GROUPE/AUTEUR:

TARJA

(FINLANDE)

TITRE:
THE SHADOW SELF (2016)
LABEL:
EAR MUSIC
GENRE:
METAL MELODIQUE

"Cet album est à déconseiller à tous les frileux qui préfèrent le confort d'œuvres prévisibles à la découverte de nouveaux territoires artistiques dont on ne revient pas indemne."
LOLOCELTIC - 01.09.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Depuis son premier album, Tarja reste une artiste inclassable. Fermement décidée à ne pas s'enfermer dans un style artistique, la voix de la Finlande continue à se frotter à différents styles musicaux, et ceci au sein même de ses albums, laissant certains de ses auditeurs un peu désorientés. Si le metal symphonique semble rester son genre de prédilection, elle n'hésite pas à balayer un large spectre. C'est ce que vient encore de prouver l'EP "The Brightest Void" sorti en préambule de ce nouvel opus intitulé "The Shadow Self" sur lequel une multitude d'invités sont venus épauler la soprano métallique. L'avantage de la démarche artistique de Tarja est de laisser les amateurs dans une perpétuelle incertitude quant au contenu de ses nouvelles offrandes discographiques. A quoi s'attendre donc pour ce nouvel opus ?

Tout d'abord, il faut rassurer un peu l'aficionado en l'informant que la colonne vertébrale de "'The Shadow Self" reste clairement métallique. Mais une fois de plus, ce sont les ingrédients qui varient et surprennent à nouveau. Un piano classique rappelant la virtuosité de Tarja à cet instrument ('Innocence'), les growls d' Alissa White-Gluz (Arch Enemy) et une guitare funky ('Demons In You'), quelques éléments celtiques ('The Living End'), les sonorités et ritournelles de fêtes foraines ('Diva') ou un final délirant mélangeant thrash, électro et heavy ('Too Many') vont encore faire hurler les puristes. Pourtant, cela se fond parfaitement dans l'ensemble, pour peu que l'on accepte et se laisse absorber par la démarche de l'artiste scandinave. D'autant que cette dernière laisse flotter quelques bouées plus classiques auxquelles se raccrocher lorsque certains commenceront à perdre pied. Déjà présents sur "The Brightest Void", 'No Bitter End' et 'Eagle Eye' représentent la face la plus accessible et mélodique de l'identité pluridimensionnelle de la Finlandaise. Ils sont rejoints en cela par l'accrocheur 'Undertaker', voire par le puissant 'Calling From The Wild', bien que ce dernier nous plonge dans une certaine obscurité.

Si l'on excepte la reprise du 'Supremacy' de Muse, qui reste très respectueuse de l'originale en se contentant de remplacer les montées dans les aigus par un chant lyrique prévisible, le reste mérite plusieurs écoutes pour en découvrir toutes les richesses. Il faut dire que Tarja a rarement atteint ce niveau dans la transmission des émotions et dans l'accroche de l'auditeur auquel elle conte des histoires envoûtantes. Sombre et dramatique, 'Innocence' est d'une beauté triste et majestueuse à la fois, porté par un refrain direct et obsédant. 'Diva' mélange rock et musique de fête foraine pour un résultat théâtral et étonnant, alors que 'The Living End' est d'une délicatesse aérienne, le chant cristallin et habité laissant monter l'optimisme vers un final lumineux. Enfin, les sommets sont atteints sur les majestueux 'Love To Hate' et 'Too Many', véritables narrations d'épopées cinématographiques happant l'auditeur en variant les ambiances et les tempi. Puissants et mélancoliques, ces titres sont de véritables œuvres théâtrales qui ne peuvent laisser indifférent.

Une fois de plus, Tarja va encore diviser le public. Si son talent ne sera probablement pas remis en cause, son approche artistique sans limite va encore en déstabiliser plus d'un. "The Shadow Self" est à déconseiller à tous les frileux qui préfèrent le confort d'œuvres plus prévisibles à la découverte de nouveaux territoires artistiques dont on ne revient pas indemne. Pour les autres, installez-vous confortablement et laissez-vous envahir par la beauté mélancolique et symphonique de cet opus qui vous enrichira à coup sûr.

Plus d'information sur http://www.tarjaturunen.com/



GROUPES PROCHES:
SIRENIA, THE FORSAKEN CREATION, WITHIN TEMPTATION, NIGHTWISH, EPICA, APOCALYPTICA

LISTE DES PISTES:
01. Innocence - 6:01
02. Demons In You (feat. Alissa White-gluz) - 4:40
03. No Bitter End - 4:25
04. Love To Hate - 5:54
05. Supremacy (cover Muse) - 4:58
06. The Living End - 4:36
07. Diva - 5:42
08. Eagle Eye (feat. Toni Turunen) - 4:34
09. Undertaker - 6:38
10. Calling From The Wild - 5:07
11. Too Many - 12:54


FORMATION:
Alex Scholpp: Guitares
Christian Kretschmar: Claviers
Doug Wimbish: Basse
Julian Barrett: Guitares / Basse
Kevin Chown: Basse
Max Lilja: Violoncelle
Peter Barrett: Basse
Tarja Turunen: Chant / Claviers
Alissa White-Gluz: Chant / Invité
Bart Hendrickson: Claviers / Invité
Chad Smith: Batterie / Invité
Fernando Scarcella: Batterie / Invité
Guillermo De Medio: Claviers / Invité
Luis Conte: Batterie / Invité
Mervi Myllyoja: Invité / Violon
Mike Coolen : Batterie / Invité
Mike Terrana: Batterie / Invité
Nicolas Polo: Batterie / Invité
Toni Turunen: Chant / Invité
Torsten Stenzel: Claviers / Invité


TAGS:
Accessible / FM, Mélancolique, Symphonique, Chant féminin
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC TARJA
DERNIERE ACTUALITE
TARJA : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur TARJA
DERNIERE INTERVIEW
À un carrefour de sa vie d'artiste et de mère, la désormais sereine Tarja revient sur la genèse de son nouvel album, très personnel, dans une interview d'une grande sincérité.

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BARB WIRE DOLLS: Desperate (2016)
HARD ROCK Avec cette deuxième cuvée de garage rock qui sent sous les bras, les Grecs y dévoilent (déjà) leurs limites sans toutefois entamer leur capital sympathie.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
INSOMNIUM: Since The Day It All Came Down (2004)
DEATH METAL Insomnium s'épanouit et nous propose un cocktail qui flirte avec l'excellence entre death metal progressif et metal atmosphérique et mélancolique.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TARJA
TARJA_In-the-Raw
In The Raw (2019)
4/5
-/5
EAR MUSIC / METAL MELODIQUE
TARJA_The-Brightest-Void
The Brightest Void (2016)
3/5
-/5
EAR MUSIC / METAL MELODIQUE
TARJA_Colors-In-The-Dark
Colors In The Dark (2013)
4/5
3.5/5
AUTRE LABEL / METAL MELODIQUE
TARJA_Act-1
Act 1 (2012)
4/5
4/5
EAR MUSIC / METAL MELODIQUE
TARJA_Tarja-Turunen--Harus--Live-At-The-Sibel
Tarja Turunen & Harus - Live At The Sibelius Hall (2011)
1/5
-/5
EAR MUSIC / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020