GROUPE/AUTEUR:

O.R.K.

(ROYAUME UNI)

TITRE:
INFLAMED RIDES (2015)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Colin Edwin et Pat Mastelotto à la rythmique, pour un album sombre et technique qui évolue sur les terres de Tool et King Crimson. Les fans apprécieront."
TONYB - 09.07.2015 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Ork est un nouveau projet mené par le chanteur et producteur italien Lorenzo Esposito Fornasari (ou Lef), et le guitariste Carmelo Pipitone. Très honnêtement, leurs noms ne résonnent guère à mes oreilles et les groupes auxquels ils collaborent non plus (Beserk!, Marta Sui Tubi). En revanche, afin de se faire remarquer (mais pas seulement), les deux compères se sont adjoints une section rythmique dantesque, propre à faire rêver tout groupe de progressif adepte de complexité. Ce sont en effet rien moins que Colin Edwin (Porcupine Tree entre autres) et Pat Mastelotto (King Crimson notamment) qui viennent compléter le quatuor, qui nous délivre en cette année 2015 son premier opus  intitulé "Inflamed Rides".

Et comme pour faire honneur à leur patronyme, la galette démarre avec un furieux 'Jelly Fish' qui, dès les premières notes délivrées par une basse lourde et une guitare ultra-précise, va immanquablement rappeler un certain Tool. Impression vite confirmée dès le premier refrain, Lef venant hurler les paroles sur fond d'instruments aux sonorités distordues, dissonantes, le tout soutenu par une batterie se jouant allègrement des temps, contretemps et autres mesures alambiquées.
Ambiances sombres proches du nu-métal, structures complexes – math-rock diront leurs auteurs -, voilà le style dégagé par les premiers instants de "Inflamed Rides" : dépressifs ou romantiques, s'abstenir. Malgré les quelques instants de répit, incarnés par exemple par la présence d'un violoncelle ('Pyre'), l'ensemble se reçoit comme une immense baffe en plein buffet, les accompagnements électro trafiqués en tous genres ne faisant qu'accroître un peu plus la tension qui s'installe au fil des minutes. Et celle-ci va perdurer durant les trois quarts de l'album, culminant avec le court mais intense 'Vuoto', avant que 'Dream of Black Dust' n'annonce avec sa trompette sur fonds synthétiques une fin plus tranquille, plus mélodique malgré tout  ('Funny Games'), et carrément atmosphérique pour finir ('Black Dust').

Dans son communiqué de presse accompagnant la promotion de l'album, le groupe précise que sa musique est difficilement catégorisable, et nous ne pouvons qu'approuver cette affirmation. Le rock progressif ici présent reste néanmoins très sombre, très technique, et délivré par des instrumentistes de top niveau. Les amateurs des albums les plus récents de King Crimson ou les aficionados de Tool apprécieront très certainement l'effort. Pour ma part, cette musique reste définitivement bien trop froide pour déclencher chez moi la dose d'émotions que j'attends de la musique. Ma note sera donc très subjective, et devra être mise en rapport avec ce qui précède.

Plus d'information sur http://www.orkband.com/



GROUPES PROCHES:
KING CRIMSON, STEVEN WILSON, ROBERT WYATT, DAVID BOWIE

LISTE DES PISTES:
01. Jellyfish
02. Breakdown
03. Pyre
04. Funfair
05. Bed of Stones
06. No Need
07. Vuoto
08. Dream of Black Dust
09. Funny Games
10. Black Dust


FORMATION:
Carmelo Pipitone: Guitares
Colin Edwin: Basse
Lorenzo Esposito Fornasari: Chant / Claviers
Pat Mastelotto: Batterie


TAGS:
Chaotique, Dissonant, Oppressant, Sombre, Technique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
CORTO1809 - 09/07/2015 -
0 0
4/5
C'est certain, le rock torturé et souvent violent de ORK ne plaira pas à tout le monde. Il faut aimer ce genre de musiques "cérébrales" et être dans l'état d'esprit adéquat. Sous réserve de ces deux conditions, "Inflamed Rides" est un album solide, énergique, inventif et déstabilisant. Comme l'a très bien dit Tony, un disque avant tout réservé à ceux qui apprécient des groupes comme King Crimson.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC O.R.K.
DERNIERE ACTUALITE
O.R.K: 1er extrait de 'Ramagehead'
Toutes les actualités sur O.R.K.
NOTES
- /5 (0 avis) 3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DARK QUARTERER: Ithaca (2015)
METAL PROGRESSIF Tout le savoir faire de Dark Quarterer, et celui-ci est grand, est résumé en un peu moins d'une heure. Il faut donc absolument jeter une oreille sur ce bel ouvrage, cohérent bien que diversifié, mélodique et entraînant.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MIKE TRAMP: Nomad (2015)
ROCK En arrivant au terme de son voyage initiatique, Mike Tramp valide l'ensemble de sa démarche et délivre un album attachant et lumineux.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT O.R.K.
O_R_K_Ramagehead
Ramagehead (2019)
4/5
-/5
KSCOPE / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020