ARTISTE:

NEAL MORSE

(ETATS UNIS)
TITRE:

THE SIMILITUDE OF A DREAM

(2016)
LABEL:

RADIANT RECORDS

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album, Epique, Fusion, Mélancolique, Symphonique
"Double album d’une grande richesse, "The Similitude of a Dream" a tout du chef-d’œuvre."
CORTO1809 (17.04.2017)  
5/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Neal Morse avait créé la surprise en sortant l’année dernière un album non pas sous son nom mais sous celui du collectif The Neal Morse Band. Bon, d’accord, il y a "Neal Morse" dans le nom du groupe, mais à l’écoute, cela faisait quand même une sacrée différence. Aux reproches, justifiés, que sa patte, aussi géniale et inspirée soit-elle, finissait par être un peu trop prévisible, Neal Morse opposait une idée simple mais géniale, elle aussi : se fondre dans un vrai collectif pour insuffler un vent de nouveauté à ses compositions dont le niveau d’excellence ne s’est jamais démenti depuis le fondateur "The Light" avec Spock’s Beard.

"The Similitude of a Dream" reste dans ces mêmes excellentes dispositions. Intelligemment, Neal Morse ne se limite pas à de la cosmétique mais joue une nouvelle fois le jeu à fond. Certes, c’est lui qui initie ce double album en composant les premières ébauches, mais celles-ci sont enrichies des contributions des autres membres qui ne se privent pas de proposer leurs propres compositions. Résultat, un changement dans la continuité. Si certains titres ou passages portent une signature aisément reconnaissable, rappelant tour à tour "Testimony" (‘Long Day’, ‘Breath of Angels’, ‘Shortcut To Salvation’, ‘Broken Sky/Long Day Reprise’), "Sola Scriptura" (‘Overture’, ‘City of Destruction’, ‘Back to the City’, ‘Confrontation’) ou "Snow" (‘The Man In The Iron Cage’), d’autres introduisent une note de nouveauté qui surprend agréablement. ‘Makes no Sense’ commence comme un vieux Beatles, la mélodie bondissante et les nombreux chœurs de ‘The Ways of a Fool’ ressemblent à un mélange d’Electric Light Orchestra et des Beach Boys, le hard rock/heavy metal de ‘Slave to Your Mind’ fait penser à Deep Purple et Uriah Heep. Quant à ‘I'm Running’, on le jugerait sorti tout droit de "Quadr ophenia" (The Who).

De ce fait, si l’auditeur se retrouve dans un univers qui lui semble familier, ce n’est jamais pour longtemps et il se trouve happé par une musique d’une richesse inouïe, extrêmement mélodieuse et dynamique mais sachant réserver des moments de quiétude mélancolique, à la qualité d’écriture sans faiblesse (il est bien difficile de trouver un passage dispensable de tout l’album). Les nombreux mouvements symphoniques alternent avec des airs heavy metal (‘Back to the City’, ‘Slave to Your Mind’) ou hard rock (‘Draw the Line’), eux-mêmes cohabitant avec des instants plus soft tirant vers le folk country (‘Freedom Song’), voire la pop (‘The Ways of a Fool’).

Tout cela est extrêmement bien interprété par des musiciens au sommet de leur art, et les compositions comme la production, au top elle aussi, permettent d’apprécier tour à tour claviers, guitares, basse et batterie sans faire de jaloux. Le partage des vocaux entre Neal Morse et Eric Gillette est judicieusement reconduit, et même élargi à des contributions lead de Bill Hubauer et Mike Portnoy, donnant à l’album un côté opéra-rock très agréable, de nombreux titres introduisant des dialogues entre les différents protagonistes, fréquemment rehaussés de chœurs convaincants.

Le concept s’inspire d’un livre de John Bunyan intitulé "The Pilgrim’s Progress" (de son vrai titre "The Pilgrim’s Progress from this world to the that which is to come, delivered under the similitude of a dream”) racontant le voyage spirituel d'un homme qui se nomme Christian depuis une Cité de la Destruction (la Terre) jusqu’à la Cité Céleste. Comme d’habitude chez Neal Morse, la trame est religieuse mais, délaissant le côté prêcheur qui en gênent certains, peut s’interpréter comme une quête spirituelle plus universelle.

Mike Portnoy, très enthousiaste, a affirmé que cet album était le summum de sa carrière, digne de figurer aux côtés de "The Wall" des Pink Floyd et de "Tommy" des Who. Si seul l’avenir dira si "The Similitude of a Dream" est voué à la postérité, mes quelques écoutes m'incite à donner raison aux propos du batteur : The Neal Morse Band vient de produire un chef-d’œuvre !


Plus d'information sur http://www.nealmorse.com/



GROUPES PROCHES:
UNITED PROGRESSIVE FRATERNITY, MORSE, PORTNOY & GEORGE, FLYING COLORS, UNITOPIA, SPOCK'S BEARD, ROINE STOLT, SUPERNAL ENDGAME, ECHOLYN, TRANSATLANTIC

LISTE DES PISTES:
101. Long Day (01:42)
102. Overture (05:51)
103. The Dream (02:28)
104. The Road Called Home (03:23)
105. We Have Got To Go (02:29)
106. Makes No Sense (04 :09)
107. Draw The Line (04:06)
108. The Slough (03:02)
109. Back To The City (04:18)
110. The Ways Of A Fool (06:48)
111. So Far Gone (05:20)
112. Breath Of Angels (06:31)
201. Slave To Your Mind (06:26)
202. Shortcut To Salvation (04:36)
203. The Man In The Iron Cage (05:15)
204. City Of Destruction (05:10)
205. Sloth (05:47)
206. Freedom Song (03:58)
207. I'm Running (03:44)
208. The Mask (04:28)
209. Confrontation (03:59)
210. The Battle (02:57)
211. Broken Sky/long Day Reprise (09:58)

FORMATION:
Bill Hubauer: Chant / Guitares / Claviers / Saxophone / Clarinette / Choeurs
Eric Gillette: Chant / Guitares / Choeurs
Mike Portnoy: Chant / Batterie / Choeurs
Neal Morse: Chant / Guitares / Claviers / Choeurs
Randy George: Basse / Choeurs
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
LOLO_THE_BEST59
26/08/2017
749
  0 0  
5/5
Allez, je mets très rarement 5 mais là, faut pas pousser. Tout a été dit dans l'excellente chronique. Je rajouterai la très grande originalité de faire un 2nd CD qui reprend un morceau de chaque thème du 1er CD, mais dans une composition totalement différente ; c'est la même chanson ... mais pas la même non plus. Je trouve ça très, très fort.
TONYB
06/01/2017
  0 0  
5/5
Mais comment fait-il ? Album après album, Neal Morse nous sert des mélodies toujours aussi inspirées, des arrangements toujours aussi somptueux ! La main de Dieu sans doute :-)
Toujours est-il que malgré quelques longueurs que l'on pardonnera bien vite et 2 ou 3 passages un peu pompeux, cette nouvelle double galette est encore une fois une merveille à se mettre encore et encore entre les oreilles.

NUNO777
31/12/2016
  0 0  
5/5
Avec les années je suis moins attiré par les albums de Neal Morse qui me semblent emprunter des voies, non pas impénétrables, mais plus ou moins attendues. Une fois de plus je me suis laissé tenté par son dernier album et je n'ai, encore une fois, pas été déçu. Il faut reconnaitre que Morse ose innover dans sa manière de composer et d'entrevoir la dynamique de groupe. En ce sens, l'arrivé de la fine lame Gillette ( je devais la faire) est une vraie bonne chose, tant dans ses interventions de guitariste (on sent qu'il a beaucoup écouté Petrucci), que ses chants. Je suis moins convaincu par les interventions vocales de Portnoy par contre. Bien que certains éléments mélodiques soient plus ou moins déjà entendus dans ce disque, et que ses ballades m'ennuient toujours autant, il y a un nombre important de jolies compositions vraiment originales et très agréables à écouter (un exemple pris au vol de mon écoute de l'instant 'The Mask'). La durée de "The Similitude Of A Dream" peut s'avérer un frein avant d'aborder cette œuvre, mais une fois franchit le pas on ne le regrette pas. Les bondieuseries de Morse, moins flagrantes ici c'est vrai, ne m'ont jamais dérangé et je me demande si, à bien y réfléchir, cette foi inébranlable qui le traverse n'est pas une explication à cette créativité époustouflante qui le caractérise. En tout cas, chef d'oeuvre ou pas, le temps seul nous le dira, ce nouveau disque du Neal Morse Band est un double album de très grande qualité et probablement un de ses meilleurs albums.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
4.4/5 (10 avis)
STAFF:
5/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
NEAL MORSE: Sortie du nouvel album en septembre
DERNIER ARTICLE
NEAL MORSE BAND - LE DIVAN DU MONDE (PARIS) - 05 AVRIL 2017
La tournée du Neal Morse Band faisait escale à Paris, au Divan Du Monde, dans le cadre de la tournée "A Road Called Home" afin de donner vie au dernier album en date du groupe, l'excellent "The Similitude Of A Dream". Music Waves a écouté la bonne parole.
DERNIERE INTERVIEW
NEAL MORSE (05 AVRIL 2017)
Neal Morse nous a donné rendez vous juste avant le concert au Divan du Monde pour aborder son dernier album, son groupe et nous faire partager sa spiritualité.
 
AUTRES CHRONIQUES
AYREON: The Source (2017)
METAL MELODIQUE - A vouloir tirer le ton vers le speed, Arjen Lucassen perd la sensibilité de ses chanteurs en route pour au final, une production certes toujours au-dessus de la moyenne mais un brin décevante...
THE RESIDENTS: The Third Reich 'n' Roll (1976)
ROCK ALTERNATIF - Avec "The Third Reich 'n' Roll", The Residents trouve une cohérence d'ensemble à ses délires expérimentaux.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT NEAL MORSE
NEAL-MORSE_Sola-Gratia
Sola Gratia (2020)
4/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
NEAL-MORSE_Jesus-Christ-The-Exorcist
Jesus Christ The Exorcist (2019)
5/5
4.3/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK
NEAL-MORSE_THE-GREAT-ADVENTURE
The Great Adventure (2019)
4/5
4.3/5
RADIANT RECORDS / ROCK PROGRESSIF
NEAL-MORSE_Life--Times
Life & Times (2018)
4/5
4.5/5
RADIANT RECORDS / POP
NEAL-MORSE_The-Grand-Experiment
The Grand Experiment (2015)
5/5
4.2/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020