ARTISTE:

DAVID BOWIE

(ROYAUME UNI)
TITRE:

SCARY MONSTERS (AND SUPER CREEPS)

(1980)
LABEL:

RCA

GENRE:

ROCK

TAGS:
Dissonant, Expérimental
""Scary Monsters (And Super Creeps)" marque à la fois la fin d'un cycle et un essoufflement évident dans l'inspiration."
CORTO1809 (23.10.2015)  
3/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Les années 70 ont assurément été bénéfiques pour David Bowie qui a enfanté pas moins de onze albums dont quatre ou cinq peuvent être qualifiés de majeurs. "Scary Monsters (And Super Creeps)" a donc la lourde tâche d'ouvrir les 80's et de succéder à la brillante trilogie berlinoise. S'il a été enregistré à New York tandis que Brian Eno est reparti vivre ses aventures en solitaire, "Scary Monsters" n'est pourtant pas si éloigné des trois albums précédents, et notamment de "Lodger".

Explication de cette continuité, la présence de Tony Visconti aux manettes pour co-produire l'album, la stabilité du line-up dans lequel on retrouve nombre de musiciens ayant été impliqués dans la trilogie berlinoise et un son dense et expérimental hérité de "Low". Car, tout comme ses trois prédécesseurs, "Scary Monsters" est gorgé de musiques saturées, de guitares discordantes, de rythmiques frénétiques. Néanmoins, l'effet de surprise a fait long feu et ce qui semblait novateur sur "Low" est désormais devenu un peu trop familier. Pour la première fois, Bowie donne l'impression de se répéter et de tourner en rond.

Tout commence pourtant très bien avec 'It's No Game (No. 1). Cet échange entre une femme (Michi Hirota) parlant en japonais sur un ton énervé et un homme interprété par Bowie qui chante sans sommation d'une voix déchirée en hurlant à moitié sur une musique déformée et des guitares distordues est à la fois original et convaincant. Le titre est repris pour clore l'album sans la présence de Michi Hirota et dans une version bien plus posée … et ennuyeuse, un peu comme si Bowie fermait la page de sa période expérimentale destroy.

Car entre les deux, tout est souvent bruit et fureur. Rythmique soutenue, tempo enlevé et guitares dissonantes jouant dans l'aigu, l'impression de fouillis sonore domine et le mariage d'un mur de sons cacophonique et d'un chant souvent déshumanisé n'a plus l'attrait de la nouveauté. Ce magma confus et peu harmonieux sert de toile de fond à des mélodies peu précises et pas très accrocheuses. Difficile de trouver du charme à l'ennuyeux 'Up the Hill Backwards',  l'ingrat 'Scary Monsters (and Super Creeps)', le disco-like 'Fashion', 'Teenage Wildlife', enfant raté né du croisement de 'Young Americans' et 'Heroes', le lassant 'Scream Like a Baby' ou le médiocre 'Kingdom Come' et ses chœurs gospel. Certes, tout n'est pas à jeter et on peut se raccrocher à l'interprétation de Bowie et à sa voix, ou aux jaillissements dissonants des guitares de Robert Fripp et de Pete Townshend (que du beau monde !), mais c'est à peu près tout.

Fort heureusement, outre l'excellent 'It's No Game (No. 1)', l'album contient deux autres perles avec 'Ashes to Ashes' et 'Because You're Young'. Si 'Ashes to Ashes' a été le tube de cet album, ce n'est pas un hasard. Doté de la mélodie attrayante qui fait tant défaut aux titres précités, la chanson est un excellent compromis entre audace et sensibilité. 'Because You're Young' bénéficie lui-aussi d'un air qui flatte l'oreille, où Bowie réussit à réconcilier son style, une mélodie intéressante et un son original.

S'il avait été enregistré sur la décennie précédente et sur un autre continent, "Scary Monsters (And Super Creeps)" aurait mérité de transformer la trilogie berlinoise en tétralogie tant il s'inspire du style adopté par David Bowie dans les quatre dernières années. Il marque néanmoins incontestablement un essoufflement de l'inspiration du chanteur même si quelques titres lumineux le sauvent de l'oubli.


Plus d'information sur http://www.davidbowie.com/





LISTE DES PISTES:
01. It's No Game (no 1) (04:15)
02. Up The Hill Backwards (03:13)
03. Scary Monsters (and Super Creeps) (05:10)
04. Ashes To Ashes (04:23)
05. Fashion (04:46)
06. Teenage Wildlife (06:51)
07. Scream Like A Baby (03:35)
08. Kingdom Come (03:42)
09. Because You're Young (04:51)
10. It's No Game (no 2) (04:22)

FORMATION:
Andy Clark: Synthétiseur (4,5,7,9)
Carlos Alomar: Guitares
Chris Porter: Choeurs
Chuck Hammer: Guitare Synthétiseur (4,6)
David Bowie: Chant / Claviers / Choeurs
Dennis Davis: Percussions
George Murray: Basse
Lynn Maitland: Choeurs
Michi Hirota: Voix (1)
Pete Townshend: Guitare (9)
Robert Fripp: Guitare (1,2,3,5,6,8)
Roy Bittan: Piano (2,4,6)
Tony Visconti: Guitare Acoustique (2,3), Choeurs
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
21/01/2016
  0 0  
3/5
"Scary Monsters" est la transition chronologiquement décrétée, entre la période de la trilogie berlinoise et la production des années 80. On y retrouve à la fois une dissonance maîtrisée, et une volonté de domestication du propos pour qu’il soit plus rapidement accessible ; seulement, son côté pop accrocheur n’est qu’à moitié convaincant, et les réminiscences de la trilogie commencent à sentir le réchauffé – bien d’accord avec la chronique. On ne sait pas trop dans quel camp situer le titre éponyme, mais il est beaucoup trop long pour ce qu’il embarque (Bowie n'a pas guéri de ses vieux travers) et en devient rapidement irritant. 'Fashion' déclenche une chose et son contraire, sorte d’invention équivoque de Bowie au point qu’on se demande s’il faut se laisser gagner par le sommeil ou bien tendre l’oreille. 'Teenage Wildlife' est intéressant, mais n’a pas l’air de vouloir s’émanciper de l’influence du prédicateur 'Ashes to Ashes' ; du coup, la continuité de cette tonalité a quelque chose de perturbant, car on a envie de réentendre ou de fredonner l’un en entendant l’autre.
'It’s no game', 'Up the Hill Backwards', 'Ashes to Ashes' figurent au rang des lauréats, conciliant modernité et originalité, et 'Because You’re young' aurait pu prendre place à bord du flamboyant "Let’s Dance", sans complexe. A noter que Tears For Fears a jeté son dévolu sur 'Ashes to Ashes', pour son éclectique compilation de 1996 (sur 18 morceaux, il n’y avait que 2 reprises).
Au final un album contrasté, mais qui contient suffisamment de moments talentueux pour qu’on se rappelle à son bon souvenir.

METNAT
27/10/2015
89
  0 0  
4/5
Un grand cru pour Bowie, qui entre dans les années 80 avec une belle assurance, alliant titres accrocheurs et plus expérimentaux; et l'album tient encore bien la distance aujourd'hui
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (4 avis)
STAFF:
3.5/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
David Bowie : Un inédit + Votez pour votre album préféré
DERNIER ARTICLE
Retour sur une année funeste
Music Waves revient sur une année, particulièrement terrible pour le monde de la musique, qui a vu disparaître quelques-uns des musiciens que nous suivons régulièrement
 
AUTRES CHRONIQUES
ASYLUM PYRE: Spirited Away (2015)
METAL MELODIQUE - Après un "50 Years Later" très marqué de l'empreinte Metal Mélo, Asylum Pyre débarque sur un terrain inattendu, entre plénitude et démence de la maladie mentale...
PROFUSION: Phersu (2015)
ROCK PROGRESSIF - Trois ans après le superbe "RewoTower", Profusion n'arrive pas rééditer totalement ses performances dans la profondeur des compositions et la légèreté des fusions stylistiques.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DAVID BOWIE
DAVID-BOWIE_Blackstar
Blackstar (2016)
5/5
4.3/5
COLUMBIA / ROCK
DAVID-BOWIE_The-Next-Day
The Next Day (2013)
3/5
4/5
COLUMBIA / ROCK
DAVID-BOWIE_reality
Reality (2003)
3/5
3.3/5
AUTRE LABEL / ROCK
DAVID-BOWIE_heathen
Heathen (2002)
4/5
4/5
AUTRE LABEL / ROCK
DAVID-BOWIE_-hours--
'hours...' (1999)
3/5
4/5
VIRGIN / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021