GROUPE/AUTEUR:

THE ALLMAN BROTHERS BAND

(ETATS UNIS)

TITRE:
AT FILLMORE EAST (1971)
LABEL:
CAPRICORN
GENRE:
BLUES

"Ce live est simplement un sommet que quasiment aucune autre formation ne pourra atteindre."
LOLOCELTIC - 19.01.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
En deux albums, The Allman Brothers Band a su imposer une identité forte et un talent jamais pris en défaut. Pourtant, leur savoureux mélange de blues, jazz, rock et soul à la sauce sudiste ne touche encore qu'un public et des médias spécialisés qui, s'ils sont sous le charme, ne permettent pas encore à la formation de Macon d'avoir un succès commercial conséquent. En cette fin des 60's, début des 70's, la mode est au double-live. De nombreuses formations ont obtenu des succès importants avec ce format (Cream, The Doors, Steppenwolf, etc..) et quel meilleur support pour faire découvrir au plus grand nombre le talent d'improvisation du groupe qui n'a pas son pareil pour se lancer dans de dantesques jams ? C'est donc au Fillmore East, légendaire salle de New York, que la bande des frères Allman va se produire deux soirs d'affilée et enregistrer ses prestations pour un résultat final qui entrera dans la légende du Rock.

En seulement 7 titres pour près de 80 minutes, les Géorgiens font étalage de toute leur classe et de leur inclassabilité, n'hésitant pas à déjouer tous les codes tout en restant tellement accessibles qu'ils en deviennent hypnotiques. Ils n'hésitent pas, dans un premier temps, à chauffer l'auditoire avec pas moins de quatre reprises, et pas des moindres. Mais ce qui pourrait passer pour de la frilosité pour certains se transforme ici en démonstration. Démonstration de la technique des six compères, comme celle de Duane Allman au bottleneck sur le 'Statesboro Blues' de Blind Willie Mc Tell, ou comme ces soli se succédant et s'entremêlant tout au long des plus de 19 minutes du 'You Don't Love Me' de Willie Cobbs à la ritournelle obsédante et la montée progressive en puissance. Le final est ici l'occasion d'une longue improvisation et de divagations de Duane Allman, que cela soit seul ou avec le reste du groupe. Démonstration artistique également avec ce subtil équilibre entre respect de l'original et personnalisation du titre au travers de jams et d'interactions entre les différents instruments, comme sur le 'Stormy Monday' de T-Bone Walker gorgé d'un feeling suintant de chaque note.

Composée de titres du groupe, la seconde partie de l'album est une explosion semblant sans limite à laquelle l'instrumental inédit 'Hot 'Lanta' sert d'introduction avec ses belles harmonies et son ambiance jazzy. Après cet échauffement, ce sont deux monuments qui viennent asseoir définitivement le public au fond de son siège. Introduit par un Dick Betts jouant avec son potentiomètre, 'In Memory Of Elizabeth Reed' s'étale sur plus de 13 minutes, doublant sa durée studio ("Idlewild South" - 1970) et prétexte à une monstrueuse jam jazzy et orgasmique. Mais tout ceci n'est encore rien par rapport aux 23 minutes d'un 'Whipping Post' qui était cinq fois moins long sur l'album éponyme de 1969. L'improvisation y est colossale, Dick Betts délirant sur Frère Jacques, et affirmant son style plus torturé et inspiré par le jazz avant que Duane ne réponde au chant de son frère. Et que dire de la dynamique de la section rythmique avec la basse de Berry Oakley qui enrobe l'ensemble pendant que les deux batteries se révèlent hyper complémentaires, si ce n'est qu'elle est énorme ?

Avec cet "At Fillmore East", le Allman Brothers Band restitue enfin sur bande la légende qu'il a déjà fait naître dès ses débuts dans un élément qui est celui dans lequel il s'épanouit le plus : la scène. Ses deux premiers albums étaient déjà incontournables. Ce live est juste un sommet que quasiment aucune autre formation ne pourra atteindre. A moins d'être allergique à l'improvisation, il est impossible de ne pas posséder cet album légendaire si l'on s'intéresse un minimum au rock. Et encore, de nombreux allergiques trouveront ici l'antidote à leur aversion, ainsi qu'une porte d'entrée à cette forme artistique. La seule inquiétude qui point après une œuvre aussi majestueuse, est de savoir comment ce groupe va pouvoir se maintenir à un tel niveau de perfection.

Il est également à noter que deux autres versions de "At Fillmore East" verront le jour. En 1992, "The Fillmore Concerts" se verra enrichi de 5 titres supplémentaires, et la version deluxe de 2003 d'un autre supplémentaire. Parmi ces bonus, il faut  signaler la présence du 'Mountain Jam' qui apparaîtra également sur l'album "Eat A Peach".

Plus d'information sur http://www.allmanbrothersband.com/



GROUPES PROCHES:
LYNYRD SKYNYRD, DOC HOLLIDAY, GOV'T MULE, THE BONESMEN, GENERAL STORE, POINT BLANK, KINGSTREET, TOM PETTY AND THE HEARTBREAKERS, MOLLY HATCHET, SOUTHERN GENTLEMEN

LISTE DES PISTES:
01. Statesboro Blues - 4:20
02. Done Somebody Wrong - 4:35
03. Stormy Monday - 8:48
04. You Don't Love Me - 19:19
05. Hot 'lanta - 5:21
06. In Memory Of Elizabeth Reed - 13:06
07. Whipping Post - 23:04


FORMATION:
Berry Oakley: Chant / Basse
Butch Trucks: Batterie
Dick Betts: Guitares
Duane Allman: Guitares
Gregg Allman: Chant / Claviers
Jai Johanny Johanson: Batterie
Jim Santi: Invité / Tambourin
Thom Doucette: Batterie / Invité / Harmonica


TAGS:
70's, Bluesy, Jam, Psychédélique, Sudiste, Live
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE ALLMAN BROTHERS BAND
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Gregg Allman
Toutes les actualités sur THE ALLMAN BROTHERS BAND
NOTES
4.5/5 (2 avis) 5/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ATMOSPHERES: The Departure (2015)
METAL ATMOSPHERIQUE Aux frontières du djent, du post metal et du prog atmosphérique, "The Departure" est un voyage émotionnel d'une finesse rare.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
HELHEIM: Raunijar (2015)
PAGAN/VIKING METAL Moins agressif et plus épique, le vétéran du black viking norvégien livre un huitième album étonnant porté sur les lentes atmosphères majestueuses et granitiques.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE ALLMAN BROTHERS BAND
THE-ALLMAN-BROTHERS-BAND_Hittin-The-Note
Hittin' The Note (2003)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
THE-ALLMAN-BROTHERS-BAND_Enlightened-Rogues
Enlightened Rogues (1979)
4/5
-/5
CAPRICORN / ROCK
THE-ALLMAN-BROTHERS-BAND_Win-Lose-Or-Draw
Win, Lose Or Draw (1975)
2/5
-/5
CAPRICORN / ROCK
THE-ALLMAN-BROTHERS-BAND_Brothers-And-Sisters
Brothers And Sisters (1973)
5/5
-/5
CAPRICORN / ROCK
THE-ALLMAN-BROTHERS-BAND_Eat-A-Peach
Eat A Peach (1972)
4/5
-/5
CAPRICORN / BLUES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020