ARTISTE:

SYMPHONY X

(ETATS UNIS)
TITRE:

UNDERWORLD

(2015)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Chant éraillé, Guitar-Hero, Technique
"Symphony X fait du Symphony X dans un bon cru hyper-mélodique et puissant, aux refrains tous réussis, mais sans surprise ni audace particulière."
NUNO777 (29.07.2015)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

"Paradise Lost" inaugurait une nouvelle ère pour Symphony X avec un rythme d’écriture plus long et un changement de direction privilégiant la face la plus metal du groupe et son goût pour des sonorités plus modernes. Quatre ans après un "Iconoclast" critiqué par certains pour son côté déshumanisé - comme le concept qui le caractérise - et salué par d'autres pour sa diversité, c'est avec la troisième partie du troisième triptyque que Symphony X fait de nouveau parler de lui.

C'est l'enfer qui a inspiré la composition du neuvième opus de Symphony X. Plus précisément, "l'Enfer", chef-d'œuvre de la littérature médiévale issu de la "Divine Comédie" de Dante ainsi que la mythologie chère aux Américains avec le mythe d'Orphée, sont les deux sources qui ont nourri la création de ce “Underworld”, qui n'est pas un album-concept pour autant. De l'aveu du guitariste et principal compositeur Michael Romeo, ces deux histoires expliquent et rendent possible les deux modalités contrastées que le disque développe. D'un côté le metal sombre, parfaitement incarné par la puissance, le tranchant des riffs de Romeo et le timbre rocailleux de Russell Allen, que l'on retrouve principalement dans la première partie de “Underworld”, et de l’autre, les morceaux plus mélodieux et complexes dans lesquels le chanteur transmet les émotions et joue sur un important spectre de nuances.

Après un 'Overture' aux orchestrations antiques, c'est effectivement une déferlante metal qui introduit le disque, d'abord avec le très rythmé 'Nevermore' au refrain imparable puis avec le ténébreux 'Underworld' aux deux parties successivement rageuses et aériennes. Le virtuose Romeo, qui a déjà les doigts qui le chatouillent, en profite pour placer un des nombreux soli, seul ou en duel avec les claviers de Michael Pinnella, qui nervurent ce disque. Le mid-tempo 'Without You' idéalement placé est une nécessaire respiration avant que les affaires ne reprennent. Avec ses mélodies très séduisantes et son refrain irrésistible, ses guitares acoustiques et ses claviers éthérés, 'Without You' apporte déjà la ration d'émotion mélodique que l'on retrouvera un peu plus loin dans l'album.

Mais pour l'heure, c'est l'agressif 'Kiss Of Fire' aux riches arrangements mythologiques et aux deux refrains suivi de l'explosif et groovy 'Charon' qui nous embarquent dans les souterrains du metal progressif. Symphony X ne force pas son talent sur la suite du disque avec le long et progressif 'Hell And Back' dont le final synthétise ses deux parties et les attendus mais efficaces ‘In My Darkest Hour’ et ‘Run With The Devil’. La fin réserve de beaux moments de musique puisque c’est l’émotion qui est au premier plan. Dans un premier temps via l’association de la guitare lyrique (qui dépose un solo très subtil sur fond atmosphérique) et du piano qui fait parfaitement écho aux harmonies d’un Russell Allen possédé sur ‘Swansong’, puis avec le remuant 'Legend' à l'introduction soignée, transcendé par des vocaux cérémonieux.

Symphony X a gagné son pari initial qui était de faire cohabiter dans la cohésion l’esprit des derniers travaux très heavy avec un condensé de ce que le groupe a pu montrer dans ses différents albums plus progressifs et symphoniques. Les réserves que l’on peut faire à “Underworld” découlent aussi de ce dernier point en constatant que ce type de format ne permet d’exploiter plus en profondeur aucune des facettes du groupe. En résumé, Symphony X fait du Symphony X dans un bon cru hyper-mélodique et puissant, aux refrains tous réussis, mais sans surprise ni audace particulière. Par voie de conséquence, c’est peut-être la meilleure porte d’entrée pour découvrir les qualités de ce groupe important du métal progressif. La recommandation s’adresse donc en priorité aux futurs initiés.


Plus d'information sur http://www.symphonyx.com/



GROUPES PROCHES:
EMIR HOT, MAGICIAN, IVORY KNIGHT, HOLY PAIN, OCEANS OF TIME, NARNIA, 7 DAYS, STOLEN MEMORIES, MIND KEY, ANTHROPIA

LISTE DES PISTES:
01. Overture
02. Nevermore
03. Underworld
04. Without You
05. Kiss Of Fire
06. Charon
07. Hell And Back
08. In My Darkest Hour
09. Run With The Devil
10. Swansong
11. Legend

FORMATION:
Jason Rullo: Batterie
Michael Lepond: Basse
Michael Pinnella: Claviers
Michael Romeo: Guitares
Russell Allen: Chant
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
EDDYA
11/04/2018
159
  0 0  
3/5
Grand fan de SX depuis leurs débuts, je dois avouer que depuis "Paradise Lost", je ne retrouve plus ce qui m'avait accroché dans les albums précédents.

De plus en plus Power, de moins en moins Progessif, on sent que Romeo n'a plus envie de se faire ch*** à composer des pièces complexes. Il privilégie efficacité scénique à l'exploration artistique ... un parti pris qui commence à m'agacer ... et c'est à chaque nouvel album plus prononcé.

Un album qui ne restera pas dans les mémoires, en tout cas dans la mienne lol.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
4.2/5 (5 avis)
STAFF:
4/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
SYMPHONY X au Ninkasi, à Lyon
DERNIER ARTICLE
SYMPHONY X + MELTED SPACE + MYRATH - LA MACHINE DU MOULIN ROUGE
Qui de mieux pour vous parler d'une soirée, que des musiciens et experts en la matière présents ce soir-là?
DERNIERE INTERVIEW
SYMPHONY X LE 5 OCTOBRE 2007 (ZENITH DE PARIS)
Quelques grosses minutes avant de se frotter à un Zénith comble, Michael Romeo a bien voulu accorder quelques minutes à MusicWaves…
 
AUTRES CHRONIQUES
ELYOSE: Ipso Facto (2015)
METAL GOTHIQUE - Elyose livre une musique qui, même si elle renouvelle pas le genre, propose assez d'éléments variés, piochés de droite et de gauche pour garantir un intérêt mérité. Espérons toutefois, que les albums futurs prendront un chemin plus escarpé..
CORVUS STONE: Corvus Stone (2012)
ROCK PROGRESSIF - Presque 80 minutes au compteur pour ce premier album de Corvus Stone qui y déploie toute sa créativité.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SYMPHONY X
SYMPHONY-X_Iconoclast
Iconoclast (2011)
4/5
4.3/5
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Paradise-Lost
Paradise Lost (2007)
4/5
3.8/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_The-Odyssey
The Odyssey (2002)
2/5
3.5/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL MELODIQUE
SYMPHONY-X_V
V (2000)
4/5
3.8/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
SYMPHONY-X_Twilight-In-Olympus
Twilight In Olympus (1998)
3/5
3.2/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020