GROUPE/AUTEUR:

THE ENID

(ROYAUME UNI)

TITRE:
THE BRIDGE (2015)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Grosse déception de la part de Robert John Godfrey, qui nous livre un album paresseux, se contentant d'une formule toute faite en guise d'esthétique."
ADRIANSTORK - 26.06.2015 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
​The Enid​ jouit depuis son premier album en 1976 d'un statut indéboulonnable. Le groupe de Robert John Godfrey, en jachère artistique entre 1997 et 2010, avait remporté haut la main son pari d'un come back peu évident à l'ère du néo-disco. Pionnier de l'utilisation des synthétiseurs comme orchestre de poche, le groupe avait enchaîné des albums de haute volée, brisant la règle sacro-sainte du tout instrumental en mettant en avant la voix angélique de Joe Payne.

Ce nouvel album porte bien son nom, car contrairement aux derniers il pourrait servir de pont sonore entre le rock progressif et une tendance plus lyrique. Ici, peu de changements de rythme, peu d'envolées de guitare de Jason Ducker. Robert John Godfrey s'est concentré sur une formule unique qui semble se répéter tout au long de l'album. Mise en avant, la voix suave de Joe Payne peut enchanter sur la première piste 'Earthborn', accompagnée de chœurs chargés d'une émotion mélancolique. Si cette piste était l'unique de l'album, nul doute que ce serait un chef-d'œuvre. Malheureusement, on pourrait rapidement synthétiser l'album par ''Joe Payne participe à une comédie musicale d'inspiration classique soutenu par des chœurs envahissants.'' Des morceau comme 'My Gravity' ou 'Wing' (avec son final est difficilement écoutable) apparaissent longs et étirés, et l'émotion qui aurait pu être suscitée fond au profit d'un ennui croissant. Ces chœurs embarrassent les idées originales, comme l'accompagnement acoustique de 'First Light' où ils finissent par tout recouvrir.

Seuls 'Silence' et 'Bad Men' tirent leur épingle du jeu. Le premier est un titre caché très court qui permet d'avaler plus facilement la pilule et est dépourvu de chœurs. Sur le second, Joe Payne prend quelques risques vocaux en salissant son ton vocal un peu trop sage pour apporter de la nervosité, soutenu par un piano épileptique (qui rappellerait dans le domaine du rock progressif Keith Emerson​, dans celui de la musique classique ​Sergueï Rachmaninov​), et dont le refrain pourrait toutefois servir de bande originale au prochain James Bond.

Album de transition, 'The Bridge' déçoit par sa mise en avant des voix au profit de la musique, qui apparaît anecdotique. Certes, en grattant le vernis, on y trouve des influences à la musique classique mais ces citations ne semblent pas être solidement intégrées dans un ensemble cohérent. 

Plus d'information sur http://www.theenid.co.uk



GROUPES PROCHES:
PINK FLOYD, RENAISSANCE, BARCLAY JAMES HARVEST, THE MOODY BLUES, GENESIS, CAMEL, GENTLE GIANT, PETER GABRIEL, MIKE OLDFIELD, FRANK ZAPPA

LISTE DES PISTES:
01. Earthborn
02. 'Til We'Re Old
03. Dark Corner Of The Sky
04. Bad Men
05. My Gravity
06. Wings
07. First Light
08. Autumn


FORMATION:
Jason Ducker: Guitares
Joe Payne: Chant
Robert John Godfrey: Claviers


TAGS:
Accessible / FM, Acoustique, Intimiste, Mélancolique, Musique de film, Old School, Romantique, Symphonique, Ballades, Opera Rock, Chant aigu, Choeurs
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE ENID
DERNIERE ACTUALITE
The Enid: Invicta
Toutes les actualités sur THE ENID
NOTES
- /5 (0 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
SUNCHILD: Synesthesia (2015)
ROCK PROGRESSIF Nouvel album de Sunchild qui ne réussit toujours pas à accéder à la cour des grands.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
HARMORAGE: Psychico Corrosif (2015)
HEAVY METAL "Pyscho Corrosif" est un disque hargneux, un genre de punk ultra moderne au discours social éreintant, qui dépeint les cassures de l'homme post-moderne face à une société inhumaine.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE ENID
THE-ENID_Dust
Dust (2016)
2/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
THE-ENID_Invicta
Invicta (2012)
4/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
THE-ENID_Risen
Risen (2011)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
THE-ENID_Journey-s-End
Journey's End (2010)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
THE-ENID_In-The-Region-Of-The-Summer-Stars
In The Region Of The Summer Stars (1976)
5/5
-/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020