GROUPE/AUTEUR:

RIVERSIDE

(POLOGNE)

TITRE:
LOVE, FEAR AND THE TIME MACHINE (2015)
LABEL:
INSIDEOUT MUSIC
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Le Riverside de 2015 est plus mûr, plus posé et plus délicat qu'il n'a jamais été. Cette apparente mollesse cache en fait un vrai trésor de musique progressive."
OCERIAN - 31.08.2015 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Riverside revient deux ans après un "Shrine Of New Generation Slaves" qui avait un peu déçu un certain public, tant les Polonais avait placé la barre haut avec leurs précédents albums. Entre temps le leader Mariusz Duda a sorti le quatrième album de son projet solo, Lunatic Soul, mais aussi un titre hommage à Alec Widley, jeune fan de musique progressive, artiste et poète disparu trop tôt des suites d'un cancer, intitulé 'The Old Peace', fruit d'une première collaboration avec Steven Wilson.

Ce sixième album présenté comme plus mûr et ancré dans les années 70 et 80 par le groupe lui-même parle de transformation et des décisions importantes que l'on prend dans sa vie. Pour concrétiser tout ça, les Polonais déroulent une musique plutôt calme en apparence. La production et la construction des morceaux y sont d'une grande délicatesse. Le son relativement doucereux des guitares saturées ne permet pas de distinguer clairement les montées en puissance ou en hargne. Le chant de Duda est d'une suavité remarquable avec ce je-ne-sais-quoi d'intensité émotionnelle tout en discrétion et en retenue. Sa voix reste un vecteur de sentiments tout à fait assumé. La basse est souvent ronflante ou délicate mais en tout cas toujours maîtresse et fluide. Son utilisation est souvent originale et toujours au service d'une musicalité qui n'appartient qu'à ce quatuor brillant.

Ce que d'aucuns pourraient prendre pour de la mollesse ou de l'indolence est en fait un échafaudage mûrement réfléchi et superbement contrôlé pour délivrer le strict nécessaire en terme de relief. La musique de Riverside s'est considérablement apaisée au détriment de ces envolées parfois rugueuses qui parsemaient les premiers albums. C'est en cela que la revendication de maturité trouve son sens. Mais il suffit d'écouter le très mélodique '#Addicted', la saturation contenue de 'Saturate Me', la délicate beauté de 'Afloat' pour s'assurer qu'il s'agit bien du même Riverside qu'on a adoré sur "Second Life Syndrome". Chaque titre constitue un développement d'une grande finesse doté de nombreux atouts qu'il faut être capable de percevoir derrière une apparente nonchalance. L'écoute de 'Discard Your Fear' permettra d'abattre les dernières réticences tant ce titre est représentatif de ce qu'est Riverside. Même les balades apparemment les plus simples comme 'Time Travellers' ont ce petit supplément d'âme qui fait chavirer.

Il est clair que Riverside a amorcé un tournant beaucoup plus posé avec le précédent album. Ce virage ne fait que se confirmer avec ce "Love, Fear And Time Machine". La production et le son y sont pour beaucoup car malgré ce que peut laisser imaginer une première écoute un peu rapide, la musique ne manque pas d'allant ni de relief. C'est une évolution toute naturelle pour un groupe subtil, intelligent et attachant. Il serait donc dommage de passer à coté de ce très bel album.

Plus d'information sur http://www.riverside.art.pl



GROUPES PROCHES:
PRESSURE POINTS, COLLAGE, ANASAZI, LUNATIC SOUL, POINT OF VIEW, ACUTE MIND, RETROSPECTIVE, SATELLITE, DEAFENING OPERA, PROGHMA-C

LISTE DES PISTES:
01. Lost (Why Should I Be Frightened By A Hat?)
02. Under The Pillow
03. #Addicted
04. Caterpillar And The Barbed Wire
05. Saturate Me
06. Afloat
07. Discard Your Fear
08. Towards The Blue Horizon
09. Time Travellers
10. Found (The Unexpected Flaw Of Searching)


FORMATION:
Mariusz Duda: Chant / Guitares / Basse
Michal Lapaj: Claviers
Piotr Grudzinski: Guitares
Piotr Kozieradzki: Batterie


TAGS:
Mélancolique
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 06/08/2019 -
0 0
4/5
Je continue à approfondir la découverte de la discographie de Riverside, sans m’imposer de contrainte chronologique. De fait, affranchi de toute attente, notamment, en matière de prérequis stylistiques, il me semble appréhender chaque album pour ce qu’il est, intrinsèquement. Et une fois encore, passée la phase d’ingestion, je tombe en arrêt devant ce superbe album. Riverside est tel le bon vin, il faut un peu de temps. Ce qui est notable dans le cas de "Love, Fear… ", un peu comme avec la musique de Cosmograf, c’est qu’on ne découvre pas d’artifice particulier au fil des écoutes. De prime abord pop et atmosphérique, sans véritable accroche, la composition se révèle progressivement « identique à elle-même » tout en ouvrant les vannes, petit à petit, d’une déferlante de charge émotionnelle qui au final explose entre les oreilles. Et ce que j’apprécie au plus haut point, c’est qu’il s’agit d’une émotion hybridée, entre deux eaux, moderniste, savoureusement ésotérique mais échappant habilement aux tentations mortifères. A se demander comment une œuvre peut séduire à ce point, sans baguette magique. Mais comme disait JL Comolli, l’illusion des illusions est sans doute qu’il n’y a pas d’illusion.
ABADDON - 16/09/2015 -
0 1
3/5
Riverside, acte VIII ... Référence Prog depuis maintenant plus de dix ans, le groupe, toujours stable, s'apaise au fil des parutions. La dernière, présentée dans écrin délicatement illustré, suit le même chemin, comme le torrent tumultueux qui se calme en arrivant dans la plaine.

Et là, comment dire ...? L'amateur de paysages montagneux trouve le terrain bien monotone ! Pourtant la réalisation est impeccable, la voix toujours aussi précise ('Afloat', 'Towards The Blue Horizon' ... ), et la basse juste magnifique (la ligne de fond de 'Discard Your Fear', exceptionnelle). À part ça ... les autres musiciens se trouvent en retrait, et la musique vire plus au ton atmosphérique déjà perçu dans "Memories in my Head", délaissant les larges envolées instrumentales progressives de la Trilogie.
Du coup, le ton musarde plus du côté de Lunatic Soul que des premiers albums du combo. Mais Riverside doit-il être seulement le groupe de Mariusz Duda ? Sa musique peut-elle être seulement agréable ('#Addicted'), gentiment mélodique ('Time Traveller's') ou limite mièvre ('Round ...'). Aurait-on d'ailleurs un jour pensé accoler ces qualificatifs à la musique de Riverside ? Où est passée la tension latente qui électrisait les 'Reality Dreams' ? "Love, Fear, and the Time Machine" manque sérieusement de ces coups de pied au c... dont les Polonais avaient le secret.

Force est de le reconnaître : la musique de Riverside se banalise, même si l'album pourrait rendre bien d'autres groupes envieux. A trop se centrer sur les magnifiques qualités de son frontman, le groupe paraît frappé du syndrome de Marillionisation, un nivellement de ce qui a fait ses particularités. Pas sûr que les fans s'en remettent.

CORTO1809 - 02/09/2015 -
0 0
2/5
Riverside n'est définitivement pas ma tasse de thé. C'est certes bien fait, avec des intentions louables, mais la musique est trop prévisible et monotone pour avoir envie d'y revenir.
VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC RIVERSIDE
DERNIERE ACTUALITE
RIVERSIDE pour la troisième fois à Lyon
Toutes les actualités sur RIVERSIDE
DERNIER ARTICLE
RIVERSIDE - LA LOCOMOTIVE (PARIS) - 14 NOVEMBRE 2009
Vivant ses denières heures avant une fermeture définitive, La Loco de Paris acceuillait en ce samedi soir la formation prog metal Riverside. Un concert auquel Musicwaves se devait d'assister. Tous les articles sur RIVERSIDE
DERNIERE INTERVIEW
C'est dans le café juxtaposé au Nouveau Casino que Mariusz Duda a bien voulu répondre aux questions de Music Waves...

NOTES
3.9/5 (8 avis) 3.8/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ZEN CARNIVAL: Lucid Dreamer (2015)
ROCK Mélodies sympathiques et interprétation en finesse et subtilité sont les principales caractéristiques de ce "Lucid Dreamer".
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MORBID ANGEL: Covenant (1993)
DEATH METAL Une véritable référence dans l'histoire du Death Métal. Absolument incontournable !
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RIVERSIDE
RIVERSIDE_Wasteland
Wasteland (2018)
4/5
4.8/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
RIVERSIDE_Eye-Of-The-Soundscape
Eye Of The Soundscape (2016)
3/5
3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
RIVERSIDE_Shrine-Of-New-Generation-Slaves
Shrine Of New Generation Slaves (2013)
4/5
4.5/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
RIVERSIDE_Memories-In-My-Head
Memories In My Head (2011)
3/5
3.9/5
GLASSVILLE / METAL ATMOSPHERIQUE
RIVERSIDE_Reality-Dream
Reality Dream (2010)
3/5
4.2/5
METAL MIND / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020