THE POLICE

(ROYAUME UNI)

REGGATTA DE BLANC

(1979)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK

TAGS:
80's, Chant aigu, Punk
""Reggatta De Blanc" installe The Police au sommet du rock des 80's. Reggae, world, pop, rock sont les ingrédients qui vont propulser le groupe dans la légende, même si le meilleur reste à venir."
PROGRACER (24.02.2016)  
4/5
(0) Avis (1) commentaire(s)
Tout juste un an après le succès de leur premier album, The Police sort "Reggatta De Blanc" à l'automne 1979, surfant sur l'immense succès des 'Roxanne' et autres 'Can't Stand Losing You' qui continuent d'inonder les programmations radio.

La bande a le vent en poupe et fait bien d'en profiter. Avec ce deuxième album, le trio anglais recopie la recette du premier avec de savantes petites retouches qui vont également le propulser au sommet des charts du monde entier. A commencer par 'Message In The Bottle' ou 'Walking On The Moon' qui contiennent tous les ingrédients de tubes planétaires, mélodies immédiates avec un petit côté reggae et des arrangements qui s'affinent nettement.

Les Anglais ont vite appris de leurs erreurs et les corrigent dès cet album avec notamment moins d'approximation dans l'écriture, ce qui donne un album plus homogène. C'est au détriment des titres les plus bruts et rock, puisque la musique de The Police se lisse sensiblement et l'aspect pop l'emporte sur l'énergie brute constatée lors de l'exercice précédent. Si les influences reggae sont toujours présentes ('The Bed's Too Big Without You', 'Walking On The Moon'), des sonorités électroniques apparaissent sur 'Contact', alors que l'intro au piano de 'Does Anyone Stare' installe une ambiance blues nouvelle pour le groupe.

Il reste quelques titres plus rock comme 'It's Alright For You' qui rappelle (trop) le premier album, ou 'No Time This Time', mais l'inspiration n'est pas la plus grande qualité de ces titres, Sting étant même énervant sur la seconde. Au contraire, le titre éponyme, à mi-chemin entre pop et world est une vraie réussite et fera chanter les foules en live avec ses "i-oh, i-oh, i-yé-oh". 'Bring On The Night' est également un bon exemple du virage pop opéré par le trio avec son léger fond reggae et son orchestration toute en finesse. Dans la même veine, 'Deathwish' montre à quel point les trois compères sont à l'unisson entre basse ronflante, guitare omniprésente mais toute en subtilité et polyrythmie à la batterie pour un résultat étonnant de simplicité et d'efficacité.

The Police fait son trou et est au sommet de son succès, à défaut d'être au sommet de son art, ce qui ne va pas tarder à arriver. "Reggatta De Blanc" défriche le terrain et assoit la popularité des Londoniens. L'ascension est fulgurante, comme le sera la carrière du groupe qui s'achèvera au bout de 6 ans et 5 albums. Il n'en faut pas plus pour écrire la légende et l'histoire du rock, et "Reggatta De Blanc" tient assurément une place prépondérante dans les deux.
GROUPES PROCHES:
STING

LISTE DES PISTES:
01. Message In A Bottle
02. Reggatta De Blanc
03. It's Alright For You
04. Bring On The Night
05. Deathwish
06. Walking On The Moon
07. On Any Other Day
08. The Bed's Too Big Without You
09. Contact
10. Does Everyone Stare
11. No Time This Time

FORMATION:
Andy Summers: Chant / Guitares
Stewart Copeland: Batterie
Sting: Chant / Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
LONEWOLF1300
04/12/2023
 
312
0
c'est toujours avec une certaine émotion que je conserve précieusement le LP acheté deux ou trois ans après sa sortie, un de mes tout premiers achat de musique. Subjugué par la rythmique diabolique de cet album fascinant du début à la fin. La voix de Sting ajoutant la touche finale.

En explorant les paroles, j'y avais trouvé des émotions supplémentaires, qui sont toujours là aujourd'hui.
Haut de page
LECTEURS:
4.5/5 (4 avis)
STAFF:
3.6/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
THE CULT: Hidden City (2016)
ROCK - Ce nouvel album de The Cult est une réussite totale et impose le respect tant il témoigne de l'inspiration constante d'un groupe exceptionnel. La classe, tout simplement.
ABORTED: Termination Redux (2016)
DEATH METAL - Sans révolutionner le genre, "Terminal Redux" le perpétue avec un certain art noir et un savoir-faire impressionnant.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE POLICE
THE-POLICE_Synchronicity
Synchronicity (1983)
5/5
-/5
A&M / POP
THE-POLICE_Ghost-In-The-Machine
Ghost In The Machine (1981)
4/5
4/5
A&M / POP
THE-POLICE_Zenyatta-Mondatta
Zenyatta Mondatta (1980)
3/5
3.3/5
A&M / POP
THE-POLICE_Outlandos-d-Amour
Outlandos D'amour (1978)
4/5
3.7/5
A&M / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024