GROUPE/AUTEUR:

DIARY OF DESTRUCTION

(FRANCE)

TITRE:
DARK ROAD TO RECOVERY (2013)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
DEATH METAL

"Avec "Dark Road To Recovery", Diary Of Destruction enfante un premier album aux qualités certaines, robuste, frais et énergique, dont on ne doute pas du succès qui lui est promis..."
CHILDERIC THOR - 31.10.2014 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Diary Of Destruction prend son temps et fait les choses dans l'ordre : une démo pour s'échauffer, puis un EP déjà remarqué et enfin un premier album, progression naturelle qui rime surtout avec montée en puissance jubilatoire.

Les choses sérieuses commencent donc avec ce "Dark Road To Recovery" énergique et tonitruant qui fait mieux que confirmer les bonnes impressions laissées par ses deux ébauches. En douze titres dont deux courts instrumentaux, les Français pulvérisent tout sur leur passage grâce à une recette certes éprouvée mais toujours aussi imparable, sorte de metal moderne qui a bouffé du lion, à la fois brutal (un peu) et mélodique (beaucoup). Metalcore, mélo death, Gothic... appelez ça comme vous voulez.

Nonobstant la qualité des musiciens tous au taquet, c'est forcément vers Audrey Ebrotié que nos écoutilles sont dirigées, désormais dernière membre originel et surtout chanteuse au talent bicéphale qui assure à elle toute seule deux rôles, celui de la belle et de la bête, Dr. Jekyll et Mr Hyde féminin, séduisant Janus sans qui la musique du groupe ne serait pas tout à fait la même.

Si son chant clair se révèle ni systématique ni très personnel, c'est en revanche quand elle sort les griffes et rugit que la miss se montre la plus convaincante. Ses growls qui n'ont rien à envier à ceux de ses consoeurs enragées, catalysent la furie saillante de compos millimétrées. C'est pourquoi, bien que belle, la ballade "I Shine", privée de ce geyser vocal agressif, semble un peu fade alors que ses géniteurs avaient les moyens de dynamiter cet exercice de style quasi obligé.

S'il n'est pas très novateur, ce galop d'essai longue durée honore parfaitement son cahier des charges, enfilant des cartouches explosives gainées de cuir et de plomb. La plupart s'avèrent irrésistibles, telles que 'Ask For Forgiveness', 'Dazzling Dark' (très death suédois façon Göteborg) ou 'Hope And Despair', pour ne citer que trois exemples parmi d'autres, mais souffrent d'être trop peu variés, le groupe n'osant pas (encore) prendre assez de risques et briser les codes du genre auxquels il demeure toujours inféodé.

Reste un premier album aux qualités certaines, robuste, frais et énergique, au fuselage sonore pro et carré, dont on ne doute pas du succès qui lui est promis. Gageons qu'avec plus de bouteille, Diary Of Destruction devrait voir sa puissance de feu décupler. Vivement la suite ! 

Plus d'information sur https://www.facebook.com/diaryofdestruction



GROUPES PROCHES:
ETHS, SYSTEM DIVIDE, KELLS, ARCH ENEMY

LISTE DES PISTES:
01. Dazzling Dark
02. Last Request
03. That's It!
04. Working Through Pain
05. My Dull Soul
06. All Begins By Treason
07. Ask For Forgiveness
08. Hope And Despair
09. Two Years Again
10. Rehab
11. Hit The Road
12. I Shine


FORMATION:
Anthony Dutilleul: Guitares
Audrey Ebrotié: Chant
Bérengère Bulckaen: Basse
Johan Debacq: Batterie


TAGS:
Chant féminin, Chant grunt/growl
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC DIARY OF DESTRUCTION
DERNIERE ACTUALITE
DIARY OF DESTRUCTION SUR MUSIC WAVES
Toutes les actualités sur DIARY OF DESTRUCTION
DERNIERE INTERVIEW
Music Waves a rencontré un des groupes les plus prometteurs de la scène extrême française - Diary of Destruction - pour faire un tour complet de ses ambitions légitimes au regard de la qualité musicale proposée...

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
PHI: The Waves Of Sound Remain (2014)
ROCK PROGRESSIF Faisant partie de ces groupes en devenir, Phi nous livre ici un album bien réalisé mais un peu en deçà des espérances entrevues sur ses précédents efforts.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
STYX: Edge Of The Century (1990)
HARD ROCK Six ans après leur séparation, Styx se reforme pour donner le jour à un banal album de hard rock sans personnalité. Décevant.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DIARY OF DESTRUCTION
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020