.
.
GROUPE/AUTEUR:

JOE BONAMASSA

(ETATS UNIS)

TITRE:
BLUES OF DESPERATION (2016)
LABEL:
MASCOT LABEL GROUP
GENRE:
ROCK / BLUES

"Alors que nous pouvions craindre que Bonamassa commence à tourner en rond en remplissant le tiroir-caisse de sa maison de disques, le gars nous prend de court et nous offre l'album que nous n'osions pas espérer. Brut et bon !"
MR.BLUE - 03.03.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Qui ne connaît pas Joe Bonamassa aujourd'hui ? Même quelqu'un qui n'écoute jamais de blues, en France de surcroît, doit déjà avoir entendu parlé du Monsieur. C'est que depuis quelques années, Joe est partout : en solo, en live, en hommage à, avec Beth Hart, et il suffit d'une simple visite sur sa page web pour avoir l'impression de tomber sur un site de vente en ligne : médiator, guitares, t-shirt, goodies, albums, blu ray, figurines, liens twitter… c'est tout juste s'il reste de la place pour une photo du gars sur la page principale. Vous aurez tous compris où nous voulions en venir, Bonamassa est un nom qui apporte des sous, tout plein, et son équipe de distribution l'a bien compris. L'homme quant à lui, plutôt discret, semble bien loin de toute cette agitation. Espérons seulement que le rythme de ses nombreuses sorties ne soient pas en train de le cramer à petit feu...

Toujours est-il qu'avec "Blues Of Desperation", Joe affirme revenir au blues des origines dans un album plus direct et épuré que ses dernières productions riches en cuivres, arrangements et autres orchestres folk. La pochette déjà semble y revenir et nous renvoie directement aux souvenirs du fermier John Henry.  Ici pas d'ampli Marshall ni de Les Paul, Bonamassa revient à la Fender et à une amplification plus basique, et cherche à bousculer ses habitudes.

Et par nous ne savons quel miracle (une sacrée intelligence sans doute), le bluesman que nous attendions au tournant ne négocie pas trop mal son virage et nous balance même une belle droite sur les premiers titres. Le dynamique 'This Train' va ouvrir l'album avec une grande dose de fraîcheur, celle dont nous avions besoin pour renouveler notre adhésion à l'artiste. Kevin Shirley apporte lui aussi sa touche personnelle en engageant deux batteurs sur plusieurs titres ce qui va conférer à l'ensemble un son unique à la stéréo intéressante. Ecoutez 'Mountain Climbing' ou 'Distant Lonesome Train' à la basse énorme et à l'aplomb impressionnant. On sent dans ces titres secs et percutants comme dans de nombreux autres une certaine urgence qui contribue elle aussi à bousculer les tendances west coast des derniers albums. Le riff délicieux (proche du gimmick) du fleuve 'No Good Place For The Lonely', le couplet moderne de 'Blues Of Desperation' au refrain proche d'un Black Country Communion, le boogie rock de 'You Left Nothin' But The Bill And The Blues' que n'auraient pas reniés les Blues Brothers ou encore un 'How Deep This River Runs' - dont certaines ambiances rappellent que Shirley travaille aussi avec Maiden depuis bien des années - sont imprenables et font rudement plaisir à entendre.
 
Les soli, comme d'habitude, en mode jam ou prompts et structurés, sont tous et sans aucune exception les grands moments de chaque titre et dans lesquels le guitariste semble désormais imprenable. Au hasard, citons celui furieux de 'Distant Lomesone Train' ou celui acoustique d'un 'Linvin' Easy', un cran en-dessous. Et quand notre chanteur lève le pied comme sur 'Drive', sa voix, rugueuse, et la trame musicale groovy mais épurée nous conduit vers des horizons plus sombres et dans lesquels nous n'avions pas vu le New-Yorkais depuis 2009.

Si l'album contient dans sa seconde partie des chansons moins performantes et opère sur les derniers titres un trop flagrant retour aux ambiances feutrées ou exotiques souvent entendues ces dernières années (pour ménager la chèvre et le chou sans doute, mais quel dommage après une telle prise de risque en début d'album), le pari est cependant réussi. Mais attention, à trop vouloir calculer et bien faire, on finit par perdre l'attention du public.  

Plus d'information sur http://www.jbonamassa.com



GROUPES PROCHES:
LAYLA ZOE, GENERAL STORE, ERIC CLAPTON, JOE LOUIS WALKER, JEFF BECK, BETH HART, BETH HART & JOE BONAMASSA, MARK KNOPFLER, GARY MOORE, ROBERT CRAY

LISTE DES PISTES:
01. This Train
02. Mountain Climbing
03. Drive
04. No Good Place For The Lonely
05. Blues Of Desperation
06. The Valley Runs Low
07. You Left Me Nothin' But The Bill And The Blues
08. Distant Lonesome Train
09. How Deep This River Runs
10. Livin' Easy
11. What I've Known For A Very Long Time


FORMATION:
Anton Fig: Batterie
Greg Morrow: Batterie
Jade Mcrae: Choeurs
Joe Bonamassa: Chant / Guitares
Juanita Tippins: Choeurs
Lee Thornburg: Trompette
Mahalia Barnes: Choeurs
Mark Douthit: Saxophone
Michael Rhodes: Basse
Paulie Cerra: Saxophone
Reese Wynans: Claviers


TAGS:
Bluesy, Raw, Guitar-Hero
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC JOE BONAMASSA
DERNIERE ACTUALITE
JOE BONAMASSA: Nouvel album en octobre
Toutes les actualités sur JOE BONAMASSA
DERNIER ARTICLE
JOE BONAMASSA - LA SEINE MUSICALE - 10 MAI 2019
Magistral Tous les articles sur JOE BONAMASSA
NOTES
4/5 (1 avis) 3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
OCEANS OF SLUMBER: Winter (2016)
METAL PROGRESSIF Sur fond de death progressif, "Winter" allie douceur et puissance avec une voix féminine hypnotique, des ambiances sombres et mélancoliques et des envolées extrêmes rageuses. Chaudement recommandé !
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE POLICE: Ghost In The Machine (1981)
POP Un disque sous-estimé qui contient son lot de pépites.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JOE BONAMASSA
JOE-BONAMASSA_Royal-Tea
Royal Tea (2020)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Redemption
Redemption (2018)
5/5
3.3/5
AUTRE LABEL / BLUES
JOE-BONAMASSA_live-at-radio-city-hall-music
Live At Radio City Hall Music (2015)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Different-Shades-Of-Blue
Different Shades Of Blue (2014)
4/5
4/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Driving-Towards-The-Daylight
Driving Towards The Daylight (2012)
4/5
4/5
PROVOGUE RECORDS / BLUES
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020