ARTISTE:

LAIBACH

(SLOVENIE)
TITRE:

OPUS DEI

(1987)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

METAL INDUSTRIEL

TAGS:
80's, Chant éraillé, Chant grave, Chant guttural, Chant hurlé, Chaotique, Choeurs, Concept-album, Fusion, Lourde, Oppressant, Sombre, Théatral, Tribal
"L´album aux charmes intemporels qui a rendu célèbre le groupe dans le monde entier."
ADRIANSTORK (02.11.2015)  
5/5
(1) Avis des lecteurs (1) commentaire(s)

Après avoir exécuté deux albums salement irrespirables, le groupe Laibach se tourne vers des paysages plus enchanteurs. Finies les ambiances claustrophobes, les séances de torture sur des rythmes hypnotiques et minimalistes, les Slovènes ont décidé de pousser la provocation plus loin, en se drapant de discours sociaux-nationalistes sur des airs populaires.

L'album "Opus Dei" obtiendra un succès mondial pour sa reprise irrévérencieuse de 'Life Is Life' du groupe autrichien ​Opus​. Ce choix est loin d´être anecdotique, quand on connait l'histoire de la république slovène, patrie du combo, colonie de la maison austro-hongroise. La reprise sera déclinée de deux manières. 'Leben Heißt Leben' qui ouvre les hostilités adopte un rythme martial sur lequel se pose d'abord le chœur puis la voix généreuse de Milan Fras. La deuxième est la version la plus connue et envoie le groupe au firmament. Les trompettes tantôt solennelles, tantôt menaçantes ouvrent le bal, rejointes par les chœurs et les rythmes tribaux. C´est encore Milan Fras qui prend le soin de guider le chant en anglais, accompagné par les chœurs célestes de ses trois compères dans un crescendo émotionnel d'une intensité inouïe. Le clip offre une imagerie héritée du cerveau de Josef Goebbels, avec des paysages grandioses (les chutes de la Savica), sa lumière expressionniste, ou le visage halluciné d'Ervin Markošek qui n'y est pas de trop. ​Laibach ​réussit l'alchimie de transformer un tube de dancing en un hymne humain, rempli de compassion. La même opération est effectuée sur 'Geburt Einer Nation' et cette fois le texte niais du 'One Vision' de Queen devient un brûlot nationaliste pince-sans-rire.

Le reste de l'album est tout autant réjouissant. Le groupe accorde son message martial avec des éléments plus symphoniques ('F.I.A.T.'), plus proches de l´électronique ('Trans-national', qui ressemble à une parodie de ​Kraftwerk​​), ou abordant plus directement le rock industriel ('Leben Tod' et sa guitare électrique, 'How The West Was Won' avec son banjo infernal). L'album s'achève par l'hymne relaxant du NSK 'The Great Seal' qui désactive d'emblée les attaques de fascistes émanant de droite et de gauche (surtout de gauche, avec en France, un Manu Chao dont l´optique artistique se limite à la dépénalisation du cannabis) et expose le credo du groupe : "We shall never surrender".

Afin d'endiguer la censure dont le groupe faisait preuve, ​Laibach ​a misé sur un succès mondial (en maquillant sa critique d'une teinte mélodique) et provoqué l'expansion de sa musique à travers le monde. Le groupe suscitera de nouvelles controverses, mais peu lui importe, il a réalisé son grand-œuvre.


Plus d'information sur http://www.laibach.org



GROUPES PROCHES:
KILLING JOKE, RAMMSTEIN, MINISTRY, NINE INCH NAILS

LISTE DES PISTES:
01. Leben Heißt Leben
02. Geburt Einer Nation
03. Leben - Tod
04. F.i.a.t.
05. Opus Dei
06. Trans-national
07. How The West Was Won
08. The Great Seal

FORMATION:
Dejan Knez: Claviers / Batterie
Ervin Markošek: Claviers / Batterie
Ivan Novak: Chant / Claviers / Batterie
Milan Fras: Chant
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
ABADDON
02/11/2015
  0 2  
1/5
Laibach a choisi pour créneau la provocation et l'ambiguïté. Pionnier d'un métal industriel aux sonorités sales et à la rythmique primitive, il dénonce les totalitarismes dans ses chansons, mais loin de critiquer directement ces systèmes ou de les tourner en ridicule, il utilise leurs codes et copie leur esthétique. Cette démarche osée nécessite une bonne dose de second degré et une prise de distance totalement absente de leurs clips, maintenant une ambiguïté que Laibach a toujours pris grand soin de ne pas lever. Ainsi, le groupe a été le premier combo étranger à se produire à Pyongyang (Corée du nord), invité par le facétieux gouvernement en place : propagande ou dénonciation ? Impossible de le savoir … et ce perpétuel porte-à-faux est pour le moins suspect.

Parlons musique, à présent. Le syle metal indus' possède une esthétique rudimentaire – témoin, ce 'How the West Was Won', étique - donnant des rythmes hypnotiques, mais qui peine à produire des exaltations harmoniques. Laibaich, ici aussi, ne fait pas dans la demi-mesure : tambours martiaux, arrangements squelettiques ou au contraire très pompiers ('F.I.A.T.'), cette esthétique musicale paramilitaire évidemment voulue par le groupe augmente le sentiment de malaise. Au milieu de chœurs virils renforçant le sentiment d'exaltation, Milan Fras éructe plus qu'il ne chante (on peine à distinguer une ébauche de mélodie dans ses lignes vocales), renforçant l'impression de laideur générale de l'album ; le pire est atteint avec 'Transnational', hideux et répétitif, un des titres les plus moches qu'il m'ait été donné d'entendre.

Pas besoin (ni envie) de faire le détail de tous les titres : esthétique musicale absente, ambiguïté idéologique plus que douteuse, Laibach fait partie de ces groupes que l'auditeur a toutes raisons d'éviter. Et de condamner.

Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
ADRIANSTORK
07/03/2017
  0
Oh le méchant commentaire d'Abaddon. Voilà au moins une réponse https://noisey.vice.com/fr/article/laibach-pyongyang-concert-coree-du-nord-valnoir-interview
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
LAIBACH en concert ce vendredi sur Paris
 
AUTRES CHRONIQUES
PRAYING MANTIS: A Cry For The New World (1993)
HARD ROCK MELODIQUE - Retour aux origines plus musclées de la NWOBHM pour la Mante Religieuse sur cet album ultra-mélodieux !
MAIEUTISTE: Maieutiste (2015)
BLACK METAL - Brassant nombre d'influences, "Maieutiste" impressionne par sa cohérence car jamais il ne s'égare.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LAIBACH
LAIBACH_The-Sound-Of-Music
The Sound Of Music (2018)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL INDUSTRIEL
LAIBACH_Let-It-Be
Let It Be (1988)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL INDUSTRIEL
LAIBACH_Nova-Akropola
Nova Akropola (1986)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL INDUSTRIEL
LAIBACH_Laibach-
Laibach (1985)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL INDUSTRIEL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020