GROUPE/AUTEUR:

KARDA ESTRA

(ROYAUME UNI)

TITRE:
STRANGE RELATIONS (2015)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Avec "Strange Relations", Karda Estra prend le risque de rompre avec son néo-classique new age pour se lancer dans un progressif aventureux flirtant avec le RIO. Pari osé mais intéressant."
CORTO1809 - 25.03.2015 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5

Onzième album du groupe britannique Karda Estra, "Strange Relations" pourrait bien surprendre tous ceux qui ont suivi sa carrière jusqu'alors. Le groupe est avant tout l'émanation de son leader, le compositeur et multi-instrumentiste Richard Wileman, qui aime s'entourer de compagnons fidèles, certains, comme Ileesha Wileman (ex-Bailey) et Caron de Burgh (ex-Hansford), étant présents depuis l'origine. Plus qu'un groupe, il s'agit d'une communauté d'artistes qui interviennent de façon épisodique au gré de l'inspiration de leur mentor.

Depuis sa création, Karda Estra aime interpréter des musiques gothiques sombres et douces, peuplées de chœurs évanescents et de pianos mélancoliques. Du lent et funèbre "Voivode Dracula" au new age de l'atmosphérique "Weird Tales", les différences sont peu perceptibles, et "Mondo Profondo", leur dernier album, moins pathétique, reste cependant nimbé de mélancolie. Mais alors que sur tous ces disques les vents, les chœurs diaphanes et le piano s'imposaient en maîtres incontestés d'une musique néo-classique essentiellement acoustique, "Strange Relations" risque fort de surprendre les adeptes du groupe. Changement de style, le new age et le néo-classique cèdent le pas à un mélange de progressif aventureux, de jazz rock et de RIO, les tempos s'avèrent nettement plus nerveux que sur les albums précédents et les vents et claviers se font plus discrets au profit de … la batterie.

La cause est facile à trouver, les six premiers titres, sobrement baptisés 'Strange Relations' suffixés de 1 à 6, ayant été composés à quatre mains par Richard Wileman et Paul Sears, batteur d'un groupe trouvant ses origines dans les années 70, The Muffins, qui pratique une  musique d'avant-garde et d'improvisations proche du RIO. Indubitablement, cette association se ressent sur le style de l'album, cette suite en six parties étant clairement destinée aux amateurs de musiques "complexes", vagabondes, dont le plaisir naît de la mosaïque des sons de multiples instruments et que l'absence de lignes mélodiques claires n'effraient pas. Car la musique est très libre, indisciplinée, visiblement improvisée à certains moments, sans thèmes musicaux perceptibles et parcourue de nombreuses et imprévisibles cassures. A ce titre, 'Strange Relations 3, 4 et 6' se révèlent parfois bien délicats à suivre et nécessitent d'être apprivoisés, là où 'Strange Relations 2' porté par la ligne mélodique plus claire suivie par la guitare de Kavus Torabi (Knifeworld, Gong) et 'Strange Relations 3' à l'atmosphère délicate et pluvieuse nécessitent moins d'efforts et de compréhension de la part de l'auditeur.

L'autre différence sensible est la prédominance de la batterie. Alors certes, Paul Sears sait en jouer, mais est-il utile d'être si démonstratif pour prouver son talent ? Par moments, l'instrument phagocyte l'espace sonore à tel point qu'il noie sous ses roulements frénétiques les autres instruments. C'est d'autant plus dommage qu'à d'autres instants, la batterie sait fort heureusement trouver le juste équilibre et apporte sa dynamique à l'ensemble sans l'écraser.

Les deux derniers morceaux ne souffrent pas de cette omniprésence, Paul Sears ne jouant pas, et retrouvent un style plus proche des albums précédents, entre le pesant et mélancolique 'Ylla' et le plus optimiste et baroque 'The Wanton Subtlety of Monna Tessa', introduisant une vraie cassure entre les six faces du titre-album, très centrées sur le jeu du batteur, et les deux derniers, moins dissonants et déstructurés.

Si les précédents disques exsudaient une douce mélancolie, leur monochromie pouvait introduire un certain ennui. "Strange Relations" est sans conteste le plus dynamique et contrasté des albums de la discographie de Karda Estra mais le caractère expérimental et improvisé de certains titres risque de déstabiliser les fans de la première heure.


Plus d'information sur http://www.kardaestra.co.uk/



GROUPES PROCHES:
ARTESIA, KOTEBEL, MIKE OLDFIELD, ISILDURS BANE

LISTE DES PISTES:
01. Strange Relations 1 (04:32)
02. Strange Relations 2 (05:27)
03. Strange Relations 3 (09:15)
04. Strange Relations 4 (06:47)
05. Strange Relations 5 (09:10)
06. Strange Relations 6 (05:27)
07. Ylla (04:45)
08. The Wanton Subtlety Of Monna Tessa (07:40)


FORMATION:
Amy Fry: Clarinette (4,7,8), Saxophone (4,5,7)
Caron De Burgh: Hautbois (4,5,8), Cor Anglais (4,8)
Ileesha Wileman: Chant (5,8)
Kavus Torabi : Guitare (2)
Mike Ostime: Trompette (2)
Paul Sears: Batterie (1 À 6), Percussions (6)
Richard Wileman: Guitares / Basse / Claviers / Batterie / Cithare, Rastrophone, Samples


TAGS:
Avant-gardiste, Expérimental, Musique Classique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KARDA ESTRA
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
TEMPEST: The Tracks We Leave (2015)
AUTRES Ce nouvel album du groupe américain Tempest est un assemblage de compositions originales et d'adaptations de chansons folkloriques traditionnelles fort bien interprétées.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
GENTLE GIANT: The Missing Piece (1977)
ROCK PROGRESSIF Avec "The Missing Piece", Gentle Giant lance un dernier message d'adieu progressif avant d'arpenter des terres plus pop.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KARDA ESTRA
KARDA-ESTRA_The-Last-of-the-Libertine
The Last of the Libertine (2007)
4/5
-/5
CYCLOPS / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020