GROUPE/AUTEUR:

THE CURE

(ROYAUME UNI)

TITRE:
PORNOGRAPHY (1982)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POST ROCK

"Avec cette troisième pierre de la trilogie de la désolation, The Cure gravit un nouveau sommet."
ADRIANSTORK - 05.12.2016 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Après un "Faith" cafardeux, ​The Cure ​pouvait-il plonger au plus profond des abysses ? Ayant tout d'abord enregistré l'un de ses meilleurs singles ('Charlotte Sometimes'), le trio s´est offert les services du producteur Phil Thornalley (​Siouxsie And The Banshees​, ​The Jam​) pour poursuivre son calvaire, avec un Robert Smith au plus mal, ses angoisses et addictions ayant pris le dessus sur sa santé.

Avec sa pochette trouble, le trio en flammes refuse la clarté. À l'exception de 'Siamese Twins', un solennel enterrement électrique, l'heure n'est plus propice au recueillement. D'entrée de jeu, l'auditeur aura l'impression de voir s´écraser sur sa tête un monumental bloc de béton. 'One Hundred Years', avec ses guitares agressives, son jeu robotique de batterie, ses claviers brumeux puis fantomatiques, la voix implorante de Robert Smith, nous invite à pénétrer dans cette œuvre (ou ce caveau) sans discours superflu. Pris à la gorge, notre auditeur voyagera dans des profondeurs asphyxiantes, compressé par le roulement des compositions, encerclé par une section rythmique tribale ('The Hanging Garden', le single de l'album), cerné de synthétiseurs sinistres ('A Strange Day', qui contient un bref solo de guitare aussi inattendu que percutant, le bien nommé 'Cold' avec son macabre violoncelle joué par Robert Smith en personne), où la composition squelettique fait office d'école ('A Short Term Effect' avec sa guitare décharnée qui côtoie une basse lourde tandis que Robert Smith use de flangers sur sa voix).

Le chant mélancolique de Robert Smith exprime à nouveau des paroles d'une tristesse et d'un dégoût absolu, de soi (I will never be clean again répété sur 'The Figurhead' ou l'inaugural It doesn´t matter if we all die de 'One Hundred Years') ou des autres ('Pornography'), ne s'accordant qu´un sursis véhément sur les refrains de 'The Hanging Garden'. Et l'album de se clore sur un coup d'éclat : le titre éponyme est un cauchemar éveillé, mêlant expérimentations sonores et ambiances inquiétantes, renforcé par les percussions, la voix spectrale tantôt proche, tantôt lointaine (comme pouvait le faire ​Joy Division​)​. Lorsque la dernière page se ferme, le lecteur n'a plus que ses yeux pour pleurer. Et les derniers mots ont la saveur d'une étincelle dans un océan de ténèbres : I must fight this sickness... find a cure.

Ultime pierre de la trilogie de la désolation, "Pornography" est aussi son sommet. Un album qui poursuit la quête des deux précédents albums, mais s'en démarque par ses climats violents et froids, comme si le groupe avait voulu se surpasser dans l'horreur. Un album exigeant à ne pas mettre entre les oreilles d'optimistes béats. Après un tel opus, le groupe a failli se saborder : un conflit d'intérêts entre un Robert Smith coutumier du fait et Simon Gallup éloignait temporairement le bassiste du groupe. And then they were two...

Plus d'information sur http://thecure.com



GROUPES PROCHES:
DAVID BOWIE, ULTRAVOX, LOU REED, KILLING JOKE

LISTE DES PISTES:
01. One Hundred Years
02. A Short Term Effect
03. The Hanging Garden
04. Siamese Twins
05. The Figurehead
06. A Strange Day
07. Cold
08. Pornography


FORMATION:
Lol Tolhurst: Claviers / Batterie
Robert Smith: Chant / Guitares / Claviers / Violoncelle
Simon Gallup: Basse / Claviers


TAGS:
80's, Chaotique, Intimiste, Lourde, Mélancolique, Oppressant, Romantique, Sombre, Tribal, Ballades, Chant grave
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC THE CURE
DERNIERE ACTUALITE
THE CURE en tournée en 2016
Toutes les actualités sur THE CURE
NOTES
- /5 (0 avis) 5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MARCO SCHNABL: Marco Schnabl (2016)
ROCK PROGRESSIF Premier album de Marco Schnabl, véritable aventurier musical.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
NEWMAN: Newman 2014 (2014)
A.O.R. Réenregistrement du premier album éponyme du groupe, cet opus permettra à tous les amateurs d'AOR et de hard mélodique de découvrir les débuts d'une formation à l'identité déjà marquée et au talent incontestable.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE CURE
THE-CURE_The-Top
The Top (1984)
5/5
-/5
POLYDOR / POST ROCK
THE-CURE_Japanese-Whispers
Japanese Whispers (1983)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
THE-CURE_Faith-
Faith (1981)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Seventeen-Seconds
Seventeen Seconds (1980)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-CURE_Three-Imaginary-Boys
Three Imaginary Boys (1979)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020