ARTISTE:

DEAD CITY RUINS

(AUSTRALIE)
TITRE:

DEAD CITY RUINS

(2014)
LABEL:

METALVILLE

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
"Sculpteur d'un Hard rock aussi racé que plombé, Dead City Ruins nous gratifie d'un opus conjugué au presque parfait."
CHILDERIC THOR (29.10.2014)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

On peut toujours compter sur les kangourous pour vidanger du (très) bon hard rock. Héritier de cette longue tradition, Dead City Ruins fait une entrée fracassante dans le landerneau électrique avec une deuxième rondelle éponyme bourrée jusqu'à la gueule d'énergie et de feeling.

Si bien des groupes australiens sont biberonnés au blues, lui se veut beaucoup plus lourd, plus heavy également, comme le confirment ces harmonies de guitares aussi nerveuses qu'éruptives ('Happenzella'). Avec ses tempos pesants et son canevas souvent épique,  le Rock sculpté par le quintet sonne presque davantage européen.

Rarement rapides, à l'exception du remuant 'Shot Through The Sky',  ces compositions ne passent jamais vraiment la seconde, imprimant un rythme puissamment charpenté, témoin par exemple ce 'DIB' écrasant aux ambiances des plus sombres. Avec ses relents de stoner terreux, le chant de Jake Wiffen, remarquable tout du long, participe enfin de cette rugosité plombée.

Enchaînant les brûlots sévèrement burnés, dont une reprise de dieu le père AC/DC ('Rock'n'Roll Damnation') en guise de digestif, l'album s'enfile comme une bonne bière et sans faux col. D'aucuns trouveront que la première partie qu'animent des bijoux (de famille) de l'acabit de 'Til Death', 'Hurt' sans compter ceux déjà cités, l'emporte sur une seconde moins immédiate. C'est vrai mais moins pour une inspiration en berne que pour une tendance à privilégier en fin de parcours les titres les plus longs, les plus lents, calibre imposant qu'incarnent les grandioses 'Dio' et ses parties de six-cordes ferrailleuses ou bien encore 'Bloody Tools' dont les plus de neuf minutes passent de la (fausse) ballade à la cavalcade à travers un terrain vallonné.

A l'arrivée, Dead City Ruins nous gratifie d'un opus conjugué au presque parfait, que ne grèvent aucun temps mort ni baisse de régime. Forts de cette revigorante réussite, ses auteurs ne devraient plus longtemps encore se contenter de jouer les chauffe-salles pour d'autres et devenir une valeur sure pour tous les amateurs de grand hard rock classique et puissant à la fois.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/deadcityruins



GROUPES PROCHES:
DIO, DEEP PURPLE, TRACER, AUDREY HORNE


LISTE DES PISTES:
01. Happenzella
02. Til' Death
03. D.i.b
04. Hurt
05. Shot Through
06. Blue Bastard
07. Broken Bones
08. Dio
09. Bloody Tools
10. Rock N Roll Damnation - Dead City Ruins / Crane
11. Tfield

FORMATION:
Andy Alkemade: Batterie
Jake Wiffen: Chant
Sean Blanchard: Guitares
Tommy Teabag: Guitares
Tony Alkemade: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
DEAD CITY RUINS: Nouvelle vidéo
 
AUTRES CHRONIQUES
THE SIXXIS: Hollow Shrine (2014)
ROCK PROGRESSIF - The Sixxis assure avec ce deuxième album aux multiples influences qui pourra rallier à sa cause un large public avec son rock bigarré pas vraiment progressif, plus ou moins hard et presque post.
TREPALIUM: Voodoo Moonshine (2014)
DEATH METAL - Trepalium nous propose un EP marquant qui malgré son format court et frustrant par définition se pose comme la pierre angulaire actuelle de la discographie du groupe
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021