GENESIS

(ROYAUME UNI)

WIND AND WUTHERING

(1976)
LABEL:

CHARISMA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School
"Encore et toujours du grand Genesis."
VANDERGRAAF (29.08.2003)  
4/5
(3) Avis (1) commentaire(s) (1) Biographie + (1) storie(s)
1976 : l'année terrible du prog'. Celle où tous les grands s'effaçent ou se pervertissent. L'année ou le punk prétend l'abattre. L'année où Yes, Pink Floyd, King Crimson, ont déjà donné le meilleur d'eux-mêmes. A tel point qu'aujourd'hui, la plupart des fans de prog' rejettent en bloc tout ce qui a pu être enregistré à partir de cette date.

Pour les fans de Genesis période prog', tout s'arrête à " The lamb lies down on Broadway ". Et après ? C'est du Collins, donc de la soupe. Schéma simpliste : Collins est avant tout un touche-à-tout. En 1976, le Genesis version quattuor est encore progueux jusqu'aux pointes des cheveux. Il produira " A Trick of the tail ", puis " Wind And Wuthering ", vents et hurlevents, l'album le plus délicat et le plus accoustique depuis l'antique " Trespass ".

Pourquoi dénigrer " Wind And Wuthering " ? Dès son ouverture, " Eleventh Earl of Mar ", c'est le grandiose et la virtuosité du Genesis de toujours. Steve Hackett, le seul ex-membre du groupe à avoir continué dans le prog', n'a jamais plus composé que sur ce disque. " Wind And Wuthering " recèle en outre des derniers contes génésiens, héritiers des historiques " fountain of salmacis " et " get them out by Friday ". Ce sont " One for the vine " et " all in a mouse"s night " tous deux armés de textes décapants et mystiques. Le mystère qui entoure cet album evanescent ne s'arrête pas là. Un merveilleux instrumental s'intitule " Unquiet slumber for the sleepers in that quiet earth ". Le sens ? ce sont les derniers mots des Hauts de Hurlevents, le roman qui inspira son titre à l'album.

On parle souvent de l'autre album sorti par Genesis en 76, " a trick of the tail ". Une légende largement réfutée voudrait que Peter Gabriel y aurait participé avant de quitter le groupe. Qu'ainsi, l'album sorti en mars supplanterait de beaucoup l'album sorti en novembre. Au contraire, selon Tony Banks " les deux albums sont complémentaires. Wind a en clarté tout ce que Trick avait en obscurité. On ne peut pas écouter l"un sans l"autre ".

Comme quoi, Genesis n'a jamais été un outil entre les mains d'un seul homme, fût-il Collins ou Gabriel. Alors, rien ne vaut de se priver de " Wind & Wuthering " et sa richesse !
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Eleventh Earl Of Mar
02. One For The Vine
03. Your Own Special Way
04. Wot Gorilla
05. All In A Mouses's Night
06. Blood On The Rooftops
07. Unquiet Slumbers For The Sleepers
08. In That Quiet Earth
09. Afterglow

FORMATION:
Mike Rutherford: Basse
Phil Collins: Chant / Batterie
Steve Hackett: Guitares
Tony Banks: Claviers
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
LONEWOLF1300
03/03/2024
297
  0 1  
5/5
l'album qui a été ma porte d'entrée dans l'univers de Genesis, et il ne fallait pas mieux. La meilleure invitation qui soit pour inciter à aller voir ce qui s'était passé avant. J'étais encore au collège mais j'ai immédiatement compris la valeur de ce que j'écoutais.

Cet album m'a littéralement imprégnié dès sa première écoute, et pour toujours. Il n'est pas le plus représentatif de l'oeuvre de Genesis "période prog-rock" (qui pour moi finit avec "And Then...") mais il a une personnalité propre, sans être décalé de ceux qui ont précédés.

C'est principalement le "romantisme" et la douceur profonde qui captivent à l'écoute de cette galette dans le nom est particulièrement bien choisi, tout comme le graphisme de la couverture. Le climat instauré par la narration de comptines très british (comme "Eleventh Earl of Mar") va de pair avec ce sentiment de traverser un automne paisible et quelque peu nostalgique (à ce titre "Blood on the rooftops" est exemplaire). Virtuose sans être tonitruant, progressif sans être lassant, doté de quantité de variations de rythme, cet album laisse un petit sillon en vous et ne vous lâche plus.

Dans un autre registre, "All in a mouse's night" m'a toujours fait halluciner. J'adore cette histoire qui tient à la fois du Tom et Jerry et de la bluette romantique en filigrance. Le délire du chat après s'être pris le pot sur la tête... !!!

J'aime un peu moins la patte de Phil Collins avec "Your own special way" ou "Afterglow", qui sont les prémices de ce qu'il fera souvent dans sa carrière solo, des chansons d'amour qui, bien que constiuant d'excellents slows (pour emballer, c'est parfait !) finissent par être un peu pesantes après quelques écoutes.

Pour moi, c'est l'album qui constitue la clé de voute de leur période prog. Ca monte avant et ça descend ensuite.... un incontournable !

REALMEAN
07/03/2013
  0 1  
5/5
Wind & Wuthering, ce n’est pas le meilleur album de Genesis, et il est pourtant touché par une sorte de grâce divine. C’est le meilleur des deux mondes. C’est sans doute celui que je choisirais en urgence, instinctivement, s’il fallait emporter ce quelque chose d’aérien, parmi les productions génésiennes ; car je peux l’écouter partout, en tout moment, quelles que soient mes humeurs. C’est l’équivalent de l’Eye in the Sky d’Alan Parsons : modernité, rock progressif, diversité, un triptyque talentueusement enivrant, pour une osmose en forme de jet-set musicale.
Plus rien en commun évidemment avec un Lamb lies down on Broadway, c’est la suite logique de Trick of the Tail ; si ce n’est qu’à l’instar du premier, cousu main pour le vocal de Peter Gabriel, Wind and Wuthering est mitonné tel un écrin pour la tessiture de Phil Collins, dont la prestation est sublime, de A jusqu’à Z. Et en dehors du chant ? itou, un quasi top niveau… "Eleventh Earl of Mar" s’habille d’une sonorité qui déborde de toutes parts, et sa philosophie est aussi ardue de prime abord que ses lumineux breaks de claviers sont salvateurs. "One for the Vine" est le chef-d’œuvre oublié de Genesis, il n’aura que très peu été exploité en concert, et pourtant sa beauté et sa puissance sont inversement proportionnelles à sa notoriété. L’un des plus grands joyaux de la formation, où tous les savoir-faire rythmiques, mélodiques, atmosphériques culminent à leur paroxysme. "Your own special way", plutôt conventionnel mais tellement sincère dans sa partition nostalgico-mélancolique, "Wot Gorilla", un instrumental à la fébrilité communicative, superbement inventif, "All in a mouse’s Night", dans la même mouvance avec la ligne vocale en plus, et "Blood on the Rooftops", une somptueuse rêverie conjuguée sous toutes les déclinaisons possibles.
Et puis le cycle de clôture, avec une nouvelle phase instrumentale à l’amplitude émotionnelle incomparable, du feeling le plus intimiste jusqu’au plus exubérant, avec une véritable machine de guerre sonore à l’appui, puissante, violente, dévastatrice. Pour conclure avec l’inaltérable "Afterglow", ma composition fétiche en son genre. S’il y a un album de Genesis que l’on pourrait qualifier de romantique, ce serait celui-là.
Et lorsque l’ami Phil nous décoche son ultime 'I miss you more !' en conclusion de la prestation scénique d’ "Afterglow", sur l’enregistrement de 1982, c’est fini, on n’en guérit plus, l’émotion est fossilisée à jamais. Que dire de plus ? Si ce n’est, 'The meaning of all that I believed before, Escapes me in this world of none'…

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 1  
4/5
Les compositions toutes en finesse, fleurent bon le S.Hackett, pourtant déjà fort occupé à l'époque par ses excellents albums solo. Par contre la sonorité globale de l'album est plutôt synthétiseurs ( même la guitare de Steve ... ), et pas les sons "vintage". Fini les mellotrons et orgues divers, une propreté sonore qui peut lasser !!! Cependant encore et toujours du grand Genesis.
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
LONEWOLF1300
02/03/2024
 
297
0
l'album qui a été ma porte d'entrée dans l'univers de Genesis, et il ne fallait pas mieux. La meilleure invitation qui soit pour inciter à aller voir ce qui s'était passé avant. J'étais encore au collège mais j'ai immédiatement compris la valeur de ce que j'écoutais.

Cet album m'a littéralement imprégnié dès sa première écoute, et pour toujours. Il n'est pas le plus représentatif de l'oeuvre de Genesis "période prog-rock" (qui pour moi finit avec "And Then...") mais il a une personnalité propre, sans être décalé de ceux qui ont précédés.

C'est principalement le "romantisme" et la douceur profonde qui captivent à l'écoute de cette galette dans le nom est particulièrement bien choisi, tout comme le graphisme de la couverture. Le climat instauré par la narration de comptines très british (comme "Eleventh Earl of Mar") va de pair avec ce sentiment de traverser un automne paisible et quelque peu nostalgique (à ce titre "Blood on the rooftops" est exemplaire). Virtuose sans être tonitruant, progressif sans être lassant, doté de quantité de variations de rythme, cet album laisse un petit sillon en vous et ne vous lâche plus.

Dans un autre registre, "All in a mouse's night" m'a toujours fait halluciner. J'adore cette histoire qui tient à la fois du Tom et Jerry et de la bluette romantique en filigrance. Le délire du chat après s'être pris le pot sur la tête... !!!

J'aime un peu moins la patte de Phil Collins avec "Your own special way" ou "Afterglow", qui sont les prémices de ce qu'il fera souvent dans sa carrière solo, des chansons d'amour qui, bien que constiuant d'excellents slows (pour emballer, c'est parfait !) finissent par être un peu pesantes après quelques écoutes.

Pour moi, c'est l'album qui constitue la clé de voute de leur période prog. Ca monte avant et ça descend ensuite.... un incontournable !
Haut de page
LECTEURS:
4.3/5 (24 avis)
STAFF:
4.2/5 (17 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
GENESIS: 2 dates parisiennes en 2022
DERNIER ARTICLE
CONCERT DE GENESIS LE 12 JUILLET 2007 À LYON
Le 12 juillet 2007, El_Bia était au stade de Gerland de Lyon afin d'assister à l'un des derniers shows du groupe de Rock prog légendaire ! Petit reportage de ce concert extraordinaire...
DERNIERE INTERVIEW
FREDERIC DELAGE (03 MARS 2015)
Dans le cadre des interviews du Triumvirat de la critique française de rock progressif, nous avons interviewé Frédéric Delâge, entre autres auteur de deux recueils de chroniques sur le rock progressif et d´un livre consacré à Genesis.
 
AUTRES CHRONIQUES
TR3NITY: The Cold Light Of Darkness (2002)
ROCK PROGRESSIF -
ENCHANT: Blink Of An Eye (2002)
METAL PROGRESSIF - Entre prog et FM, Enchant nous gratifie avec "Blink of an eye" d'un bon album de metal progressif.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GENESIS
GENESIS_When-In-Rome
When In Rome (2008)
5/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Calling-All-Stations
Calling All Stations (1997)
3/5
2.8/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_We-Can-t-Dance
We Can't Dance (1991)
2/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Invisible-Touch
Invisible Touch (1986)
2/5
2.7/5
CHARISMA / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Genesis
Genesis (1983)
3/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024