MW / Accueil / Chroniques / SIMPLE MINDS: Big Music
GROUPE/AUTEUR:

SIMPLE MINDS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
BIG MUSIC
ANNEE PARUTION:
2014
LABEL:
UNIVERSAL
GENRE:
POP
"Sans forcément atteindre les sommets de la fin des années 80, "Big Music" n'en est pas moins une réponse sans ambigüité à tous ceux qui avaient enterré trop vite Simple Minds."
LOLOCELTIC - 27.11.2014 -
Si "Graffiti Soul" n'avait rien de particulièrement révolutionnaire, il avait cependant le mérite de redonner espoir en Simple Minds. En effet, les Ecossais semblaient avoir enfin retrouvé l'inspiration pour un album qui devait finalement représenter la meilleure vente du combo depuis "Good News From The Next World" (1995). D'ailleurs à l'époque, Jim Kerr annonçait à qui voulait l'entendre, que le groupe se sentait en capacité de sortir 2 albums dans la même année. Après un live ("5X5 Live" - 2012) et une compilation ("Celebrate – The Greatest Hits" - 2013), ce n'est pourtant que 5 années plus tard que débarque ce "Big Music" attendu avec fébrilité. Avec un line-up voyant Andy Gillespie officiellement intronisé aux claviers, et Ged Grimes remplacer Eddie Duffy au poste de bassiste, ce nouvel opus semble être l'occasion de confirmer l'éclaircie aperçue en 2009 et ainsi, de replacer Simple Minds sur le devant de la scène.

Mêlant habilement nouvelles compositions et anciennes démos retravaillées, Jim Kerr et Charlie Burchill redonnent une grande partie de son éclat à la légende des 80's, retrouvant la formule qui faisait sa réputation, à savoir ce mélange de rock, de pop synthétique et de new-wave. La production, en grande partie confiée à Andy Wright (Eurythmics, Cock Robin, etc…), donne à la fois ampleur et puissance à la musique du quintet qui trouve ainsi un équilibre entre des claviers prégnants, une rythmique discrète mais efficace et les interventions lumineuses de Charlie Burchill, le tout mené de main (de voix) de maître par Jim Kerr. La plupart des titres réussissent ainsi à se faire à la fois planants et énergiques, comme l'hypnotisant 'Blindfolded' à la carrure de futur hymne, ou un 'Blood Diamonds' au refrain majestueux et sur lequel les claviers se fond magistraux en réponse aux échos de la guitare. Plus mélancolique, 'Honest Town', premier single, reprend également ses caractéristiques pour un résultat tubesque qui voit les couches de synthétiseurs se superposer sans devenir envahissantes.

D'une cohérence parfaite, l'ensemble alterne les titres taillés pour la scène avec des refrains catchy ('Big Music'), profitant parfois de l'apport des chœurs de Sarah Brown (Annie Lennox, Phil Collins) dont les interventions ne sont pas sans rappeler les plus belles heures de Robin Clark sur les albums de la grande époque ('Kill Or Cure'), et quelques morceaux plus légers et entraînants ('Midnight Walking') et aux refrains obsédants ('Broken Glass Heart'). Confirmant ce qui semble devenir une habitude, le quintet se fend également d'une reprise qu'il se réapproprie totalement ('Let The Day Begin' de The Call) pour un résultat dynamique et accrocheur. Enfin, s'il est un domaine de prédilection pour Simple Minds, c'est bien lorsque les Ecossais laissent l'émotion devenir plus palpable le temps de refrains dont l'optimiste élève l'auditoire ('Human') ou de titres à la mélancolie envoûtante ('Spirited Away').

Sans forcément atteindre les sommets de la fin des années 80, "Big Music" n'en est pas moins une réponse sans ambigüité à tous ceux qui avaient enterré Simple Minds trop vite. Avec toute la classe qui les caractérise, Jim Kerr et ses compagnons semblent définitivement renaître des leurs cendres pour nous offrir cette subtile recette qui avait construit leur légende, et ceci tout en étant capables de l'enrichir avec quelques notes plus actuelles, question de ne pas sombrer dans la redite ou l'auto-parodie. Il serait dommage que les amateurs qui avaient laissé tomber le groupe durant sa traversée du désert, ne saisissent pas l'opportunité de revenir vers lui avec ce nouvel opus qui ne les décevra pas.

Plus d'information sur http://www.simpleminds.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
U2, ULTRAVOX, TEARS FOR FEARS, INXS, MINERALS, THE CURE, THE MISSION, DEPECHE MODE

LISTE DES PISTES:
01. Blindfolded - 5:23
02. Midnight Walking - 3:54
03. Honest Town - 4:46
04. Big Music - 4:12
05. Human - 3:42
06. Blood Diamonds - 4:21
07. Let The Day Begin - 5:10
08. Concrete And Cherry Blossom - 3:33
09. Imagination - 3:42
10. Kill Or Cure - 4:12
11. Broken Glass Park - 4:41
12. Spirited Away - 4:08


FORMATION:
Andy Gillespie: Claviers
Charlie Burchill: Guitares / Claviers
Ged Grimes: Basse
Jim Kerr: Chant
Mel Gaynor : Batterie


TAGS:
Accessible / FM, Electro
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

SPECTRAL - 03/02/2018 09:40:44
Bah, c'est un très bon album avec des sonorités modernes. Faut arrêter de vivre dans le passé... Cet album est magnifié en live, regardez le live à Edinburgh de 2015.
10555 21953

REALMEAN - 21/10/2017 19:15:04
Du Simple Minds en pilotage automatique. Les écossais jouent les prolongations marketing, au lieu de tenter quelque chose de nouveau. La new-wave originelle tire désormais vers la techno, mais le son manque cruellement de personnalité. On parvient néanmoins à ressentir encore quelques frissons, au détour des accents vocaux de Jim Kerr qui sans faire preuve du panache d'autrefois gardent tout de même leur singularité, avec cette indéfinissable frontière entre textures de velours et rocailleuse.
A noter que l'édition Deluxe de "Big Music" embarque 6 titres supplémentaires (dont une reprise de 'Blindfolded'), qui n'ont rien à envier à ceux du support original - et qui auraient même pu en remplacer certains, avantageusement : bien étrange que la production n'ait pas été plus clairvoyante, à moins qu'il ne s'agisse d'une livrée plus tardive et insuffisamment étoffée pour la création d'un nouvel album.
2174 21558

SLY - 29/03/2015 20:08:25
Fan du groupe depuis 25 ans, je suis également déçu par cet album. Ce n'est pas que les compositions soient mauvaises, au contraire, on retrouve de nombreux refrains accrocheurs comme le groupe en a le secret. Le problème, c'est la production: la batterie semble artificielle, électronique, jouant des rythmes parfois dangereusement proches de la techno. Quant à la basse, elle est souvent synthétique également. Cette production qui se veut moderne me fait penser à l'abum Cry de 2002, qui souffrait du même problème, et que j'avais détesté pour la même raison. J'ai largement préféré les deux derniers albums du groupe, Black & White et Graffiti Soul. Avec leur production beaucoup plus organique, mettant la guitare de Charlie Burchill bien en avant et faisant sonner la basse et la batterie comme de vrais instruments, ces deux disques parvenaient à ramener la magie de l'époque où j'ai découvert le groupe. Dommage que le groupe n'ait pas conservé ce son, les morceaux de Big Music en auraient largement bénéficié.
10896 17385

LOLO_THE_BEST59 - 29/11/2014 10:42:15
Pas du tout d'accord avec cette chronique. Cette galette n'a qu'un lointain rapport avec les pépites que sortait le groupe dans les années 80. Là, la musique se noie dans rythmiques binaires et disgracieuses, que l'inimitable timbre de voix de Jim Kerr ne réussit guère à relever. Pas grand chose à sauver donc, à par "Blood diamond", pour au final une œuvre bien décevante. Allez, je m'en vais réécouter "Live in the city of light" à la place.
9075 16823
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC SIMPLE MINDS
DERNIERE ACTUALITE
SIMPLE MINDS: Walk Between Worlds
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SIMPLE MINDS
 
NOTES
 
3.5/5 (2 avis)
2.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT SIMPLE MINDS
 
SIMPLE-MINDS_Walk-Between-Worlds Walk Between Worlds (2018)
EPHELIDE / ROCK
SIMPLE-MINDS_Big-Music Big Music (2014)
UNIVERSAL / POP
SIMPLE-MINDS_Black--White-050505 Black & White 050505 (2005)
SANCTUARY / POP
SIMPLE-MINDS_Good-News-From-The-Next-World Good News From The Next World (1995)
VIRGIN / ROCK
SIMPLE-MINDS_Real-Life Real Life (1991)
VIRGIN / POP
SIMPLE-MINDS_Street-Fighting-Years Street Fighting Years (1989)
A&M / ROCK
SIMPLE-MINDS_Live--In-The-City-Of-Light Live - In The City Of Light (1987)
VIRGIN / POP
SIMPLE-MINDS_Once-Upon-A-Time Once Upon A Time (1985)
VIRGIN / POP
SIMPLE-MINDS_Sparkle-In-The-Rain Sparkle In The Rain (1984)
VIRGIN / ROCK
SIMPLE-MINDS_Empires-And-Dance Empires And Dance (1980)
ARISTA / POP
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020