ARTISTE:

EGDON HEATH

(HOLLANDE)
TITRE:

NEBULA

(1996)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo
""
TORPEDO (29.08.2003)  
2/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Edgon Heath est un groupe néerlandais qui a cessé d'exister en 1999 après 18 ans de musique et 6 albums et qui, malgré tant d'années de vie, reste absolument inconnu de la scene progressive. (Il n'était par rare de ne voir qu'une trentaine de personnes à leurs concerts.) Pourquoi une telle désuétude ? Leur musique en est-elle la cause ?

Plus ou moins. Dans la lignée néo-progressive, on retrouve de belles mélodies aux atmosphères planantes, une guitare acoustique assez légère et des claviers surexploités. L'originalité vient de l'ajout dans certaines compositions d'un brin d'orchestre symphonique simulé par les synthétiseurs. La voix fait penser quant à elle à celle de supergrass quand elle est forcée.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si un gros "détail" ne venait pas gacher une partie de l'album. Il s'agit de l'aspect torturé de certaines pistes qui sonnent alors completement faux et amène à appuyer sur la touche avance rapide. Apres quelques pressions on se rend compte qu'on est à la fin de l'album. Frustrant !

Nebula est un album qui semble facilement assimilable à l'écoute des premiere pistes mais au final assez décevant. Certaines pistes sont vraiment bonnes et d'autres à la limite du supportable. Cette irrégularité est sans doute la cause du peu de succès de ce groupe.


Plus d'information sur http://www.egdonheath.nl



GROUPES PROCHES:
SINUS, TUMBLETOWN, SEVEN DAY HUNT

LISTE DES PISTES:
01. Hail To Your Heart
02. Head In The Sand
03. Peace Of The Brave
04. Telepathic
05. Buried Inside
06. Little Human
07. As Ripley Would Say
08. Dead Meat

FORMATION:
Jaap Mulder: Guitares
Marcel Copini: Basse
Maurist Kalsbeek: Chant
Valere Wittevrongel: Batterie
Wolf Rappard: Claviers
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
26/10/2011
  0 0  
3/5
Avec Nebula, Egdon Heath clôture son aventure par un album difficile d'accès, aboutissement du virement de cap opéré en partie sur l'album précédent : mélodies torturées, accords dissonants, production de qualité mais inutilement agressive mettant un peu plus en avant les guitares, cet album ne se reçoit pas facilement.
Quelques pépites tout de même viennent rappeler le passé du groupe, là où les mélodies soignées et le symphonisme puissant produisaient un néo-progressif de première classe.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
JORDAN RUDESS: Feeding The Wheel (2001)
ROCK PROGRESSIF -
FREAK KITCHEN: Dead Soul Men (2001)
ROCK - Le trio se montre à nouveau inventif et déjanté, assumant sa personnalité et son originalité et continuant d'y intégrer de nouveaux éléments.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EGDON HEATH
EGDON-HEATH_Him-The-Snake-And-I
Him, The Snake And I (1993)
4/5
-/5
SI MUSIC / ROCK PROGRESSIF
EGDON-HEATH_The-Killing-Silence
The Killing Silence (1991)
5/5
2.5/5
SI MUSIC / ROCK PROGRESSIF
EGDON-HEATH_In-The-City
In The City (1987)
3/5
-/5
SI MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020