GROUPE/AUTEUR:

THE CURE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
THREE IMAGINARY BOYS (1979)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POST ROCK / ROCK ALTERNATIF

"Premier album d'un groupe appelé à devenir le chouchou d'une génération."
ADRIANSTORK - 04.11.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
1978, dans la froide et pluvieuse Crawley, au sud de Londres, trois garçons luttent contre l'ennui en formant d'éphémères groupes de lycée. Lol Tolhurst, Michael Dempsey et Robert Smith, trois rescapés de ​Malice, forment l'ossature de ​The Cure. Remarqué par Chris Parry, qui fonde sur le champ le label Fictions, le groupe enregistre un 45 tours  'Killing An Arab' (d'après ''L'Etranger'' d'Albert Camus). En mai 1979, les trois jeunes garçons (le cadet Robert Smith vient de fêter ses vingt ans) enregistrent au studio Morgans leur premier effort discographique. Chacun d'eux est symbolisé sur la pochette ménagère d'une façon très imagée !

L'éruption musicale du punk a laissé un paysage calciné duquel se sont rapidement extirpés ​Joy Division ou ​Killing Joke.​​​​​​​ Jeunesse oblige, ​The Cure reste assez proche d'un son post punk. Les titres sont courts et arrangés autour de la guitare nerveuse de Robert Smith, la pompe à basse de Michael Dempsey, la batterie martiale de Lol Tolhurst. Le chant de Robert Smith est déjà assuré et ce dernier scande souvent le  titre en guise de refrain ('Object', 'Meathook', 'So What' et ses curieuses paroles)​​​. Cette particularité pourrait rendre les morceaux répétitifs s'ils n'étaient déjà courts. 'Griding Halt' avec son riff énergique s'en sort haut la main. En revanche, l'album comporte une faute de goût assez étonnante : 'Foxy Lady' (Chris Parry a décidé de placer cette piste sans le consentement de Robert Smith), reprise improbable de ​Jimi Hendrix sur laquelle Robert Smith laisse le chant à Michael Dempsey, pour le pire mais sans le meilleur !

Derrière cette façade minimaliste se dissimule pourtant un potentiel. Les sonorités orientales importées de 'Killing An Arab' montrent que le groupe ne rechigne pas à sortir de son sérail, à l'image de 'Fire In Cairo' qui fusionne reggae et punk, tout comme 'Another Day' qui se paie le luxe d'une minute d'introduction. Mais là où le groupe se distingue, c'est dans sa capacité encore certes fragile à créer des atmosphères glaciales et mélancoliques. 'Subway Song' voit la basse de Michael Dempsey imiter le bruit de pas nocturnes, tandis que Robert Smith susurre la tragédie à venir (qui a effectivement lieu en fin de chanson).​​ La poisseuse '10.15 On Saturday Night' libère la tension par un solo acide de guitare. 'Three Imaginary Boys', le fantomatique titre éponyme, laisse éclater la furie d'une guitare, annonçant des lendemains qui déchantent (la chanson se termine par une supplique 'Can You Help Me').

Robert Smith, qui n'a pas eu le droit de décision des chansons sur ce premier album, le déteste cordialement. Pourtant, ce premier volet d'une grande aventure présente déjà d'intéressantes compositions montrant l'intérêt du groupe pour des climats mélancoliques ou glauques qui seront plus tard permanents. Notons que l'album est ressorti aux Etats-Unis avec un track listing différent et l'ajout du single 'Boys Don't Cry' qui lui donne son nom.

Plus d'information sur http://thecure.com



GROUPES PROCHES:
DAVID BOWIE, ULTRAVOX, KILLING JOKE, LOU REED

LISTE DES PISTES:
01. 10:15 Saturday Night
02. Accuracy
03. Grinding Halt
04. Another Day
05. Object
06. Subway Song
07. Foxy Lady
08. Meat Hook
09. So What
10. Fire In Cairo
11. It's Not You
12. Three Imaginary Boys
13. The Weedy Burton


FORMATION:
Lol Tolhurst: Batterie
Michael Dempsey: Chant / Basse
Robert Smith: Chant / Guitares / Harmonica


TAGS:
70's, Chaotique, Intimiste, Punk, Sombre, Ballades, Chant grave
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE CURE
DERNIERE ACTUALITE
THE CURE en tournée en 2016
Toutes les actualités sur THE CURE
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
WEDINGOTH: Alone In The Crowd (2016)
METAL PROGRESSIF Une belle œuvre qui souffre d'une production insuffisante et de quelques approximations malgré un fort potentiel.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
CIRRUS BAY: Places Unseen (2016)
ROCK PROGRESSIF Du progressif pastoral dont les parties chantées n'égalent hélas pas les passages instrumentaux : Cirrus Bay marche dans les pas de Renaissance, sans toutefois parvenir à le rattraper.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE CURE
THE-CURE_The-Top
The Top (1984)
5/5
-/5
POLYDOR / POST ROCK
THE-CURE_Japanese-Whispers
Japanese Whispers (1983)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
THE-CURE_Pornography
Pornography (1982)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Faith-
Faith (1981)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Seventeen-Seconds
Seventeen Seconds (1980)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020