GROUPE/AUTEUR:

THE CURE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
SEVENTEEN SECONDS (1980)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POST ROCK / ROCK ALTERNATIF

"Second album de The Cure et première pierre froide de la trilogie de la désolation. Les rythmes minimalistes créent un phénomène d'hypnose dont certains ne sont encore jamais revenus."
ADRIANSTORK - 09.11.2016 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
En raison de divergences artistiques, le trio de 'Three Imaginary Boys' s'est désagrégé, le bassiste Michael Dempsey s'évanouissant dans le brouillard. Le groupe, qui avait acquis une certaine renommée en accompagnant ​Siouxsie And The Banshees, et signé un tube interplanétaire 'Boys Don't Cry', ne s'est pas démonté et a tout de suite engagé deux membres de ​The Magazine Spies, le claviériste Matthieu Hartley et le bassiste Simon Gallup.​ Pendant 7 jours et avec un budget lilliputien, le quatuor fraîchement formé a enregistré des démos que Robert Smith avait au préalable composées chez ses parents à l'orgue Hammond.​

Le saut qualitatif a dû en surprendre plus d'un. Les timides atmosphères dérangeantes du premier album vont désormais former le squelette des chansons, submergées par une vague froide. Chacune des deux faces s'ouvre par un instrumental. Si le second sert de rampe de lancement au single 'The Forest', le premier 'A Reflection' plante le décor : une ritournelle malsaine à la guitare introduite par un son tournoyant de clavier (​Killing Joke s'en inspirera sur son premier album)​ de laquelle surgissent des chœurs fantomatiques. Cette invitation guère rassurante au voyage nous convie à parcourir des paysages arides et désolés. Le côté minimaliste et parfois répétitif des compositions n'est plus rédhibitoire et participe à l'ambiance.

Le jeu de batterie de Lol Tolhurst se fait beaucoup plus sec, apportant une touche décharnée, ressemblant à s'y méprendre à une boîte à rythme (en particulier sur 'A Forest' 'Secrets', 'Seventeen Seconds'). Les claviers discrets de Matthieu Hartley apportent une dimension aérienne qui évite la noyade ('In Your House', lancineux sur 'Play For Today'). Simon Gallup développe un jeu de basse plus présent et plus tranchant que son prédécesseur et fait sourdre une menace latente (l'introduction glauque de 'Secrets', 'At Night'). A l'aise avec une guitare ('Play For Today', acoustique sur 'M'), Robert Smith adopte un chant plaintif et parfois lointain, servant autant de balise que de clé du désespoir. Si l'écriture privilégie les formes brèves, les thèmes traités sont logiquement désespérés (le rapport à soi et à l'autre dans 'M' ou 'Play For Today', l'angoisse sur 'Seventeen Seconds' ou 'At Night'). La mondialement connue 'A Forest'  est construite sur un scénario cauchemardesque fidèlement traduit par les claviers aériens, le chant affolé de Robert Smith, la batterie sèche et son final grandiose où Robert Smith se livre à un exercice d'équilibre à la guitare en duo avec Simon Gallup.

Porté par son tube 'A Forest', ''Seventeen Seconds'' révèle que ​The Cure ​avec des petits moyens était capable de sauter les étapes pour réaliser un album glaçant et désespéré, première pierre d'une trilogie de la désolation. Les rythmes minimalistes, loin de dégoûter l'auditeur, créent un phénomène d'hypnose dont certains ne sont encore jamais revenus.

Plus d'information sur http://thecure.com



GROUPES PROCHES:
KILLING JOKE, ULTRAVOX, DAVID BOWIE, LOU REED

LISTE DES PISTES:
01. A Reflection
02. Play For Today
03. Secrets
04. In Your House
05. Three
06. The Final Sound
07. A Forest
08. M
09. At Night
10. Seventeen Seconds


FORMATION:
Lol Tolhurst: Claviers
Matthieu Hartley: Claviers
Robert Smith: Chant / Guitares
Simon Gallup: Basse


TAGS:
80's, Chaotique, Intimiste, Mélancolique, Oppressant, Punk, Romantique, Sombre, Concept-album, Guitar-Hero, Chant grave
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
CORTO1809 - 01/12/2016 -
0 0
3/5
Un album dont le minimalisme, parfois très réussi sur certains titres, finit par donner une tonalité un peu austère à l'ensemble.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE CURE
DERNIERE ACTUALITE
THE CURE en tournée en 2016
Toutes les actualités sur THE CURE
NOTES
- /5 (0 avis) 4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DEEP SUN: Race Against Time (2016)
METAL MELODIQUE Avec "Race Against Time", Deep Sun signe un très bel album de metal symphonique d'une grande fraîcheur porté par la superbe voix de Debora Lavagnolo.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
BLIND EGO: Liquid (2016)
ROCK PROGRESSIF Propre, sans aspérité ni prise de risque, "Liquid" ne passera pas à la postérité mais mérite tout de même une écoute attentive grâce à des mélodies plaisantes et des parties de guitare inspirées.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE CURE
THE-CURE_The-Top
The Top (1984)
5/5
-/5
POLYDOR / POST ROCK
THE-CURE_Japanese-Whispers
Japanese Whispers (1983)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
THE-CURE_Pornography
Pornography (1982)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Faith-
Faith (1981)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Three-Imaginary-Boys
Three Imaginary Boys (1979)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020