GROUPE/AUTEUR:

AYREON

(HOLLANDE)

TITRE:
THE SOURCE (2017)
LABEL:
MASCOT LABEL GROUP
GENRE:
METAL MELODIQUE

"A vouloir tirer le ton vers le speed, Arjen Lucassen perd la sensibilité de ses chanteurs en route pour au final, une production certes toujours au-dessus de la moyenne mais un brin décevante..."
ABADDON - 14.04.2017 - (4) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Déjà 22 ans depuis le premier album d’Ayreon ("The Final Experiment", 1995), mais seulement huit albums studio. Il faut dire qu’Arjen Lucassen ne chôme pas par ailleurs : Ambeon, Star One, Guilt Machine, Gentle Storm plus cinq albums sous son nom, sa production est pléthorique et de qualité. L’album studio précédent ("The Theory of Everything") avait quelque peu quitté les rives de l’anticipation pour développer une brillante réflexion sur les rapports humains, nous offrant un des concept-albums les plus réussis de ces dernières années. Le neuvième opus, "The Source", sera-t-il à la hauteur de son devancier ?

L’album est un prequel de "Planet Y", qui lui-même était la suite de "The Electric Castle". "The Source" est donc un retour vers le space opera d’anticipation, qui décrit les conditions qui ont amené les personnages à échouer sur la fameuse planète Y. Comme d’habitude, pour conter cette histoire, Arjen a fait appel à quelques habitués (nous pourrions même ici parler d’un véritable groupe : Ed Warby aux fûts, Ben Mathot au violon, Jeroen Goossens à la flûte, Maaike Peterse au violoncelle) et une pléthore d’invités prestigieux parmi lesquels nous citerons Mark Kelly, clavier de Marillion, les guitaristes Marcel Coenen, Guthrie Govan et Paul Gilbert, sans oublier une magnifique brochette de chanteurs, de James Labrie à Tommy Karevik en passant par le petit dernier : Zaher Zorgati  du groupe Myrath, premier francophone à participer à l’aventure Ayreon.

Sur le papier, une équipe de rêve pour développer l’histoire qu’Arjen a mise en musique. Et ça commence plutôt bien avec un long morceau de 11 minutes, progressif en diable, où tous les chanteurs interviennent et dont la construction complexe ralliera les suffrages de tous les amateurs de progressif moderne. Se mettent ici en avant la section médiane bluesy avec un chouette solo de guitare, et le fabuleux travail choral de Michael Mills.

Mais par la suite, le ton va se simplifier tandis que les rythmiques se durcissent, emportant l’auditeur vers un univers plus proche de Star One ou de "Flight of the Migrator", soit l’univers le plus metal d’Arjen Lucassen, loin des délicatesses d’un "Dream Sequencer" ou de "Theory of Everything". Nous ne sommes pas dans les contrées les plus intéressantes d’Ayreon : ici le son prime sur la mélodie et la densification des lignes précipite la plupart des titres dans une certaine forme de redite, voire de caricature. Nous savons qu’Arjen évolue dans un univers qui lui est propre, possédant une forte signature faite de l’association de claviers spatiaux très bien étudiés et de guitares tranchantes, mais ici il réutilise des "trucs" qui ont été entendus maintes fois dans les opus précédents, avec une épaisseur qui ne laisse guère à l’auditeur le loisir de s’imprégner d’une quelconque sensibilité.

Ainsi nous retrouvons les ambiances celtiques ('Sea of Machines', 'All That Was'), les chœurs travaillés ('Star of Sirrah', 'Condemned to Live') et les riffs aiguisés ('Everybody Dies', 'Aquatic Race', usant, 'Into the Ocean' aux sonorités guitare + Hammond très convenues chez Ayreon, 'Planet is Alive'…), autant de titres qui ne surprendront guère les aficionados d’Arjen. D’autant qu’à force de tirer le ton vers le speed, le projet perd souvent ce qui faisait une de ses forces essentielles : la qualité des interprétations vocales. Passons sur le cas Labrie, qui en fait des tonnes comme à son habitude, mais voir des interprètes comme Tommy Karevik qui nous avait cloués sur "Theory…" ou Russel Allen sortir des partitions finalement assez quelconques s'avère décevant.

Ne soyons pas injustes, la qualité de réalisation est toujours très au-dessus de la moyenne, avec une production comme d'habitude précise, ample, dynamique, et quelques fulgurances dans les compositions qui rappellent le talent d’Arjen : le solo de synthé de 'The Dream Dissolves', certaines parties de guitare ('Planet is Alive') et quelques transitions sont remarquables. Mais la machine Ayreon a tendance à ronronner, et quand elle s’emballe, c’est ici sans émotion transmise.

Avec "The Source", Arjen Lucassen ne sort guère de sa zone de confort. Sa renommée lui permet de travailler avec des individus prestigieux et de donner un album honorable, mais l’auditeur est en droit d’attendre plus d’un compositeur dont le talent nous a livré plusieurs albums incontournables. La qualité globale de l’ouvrage permet à l’élève d’obtenir la moyenne, mais le devoir a échappé de justesse au "peut mieux faire" !

Plus d'information sur http://www.ayreon.com



GROUPES PROCHES:
PHIDEAUX, NEBULEYES, WINTERSUN, ERESIS, ROSWELL SIX, ARJEN ANTHONY LUCASSEN, REIGN OF THE ARCHITECT, JUPITER SOCIETY, DELUSION SQUARED, ABYDOS

LISTE DES PISTES:
01. The Day That The World Breaks Down
02. Sea Of Machines
03. Everybody Dies
04. Star Of Sirrah
05. All That Was
06. Run! Apocalypse! Run!
07. Condemned To Live
08. Aquatic Race
09. The Dream Dissolves
10. Deathcry Of A Race
11. Into The Ocean
12. Bay Of Dreams
13. Planet Y Is Alive!
14. The Source Will Flow
15. Journey To Forever
16. The Human Compulsion
17. March Of The Machines


FORMATION:
Floor Jansen: Chant
Guthrie Govan: Guitares
Hansi Kürsch: Chant
James Labrie: Chant
Marcel Coenen: Guitares
Mark Kelly: Claviers
Michael Eriksen: Chant
Michael Mills: Chant
Nils K. Rue: Chant
Paul Gilbert: Guitares
Russell Allen: Chant
Simone Simons: Chant
Tobias Sammet: Guitares
Tommy Karevik: Chant
Tommy Rogers: Chant
Zaher Zorgati: Chant


TAGS:
Concept-album
 
 
(4) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
DIVERSPERSODG - 12/02/2018 -
0 0
5/5
Comme tous les albums de maître Arjen Anthony Lucassen c'est de la bel ouvrage ! Un album musclé ou chaque seconde est un bonheur pour les oreilles. Une histoire au rebondissement final délicieusement cruel, une pochette et des illustrations somptueuses, un double album soigné et somptueux de la première à la dernière piste, et un The day that the world breaks down de plus de 10 minutes d'enfer... De belles ballades (All that was, The source...) des morceaux héroïques (Run apocaplyspe run, Journey forever...). Vraiment rien à jeter c'est excellent. Essayez : il y a fort à paier que vous ne donnerez plus que du Ayreon à chaîne stéréo. ENJOY. 19/20. Denys
JACK_THE_NATURE - 15/05/2017 -
0 0
5/5
Mais, mais, mais... Cet album est exceptionnel ! D'inventivité, de richesse, instrumentale, vocale, mélodique... Quel pied ! Une fois de plus, Arjen nous ravit et l'écoute se bonifie avec le temps, au casque bien entendu comme pour toutes les grandes oeuvres. Alors oui, c'est un peu plus métal que d'habitude (mais tellement plus riche que le métal habituel), mais les plages plus douces sont légion et permettent de récupérer et d'apprécier l'ensemble. Si c'est trop fort, c'est que tu es vraiment trop vieux ! ;-)
MALENTRAIDE - 03/05/2017 -
0 0
2/5
Mais.. mais? mais qu'est ce que c'est que cette chose? l'artwork de la pochette m'avait déjà laissé perplexe, mais il correspond bien à la musique: du power metal, et c'est tout. Autant TOE m'avait ému comme peu d'albums jusque là, autant celui-ci me paraît inécoutable.
VOIR LES 4 AVIS DES LECTEURS
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC AYREON
DERNIERE ACTUALITE
AYREON: Détails et trailer de 'Transitus'
Toutes les actualités sur AYREON
DERNIERE INTERVIEW
Music Waves avait de nouveau pris rendez-vous avec Arjen Lucassen pour évoquer le nouvel Ayreon...

NOTES
4.1/5 (8 avis) 3.2/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
STAHLMANN: Bastard (2017)
METAL INDUSTRIEL Nouvel album de Stahlmann, qui a toujours du mal à se défaire de l'influence de Rammstein, mais qui s'améliore en soignant ses morceaux les plus calmes.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
NEAL MORSE: The Similitude Of A Dream (2016)
ROCK PROGRESSIF Double album d’une grande richesse, "The Similitude of a Dream" a tout du chef-d’œuvre.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT AYREON
AYREON_The-Theater-Equation
The Theater Equation (2016)
3/5
-/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_The-Theory-of-Everything
The Theory Of Everything (2013)
5/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_01011001
01011001 (2008)
4/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
AYREON_The-Human-Equation
The Human Equation (2004)
3/5
3.9/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
AYREON_Flight-Of-The-Migrator
Flight Of The Migrator (2000)
4/5
3.3/5
TRANSMISSION / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020