GROUPE/AUTEUR:

PREMIATA FORNERIA MARCONI

(ITALIE)

TITRE:
JET LAG (1977)
LABEL:
MANTICORE
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Un virage jazz rock fusion du quintette transalpin, fortement influencé par sa tournée américaine. Un album hyper groove, avec des pièces plus courtes, peut être moins symphoniques, moins prog grand teint, mais diablement agréables."
CHFAB - 05.05.2015 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Septième album pour le quintette transalpin, à la stature internationale.  Et pour cause, "Jet Lag" va être enregistré à Los Angeles, fort du succès remporté lors de la tournée précédente aux Etats-Unis. Tout le monde le sait déjà à cette époque : décrocher une tournée aux States équivaut au jackpot, en terme de ventes d’albums s'entend ... Pour enfoncer le clou, PFM opère un véritable virage vers le jazz-rock, histoire de démontrer à quel point chaque membre est un musicien d’exception (mais était-il besoin de le prouver ?). Il faut dire que l’Italie n’a pas attendu 1977 pour faire montre d’immenses talents en ce domaine, Area en tête, mais aussi Etna, qui a frappé un grand coup deux ans auparavant, ou Arti E Mestieri.

L’album ouvre sur un titre sublime de Franco Mussida, carrément tout seul, à la guitare classique, pour un titre d’un calme et d’une beauté absolument renversants, évoquant la chaleur et le calme d’un rivage d’été au couchant. Remarquable ! Hackett au tapis, ou presque ! Le reste tient les même promesses, entre jazz funk led back, façon Kansas ou Mahavishnu Orchestra, le violon de Greg Bloch (un ami de Gerry Goodman !) y étant pour beaucoup bien sûr, ou bien encore Weather Report ('Jet Lag'), mais c’est aussi compter sans le Fender Rhodes, ou le Moog délicieux de Flavio Premoli qui n’est pas revenu au chant, hélas. Car si bémol il y a - et il y aura, pour la tournée à venir -, c’est le chant de Lanzetti , qui apparaît comme une vraie faute artistique : son anglais mal assuré, ses problèmes de justesse dans les aigüs (qui s’avèreront catastrophiques sur scène, la BBC en témoignant épouvantablement), ou même son vibrato hyper forcé (flagrant sur 'Breakin In', 'Cerca La Lingua', et 'The Left Hand Theory '). Difficile de s’y faire, comme sur l'album précédent ou avec Aqua Fragile. Flavio Premoli, pourtant sous-exploité (à part pour "The World Became The World"), avec sa voix sûre, son timbre chaud, sa puissance, finalement assez proche d’un Demetrio Stratos (Area), paraissait bien préférable (et les autres membres savent également bien chanter). Mais revenons aux nombreuses qualités du disque.

"Jet Lag" est une œuvre résolument solaire, radieuse, parfois contemplative (splendide 'Storia In LA'), au groove imparable (mais ça on savait déjà, Di Cioccio étant l’un des tous meilleurs batteurs du genre), laissant pleinement la place aux instruments, improvisant à loisir, sans pratiquement jamais tomber dans le bavardage, ce qui relève de la gageure pour le jazz-rock de cette époque, déjà sur le déclin.  Les compos sont (bien) moins symphoniques et affichent une certaine décontraction, presque une fainéantise, propre à une après midi au bord de la piscine. La recette éprouvée ailleurs se vérifie tout au long du disque  (un peu systématiquement peut-être) : les harmonies et breaks diaboliques se succèdent, débouchant sur le chœur harmonique des morceaux, et c’est un régal.
La basse fretless incarne tous les canons du genre à elle toute seule. Le violon offre aussi une intro a capella sur 'Cerca La Lingua', évoquant les merveilles de Stravinsky et son "Histoire Du Soldat" (magnifique !). La guitare se fond dans les structures, pour mieux en émerger et asséner quelques saillies discrètes mais fulgurantes. Elle s’offre un solo quasiment de bout en bout sur 'Meridiana', stratosphérique à souhait (plutôt inhabituel chez PFM), même si, pour une fois, on s’égare dans une jam un peu artificielle. On y tutoie Steve Hillage, pas moins ! L’archi-groove reprend ses droits pour des unissons alambiqués et franchement réjouissants,  lorgnant presque vers Area, et offrant la part du lion au Fender Rhodes. Bref, du jazz, du jazz ! Les réfractaires auront été avertis !

D’un point de vue technique, PFM atteint là sans aucun doute son sommet, même si y on pourrait lui reprocher finalement un petit manque de personnalité, tant les accointances avec les ténors sont marquées (le choix des sons, breaks et cassures), et tant l’improvisation le dispute à la composition pure. "Jet Lag" demeure malgré tout un très bon disque. Sa version remasterisée de 2010 offre un bonus, avec 'La Carozza Di Hans' en live, dans une version de 14 minutes. Un morceau très ancien, déjà souvent publié en live (même si joué à un train d’enfer), comportant un interminable solo de batterie, et donc n’apportant pas grand-chose. Dommage… Pourquoi n’avoir rien publié de la tournée qui a suivi ? La suite se révèlera tout aussi évolutive, moins jazz, plus folk, moins prog', confirmant un intérêt pour des compositions plus simplifiées, mais toujours magnifiquement arrangées. Un chant du cygne pour certains.

Plus d'information sur http://www.pfmpfm.it/



GROUPES PROCHES:
LE ORME, KANSAS, FINISTERRE, MARIO COTTARELLI, GENESIS, UBI MAIOR, IL CERCHIO D'ORO, JETHRO TULL, AREA, METAMORFOSI

LISTE DES PISTES:
01. Peninsula
02. Jet Lag
03. Storia In La
04. Breakin In
05. Cerco La Lingua
06. Meridiani
07. Left Handed Theory
08. Traveler


FORMATION:
Bernardo Lanzetti: Chant
Flavio Premoli: Claviers
Franco Mussida: Guitares
Franz Di Cioccio: Batterie
Jan Patrick Djivas: Basse
Gregory Bloch: Invité / Violon


TAGS:
70's, Fusion, Groovy, Jam, Jazzy, Symphonique, Chant éraillé
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
ADRIANSTORK - 08/11/2015 -
0 0
4/5
Un album qui annonce un tournant, le groupe adopte un son plus jazz rock. La voix bêlante de Bernardo Lanzetti n'est pas un problème et elle sait parfois se montrer ensorcelante (surtout sur 'Traveler').
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PREMIATA FORNERIA MARCONI
DERNIERE ACTUALITE
Sortie de la biographie autorisée de Patrick Djivas chez Camion Blanc
Toutes les actualités sur PREMIATA FORNERIA MARCONI
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
K'S CHOICE: The Phantom Cowboy (2015)
ROCK Avec ce "The Phantom Cowboy", il ne manque pas grand chose à K'S Choice pour quitter son statut d'éternel second couteau méritant et s'imposer comme un groupe de Power Pop incontournable
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KING OF THE NORTH: Sound The Underground (2015)
HARD ROCK "Sound The Underground" se révèle avant tout être un excellent disque de Stoner Rock aux relents bluesy d'une nerveuse efficacité, puissant et mélodique à la fois.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PREMIATA FORNERIA MARCONI
PREMIATA-FORNERIA-MARCONI_Emotional-Tattoos
Emotional Tattoos (2017)
4/5
4.5/5
CENTURY MEDIA RECORDS / ROCK PROGRESSIF
PREMIATA-FORNERIA-MARCONI_Miss-Baker
Miss Baker (1987)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
PREMIATA-FORNERIA-MARCONI_Pfm-Pfm
Pfm? Pfm! (1984)
3/5
-/5
RCA / ROCK
PREMIATA-FORNERIA-MARCONI_Come-ti-va-in-riva-alla-citta
Come Ti Va In Riva Alla Città (1981)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
PFM_Suonare-Suonare
Suonare Suonare (1980)
3/5
-/5
BMG / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020