GROUPE/AUTEUR:

SIMPLE MINDS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
STREET FIGHTING YEARS (1989)
LABEL:
A&M
GENRE:
ROCK

"Simple Minds touche ici au sublime tout en prenant le risque d'un éventuel échec commercial pour favoriser son épanouissement artistique."
LOLOCELTIC - 04.05.2015 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
En cette fin des années 80, Simple Minds a le vent en poupe, même si son duel amical avec U2 tourne clairement à l'avantage des Irlandais. Il n'empêche qu'avec "Once Upon A Time" (1985) et "Live – In The City Of Light" (1987), les Ecossais ont marqué leur territoire en imposant leur mélange de Rock, de Pop et de New Wave. Alors que U2 vient d'enchaîner deux cartons interplanétaires avec "The Joshua Tree" (1987) et "Rattle And Hum" (1988), le nouvel opus de la bande de Jim Kerr et Charlie Burchill est attendu avec impatience. Pour être à la hauteur du défi, ces derniers n'hésitent pas à embaucher les producteurs Trevor Horn et Stephen Lipson, le premier cité transformant en or tout ce qu'il touche à cette époque (Propaganda, Frankie Goes To Hollywood, Pet Shop Boys, etc…). Cette collaboration va pourtant entraîner de fortes tensions qui déboucheront sur la mise à l'écart partielle de Mel Gaynor (batterie) et John Giblin (basse) qui ne sont finalement crédités qu'en tant qu'invités. Suppléé par des pointures telles que Manu Katché et Stewart Copeland (Police), le premier (Mel Gaynor) réintégrera rapidement le line-up officiel, ce qui ne sera pas le cas du second (John Giblin) remplacé par Steve Lipson lui-même en cours d'enregistrement.

L'autre conséquence de l'ambiance au sein de l'équipe durant l'enregistrement, est l'affirmation de la prédominance de Jim Kerr et Charlie Burchill comme leaders de la formation, seul Michael MacNeil réussissant à s'imposer dans le processus de composition. Mais même s'il fut accouché dans la douleur, ce nouvel opus n'en est pas moins un véritable chef-d'œuvre, surprenant pourtant tout le monde en raison de l'évolution artistique qu'il représente. En effet, dès les premières notes du titre éponyme, l'ambiance est campée : introduction calme à la contrebasse, sonorités aériennes, chant posé et profond, guitares lumineuses et structure flirtant avec le progressif par de légers changements de thèmes. Nous sommes bien loin des titres à l'accroche immédiate des précédents albums. Traduisant une introspection de la part de ses auteurs, l'ambiance reste globalement dans les critères définis par cette entrée en matière, et même les titres les plus dynamiques n'échappent pas à des changements de tempo et à des breaks leur empêchant de se révéler évidents dès la première écoute ('Wall Of Love', 'Kick It In').

Si 'Oh Jungleland' ("Once Upon A Time" – 1986) ou la reprise du 'Sun City' de Steven Van Zandt sur le dernier live, révélaient déjà un groupe engagé et contestataire, cette composante est ici complètement assumée, traitant du conflit nord-irlandais au travers d'un 'Belfast Child' reprenant la mélodie du chant traditionnel 'She Moved Through The Fair' tout en modifiant les paroles. L'Apartheid est également abordé sur un 'Mandela Day' à la structure simple et répétitive et au refrain scandé provoquant un début de transe, ou avec la reprise du 'Biko' au refrain obsédant de Peter Gabriel. L'utilisation de nombreux instruments folkloriques se révèle également un moyen d'assumer une force tranquille préférant les envolées de claviers et l'apport de la voix profonde de Lou Reed ('This Is Your Land') aux démonstrations techniques superflues. L'élévation spirituelle est favorisée par de longues plages atmosphériques et mélancoliques ('Let It All Come Down') ou entremêlant claviers, guitare, basse et violon ('This Is Your Land'), l'ensemble prenant même fin sur un instrumental porté par des cornemuses.

Si chaque titre mérite que l'on s'y attarde, il est impossible de se lancer dans une analyse détaillée sans devenir rébarbatif, sentiment qui ne traduirait pas la qualité de cette œuvre. Simple Minds touche ici au sublime tout en prenant le risque d'un éventuel échec commercial pour favoriser son épanouissement artistique. Chaque écoute apporte son lot de découvertes tout en continuant à bercer l'auditeur dans un savant mariage de mélancolie, de douceur et de résilience. Voici une aventure dont il est difficile de revenir sans ressentir à la fois un bonheur apaisé et un appétit de découverte et de partage.

Plus d'information sur http://www.simpleminds.com/



GROUPES PROCHES:
INXS, U2, THE CURE, TEARS FOR FEARS, ULTRAVOX, MINERALS, DEPECHE MODE, THE MISSION

LISTE DES PISTES:
01. Street Fighting Years - 6:26
02. Soul Crying Out - 6:07
03. Wall Of Love - 5:20
04. This Is Your Land - 6:22
05. Take A Step Back - 4:22
06. Kick It In - 6:11
07. Let It All Come Down - 4:56
08. Mandela Day - 5:45
09. Belfast Child - 6:42
10. Biko - 7:34
11. When Spirits Rise - 2:01


FORMATION:
Charlie Burchill: Guitares
Jim Kerr: Chant
Michael MacNeil: Claviers
Manu Katché: Batterie / Invité
John Giblin: Basse / Invité
Lisa Germano: Invité / Violon
Lou Reed: Chant / Invité
Mel Gaynor : Batterie / Invité
Steve Lipson: Basse / Invité
Stewart Copeland: Batterie / Invité


TAGS:
80's, Accessible / FM, Celtique, Epique, Intimiste, Mélancolique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
TONYB - 04/05/2015 -
0 0
5/5
Aux côtés de The Seeds of Love de Tears For Fears, un des albums incontournables de la décennie ... et de l'histoire du rock tout simplement !
Un hit intergalactique (Mandela Day), support d'une des grandes causes humanitaires de l'époque et des concerts anti-apartheid inoubliables, et le reste est à l'avenant.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC SIMPLE MINDS
DERNIERE ACTUALITE
SIMPLE MINDS: Walk Between Worlds
Toutes les actualités sur SIMPLE MINDS
NOTES
1/5 (1 avis) 4.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ANEKDOTEN: Until All The Ghosts Are Gone (2015)
ROCK PROGRESSIF Après huit années de silence, Anekdoten signe un album essentiel de sa discographie, en même temps accessible et particulièrement riche en termes de mélodies.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
EVOLVENT: Whatever Happens (2015)
METAL MELODIQUE Evolvent revient avec une nouvelle chanteuse et un nouvel album plus typé métal symphonique mais il ne parvient que rarement à se hisser au niveau d'un genre exigeant.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SIMPLE MINDS
SIMPLE-MINDS_Walk-Between-Worlds
Walk Between Worlds (2018)
4/5
4/5
EPHELIDE / ROCK
SIMPLE-MINDS_Big-Music
Big Music (2014)
4/5
2.8/5
UNIVERSAL / POP
SIMPLE-MINDS_Black--White-050505
Black & White 050505 (2005)
3/5
-/5
SANCTUARY / POP
SIMPLE-MINDS_Good-News-From-The-Next-World
Good News From The Next World (1995)
4/5
4/5
VIRGIN / ROCK
SIMPLE-MINDS_Real-Life
Real Life (1991)
3/5
2/5
VIRGIN / POP
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020