GROUPE/AUTEUR:

DAGOBA

(FRANCE)

TITRE:
TALES OF THE BLACK DAWN (2015)
LABEL:
VERYCORDS
GENRE:
METAL INDUSTRIEL

""Tales Of The Black Dawn" est un changement dans la continuité ... bien qu'il soit basé sur des structures éprouvées et des éléments ultra-connus, il propose des éléments nouveaux qui attirent l'oreille du chaland, et nous fait ainsi apprécier à nouveau cette musique certes ultra-calibrée, mais tellement personnelle."
THIBAUTK - 02.07.2015 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Dagoba est de retour et tabasse tous azimuts, même si certains fâcheux reprochent au groupe de tourner en rond et de proposer un metal certes bien écrit mais qui se regarderait le nombril et resterait sur ses acquis.

Votre serviteur n'a que faire de ces arguments stériles ... n'est-ce pas le propre de tout groupe d'affirmer son identité au travers d'un style et de s'y tenir ? A-t-on jamais vu Iron Maiden faire autre choses que du Maiden, quand bien même il voulut élargir ses horizons sur "Brave New World"... alors pourquoi Dagoba devrait-il sans cesse évoluer, quitte à renier sa personnalité et vendre son âme au plus offrant ?

Balayons donc les critiques acerbes, le combo est bien là avec toute son énergie à revendre, son groove à dispenser et sa colère à transcender. Et, quitte à ne pas chambouler cette équipe gagnante, la formation s'est encore payé les talents de production de Logan Mader : le son est dès lors énorme, puissant et étouffant, la palme revenant certainement à la batterie dont la grosse caisse tombale et véloce est digne de Vanden Plas... très loin du death donc !

Tout commence par une petite introduction "estivale" à l'ambiance faussement calme ('Epilogue'), le synthétiseur et le rythme martial initient doucement à la plongée dans ce monde violent, baigné de sueur et de sang. C'est une petite sucrerie dans un monde de brutes, car la suite n’est pas là pour reposer les oreilles. Ainsi, sur un cri inhumain, la piste suivante entre thrash lourd et death explosif nous terrasse ; la batterie en est le point d'orgue, comme si tout était bâti autour d'elle. Les superpositions de grunt rageurs, de riffs complexes et de vocalises claires sont l'apanage de 'Sunset Curse' qui nous convie à une danse infernale dans une structure carrée. 'Half Damn Life' repose sur un rythme enlevé et direct, un schéma rodé pour un titre qui donne furieusement envie d'agiter sa masse capillaire. Le groupe sait toutefois ralentir le tempo, proposer des moments suspendus gorgés de mélodies imparables, suivis de sursauts épileptiques aux explosions rythmiques hargneuses ('Elipsed')... Après une introduction étouffante, 'Sorcery' renoue avec un rythme qui martèle les cages à miel et terrasse l'intellect ... on apprécie particulièrement le jeu de double pédale à la limite du speed, dont les motifs rythmiques sont parsemés avec art. Enfin, 'O, Inverted World' est illuminé par une introduction émouvante et gracieuse qui fait naître un petit frisson.

Bien entendu la guitare est omniprésente et guide le discours musical. Elle l'est à égalité avec la batterie au son ample et puissant. Les cavalcades jouent avec les contrastes, entre lenteur appuyée et rythmiques épuisantes. La six-cordes expose non seulement une multitude de rythmes au groove imparable, mais sait imposer des moments aériens et des harmonies dépouillées. Quant à la voix, elle navigue entre versant éraillé et interventions charmeuses.

"Tales Of The Black Dawn" est donc un changement dans la continuité, construit sur des structures certes éprouvées et des éléments ultra-connus, mais aussi des intentions nouvelles et plus actuelles qui cajolent l'oreille du chaland. On apprécie donc sans modération cette musique ultra énergique. Au diable alors, les mauvais coucheurs qui ne jurent que par la remise en question et les expérimentations, le combo propose un album puissant qui comblera tout amateur de poisse, et qui saura maintenir un intérêt constant tout au long d'un voyage sombre et éprouvant.

Plus d'information sur http://www.dagobaonline.com/



GROUPES PROCHES:
IN FLAMES, FEAR FACTORY, DIMMU BORGIR, TRIVIUM, VOICE OF RUIN, AVENGED SEVENFOLD, SYRINX_, GOJIRA, SCARRED

LISTE DES PISTES:
01. Epilogue
02. The Sunset Curse
03. Half Damn Life
04. Eclipsed
05. Born Twice
06. The Loss
07. Sorcery
08. O, Inverted World
09. The Dawn
10. Morning Light


FORMATION:
Franky Costanza: Batterie
Shawter : Chant
Werther Ytier: Basse
Yves "Z" Terzibachian: Guitares


TAGS:
Sombre, Technique, Chant grunt/growl
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC DAGOBA
DERNIERE ACTUALITE
Le Gisors Metal Fest renaît de ses cendres
Toutes les actualités sur DAGOBA
DERNIER ARTICLE
Le Cercle Metal Festival - 01 Septembre 2018 - Chapelle Lez Herlaimont (Belgique)
Cette nouvelle édition du Cercle Metal Festival propose une affiche riche avec en point d'orgue un des leaders de la scène métallique hexagonale. Tous les articles sur DAGOBA
DERNIERE INTERVIEW
Quelques minutes avant son entrée sur scène dans le cadre du festival Bring the Noise, Music Waves a rencontré le batteur du groupe metal français du moment - Franky Costanza - pour une vraie rencontre découlant sur une discussion à baguettes rompues...

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MAIDEN UNITED: Remembrance (2015)
HEAVY METAL "Remembrance" se doit par son courage et son authenticité assumée de figurer parmi les meilleurs hommages à Maiden, de ceux en tout cas qui savent offrir autre chose que l'intention originale du groupe, sur laquelle il restera définitivement inimitable.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
TIM BOWNESS: Stupid Things That Mean The World (2015)
ROCK ATMOSPHERIQUE Malgré un léger passage à vide en son milieu , "Stupid Things That Mean The World" est un album bien agréable pour qui aime le rock atmosphérique, introspectif et confidentiel.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DAGOBA
DAGOBA_Post-Mortem-Nihil-Est
Post Mortem Nihil Est (2013)
4/5
3/5
VERYCORDS / THRASH
DAGOBA_Poseidon
Poseidon (2010)
5/5
2/5
XIII BIS / METAL INDUSTRIEL
DAGOBA_Face-The-Colossus
Face The Colossus (2008)
3/5
-/5
SEASON OF MIST / THRASH
DAGOBA_What-Hell-Is-About
What Hell Is About (2006)
4/5
2/5
SEASON OF MIST / METAL INDUSTRIEL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020