GROUPE/AUTEUR:

BILLY IDOL

(ROYAUME UNI)

TITRE:
CYBERPUNK (1993)
LABEL:
CHRYSALIS
GENRE:
ROCK ALTERNATIF

"Si la prise de risque et les expérimentations n'ont pas été totalement maîtrisées, cet album mérite le respect et une certaine réhabilitation."
LOLOCELTIC - 08.11.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Alors qu'il porte un stimulateur musculaire électronique sur sa jambe blessée lors de son grave accident de moto, Billy Idol voit un journaliste le comparer à un cyborg et à un cyberpunk. Ces références vont pousser le blond peroxydé à s'intéresser aux travaux d'écrivains et de scientifiques sur le mouvement cyberpunk à une époque où Internet n'en était qu'à ses balbutiements et où l'informatique commençait à poser des problèmes d'éthique. Alors qu'il découvre également de nouvelles technologies de production grâce à Trevor Rabin (Yes), ces nombreux sujets le poussent à se lancer dans un projet original : enregistrer un album conceptuel dans son propre studio. Pour cela, il s'entoure de son nouveau bras droit, le guitariste Mark Younger-Smith, et du producteur Robin Hancock (qui va aussi gérer les claviers), et fait appel à quelques musiciens de sessions.

C'est ainsi que naît "Cyberpunk" qui sort en 1993 et va sacrément secouer la carrière de Billy Idol. Ce dernier n'hésite pas à se lancer dans des sonorités synthétiques et à utiliser des éléments technoïdes au sein d'un ensemble qui s'étire sur plus de 70 minutes. Si cette durée n'a rien de surprenant pour un concept-album, elle est probablement la principale faiblesse d'un opus qui peine à maintenir son intensité jusqu'à son terme. Dommage car le début est époustouflant, pour peu que l'auditeur ne soit pas allergique aux différentes expérimentations déjà citées. 'Opening Manifesto', un des 7 interludes titrés 'Untitled', lance une première partie alternant les tempi et ambiances. S'appuyant sur une rythmique obsédante et un refrain accrocheur, 'Wasteland' ne révolutionne pas l'univers de Billy Idol, en dehors de ses sonorités synthétiques. C'est également le cas de l'envoûtant et obscur 'Tomorrow People'. Composé alors que le chanteur pouvait voir les fumées des émeutes de Los Angeles depuis sa fenêtre, le cinglant et agressif 'Shock To The System' entre également dans le cadre des titres qu'il sait régulièrement proposer avec talent.

Cette première moitié d'album est complétée par le surprenant et hypnotique 'Adam In Chains', l'angoissant et obsédant 'Neuromancer', dont l'énorme ligne de basse vient rappeler la présence de Doug Wimbish (Living Colour) à cet instrument, le puissant et cinglant électro-punk 'Power Junkie', et la vaporeuse ballade 'Love Labours On' zébrée d'éclairs guitaristiques. S'il y avait jusque-là suffisamment d'éléments pour valider la démarche de Billy Idol, la seconde partie d'album ne va malheureusement pas tenir ses promesses en dehors d'un catchy et accrocheur 'Then The Night Comes'. La reprise du 'Heroin' du Velvet Underground pousse les expérimentations électroniques trop loin, tout comme un 'Shangrila' psychédélique aux sonorités orientales s'étirant sur sept (trop !) longues minutes. Tournant parfois en rond ('Concrete Kingdom'), se faisant redondant ('Venus') ou trop chargé ('Mother Dawn'), le reste laisse la sensation d'une expérience poussée trop loin et dont l'auteur se serait essoufflé.

Accusé par certains d'avoir été trop ambitieux, par d'autres d'opportunisme en tentant de profiter d'une mode, Billy Idol va subir les foudres d'une grande partie des critiques. Victime d'une overdose qui sera assimilée à une tentative de suicide, l'artiste disparaîtra du paysage musical pendant plus d'une décennie pour gérer ses démons et se remettre de l'échec commercial de cet opus. Avec le recul permis par le temps, "Cyberpunk" se révèle un album qui mérite que l'on s'y replonge, possédant en son sein de nombreuses pépites et traduisant une véritable prise de risque artistique digne de respect. Si la démarche n'a pas été totalement maîtrisée, elle ne méritait sûrement pas la lapidation dont elle a été la victime et une réhabilitation ne serait pas une injustice à proprement parler.

Plus d'information sur http://www.billyidol.com/



GROUPES PROCHES:
U2, SIMPLE MINDS, STEVE STEVENS, KORITNI

LISTE DES PISTES:
01. Untitled (opening Manifesto) - 1:01
02. Wasteland - 4:35
03. Untitled (pre-shock) - 0:19
04. Shock To The System - 3:33
05. Tomorrow People - 5:07
06. Adam In Chains - 6:24
07. Neuromancer - 4:36
08. Power Junkie - 4:46
09. Untitled (that Whitch Beareth Thorns) - 0:27
10. Love Labours On - 3:53
11. Heroin - 6:57
12. Untitled (injection) - 0:22
13. Shangrila - 7:24
14. Concrete Kingdom - 4:52
15. Untitled (galaxy Within) - 0:38
16. Venus - 5:47
17. Then The Night Comes - 4:37
18. Untitled (before Dawn) - 0:25
19. Mother Dawn - 5:03
20. Untitled (recap) - 0:56


FORMATION:
Tal Bergman: Batterie
Billy Idol: Chant / Claviers
Doug Wimbish: Basse
Mark Younger-smith: Guitares / Claviers
Robin Hancock: Claviers
David Weiss: Batterie / Invité
Jamie Muhoberac: Claviers / Invité
Larry Seymour: Basse / Invité


TAGS:
Accessible / FM, Avant-gardiste, Electro, Expérimental, Punk, Sombre, Concept-album
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC BILLY IDOL
DERNIERE ACTUALITE
BILLY IDOL en tournée
Toutes les actualités sur BILLY IDOL
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ARKAN: Kelem (2016)
DEATH METAL Arkan retoune aux sources de son inspiration, aux années qui ont donné naissance au grandiose "Hilal". Le groupe marie à nouveau le crasseux et le sublime, la lumière et l'obscurité dans un opus émouvant et attendrissant.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
MONO: Requiem For Hell (2016)
POST ROCK "Requiem For Hell" est une symphonie à l'univers onirique, une œuvre abstraite qui, malgré l'absence de narration, se révèle aussi profonde que passionnante.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BILLY IDOL
BILLY-IDOL_Kings--Queens-Of-The-Underground
Kings & Queens Of The Underground (2014)
4/5
4/5
REPLICA / ROCK
BILLY-IDOL_Devil-s-Playground
Devil's Playground (2005)
4/5
-/5
SANCTUARY / ROCK
BILLY-IDOL_Charmed-Life
Charmed Life (1990)
4/5
-/5
CHRYSALIS / ROCK
BILLY-IDOL_Whiplash-Smile
Whiplash Smile (1986)
3/5
-/5
CHRYSALIS / ROCK
BILLY-IDOL_Rebel-Yell
Rebel Yell (1983)
5/5
4/5
CHRYSALIS / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020