ARTISTE:

DIABOLICAL

(SUÈDE)
TITRE:

UMBRA

(2016)
LABEL:

VICISOLUM PRODUCTIONS

GENRE:

DEATH METAL

TAGS:
Growl, Technique
"EP d'une vingtaine de minutes, "Umbra" n'a l'air de rien, il déroule pourtant les tentacules vertigineuses d'un death évolutif que ne renierait pas le Opeth de l'âge d'or !"
CHILDERIC THOR (03.10.2016)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Petite chose d'une vingtaine minutes seulement, "Umbra" n'en fait pas moins beaucoup de ravages dans nos cerveaux déjà bien malades. Alors que généralement les EP ne sont considérés que comme de simples bouche-trous, composés de miettes, format mal-aimé et invendable, ceci expliquant sans doute cela, Diabolical n'en a cure, offrant même au contraire une offrande dont la valeur se révèle inversement proportionnelle à sa (trop) courte durée. Sa densité est telle que ses dimensions resserrées ne se remarquent d'ailleurs pas.

En quatre titres, les Suédois en disent plus long que d'autres avec un album entier, esquissant un univers, certes sous influences (Opeth n'est parfois pas loin), mais suffisamment riche en contrastes pour être passionnant. De fait, malgré ce que son nom et son logo pourraient laisser croire, le groupe ne prêche pas au sein de la chapelle black mais explore les arcanes tentaculaires d'un death de plus en plus progressif, sombre et technique jouet entre les mains d'une poignée de mercenaires de la scène extrême suédoise, dont surtout Sverker "Widda" Widgren, actuel guitariste de Centinex et chanteur de Demonical. Des musiciens issus de Scar Symmetry, Setherial ou Vakyrja ont joué à ses côtés, ce qui suffit à mesurer l'incontestable maîtrise de l'ensemble.

Loin du machin bricolé à la va-vite, "Umbra" impressionne d'emblée par la richesse de ses aplats où se mélangent guitares acérées, chœurs d'une ténébreuse puissance opératique et rythmique dévastatrice. Tel est ce 'Requiem' qu'écartèlent de multiples cassures que ne renierait pas Mikael Akerfeldt. 'Diaspora', qui le suit, arbore des traits plus thrash, lesquels cachent pourtant une écriture extrêmement complexe et tendue, qui débouche sur une seconde partie sinueuse, plongeant dans un abîme de désolation.

Après un 'Tremor' aux allures de respiration fragile tavelée d'une touchante mélancolie, 'Decline' amorce (déjà) l'épilogue d'un menu des plus robustes. Là encore, les surprises sont légion. Si les premières mesures galopent à travers un champ de bataille crépusculaire, brusquement, le morceau s'enfonce dans un océan de tristesse, lors d'un final instrumental d'une beauté aussi déchirante qu'aérienne, sur fond de rouleaux de batterie qui viennent s'écraser contre cette falaise grise de désespoir.

EP d'une vingtaine de minutes, "Umbra" n'a l'air de rien, il déroule pourtant les tentacules vertigineuses d'un death évolutif que ne renierait pas le Opeth de l'âge d'or !



Plus d'information sur https://www.facebook.com/diabolicalofficial



GROUPES PROCHES:
OPETH


LISTE DES PISTES:
01. Requiem
02. Diaspora
03. Tremor
04. Decline

FORMATION:
Carl Stjärnlöv: Guitares
Dan Darforth: Basse
Per Ivy: Batterie
Sverker Widgren: Chant / Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
ROONEY: Washed Away (2016)
ROCK INDÉ - Avec ses compositions de pop très divertissantes "Washed Away" est une parenthèse musicale qui fait du bien.
DOG N STYLE: Pub's Calling (2016)
ROCK - Si vous aimez Headcharger ou Hell Of A Ride, jetez une oreille sur ce "Pub's Calling".
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021