TRETTIOARIGA KRIGET

(SUÈDE)

SEASIDE AIR

(2016)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Chant grave, Intimiste, Mélancolique, Old School, Planant
"Quatrième album d´un pionnier du prog en Suède depuis son retour, et déjà quelques signes de fatigue."
ADRIANSTORK (25.04.2016)  
2/5
(1) Avis (0) commentaire(s) (1) Biographie
Dans les années 70, ​Trettioåriga Kriget​, aux cotés de ​Kaipa, ​avait ouvert le chemin au rock progressif suédois qui ne connaîtra son heure de gloire que deux décennies plus tard avec Anglagård, ​The Flower Kings ou ​Beardfish​. Séparé en 1981, puis reformé en 2004, le groupe a depuis publié trois albums qui souffrent de la comparaison avec ceux des années 70. Cinq ans après leur dernier opus, les Suédois nous proposent une promenade en mer, en hommage à leur ville natale, Saltsjöbaden, au sud-est de Stockholm.

Après plusieurs écoutes, un auditeur distrait pourrait penser avoir affaire à un jeune groupe amateur de rock progressif. Comme à son habitude, ​Trettioåriga Kriget​ a sorti le kit du parfait musicien prog, avec des flûtes (´The Photograph´), des mellotrons (´Snow´, ´Behold The Pilot´), des ambiances éthérées et pastorales (´Billy´) et quelques soli de guitares agrémentés de pédale wah-wah. Le groupe a délaissé le chant en suédois qui faisait son charme, ce qui a pour double conséquence de tourner le dos au progressif au profit de l´immédiateté pop mais aussi d'apporter un rendu terne par la voix de son chanteur, alourdissant la mélodie sur ´Billy´ ou´Snow´ et peinant à confirmer sur les refrains de la piste inaugurale. Mais ce grief n´est pas imputable qu'à Robert Zima. Les compositions manquent de relief, prenant des chemins mid-tempo, avec quelques rares averses, ce qui est certes une signature du groupe, mais offre un rendu plutôt mitigé. Le morceau final, ´Behold The Pilot´ avec ses huit minutes, souffre de son manque de rayonnement, et le choix de le placer en conclusion s´avère malheureux.

Pour autant, si sur certaines chansons le groupe semble évoluer en troisième division, des moments fulgurants le placent parmi les cadors du rock progressif. Les ambiances feutrées et légèrement inquiétantes de ´Snow´ en fin de course ou la paisible introduction de ´The Photograph´ sont remarquables. Mais c´est avec le sublime ´Dreaming of Vermeer´ que le groupe grave une composition éternelle. Les arpèges de guitare acoustique y flamboient à la manière d´un ´Horizons´ de Genesis​ avant que la voix ne prenne le relais et ne manque de rompre le charme.

Ce nouvel album entièrement en anglais ne restera pas dans les annales. Le groupe semble recommencer à zéro, sans pour autant renier son héritage, mais échouant cruellement à modifier sa trajectoire. On pourrait l'accuser d´avoir voulu s´asseoir sur plusieurs chaises musicales, mais à vouloir courser plusieurs sièges, le vétéran finit les quatre fers en l´air. Si l´ensemble se laisse écouter, il passera tout à fait comme anecdotique, à l´exception d´une ou deux pistes.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. The Photograph
02. Seaside Air
03. Forgotten Garden
04. Snow
05. Billy
06. Dreaming of Vermeer
07. Behold the Pilot

FORMATION:
Christer Åkerberg: Guitares
Dag Lundquist: Chant / Batterie / Percussions, violon
Mats Lundberg: Claviers / Saxophone
Olle Thörnvall: Guitares / Harmonica
Robert Zima: Chant / Guitares
Stefan Fredin: Chant / Guitares / Basse
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
CORTO1809
06/05/2016
  0 0  
2/5
Un album où l’on s’ennuie rapidement, la faute à des mélodies parfois sympathiques mais un peu répétitives et à un manque d’allant de la part du groupe.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
TRETTIOARIGA KRIGET: Seaside Air
 
AUTRES CHRONIQUES
BASEMENT SAINTS: Get Ready (2016)
ROCK - Avec une honnêteté et une sincérité désarmantes, Basement Saints nous livre un premier album attachant et insufflant fraîcheur et vitalité à une musique blues rock très roots.
LOVE SEX MACHINE: Asexual Anger (2016)
DOOM - Bloc de matière brute qui vibre sous les secousses d'une rage vengeresse, "Asexual Anger" est plus qu'un simple album, il est un défi dont on ne sort pas indemne tant il remue non seulement les chairs mais surtout l'âme.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TRETTIOARIGA KRIGET
TRETTIOARIGA-KRIGET_Till-Horisonten
Till Horisonten (2021)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
TRETTIOARIGA-KRIGET_Efter-Efter
Efter Efter (2011)
3/5
3.3/5
MELLOTRONEN / ROCK PROGRESSIF
TRETTIOARIGA-KRIGET_I-Början-Och-Slutet
I Början Och Slutet (2007)
3/5
4/5
MELLOTRONEN / ROCK PROGRESSIF
TRETTIOARIGA-KRIGET_Elden-Av-År
Elden Av År (2004)
4/5
-/5
MELLOTRONEN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024