10:42
02. Time to Die - 7:49
03. I am Nothing - 11:31
04. Destroy Those Who Love God - 3:14
05. Funeral of Your Mind - 7:08
06. We Love The Dead - 9:05
07. SadioWitch - 4:10
08. Lucifer's Slave - 8:40
09. Saturn Dethroned - 3:07


FORMATION:
Clayton Burgess: Basse
Justin Oborn: Chant / Guitares
Liz Buckingham: Guitares
Mark Greening: Batterie


TAGS:
70's, Sombre
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC ELECTRIC WIZARD
DERNIERE ACTUALITE
ELECTRIC WIZARD : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur ELECTRIC WIZARD
DERNIERE INTERVIEW
Nous rencontrons Jus et Liz, le duo d'enfer des Electric Wizard, pour la sortie de leur dernier album "Time to Die", pour lequel le groupe a dû faire face à de dures épreuves... Mais ils nous reviennent bel et bien vivants !

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
KAIPA: Sattyg (2014)
ROCK PROGRESSIF Depuis plus de dix ans Kaipa pratique l'alternance : une fois sur deux l'album est très bon et une fois sur deux il est excellent ! Le cru 2014 entre dans la seconde catégorie.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
OCEAN CHIEF: Den Förste (2009)
DOOM Terrassant comme un golem, Ocean Chief maîtrise l'érection d'un bloc massif, pétrifié et terreux, forteresse imprenable aux arêtes vives saignées à blanc.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ELECTRIC WIZARD
ELECTRIC-WIZARD_Wizard-Bloody-Wizard
Wizard Bloody Wizard (2017)
3/5
-/5
SPINEFARM RECORDS / DOOM
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020